Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 16:00
ETA.gifQu'il est courant que les médias brouillent les cartes! Plus encore quand il s'agit des mouvements de revendication des minorités. ETA ou IRA sont des sigles que personne n'ignore tant ils ont marqué les esprits respectivement au Pays Basque et en Irlande! Mais s'est-on jamais posé la question du pourquoi? Rien ne justifie la violence, mais est-elle gratuite malgré tout? Pourquoi plus ou moins de bombes?

S'il est déplorable que ce genre de groupes terroristes passe à l'action, il est tout aussi déplorable de constater que nos bien-aimés Etats-Nations, ceux dont la parole n'est jamais mise en doute, soient tout autant terroristes!

Aujourd'hui, fort heureusement, ces mouvements de revendication violente désarment. Pourquoi? Est une prise de conscience de l'impact ultra-négatif qu'ils génèrent ou doit-on comprendre ça comme un manque d'engagement de la part des nouveaux sur ce terrain glissant? Je suis assez partagé sur ce point! Je pense que l'Etat (français en particulier) a changé son mode de fonctionnement à l'égard des minorités ce qui implique une évolution des méthodes chez ceux d'en face! La combat est moins visible, mais tout aussi important.

On parle d'"Etat de droit", mais s'il est une chose que l'Etat ne respecte pas, c'est le droit à la différence sur son sol. Toutefois, ce qui compte, ce sont les mots! L'Etat respecte dans les textes, mais pas dans les faits! De cette façon insidieuse, il s'assure un total appui de l'opinion! Puisque l'affrontement avec les nationalistes intégristes ne se fait plus à visage découvert, les anciens cagoulés utilisent la voie démocratique. Néanmoins, on constate que quand le politique se fout ouvertement des accords légitimés par le vote, les attentats reprennent.

L'Etat, en jouant sur le pacifisme, se met dans la poche le citoyen et étouffe du même coup toute revendication régionaliste! Je dis "régionaliste" exprès car la violence a toujours desservi l'idée d'autonomie et même d'indépendance! L'Etat prend un malin plaisir à mettre dans le même panier ceux qui tuent et ceux qui proposent. 

Illustration: Chappatte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Iraultzaile naiz eta harro nago 31/12/2012 15:28


J'oubliais: après la mise en place de la monarchie constitutionnelle dont le chef suprême est l'héritier de Franco et dont de nombreux partis légaux font l'apologie du franquisme (tel le PP, au
pouvoir actuellement), les tortures, les assassinats, les enlèvements, etc ont continué (AAA, BVE, GAL, "incontrôlés", mais aussi polices nationales française et espagnole, Guardia Civil,
Gendarmerie, CRS, Ertzaintza...). Ainsi dire qu'ETA n'a pas su s'adapter à la démocratie est faux: les enjeux restaient exactement les mêmes: se défendre.

Chacalito 05/01/2013 13:56



Logique que c'est article soit mauvais... il est vieux! Depuis, ma pensée a évolué, mais une chose est certaine, le mouvement basque ne peut pas gagner avec ETA. Le désarmement en est une preuve.
Et même les leader d'ETA se tournent vers des moyens moins violents.


 


Faire le procès d'ETA ne veut pas dire encenser l'Etat espagnol non plus. Il torture. Je connais suffisamment le mouvement basque pour savoir que la violence n'est pas/plus plébiscitée. Elle a
sans doute eu des résultats, mais elle a profondément marqué aussi les basques, pour longtemps.



Iraultzaile naiz eta harro nago 31/12/2012 15:23


Désolé de le formuler avec aussi peu de tact mais cet article est extrêmement mauvais.


Il n'est pas fait mention des raisons ayant poussé des militants basques à prendre les armes afin de se défendre contre ceux qui assassinaient impunément depuis de nombreuses décennies (ces
pratiques ont commencé bien avant le franquisme, lors des guerres carlistes mais aussi lorsque des ouvriers mourraient d'épuisement dans les mines de Bizkaia, présentant d'évidents signes de
grave sous-nutrition). De plus, ETA(m) a pratiqué la lutte armée en tant qu'organisation marxiste-léniniste donc révolutionnaire, au service de la classe travailleuse basque. Les opposants à
cette organisation dans les années 1980 étaient quasi-exclusivement des ultra-réactionnaires très favorables à un retour au franquisme.


Ainsi il ne sert à rien de juger la lutte armée dans un contexte que l'on ne connait pas. Il n'est nullement question de nationalisme intégriste mais d'internationalisme et de libération
nationale et de classe.

ElNino 04/09/2007 04:52

Mwouais ... Avant de juger l'ETA, j'aimerais quand même mieux connaître ce mouvement. Faut pas oublier que parmi les personnes flinguées, il y a vait d'anciens franquistes. Alors bon ... De toute façon, c'est facile aujourd'hui de traiter tout le monde de terroriste. Alors, je me méfie ...

Chacalito 04/09/2007 12:30

Je donne des explications, mais je ne juge pas autre chose que la violence. ETA avait ses raisons à une époque, elle n'en a plus selon moi aujourd'hui. Je traite de terroriste quiconque tue un individu ou une culture, l'Etat est selon moi terroriste de même que les kamikazes! D'autres méthodes existent qui ne nécessitent pas la violence armée... la haine engendre la haine!Et même si les franquistes existent toujours, je préfère le procès à la peine de mort (idée que Sarkozy n'a pas l'air de partager!).Gael.

Arnaud 02/09/2007 16:40

ETA est né durant le Franquisme mais n'a pas su s'adapter à la démocratie quand elle est revenue ...La forme de violence qu'ils utilisent ne peut qu'etre totalement réprouvée. (Tuer des innocents ou des élus)Tu ne dis pas non plus que certains mouvements sont les vitrines de revendications bien moins attirantes que l'indépendance.(Par exemple l'indépendance Corse qui prendrait racine dans des mouvements liées à la mafia, quand le peuple, lui, n'en a cure)

Chacalito 02/09/2007 19:36

Concernant l'ETA, je suis d'accord. L'IRA est née quand à elle pendant la guerre civile irlandaise ce qui explique que certains prennent Michael Collins pour un terroriste quand il représentait en fait la légitimité de l'époque. D'ailleurs, il est considéré là-bas comme LE héros, devant Eamon De Valera qui était plus stratège (d'ailleurs devenu le premier président irlandais)! Concernant la légitimité des indépendantistes corses, je suis plus réservé... si le peuple n'en avait cure, les indépendantistes ne remporteraient aucune voix aux élections! Ce sont les corses qui décideront, pas Paris! Pour ma part, j'ai toujours fustigé l'ARB en Bretagne sans critiquer pour autant les groupes indépendantistes pacifiques. Pour moi, autonomiste, l'indépendance de la Bretagne n'a aucune réalité, mais ceux qui l'a revendique par le jeu démocratique ont le droit d'exister.Pour les vitrines politiques, absolument d'accord, mais le sujet est miné. Je suis capable de citer "Batasuna" comme vitrine politique au Pays Basque ou le "Sein Fein" en irlande mais on a constaté ces dernières années que ces vitrines, en prenant du pouvoir, se sont détournées de la violence et appellaient au désarmement (IRA notamment).

chamberien 01/09/2007 20:25

On peut etre regionaliste et ne pas proner la violence ou l'independance de sa region.J'aime ma region, J'aime ma Savoie!

Chacalito 02/09/2007 14:37

Heu... évidemment qu'on peut l'être! Mais aimer sa région ne veut pas dire être régionaliste! Je suis autonomiste et pacifiste. Le but de cet article était de montrer également que l'Etat donne des billes aux terroristes.Gael.