Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 01:18



J'étais jeudi dernier au Tribunal Administratif de Rennes pour soutenir la procédure en justice du Peuple de dunes, collectif d'associations luttant contre l'extraction de sable au large de Quiberon. L'association de sauvegarde et de protection du littoral de la presqu'île de Gâvres traîne en justice la Préfecture du Morbihan, la société Granulat Ouest, la société rennaise de dragage, GMS et le ministère de l'Industrie et demande l'arrêt immédiat des travaux sur le site (voir carte plus bas). Selon l'association, le permis de Lafarge qui mène des études et des prélèvements d'ordre scientifique (recherche) est caduc et son renouvellement n'a pas été fait.


Cet article se veut un réquisitoire pour le Peuple des dunes et sa défense du principe de précaution en vigeur dans la législation française puisqu'il fait partie de la Charte de l'Environnement. Malgré cela, on constate que Lafarge tisse une toile sur le littoral sud-breton avant de commencer une exploitation industriel du site soit un prélèvement annuel de 600000T de sable. On se demande quelle est l'application concrête de ce principe de précaution puisque ni les OGM, ni le nucléaire ne sont remis en cause en France et que, dans l'affaire qui nous concerne, Lafarge semble bénéficier d'appuis politiques plus importants que les maires du coin qui se sont prononcés contre le projet? La photo de l'isthme de Penthièvre ci-dessus vous donne pourtant une idée de la fragilité du milieu dunaire sur la côte de Bretagne sud.


Pour bien illustrer le danger que constituerait un tel prélèvement, j'attire l'attention du lecteur sur le fait que les précédents existent. Au Pays de Galles, dans le Devon, des villages ont disparu sous les flots, happé par la houle devenue plus puissante sans la dune. Erquy semble toucher aussi par le sujet (voir ici). Andrew COOPER, professeur d’études côtières à l’Université d’Ulster exprime ainsi le danger du prélèvement :


« la forme de n’importe quel estuaire ou système de plages ... est fonction du volume de sable qui se trouve là et de la dynamique qui l’affecte à n’importe quel moment. Et si vous touchez à l’un de ces éléments vous êtes conduits à voir une réponse dans la forme du rivage »


La Défense nie toute extraction massive ce qui, dans l'état actuel des choses, est vrai. Mais appelez-moi jambon! La recherche de Lafarge se ferait sans but? Pourquoi dans ce cas, implanter une sablière au Rohu (Lanester)? Si ce n'est pour décharger du sable et s'assurer ainsi un contrôle de la filière "bâtiment" en sud-Bretagne? Bref, un trou dans l'eau, c'est des plages en moins et des villes-dortoirs en pagaille!


La carte ci-dessous est d'ailleurs assez révélatrice du peu de cas que l'on fait des projets en mer et de leur manque de cohérence. Il faut savoir que l'Etat propose l'extension en mer de Natura 2000 à l'ouest de Groix! Etrange! L'est (et donc le quadrilatère de recherche) n'est pas intégré. Quand à l'ouest, n'est-ce pas à proximité que les boues de dragage sont rejettées? Certaines choses nous échapperaient-elles?




 


Voir article sur le blog du Peuple des dunes.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bruno 30/11/2008 23:44

Bonsoir Gael,
L'intérêt de cette audience a été de mettre à jour le fait que le PER Sud Lorient est caduc contrairement aux affirmations du préfet (dernier comité de suivi) et Lafarge. Cette confirmation est venu du commissaire au gouvernement, ce qui n'est pas rien ! Le tribunal ne peut donc que botter en touche puisqu'il ne peut prendre une décision sur un permis de recherche qui n'existe plus et qui ne peut être prolongé.
Il y a donc "victoire" du collectif "le Peuple des dunes", mais demain le préfet maritime peut accorder le permis minier. Il faut donc que tous restent prets à se mobiliser, car seul une mobilisation massive peut faire reculer l'Etat.
Tout est pret pour l'exploitation, un bateau est en construction à Concarneau, l'aménagement du Rohu à Lanester suit son cours, et, comme tu le dis, l'extension en mer de la zone Natura 2000 prend soin d'éviter la zone d'extraction. Cela va même plus loin puisque c'est la seule zone qui ne relie pas les ïles à la zone littoral.

emachedé 30/11/2008 09:10

Mais non aucun lobby, aucune corruption de haut-fonctionnaire, aucun ami industriel du président là-dessous.
Frédéric Lefebvre serait passé par votre blog, vous l'aurait écrit noir sur blanc
En Corse, quand ils s'aperçoivent que la Justice est elle-même corrompue en confirmant des permis de constuire signés par des maires peu scrupuleux, les traditions locales (et dangereuses) reprennent leur droit. Une sorte de loi du tallion: quand l'illégalité répond à l'immoralité.
Mais les bretons ne sont pas réputés pour se laisser faire. Et aussi d'être tétu, surtout quand ils se savent dans leur bon droit. ;-)