Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 10:53
agriculturebio.jpgOn dit bien des choses sur l'agriculture biologique, mais on dit surtout qu'elle revient cher. Tout le monde est pour, mais peu pratiquent au bout du compte. Je pense pourtant que le bio pourrait permettre de renouer avec la qualité alimentaire ainsi qu'avec l'emploi puisque, se pratiquant sur de petites parcelles, l'agriculture biologique nécessite plus de main d'oeuvre.

Il sera faux de dire que le surcoût du bio n'existe pas, mais rappelons que cette agriculture n'est absolument pas aidée par de quelconques subventions ce qui revient à dire que ce n'est pas le bio qui est cher, mais le reste qui n'est pas cher (que nous sous-payons... ou plutôt que nous payons le même prix si l'on rajoute les aides publiques).

Outre le fait que le bio est meilleur pour la santé (qui oserait prétendre que les OGM et pesticides n'ont aucun impact sur la santé?), cette pratique est plus respectueuse de l'environnement. L'utilisation des produits naturels ainsi que la bonne connaissance du milieu (talus, arbres, plantes, ruisseau...) est préférée à la lutte perpétuelle contre la Nature. En somme, le bio est aussi une volonté de s'harmoniser au mieux avec son environnement, de casser avec une logique déterritorialisée (hors sol ou OGM notamment).

Paradoxalement, ce retour à la paysannerie s'effectue souvent par des personnes qui ne sont pas originaires du milieu agricole, mais des universitaires, des alters au discours très politisé, bref par des individus radicalement différents de l'image d'Epinal que l'on se fait de l'agriculteur.

Ce que je souhaitais simplement souligner dans cet article, c'est que le bio est cher car nous ne lui faisons pas confiance! Ne pas acheter (même peu) alors que l'on est pour, c'est condamner cette agriculture à rester marginale quand partout ailleurs en Europe, la consommation du bio augmente. Plus le bio se développera, plus les coûts baisseront (économies d'échelle obligent).

Aujourd'hui en Bretagne, pour garantir un chargement entier de porcs bio par exemple, un camion doit traverser toute la région. Le jour où, sur un même pays, les élevages industriels laisseront place à de plus petits élevages de porcs, les coûts de transport baisseront et je doute que les agriculteurs y perdent (voir les cours actuel de la viande de porc). Le bio n'a pas vocation à rester marginal, mais à s'étendre.

On doit y voir une opportunité pour l'Homme de réapprendre son milieu!



Pour aller plus loin sur le sujet, deux vidéos, l'une humoristique, l'autre moins sur le sujet:
http://www.themeatrix.com/intl/france/dub/
http://www.dailymotion.com/video/x1ds9p_alerte

Illustration extraite d'un blog freemen: voir ici.
En cliquant sur l'image, vous tomberez sur le site du réseau "cohérence" qui travaille sur le bio en Bretagne.

http://www.dailymotion.com/video/x1ds9p_alerteti_bug_fck

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cadre modele 28/07/2007 09:22

Le bio est cher, le bio est bobo...Même si les coûts de production sont plus importants pour l'agriculture Bio que ceux de  l'agriculture industrielle, ils n'expliquent pas la différence de prix entre un produit Bio et un produit industriel.Comme tu le dis, souvent les personnes de l'agriculture Bio ne sont pas originaire de milieu là, ils ont un parcours initial différent...Les marges pratiquées dans l'agriculture Bio sont bien plus importantes que celles de l'agriculture Industrielle.Ces néo paysans ont intégré la notion de valeur ajoutée et nous la font payer au prix cher... sous couvert de mieux nous nourrir.La consommation de masse fera t elle baisser les marges ?

Chacalito 28/07/2007 15:58

C'est un raisonnement un peu réducteur car il n'intègre pas l'ensemble du système! Evidemment, la marge est plus importante puisque la vente est bien moindre. Il faut bien vivre! D'autant qu'en face, les supermarchés sont aidés par les collectivité (directement à l'installation ou indirectement) puis ils tirent les prix vers le bas. Qui payent le prix faible dans les supermarchés? L'agriculteur. La grande surface conserve la même marge! Le bio est cher simplement parce que les pouvoirs politiques ne l'encouragent pas! Pourquoi la France est-il le pays d'Europe, avec l'Espagne, où le bio est le moins présent? Parce que le politique a favorisé une agriculture de masse subventionnée par la PAC.Pourquoi l'agriculture de masse est si peu chère? Car nous ne payons pas les externalités négatives dûes à la production de masse: pollution, destruction des haies (= innondations), usage de pesticides qui s'insinue dans les rivières et que nous buvons (après avoir été filtré)...Le prix du bio baissera progressivement en même temps que l'installation de fermes. ce n'est pas la même logique que le commerce équitable où là, nosu payons clairement un surplus parce que c'est équitable! (Voir ma critique à ce sujet) Vous qui semblez subventionner l'agriculture de masse au motif que "c'est moins cher", croyez-vous que cela nourrisse mieux le tiers monde? Nous n'avons pas besoin de produire autant pour être autosuffisant. Nous produisons autant pour augmenter nos devises et grimper dans les statistiques de croissance!Quand à la santé, nous en reparlerons dans dix ou vingt ans... pour l'instant, je dis juste que chacun peut acheter quelques produits bio sans se ruiner! Evidemment, cela nécessite de revoir notre alimentation et de ne pas manger trop.A galon.Gael.

BenKa 25/07/2007 22:48

Salut,J'avais repris un bilan de la FAO sur les liens entre climat et agriculture biologique : http://avenirclimat.info/post/Lagriculture-biologique-estEn effet les pratiques culturales liées à l'agriculture biologique permettent de mieux fixer le carbone dans le sol, mais aussi de limiter le rejet de méthane lorsqu'on laboure trop un sol.Je trouve par contre dommage de consommer du bio provennant de "loin", car il a nécessité un transport par camion ou avion, qui au final est aussi nocif pour le climat que l'emploi de produit pétrolier comme les phytocides ou les engrais. Dans ce cas, un partenariat local avec un agriculteur (ou un bon jardin !) font aussi bien l'affaire.

Chacalito 26/07/2007 13:00

Absolument d'accord! je critique également cette pratique dans mon article "le commerce équitable est-il durable?". La majorité du bio vient d'Autriche ou d'Allemagne puisque la France en est à la préhistoire... Je m'en vais lire ton lien.Gael.