Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 16:24
17/04/08

Après trois essais infructueux, il semblerait que Marc Le Fur, député breton UMP, ait réussi à programmer un débat sur les langues régionales à l'Assemblée Nationale.

Le 7 mai prochain aura donc lieu, sous réserve d'un ènième contre-ordre du Premier Ministre pour qui ce n'est jamais le moment, un débat sur la place que doivent occuper les langues "minoritaires" en France.

Breton, Basque, Corse, Catalan, Flamand, Occitan... rappelons que toutes ces langues n'ont pas d'existence légale dans notre Etat dont la Constitution énonce que "le français est la langue de la République" (clause exclusive qui ne laisse aucune place pour d'autres langues).

Loin de le soutenir politiquement, je tire néanmoins mon chapeau à Marc Le Fur (notez bien, ça n'arrivera peut-être plus) pour s'être battu à ce sujet. On ne peut pas en dire autant de tous nos députés...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Un savoyard 01/05/2008 18:56

N'oubliez pas l'arpitan parmi les "langues de France". Une langue qu'on met trop souvent de côté...

Lao Tseu 21/04/2008 14:13

Je crois que l'ambiguïté vent de l'expression "le français est la langue de la
République" ce qui ne signifie pas que d'autres langues ne peuvent pas exister mais que l'administration doit être ne Français. Ce qui est le cas en Bretagne avant que le duché ne soit rattaché au domaine royal. Les ducs avaient en effet instauré le Francais comme langue de l'administration.Concernant plus particulièrement le Breton, sa principale faiblesse est que nos vieux qui disparaissent parlent un breton qui est souvent assez différent du breton enseigné se qui crée une autre fracture au sein des locuteurs. Personnellement, je pense malheureusement que le combat pour le breton en basse Bretagne a été perdu depuis bien longtemps et que celui-ci va rester une langue pour quelques artistes et érudits alors que la population choisit globalement le français. Les travaux récents sur l'adoption du français dans les années 50 alors que la loi n'interdisait plus l'enseignement du Breton en est l'illustration.

Chacalito 21/04/2008 14:24


Cher Lao Tseu,

Je ne suis pas vraiment d'accord avec toi et j'ai la faiblesse d'être plus optimiste bien que trsè lucide sur la mauvaise santé du breton. Premièrement, on ne donne pas le choix aux bretons puisque
le français est appris dès la plus tendre enfance et on refuse d'enseigner le breton de la même manière. Ce qui rpouve bien que c'est un choix politique délibéré de l'Etat de NE PAS VALORiSER les
autres langues présentes sur le "territoire" de la République (comme si a République était un terme géographique!).

Ce qui me console, c'est de voir que les bretons veulent sauver cette langue et que beaucoup aimerait l'apprendre. Que la courbe des jeunes qui désirent apprendre le breton est en hausse et
qu'encore une fois, c'est l'Inspection Académique qui freine.

Enfin, officiellement (c'est à dire vis-à-vis du droit), l'expression "le français est la langue de la République" revient à dire que seul le français compte. Il y a une dimension exclusive qui met
de côté les autres langues.

Une fois cela dit, il est vrai que le français était la langue de la cour bretonne de même qu'il était aussi la langue de la cour anglais à partir de Guillaume Le Conquérant (pendant 400 ans il me
semble). Cela veut-il dire que l'anglais est illégitime en Angleterre?

A nous de définir un projet politique breton, de réinsuffler de la vie dans une culture que l'on considère trop souvent comme archaïque.

Gael.


YANN SYZ 18/04/2008 09:23

d'accord, mais je me demande si ce M Le Fur ne tire pas à lui la couverture d'un boulot qui a concerné plusieurs députés, de plusieurs tendances.ABP relyait récement un texte d'un député PS du finisterre sur le sujet, et d'autres élus de gauche et de droite ont fait de même. Qu'ils soit tous encouragés, m^me si l'issue du débat ne risque pas de nous surprendre.

Chacalito 18/04/2008 10:11


J'encourage ceux qui le font. Mais lui le fait avec zèle... ce qui n'empêche pas qu'il représente ceux qui votent les franchises médicales, les baisses de budget de l'EN...

Gael.