Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 18:07
Cette semaine a lieu le festival Hip Hop à Lorient et étant missionné par le Télégramme pour faire des piges toute la semaine à ce sujet, je voulais en parler un peu sur mon blog!

Je partage l'avis de Thierry Bertin pour qui, "ce n'est pas tant le festival qui compte, mais le processus de fabrication". Comprenez que ce qui rend le festival vivant, ce sont les projets qui viennent s'y greffer.

Le hip hop est une culture urbaine méconnue et caricaturée. Durant mes enquêtes, j'ai pu rencontrer deux jeunes graffeurs, membre de l'association "Loriangeles": Lez et Wïde, auteur du graff ci-contre qui n'existera sans doute plus à la fin de la semaine! Les deux graffeurs m'expliquaient qu'à Lorient, ils n'arrivaient pas à obtenir des "murs d'expression libre", des lieux où les flics ne les pourchasseraient pas et où ils pourraient s'entraîner à peindre au lieu de bouger jusqu'à Rennes, Nantes ou Brest.

Je suis ravi d'avoir pu rencontrer des acteurs aussi bien dans le milieu musical que dans la danse car j'ai vu le côté "intellectuel" du hip hop bien loin des "singes hurleurs" que l'on entend parfois sur Skyrock. Mardi dernier, aux Studios MAPL, j'ai eu l'occasion de discuter avec ceux qui réfléchissent à la manière dont le hip hop pourrait s'affirmer comme une véritable culture et non un phénomène de mode.

La difficulté pour le hip hop, c'est son refus de rentrer dans une case ou d'être récupéré. Pour le milieu, c'est une culture issue des quartiers (dans mon jargon, on dit: "endogène"), pas une "sous-culture" (comme on peut reprocher à la SF de l'être vis-à-vis de la littérature classique).

Je me suis amusé à faire un parallèle musical entre rap et musique bretonne! Ces deux cultures (l'une
urbaine, l'autre régionale) sont victimes des clichés que, bien souvent, les gens de leur propre milieu véhiculent. Quand ce n'est pas un gamin de la cité lorientaise qui chante comme s'il habitait à Los Angeles, c'est un cercle celtique qui reproduit les gestes d'antan (lavandières)!

Une culture moderne, selon moi, c'est un témoin d'une tranche d'Histoire. A ce titre, la Culture est une façon de comprendre comment vivaient les gens à une époque. Rester figé sur des clichés, c'est la laisser mourir et c'est ne pas expliquer aux générations futures qui nous sommes!

Que retiendra-t-on de notre époque en matière de littérature par exemple?

Partager cet article

Repost 0

commentaires