Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 18:14
A paraître fin avril, mon premier essai intitulé "Bretagne-France: une relation coloniale".    « L’affirmation du soi du colonisé, née d’une protestation, continue de se définir par rapport à elle. En pleine révolte, le colonisé continue à penser, sentir et vivre contre et donc par rapport au colonisateur et à la colonisation […]. » Albert Memmi    C’est à partir de cette phrase que Gael Briand, rédacteur en chef du mensuel Le Peuple breton, brosse le rapport dominant-dominé existant entre l’État d’un côté et la Bretagne de l’autre. Car, loin d’être terminé, ce rapport colonial pressenti en Bretagne dès les années soixante continue de s’exprimer au xxie siècle. Plutôt que de réagir et donc de rejeter la France, il invite les Bretons à proposer et donc définir un projet de société breton.     En remettant au goût du jour le rapport dominants-dominés, un peu trop rapidement abandonné, Gael Briand souhaite aussi redonner du contenu à une gauche qui, poussée par un courant libéral de plus en plus prononcé dans ses rangs, renonce petit à petit à ses valeurs. Il en profite pour revisiter certains concepts comme l’État, le colonialisme…    Editions IJIN, 56 pages, 6 €

A paraître fin avril, mon premier essai intitulé "Bretagne-France: une relation coloniale". « L’affirmation du soi du colonisé, née d’une protestation, continue de se définir par rapport à elle. En pleine révolte, le colonisé continue à penser, sentir et vivre contre et donc par rapport au colonisateur et à la colonisation […]. » Albert Memmi C’est à partir de cette phrase que Gael Briand, rédacteur en chef du mensuel Le Peuple breton, brosse le rapport dominant-dominé existant entre l’État d’un côté et la Bretagne de l’autre. Car, loin d’être terminé, ce rapport colonial pressenti en Bretagne dès les années soixante continue de s’exprimer au xxie siècle. Plutôt que de réagir et donc de rejeter la France, il invite les Bretons à proposer et donc définir un projet de société breton. En remettant au goût du jour le rapport dominants-dominés, un peu trop rapidement abandonné, Gael Briand souhaite aussi redonner du contenu à une gauche qui, poussée par un courant libéral de plus en plus prononcé dans ses rangs, renonce petit à petit à ses valeurs. Il en profite pour revisiter certains concepts comme l’État, le colonialisme… Editions IJIN, 56 pages, 6 €

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le pédagogue 21/02/2017 12:33

Le pédagogue :


Bugeaud.
Thomas Robert Bugeaud (1784-1849).
Marquis, duc et maréchal, toujours honoré par l’État français, comme d’innombrables autres de son acabit.
Il s’est distingué dans les massacres sous Napoléon, dans les répressions de révoltes à Paris, et surtout dans les horreurs du colonialisme en Afrique, plus particulièrement en Algérie où il a été « gouverneur général ».
Il disait que le but du colonialisme « est d’empêcher les arabes de semer, de récolter, de pâturer […] ou de les exterminer jusqu’au dernier ».

Jojo 10/10/2016 18:21

Ce blog semble abandonné

Julien 23/04/2015 11:10

Avec un titre comme celui-ci on à l'impression que c'est la même dialectique que celle de l'UDB des années 60 qui surfait sur la vague anticoloniale. Force est de constater que considérer la Bretagne comme une colonie n'a aucun sens. Dire que des territoires, en France, sont délaissés, est plus en phase avec la réalité. Le problème du mouvement Breton est qu'il s'appuie le plus souvent sur une théorisation de ce que devrait être les bretons or cette perception du breton est en total décalage avec la réalité.

Les livres du géographe Ollivro sont d'ailleurs l'illustration de cette impasse théorique. Avec Ollivro nous n'avons pas la moindre démonstration, juste un montage finaliste que ferait de la Bretagne B5 l'alpha et l'oméga de toute chose (culturelle, économique, etc.). J'espère pouvoir bientôt lire votre livre pour voir s'il apporte un point de vue différent que ce que l'on a l'habitude de lire au sein du mouvement breton.

Chacal 23/04/2015 11:15

Je pense que vous ne serez pas déçu. Le titre était un pari effectivement: celui de n'être acheté que par le mouvement breton. Mon point de vue n'est pas du tout de victimiser la Bretagne, au contraire. Vous lirez ça, je l'espère, et vous me ferez vos commentaires ensuite...

Au plaisir