Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 14:55


Je poursuis sur ma thématique de la Justice suite aux nombreux commentaires des deux derniers articles. Le sujet est fort intéressant et je ne voudrai pas que, par maladresse (car j'avoue être virulent dans mes écrits), on déforme mes propos. Je m'excuse également pour ceux qui se sont sentis blessés par ma morale, j'essaye simplement de briser un tabou breton. Car il est inutile de le nier: le mouvement politique breton est lui aussi politiquement correct (les modérés comme les plus extrêmes).


Proportionnez les peines au délit, a dit Voltaire, car ceux qui ont fait les lois n'étaient pas géomètres!Voilà à peu près mon crédo! Il est clair que dans cette affaire de Quévert, les accusés ont purgé leur peine. Néanmoins, la Vérité n'a toujours pas été trouvée et personne ne sait qui est responsable de la Mort de la jeune femme.


Ma question est donc la suivante: la Justice est-elle juste? Je ne le pense pas. La Justice juge en fonction des lois si bien que ce sont aux lois d'être justes sous peine d'avoir une Justice pervertie. Je passe mon temps à dire que les lois sont de plus en plus liberticides donc je ne vais pas, sous prétexte que je ne partage pas les opinions politiques de Gael, Pascal et Christian, faire exception pour eux. Je pense que l'Etat veut montrer à la famille Turbec qu'il fait son possible pour coincer le coupable... mais en se concentrant sur la seule piste des trois indépendantistes! Acharnement ou pas? Sans doute, mais cela concerne-t-il spécifiquement la mouvance politique bretonne?


Quoi qu'il en soit, la Justice est incapable de condamner un accusé sans preuve, sans acte, si bien que je suis persuadé que dans cette affaire, l'Etat se cassera les dents.  Les lois sont censées éviter une Justice arbitraire: on parle de "présomption d'innocence" (la par contre, j'accepte toutes critiques visant à dire que la présomption d'innonce est en voie de disparition: Nicolas Sarkozy n'avait-il pas qualifié Colonna d'assassin avant qu'il soit jugé?).


Le ministre de la Justice conduit la politique d'action publique déterminée par le Gouvernement et veille à la cohérence de son application sur le territoire de la République. Or, je sais pertinement que la séparation des pouvoirs est de moins en moins vraie en France. Je sais aussi quel pouvoir a le président et quels genres de pressions peuvent s'exercer sur des hommes qui ne pensent pas "comme il faudrait".


 

Prenons la lutte politique bretonne dans ce contexte de crispation sécuritaire. Croyez-vous que je ne sache pas que les revendications bretonnes, qu'elles soient autonomistes, indépendantistes ou même simplement linguistiques, sont matées? L'Etat ne veut pas reconnaître le Peuple Breton (intégrité territoriale = un peuple en France) et je sais bien que Gael Roblin est la preuve irréfutable de ce mépris puisqu'il a fait 3 ans de prison pour un communiqué ("l'Etat a chargé la mule", diraient certains).


Oui, le climat ambiant est sécuritaire. On sent bien que l'Etat, par les nombreux procès en cours, craint pour sa survie et tourne autoritaire. Mais selon moi, le procès Quévert est plus "juste" (dans le sens où il y a une affaire derrière) que le procès des Corses qui se sont introduits chez Christian Clavier, ami du président. Le procès Quévert est plus légitime que le procès de notre camarade Sylvain Rabouille qui, parce qu'il a eu une phrase malencontreuse à l'égard de sa Seigneurie Nicolas Sarkozy, a perdu son travail et risque quelques mois d'emprisonnement. Je tente de faire la part des choses: d'un côté on juge un attentat, de l'autre des broutilles!


J'aurai sans doute du commencer par ces quelques lignes avant d'écrire les deux derniers articles, mais je persiste: un prisonnier politique, selon moi (comme ça, on ne me reprochera pas de m'arroger le droit de proclamer le sens des mots), est un homme ou une femme qui fait de la prison pour le seul motif qu'il dérange le système politique en place. Certes, nos trois inculpés dérangent et oui, ils ont été désignés d'avance comme l'a été Colonna, mais jusqu'à preuve du contraire, leurs années de prison ont été "justifiées" par des actes (attentats ou tentatives d'attentats, rédaction d'un communiqué d'une entreprise terroriste).


Après, on pourra toujours polémiquer sur la définition du terrorisme: d'aucuns en Bretagne estiment que poser des bombes est un acte de résistance. Ce n'est pas mon point de vue: la violence est périmée! Seule la lutte politique pacifique pourra venir à bout du mépris. Les Corses l'ont compris, de même que les Basques et les Irlandais (le désarmement des milices entraîne une crédibilité politique). Par pitié, ne sombrons pas dans des méthodes qui n'ont jamais été les nôtres!


Je termine par une question trouvée sur le net: un bon citoyen (qui respecte les lois) peut-il être en même temps injuste (du point de vue de la vertu) ? Et, inversement, un homme juste est-il nécessairement un bon citoyen ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

rabouille 19/10/2014 14:56

Au bout de tant d'années je decouvre votre blog et votre soutien de l'époque. Merci. La suite est qu'ils m' ont bien piégés, style jean groix. Ils ont profité de ma dépression suite a cette affaire pour me coller autre chise et me foutre en tole. Aujourd'hui, en 2014, j'en subit les cinsequences...

sartan83 05/02/2009 08:39

Si la justice était juste, on serait au courant !

kerrain 26/11/2008 19:24

Salut Gael
Je vois que tu persistes et signes. Pourtant, concernant la notion de prisonnier politique, tu avais eu une excellent définition de la part de Ronan. Il a suffi que quelqu'un fasse l'équation entre prisonnier d'opinion et prisonnier politique pour que tu ratifies d'emblée son affirmation. Disons que la catégorie des prisonniers d'opinion constitue un sous-ensemble d'un ensemble beaucoup plus vaste. Un opposant au régime chinois qui se fait emprisonner parce qu'il revendique tel ou tel droit est un prisonnier politique. Mais un Tibétain ou un Ouïghour qui lance une bombe  ou qui flingue un policier, est-ce qu'il ne mériterait pas ce qualificatif?
Ton blog est formellement bien construit mais je souhaiterais que tu sois plus ambitieux et que tu fasse preuve de davantage de rigueur. Je suis bien incapable d'écrire un "Art de Penser", mais il y a une règle fondamentale sur laquelle je n'ai jamais transigé, c'est la conceptualisation. J'ai parfois l'impression que pour toi le sens des mots est ployable à l'infini. Tu te contentes de définitions approximatives, sans te soucier de consulter un dictionnaire. C'est dommage. A maintes reprise je l'ai vérifié : quan je suis intervenu à propos de l'anarchisme. Ou plus récemment quand tu abordais le thème de la technocratie. Lorsque tu appliqueras cette règle de méthode, tes articles deviendront intéressants. Car tu possèdes une grande qualité : tu appliques sans la moindre hésitation la maxime kantienne " sapere aude" : ose penser par toi-même.
Encore une fois, la règle que j'énonce, est une règle absolue.
 a galon
FK

Chacalito 27/11/2008 17:31



SAlut Fanch.


Je préfère cloturer ce débat stérile de prisonnier politique. Selon moi, dès lors qu'il existe une alternative à la violence (en l'occurence, le combat politique qu'il soit d'Emgann, de l'UDB ou
du Parti Breton... voir autres), elle doit être utilisée. Poser des bombes, c'est ne pas respecter la voie démocratique sous prétexte que cela ne va pas assez vite! Je te remercie pour les
compliments et sans doute ne suis-je pas parfait, mais oui, je persiste sur la définition de "prisonnier politique". Je n'ai jamais nié le fait que leurs actions étaient politiques, mais ce que
je nie, c'est qu'ils bénéficient d'un traitement différencié et que l'on puisse accepter leurs actes! La violence est inacceptable en Chine, comme en France. Elle l'est d'autant
moins quand le pouvoir en place permet de s'exprimer aux partis politiques...



visant 24/11/2008 22:33

et puis pour une fois qu'ils ont un ou deux jeunes à l'udb on peut bien rigoler un peu...gourmelen c'est même plus drole...

Chacalito 25/11/2008 09:06


Rigolez autant que vous voulez... si vous êtes sur mon blog, ce n'est pas pour n'importe quelle raison! Amusant comme à "un ou deux", nous bougeons autant que des partis qui sont censés êtres des
centaines! Posez vous des questions!


popol 24/11/2008 22:31

ba c'est vrai qu'a l'udb ils s'y connaissent en soutien aux prsionniers politiques..la dernière fois qu'ils en ont eu un il l'ont tellement peu soutenu qu'il s'est suicidé...

Chacalito 25/11/2008 09:04


Quand on ne connaît pas les histoires, on la boucle un peu! Je vois très bien de qui vous voulez parler. Il s'agit de Jean Groix. Jean-Jacques Monnier a des lettres témoignant au contraire du
soutien à notre camarade qui ne s'est pas suicidé pour une affaire politique, mais parce qu'il était mis en cause dans une affaire de viol. Il avait été arrêté à l'époque où il hébergeait des
basques qui étaient menacés de mort par l'Etat français. Donc, ce n'était pas vraiment le même contexte, ce n'était pas non plus un prisonnier politique et... qui payait les frais d'avocat à votre
avis? Je suis sans doute jeune, mais je sais aussi que certains poseurs de bombe ont souhaité rejoindre l'UDB à leur sortie et pour cela signer des papiers disant qu'ils avaient eu tort. Merci donc
de ne pas répéter les conneries que les anti-UDB sortent tout le temps et de faire de vraies enquêtes avant de balancer sur la camaraderie de l'UDB.