Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 11:32
simone-veil.jpgEn 1975, Simone Veil, alors ministre de la Santé sous Giscard, réussit à faire adopter au Parlement la loi dite "Veil" sur l'avortement. Depuis, cette femme caracole en tête des personnalités politiques les plus appréciées des Français!

Et pourtant, aujourd'hui, je sens que le débat est toujours plus virulent entre pro et anti-avortement. Les jeunes filles (et femmes) considèrent sans doute l'avortement comme un droit, mais ne se rendent pas compte que les droits peuvent être enlevés... 

Le foetus est-il un être vivant avant 3 mois (délai légal de recours à une Interruption Volontaire de Grossesse en France)? Pour ma part, je doute que les cellules en formation aient conscience de leur existence et je ne suis pas choqué par l'IVG. Qui plus est, la majorité des IVG sont pratiquées avant la 8e semaine. L'IVG a beau être "courante" (1 IVG pour 3 naissance), sa pratique est relativement stable depuis les années 1980. La question n'est donc pas de savoir si l'IVG est une forme d'eugénisme ou si "c'est mal", mais bien de savoir si une femme peut-être maîtresse de son corps ou non? Après tout, ce ne sont pas les Hommes qui doivent avaler une pilulle chaque jour! 

Force est de constater qu'en 2007, les militants les plus motivés sont les anti-avortement. Les commandos anti-avortement (religieux intégristes ou droite réactionnaire) ne rencontrent qu'une résistance molle! Les femmes qui, toute leur vie, ont milité pour ce droit ne parvienne pas à trouver une continuité chez les plus jeunes! Pourtant, ceux qui fustigent les propos du Pape sur le préservatif devraient en faire de même des discours pro-life... De plus, les médecins n'étant pas obligés de réaliser les IVG, la moitié des services de gynéco-obstétrique n'en font pas ce qui est purement et simplement scandaleux! En me documentant sur le net, j'ai aussi pu constater que le site du Ministère de la Santé (austère au possible) ne mettait pas très à l'aise... Posez-vous la question de savoir pourquoi les femmes vont à l'étranger!

Craignez le jour où l'on proposera un sondage sur l'avortement car il est très possible qu'il montre un renversement de tendance (si tendance il y a eu)! La France est de plus en plus réactionnaire. Je doute qu'un avortement se fasse de gaité de coeur (Une fausse couche laisse déjà suffisamment de séquelle!). Mais avoir un enfant non voulu n'est-il pas faire aussi preuve de maltraitance? Que devient un enfant mal aimé? Croyez-vous qu'il ne le sente pas?

Améliorons la prise en charge avant l'avortement, les cellules psychologiques, les outils de prévention, généralisons les relais informations (planning familial) et rendons la pilulle gratuite aux mineures... Bref, faisons en sorte que l'IVG soit le recours ultime et pas un acte de consommation, mais de grâce, battons-nous et conservons cette liberté pour les femmes: choisir d'avoir ou pas un enfant! Un enfant épanoui est d'abord un enfant voulu et aimé...


Info Ministère de la Santé: ici
Autre source:ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lucie 06/07/2007 16:43

tout à fait d'accord avec toi...l'IVG est reconnu et devrait être traité comme n'importe quelle autre intervention malheureusement c'est encore tabou pour certaines personnes... et pour certains aussi c'est la question de la distinction entre l'embryon et le foetus qui n'est pas clair...on ne peut pas faire grand chose malheureusement...lucie

Chacalito 06/07/2007 18:37

En parler...

Lucie 06/07/2007 15:52

salut Gael,en visitant ton blog et surtout en lisant ton article sur l'avortement, j'ai eu envie de réagir.effectivement nous pouvons remercier Mme Simone Veil pour son courage. Malheureusement 30 ans après, l'IVG reste tabou chez certains et c'est parfois un véritable parcours du combattant qui attend certaines femmes. les chiffres, comme tu le dis, restent stables depuis qqs années mais ils sont à mon avis encore trop élévés: plus de 210 000 avortements par an. et on assiste à une explosion chez les mineurs: en 2004 par exemple, 11 500 avortements ont été réalisés sur des moins de 18 ans. comment arrive t-on à ces chiffres??? tu le dis il faut que l'IVG soit un recours ultime... mais combien de filles et femmes n'ont recours à aucune contraception?? le manque d'information est évident. la pilule n'est pas adaptée à toutes les femmes et on oublie trop souvent de parler des autres moyens de contraception (patch, implant, anneaux...).et les problèmes ne s'arrêtent pas là!! si une femme décide d'avorter, il faut qu'elle puisse le faire dans les meilleures conditions. cela coûte cher et certains médecins refusent d'en pratiquer (et c'est leur droit). de plus, certaines cliniques privées ont même décider de ne plus en pratiquer du tout. certaines femmes se tournent alors vers l'étranger mais là encore cela coûte cher car le remboursement de la Sécurité Sociale ne s'applique pas.alors oui, merci encore à Simone Veil mais le combat n'est pas terminé...voir à ce sujet un très bon reportage diffusé dans "Envoyé Spécial" il ya qq tps ainsi qu'un article paru dans le magazine "Biba" du mois de juin.a bientot, lucie 

Chacalito 06/07/2007 16:06

Merci pour ton commentaire... N'hésite pas à réagir quand tu le souhaites.Concernant la non obligation pour les médecins de partiquer une IVG, je la comprends. Néanmoins, je pense qu'il est nécessaire de garantir dans chaque établissement au moins un médecin pratiquant cette intervention. Je trouve déplorable qu'une femme ayant fait le choix d'avorter doivent faire des dizaines de bornes pour  le faire sous prétexte que les médecins sont contre l'avortement... c'est leur droit, mais ne pas opérer, c'est risquer des "bêtises" par la suite (non assistance à personne en danger). Les médecins sont aussi au service du patient! Il y a sans doute des médecins choqués par l'homosexualité, mais qui oserait ne pas soigner un homosexuel?AmicalementGael.