Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 12:48
Mixit---g--n--rationnelle--copie-1.JPGJe ne sais si la faute doit être reportée sur l'individualisme de notre modèle économique, sur les politiques sectorielles de nos gouvernements successifs ou sur l'évolution rapide du monde ces dernières décenies, mais le constat est bien là: les générations ne se comprennent plus!

Auparavant, la société formait un Tout: bien souvent, les enfants vivaient chez leurs parents qui logeaient eux-mêmes les grands-parents dépendants. Aujourd'hui, une telle concentration de générations dans un même foyer n'est plus envisageable! L'augmentation de la durée de la vie associée au semblant de liberté qu'il y a à vivre loin de ses racines a fissuré les liens qui existaient entre "jeunes" et "vieux". Des bibliothèques entières brûlent sans que les enfants n'aient pu les consulter, apprendre d'elles. Les adultes critiquent les jeunes et leur ignorance quand les jeunes critiquent les visions dépassées de leurs parents et grand-parents!

Maxime Le Forestier chantait cette chanson qui fait écho à mes propos: Ce monde, je l'ai fait pour toi disait le père. Je sais, tu me l'as dit déjà, disait l'enfant, je n'en demandais pas tant. Il est foutu et je n'ai plus qu'à le refaire, pour tes petits enfants! Est-ce inéluctable? N'est-il pas possible de construire ensemble ce monde meilleur?

Même IKEA se met à faire des pubs exploitant ce fossé entre générations. Est-ce étonnant lorsque l'on voit la vie que l'on mène: opposition constante entre retraités et "actifs" (et quelle idée de penser que les retraités sont inactifs!), tarifs différenciés en fonction de l'âge, politique conservatrice dans la majorité des conseils municipaux, soucieux de ne pas perdre leurs électeurs...
Après la spécialisation économique des zones, on passe à la spécialisation générationnelle des zones? Les jeunes partent travailler à Paris et une fois en retraite, reviennent en Bretagne: voila la mixité générationnelle que nous propose notre équitable modèle centralisé. En parodiant Bossuet, on pourrait dire que "si le travail ne vient pas à nous, nous irons au travail"! Le monde marche à l'envers... A eux les actifs toute l'année, à nous les touristes pendant deux mois. A ce rythme, la Bretagne deviendra une maison de retraite géante d'ici deux décennies!

Ce n'est pas que j'ai une dent contre les retraités parisiens, mais leur niveau de vie n'est pas le même qu'ici, ce qui pose des problèmes. La mixité sociale, c'est bien joli, mais est-ce possible dans des territoires où les prix des logements augmentent si vite que les jeunes sont obligés de migrer?
Et la chanson de Graeme Alwright, les petites boites, vous connaissez?

D'un côté, des jeunes (et je m'inclue dans cette critique) qui croient tout savoir et de l'autre, des vieux qui refusent de voir que le monde bouge! "Nous avons eu des vies difficiles, connus la guerre, l'absence de logements"... Idem pour nous à ceci près que les logements existent, mais qu'ils sont trop chers et qu'il n'y a plus la situation de plein emploi de l'époque! Ce que je constate, c'est que, pour la première fois, les parents pensent que les conditions de vie de leurs enfants seront moins bonnes que la leur! Ça donne envie de fonder une famille ce pessimisme ambiant?

Si l'avenir d'une société, c'est sa jeunesse, celle-ci ne doit pas être dépossédée de son identité! Or, les personnes âgées ne parlent pas et les enfants ne leur posent pas de questions... la télévision est là pour raconter les histoires!


Illustration Voutch (site ici)
Sous titre: je n'aime pas ce ton! Dois-je une fois de plus te rappeler qu'un jour, c'est moi qui choisirait ta maison de retraite!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Virginie 11/07/2007 21:50

La France est quand même dans les membres fondateurs de l'Europe (et pour cause). De plus, dis-moi ce que l'on nous explique ? Je pense que la liste sera courte. Je suis d'accord sur les subventions excessives mais je ne suis pas certaine que la tâche soit facile, les français sont plus individualistes que la plupart des peuples. Et puis, la culture n'est pas qu'à Paris, tu oublies les festivals, les concerts, les manifestations culturelles ou sportives un peu partout sur le territoire. Je sais bien que Paris est ta bête noire mais comme tu le rappelais, pour des raisons essentiellement professionnelles, il y à,depuis des décennies, des représentants de toutes les régions en IDF. Pour les systèmes gallois ou écossais, je me renseignerai car je les connais très mal. Au sujet des régions, tu oublies la création des poles d'activités sous Villepin, le développement des réseaux ferrés (TGV Est pour n'évoquer que le plus récent), les subventions aux Conseils généraux et régionaux, etc...  Amistosamente.Virginie. 

Chacalito 11/07/2007 22:06

Paris n'est pas ma "bête noire". Je trouve injuste la différence de traitement qui existe entre une ville et toutes les autres. Les gens devraient donc travailler à Paris et prendre leur retraire en Bretagne... un bonne spécialisation des territoires! je rigole, mais c'est ce qui se passe!Les TGV coûtent cher pour rapprocher les régions de Paris. Existe-t-il des lignes efficaces entre Nantes et Bordeaux? Entre Nantes et Lyon? Entre Nantes et Rennes? Entre Rennes et Lille? Entre Strasbourg et Lille? Non, tout est centralisé.Les pôles d'activité, c'est autre chose! Désolé si "j'étale ma science mais ce sont mes études". Les poles d'activité est un nouveau nom pour quelque chose qui existait déjà. De plus qu'y-a-t-il dans ces poles? Du creux. De même qu'en construisant un supermarché, on créé de l'emploi, mais on en détruit aussi! La France est aussi le pays qui refuse l'armée européenne, qui fait croire que c'est l'Europe qui décide alors que les Etats sont souverains, qui croit posséder encore une aura dans le monde! Pour toutes ses raisons, je dis que la France n'est pas vraiment européenne car elle ne croit en l'Europe que tant qu'elle y gagnera. or, elle y gagnera de moins en moins avec l'élargissement. D'où critique de l'euro, critique de Bruxelles, critique des voisins, mais jamais remise en cause. Etre membre fondateur ne justifie pas tout! L'Europe contemporaine se créé en 1957 donc sous un gouvernement qui n'est pas spécialement pro-européen, mais pro-colonie et France comme grande puissance. Les intérêts particuliers devraient avoir cessé depuis longtemps car ce qui profite à l'Europe profite à la France!Gael.

Virginie 11/07/2007 13:58

Cela conduit à définir précisément le concept de population ou de peuple. Quant à l'unité, il s'agit de réunir pas d'unifier.Sinon, si j'ai bien compris, le régionalisme consiste à redonner plus d'autonomie localement. Dans quelle mesure ? Comme les communidades autonomicas hispaniques, les länders germaniques ou une autre forme ? (je n'ai pas trouvé la réponse dans ton article Autonomie et indépendance du 11/04. Sinon, le  dragon sur le drapeau est très beau. Il faut dire que j'adore les dragons).  Que les régions ne soient pas toutes valorisées comme il le faudrait est incontestable mais dire "qu'elles ne comptent pas" me parait très exagéré, Gaël. Pour les deux points suivants, je suis d'accord avec toi. Je pense que l'attitude des différents gouvernements visait à essayer de donner le sentiment aux français d'être européen avant d'être français. Tout ce qui se traduisait par un attachement à une région ou une identité locale était donc de fait supposé contraire à l'objectif. Je pense que le résultat du référendum a sans doute partiellement modifié l'optique des dirigeants politiques à ce sujet.  Amistosamente.V.

Chacalito 11/07/2007 14:46

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce que tu dis, mais nous n'avons pas les mêmes approches. Pour moi, la France est assez anti-européenne puisqu'elle n'explique pas le fonctionnement de l'UE et laisse le doute. Il n'y a pas de hiérarchie concernant les appartenances. je suis aussi bien breton que français (pas plus l'un que l'autre... préfères-tu ton père ou ta mère?). Pour ce qui est de réunir, il y a différentes façon de le faire. La France, historiquement, l'a toujours fait sous la contrainte. Aujourd'hui, elle le fait à grand coup de subventions à ce qui unit (sport, culture à Paris...). Mais je comprends qu'on puisse ne pas penser de la même façon. Le drapeau est celui du Trégor, un pays breton. Pour ce qui est des "modèles", je n'aime pas copier ceux des autres. Chaque territoire est différent et de toute façon, avec certains articles de notre constitution, le fédéralisme est impossible en France. Néanmoins, je ne suis pas pour le régime des landers qui peuvent contredire les lois nationales. Les régions autonomes d'Espagne, c'est aussi particulier car certaines sont à la limite du séparatisme (Pays Basque et Catalogne) tant elles sont riches. Si on devait comparer, je me prononcerais pour un système gallois ou écossais qui donne une part du pouvoir législatif aux régions.Quand je dis que les régions ne comptent pas, je le pense! Pas de pouvoir. L'Etat décentralise pour économiser. Regarde le poids financier de nos régions par rapport au reste de l'Europe et peut-être changeras-tu d'avis!BizGael.PS: j'écrirais un article sur le suejt bientôt, promis...

Artémis 10/07/2007 20:57

Il y à et aura toujours des différences entre les individus. Heureusement. Ce qui est étonnant, c'est cette tendance à uniformiser pour ensuite mieux segmenter voire opposer. A mon avis, cela ne fonctionnera pas sur tous, certains n'étant pas formatables. Quant à "l'unité", je pense qu'il s'agit plutôt de rassemblement et non d'uniformisation Je suis mal informée sur le sujet donc puisque tu sembles l'être bien davantage, j'aimerais savoir que regroupe exactement le régionalisme ? La préservation de la culture, de la langue, des traditions d'une région ? Ou l'indépendance économique ?  Et sinon, hispanophone ? J'ai remarqué un usage fréquent du diminutif. Friendly.V.

Chacalito 10/07/2007 22:09

Non, mais ma meilleure amie l'est... ça vient d'elle!Pour ce qui est de l'Unité, c'est la croyance selon laquelle il n'existe qu'un peuple en France! Comme si, plusieurs peuples ne pouvaient pas vivre ensemble. Le régionalisme, c'est juste le fait de décider plus proche. En somme, cela se réduit à cette simple idée: l'Etat n'est pas le seul garant de l'intérêt général! le rassemblement, ce n'est pas l'unité (j'ai écrit un article à ce sujet): l'Etat français veut unir alors que les fédéralistes dont je fais partie sont plus pragmatiques et avancent en fonction de valeurs communes.Tout le monde se gargarise de démocratie de proximité, mais la décision reste bel et bien à Paris! Le régionalisme est bien plus démocratique que le système centralisé actuel. Mais pour y arriver, il faut cesser les dogmes bien ancré en France: la république une et indivisible par exemple! Les régions en France n'existent pas, seul compte Paris! Dire que toutes les régions sont traitées de la même façon, c'est du mensonge! Pourquoi crois-tu qu'un français ne comprenne pas la différence entre autonomie et indépendance? Parce que les gouvernements successifs ont maintenu la confonsion jusqu'à aujourd'hui, par peur du séparatisme. Moi qui suis autonomiste, je ne revendique pourtant pas une Bretagne indépendante!Ils opposent donc les catégories en laissant croire qu'un autonomiste est anti-Etat ce qui est faux! En laissant croire que quiconque s'intéresse à la culture bretonne, basque ou corse (ou autre) se détourne de la culture française... ce qui est également faux! Freundlich.Gael.

Artémis 10/07/2007 13:29

Salut Gaël,Le constat que tu fais est malheureusement des plus réalistes. Je pense que cette tendance à catégoriser les individus doit être la conséquence de l'approche mercatique d'une population. On ne cesse d'opposer les personnes sur les tranches d'âges, les croyances, les caractéristiques physiques, sociales, géographiques, etc... et à force, on en oublie de regarder au-delà des statistiques, l'individu dans toute sa complexité.Ah cette société consumériste, je t'assure.  ;)Amicalement.V.

Chacalito 10/07/2007 14:32

Je pense qu'il existe des différences, mais elles ne justifient pas un traitement différent. De plus, ce sont des différences de mode de vie, mais pas d'essence (nous sommes tous humains en somme). Mais quand j'entends l'Etat français cataloguer les régionalistes de "communautaristes" (le mot à la mode), ça me fait bien marrer puisque c'est lui qui colle aux citoyens une étiquette... en plus de mener une politique dogmatique qui rend tous les citoyens français identiques (l'Unité)! Schizophrénie, quand tu nous tiens... Nous (régionalistes) revendiquons notre différences, mais nous ne demandons pas de traitement de faveur par rapport à d'autres "groupes"! Et l'appartenance à notre groupe est basée sur la volonté du fameux "vivre ensemble" (la découverte ou l'ignorance: chacun est libre d'y entrer et d'en sortir!) et le respect de la Culture de ce groupe (un peu comme sur les blogs)! En étant conscient qu'à l'intérieur du groupe, les individus sont multiples... complexe tout ça!A+ Artémis.Gaelito.