Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 13:57
segregation--automobile.jpgIl est une discrimination à l'embauche dont on ne parle jamais et qui est pourtant bien réelle (sans doute plus que le racisme): le permis B!

Quel que soit l'emploi recherché, la mention "permis B" est obligatoire sur un CV. La voiture n'est plus un outil, c'est devenu une norme sociale qu'il est difficile de contourner. Serait-on obligé de mentir pour obtenir un emploi? La réponse est clairement "oui"!

On peut constater avec amertume que la société pousse les jeunes à posséder une voiture parce qu'aujourd'hui, "on est obligé d'avoir une voiture pour travailler"... comme si la compétence professionnelle se déterminait en fonction de l'obtention ou non du permis! De même que le système, nous marchons sur la tête (si tant est que nous sachions encore marcher!).

La localisation des emplois, mais aussi de plus en plus de grandes surfaces, se fait en fonction de l'accessibilité en voiture si bien que les "faibles" (ce qui n'ont pas de voitures, qui sont trop âgés pour se déplacer...) ne peuvent plus y accéder. Avez-vous déjà été aux Etats-Unis? Nous suivons le même modèle consommateur d'espace... et ce malgré les recommandations des Nicolas Hulot, Alain Juppé et autre Borloo tous aussi médiatiques qu'inefficaces!

Car jusqu'à preuve du contraire, s'il existe d'autres moyens d'accéder au travail, pourquoi ne privilégier que la voiture? Si je peux y aller en bus? Ou en vélo? Ou même à pieds? Cela regarde-t-il mon employeur du moment que je sois à l'heure pour travailler?

L'obtention d'un emploi est déjà suffisamment difficile pour ne pas rajouter une épreuve obligatoire en plus (le permis, très coûteux de surcroît!). Je demande donc aux collectivités de mettre en pratique leur discours plein de bons sentiments envers les alternatives à la route en sanctionnant les entreprises qui refusent les candidats au motif qu'ils n'ont pas de voiture ou qu'ils n'ont pas le permis! Si le permis est nécessaire pour quelques métiers, avoir une voiture ne doit être une condition sine qua non pour trouver un emploi!

La logique voudrait au contraire que l'on trouve d'abord l'emploi et que l'on achète la voiture si elle nous paraît nécessaire... logique qui devient difficile à respecter (sauf peut-être dans les grandes villes denses où la voiture est moins compétitive que le tram, le métro...)!


Illustration extraite du blog anti-voiture. Lien en cliquant sur l'image.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cadre modele 28/07/2007 09:16

La possession du permis A ou B n'est pas un motif de discrimination...(CF la loi de 2002 sur la discrimination)Même si je suis d'accord : la mobilité favorise l'emploi.Dans certaines régions, les entreprises de travail temporaire mettent en place un système de covoiturage ou ou prêt de scooter pendant la durée de la mission.Dans certaines municipalités, le permis est à 1 euros grâce aux subventions de la région ou de la ville.Demain, la question ne sera plus d'avoir une voiture mais d'avoir suffisament de revenus pour mettre de l'essence...Oui une minorité est écartée, mais que souhaite-elle vraiment ? Vivre dans des régions reculées ou travailler ?Nos choix impliquent toujours des contraintes. Savons nous accepter la contrainte aujourd'hui ? 

Chacalito 28/07/2007 15:47

Pour info, je n'ai pas encore de voitures (ça viendra car je n'aurais moi non plus pas le choix!), mais je m'estime aussi mobile que certains de mes amis qui n'utilisent au final leur voiture que pour des conneries! Etre mobile oui, mais spécialiser les régions où il y a du boulot et les régions où il n'y en a pas ("reculées" comme vous dites) non! Le permis n'est pas nécessaire pour tous les emplois et je confirme ce que je dis: il est discriminant dans le sens où un individu sans permis sera systématiquement mis de côté par les boites d'intérim et ce, même s'il y a des bus ou autre pour se rendre à son boulot. Le permis à 1€, c'est une blague, le mien m'a coûté 1200€ et j'imagine que c'est à peu près le tarif que l'immense majorité paye (disons entre 800 et 1500€)! Le covoiturage ok, mais cela se fait généralement  a posteriori (j'ai d'ailleurs rencontré une asso à Rennes qui me faisait ce constat: c'est en allant voir les employés qu'on parvient à réaliser du covoiturage, il ne se fait pas naturellement). Peut-être certaines boites d'intérim sont plus engagées que d'autres, mais je doute que ce soit le cas pour toutes!Pour résumer, je me fou pas mal de ce que dit la loi à ce sujet, je constate juste qu'un individu sans permis a beaucoup moins de chance de trouver un emploi et ce, même s'il a tous les diplômes nécessaires!La localisation du travail n'est souvent qu'une affaire politique! Je vis en Bretagne (assez dynamique en ce moment au niveau emploi), mais je ne vois pas pourquoi l'ensemble de l'emploi serait situé à Rennes ou à Paris, ou à Toulouse, ou à Lyon (...)! Le Limousin est condamné à ne jamais avoir d'emplois? Au nom de quelle légitimité? Non, je crois simplement que l'héritage centralisé français nous empêche de concevoir le territoire de façon polycentrique... et ça, ce sont les nombreux voyages à l'étranger de personne sans voitures qui me l'ont appris!Je fais mes choix et j'accepte les contraintes pour l'instant, mais parfois, nos choix sont réduits au nom d'un dogme débile: l'automobile reine.Ciao.Gael.