Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 10:09
europe-des-nations.jpgN'étant pas totalement satisfait de ma définition ultérieure (voir ici) et fort de ma nouvelle expérience au sein de l'Alliance Libre Européenne, je me propose de vous fournir mon nouveau point de vue sur le nationalisme.

La définition utilisée dans le précédent article ne change pas: une nation est un
"ensemble de personnes vivant sur un territoire commun, conscient de son unité (historique, culturelle...) et constituant une entité politique". A ce titre, on peut affirmer que dès lors qu'il y a peuple, il y a nation! On comprend donc pourquoi politiquement, le mot "peuple", en France, n'est attribué qu'au peuple français! Une nation une et indivisible, ça vous rappelle quelque chose?

Tout d'abord, il s'agit de de distinguer deux types de nationalisme. D'une part, le nationalisme "fermé" et d'autre part, le nationalisme "ouvert". 

Le nationalisme "fermé" est celui dont nous accuse l'Etat français. Les régions/nations se replieraient sur elles-même en revendiquant leur identité. Noter qu'il y a un paradoxe à monter au créneau avec son drapeau (tricolore celui-là) pour dénoncer le nationalisme! A ce jeu là, la France est assez fermée. Le nationalisme peut en effet être une façon de ne rester qu'entre personnes qui se ressemblent et de ne pas s'ouvrir aux autres (et cela existe dans les deux camps)!

A distinguer donc du nationalisme "ouvert" qui, affirme l'existence d'un peuple certes, mais sans repli chauvin. L'objectif est juridique et il n'y a pas de volonté d'affirmer la supériorité d'un peuple ou d'un autre (voir ici). Bref, ne pas confondre le nationalisme d'un Etat-Nation au nationalisme d'un peuple sans Etat qui revendique le droit d'exister! Pas de fierté, juste un sentiment d'appartenance.

Le nationalisme s'appuye sur une culture, une langue, une histoire! Il peut être violent ou non! Pour ma part, je pense que la violence n'est pas compatible avec un monde raisonnable et qu'en plus de cela, c'est contre-productif (voir ici).

Maintenant, que dire des objectifs des nationalistes? Si certains veulent un Etat (indépendantiste), d'autres non (je suis autonomiste). J'estime être nationaliste breton car je reconnais l'existence d'un peuple breton (si petit soit-il). Une nation sans Etat ne me choque pas, mais le sort qui est réservé à ces nations me m'est pas indifférent. Or, je trouve que l'Etat français ne respecte pas la diversité culturelle et linguistique sur "son" sol.

Une fois cela dit, peut-être être breton sans être nationaliste? Compliqué! Pourquoi se revendiquer breton si on ne se sent pas appartenir à une catégorie spécifique (voir ici)? (ne criez pas tout de suite, j'ai un début de solution plus bas!). II est évident qu'il existe des "seulement bretons" et des "seulement français" en Bretagne. Etre breton ne nécessite pas de parler breton (même si chaque langue reflète une vision du monde) car je pense qu'il est possible de transcrire une partie de cette vision du monde par l'intermédiaire d'une autre langue (vous me suivez?). Ainsi, il existe une culture bretonne en français (voir ici)!

Maintenant, peut-on appartenir à plusieurs nations? J'entends d'ici les puristes me dire que non! Pour ma part, je le pense! Qui a dit que la nation était exclusive? Dire cela est un peu "fermé" à mon sens (ce qui ne veut pas dire que ceux qui ne se sentent que d'une seule nation sont fermés).

Je finirai par dire que l'identité est une affaire individuelle et que l'Etat n'a pas à imposer UNE identité. Si plusieurs individus se sentent appartenir à une même famille, on parle d'identité collective. Un peuple est l'aboutissement d'une "unité" dans la diversité et je ne vois pas au nom de quel principe on refuserait à certains bretons le droit de former un peuple?

Bref, la nation est de l'ordre de l'affectif quand l'Etat est de l'ordre du raisonnable. Les deux devraient pouvoir cohabiter sans problème. Et quand le raisonnable rejoint l'affectif, alors il sera temps de penser à l'idépendance... pour l'instant, je ne crois pas que le sentiment d'appartenance breton justifie cette prise de position, mais les défenseurs de cette idée méritent une écoute. De même que les autonomistes qui ne demandent, au final, qu'une plus grande efficacité de l'Etat!

Illustration: l'Europe des nations.
Plus d'info: www.e-f-a.org



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gwenn 06/02/2009 23:18

Wai, jsuis dans les archives là!"Cest dc qu' il y a un projet commun d' un peuple"Ici en Bretagne, il n' y a pas ce projet commun du peuple, elle n' est donc pas potentiellement reconaissable comme nation?

Chacalito 07/02/2009 18:37


En es-tu certaine? La langue bretonne est défendue par la majorité des bretons. La culture également même si, question investissement, c'est une autre paire de manche. On constate également qu'il
existe un vote breton, une éducation forte en Bretagne, un engagement dans les réseaux associatif, un aménagement particulier (en pays ce qui n'est pas le cas partout en France), un refus du
nucléaire...

Je suis partisan de ceux qui pensent que les nations se chevauchent. En somme, nation breton n'est pas antinomique avec nation française!


Gwenn 06/02/2009 22:02

Salut Gael,Je cite:"une nation est un "ensemble de personnes vivant sur un territoire commun, conscient de son unité (historique, culturelle...) et constituant une entité politique". A ce titre, on peut affirmer que dès lors qu'il y a peuple, il y a nation!"Quelle est la limite, le sens de "constitue une entité politique"?

Chacalito 06/02/2009 22:56


Salut,

J'ai du relire mon texte avant de répondre... c'est qu'il ne date pas d'hier!

Voilà ce que je pense de cette définition du dico: le nationalisme est éminemment politique puisqu'il s'agit de se reconnaître d'un peuple. C'est donc qu'il y a un projet commun d'un peuple (langue
notamment).

J'ai dit à de nombreuses reprises qu'un parti politique n'était pas comme un lobby car il développait un projet de société complet. Je pense donc que le sens de "constitue une entité politique"
doit être compris ainsi: un vivre ensemble. Ce qui ne veut pas dire que tout le monde doit se reconnaître dans le même parti bien entendu.

Gael.


javafred 07/11/2007 22:22

Salut Gael,je suis assez d'accord avec ton analyse. Je suis Breton, cela signifie que j'y suis né et que mes origines familiales en sont issues. Mais je ne me sens pas Breton au sens d'une nation. Et il est à mes yeux encore plus déraisonnable d'envisager un Etat Breton. Il s'agit effectivement plus de l'affectif. Je ne vis plus en Bretagne, mais cela reste bien mon pays (c-à-d l'endroit de mes origines). A+

Chacalito 08/11/2007 09:42

Je crois avoir été assez juste et laisser le choix aux gens! Pour ma part, à l'instant T, je pense qu'une Bretagne indépendante n'est pas crédible, mais sait-on jamais, un jour? Nous ne pouvons pas prédire l'avenir...Tu peux naître en Bretagne et ne pas te sentir breton! Ou l'inverse! Moi-même, je ne suis pas né en Bretagne malgré mes origines bretonnes! Pourtant, j'y vais depuis 18 ans et j'ai découvert mon identité (même si j'y étais aussi plongé par les engagements familiaux).Ravi de ne pas soulever (encore) de tempête!Gael.