Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 11:58
Il est certaines choses qu'il est difficile d'imaginer, d'autres quasiment impossibles. L'infini en fait partie. Parfois représenté comme un huit horizontal, parfois comme une boucle, d'autres fois avec une simple couleur unie dans laquelle aucun point de repère n'existe ou encore comme ce noeud tibétain ou par le fameux π, l'infini a toujours été un problème insoluble pour l'Homme, quelque soit la civilisation dans laquelle il évolue.

Et pourtant, il est possible de concevoir (au sens "se représenter par la pensée") le mot "infini". De même que nous ne savons pas sonder notre cerveau, ni comment exactement fonctionne l'intelligence, il est possible de mettre un cadre au mot "infini" dès lors que l'on sait que ce cadre est lui même compris dans un autre cadre plus large et ce de façon infinie. C'est l'immense avantage de la parole que de fixer l'infixable! Et Dieu créa le verbe!

Ainsi, le concept de Dieu, inventé par l'Homme, exprime de mon point de vue, une représentation de ce qui n'est pas entendable par l'esprit humain. Il faut aller au-delà de la conception réductrice du Dieu créateur (même si l'on pourrait sans doute faire des parallèles entre l'Ancien Testament et certaines philosophies païennes). Dieu est d'abord un concept philosophique: Dieu, c'est à dire la Nature, disait Spinoza, dépasse notre entendement, notre niveau intellectuel pour que nous puissions l'appréhender. Inutile donc de chercher l'existence de Dieu ou non. Mieux vaut se concentrer sur l'élévation de l'esprit humain.

Si, de manière panthéiste, on part du principe que chaque chose a une place et qu'il existe un ordre naturel à l'univers (ce qui ne veut pas dire que les choses sont figées: le concept de "Temps" mériterait d'être abordé aussi), alors on peut dire que pour comprendre Dieu (l'infini), il suffit de se connaître soi-même pour reprendre l'expression d'un autre philosophe. Dieu est dans chaque chose: chaque chose est une constituante de l'infini et, parce qu'elle fait partie de cet infini, l'infini est dans chaque chose. Y-a-t-il un fond à notre esprit?

Certains savants en tout cas ont mis à jour certains paradoxes de l'infini. C'est le cas de Zénon d'Elée, un philosophe grec, qui énonce que la somme d'un nombre infini de longueur est un nombre fini. Pour démontrer cela, il imagine Achille parcourant une distance finie. Il doit d'abord parcourir la moitié de la distance qui le sépare de la ligne d'arrivée (1/2) puis la moitié de la distance restante (1/4)... jusqu'à l'infini. En divisant par deux chaque distance, on obtient jamais la distance finie et pourtant, Achille franchit la ligne! De même, l'infini profondeur de notre esprit est contenu dans un cerveau. Serait-ce une démonstration qui prouverait que l'univers est fini?

Il est troublant (et je suis admiratif) de constater que la plupart des sociétés dites primitives avaient une conception nettement plus précise, et nettement plus littéraire aussi, de l'infini.  De la philosophie bouddhiste en passant par la conception indienne du monde ou celle des aborigènes, des incas (...), bref des peuples ayant vécu au contact direct de la Nature, comment expliquer une telle proximité de pensée pour des peuples ne s'étant jamais croisés? Comment ne pas constater qu'à mesure que l'Homme se dé-territorialisait, sa conception du rapport Homme-Nature évoluait? D'un homme égal de l'animal, on parvient à un homme au-dessus de toute chose!

Je concluerai ce simple exercice neuronale par une citation d'Einstein: "Deux choses sont infinies: l'univers et la bêtise humaine ; mais en ce qui concerne l'univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

FRENCHY 08/02/2009 10:34

Bonjour Gael Briand,
 
" L’infini profondeur de notre esprit est contenu dans un cerveau. Serait-ce une démonstration qui prouverait que l'univers est fini? "
 
Oui et non. Les deux mon capitaine !
 
Cela prouve les deux théories de la même manière, mais à chaque fois selon l’angle de vue choisi.
 
Une bibliothèque contenant 1.000 livres, reste un univers fini de 1.000, 2.000 ou 100.000 bouquins.
 
Rajoutez-y un livre catalogue de tous les livres d’amour qui aient jamais existé, un autre pour les traités de philosophie, un troisième pour les manuels scolaires, et vous obtiendrez une ramification d’univers à l’infini !
 
Ne regardant que notre bibliothèque, l’univers sera pour nous fini. Mais considérez les possibilités d’existence de livres d’amour à travers toutes les bibliothèques, et vous commencerez à percevoir l’infini
 
Un livre catalogue des catalogues, pour faciliter la recherche des étudiants ou encore un classement des parutions par année, pour n’importe quel sujet, donnera une nième dimension à notre univers infini qui devient dans ce cas  "multivers".

Chacalito 08/02/2009 14:45


Oui, et rien ne dit d'ailleurs que l'esprit est infini! Il semble l'être car on n'en perçoit pas les contours, les limites...


kerrain 08/02/2009 08:32

Je m'excuse de m'être trompé de rubrique. Tu m'avaissignalé l'existence de cet article et j'ai répondu illico presto, sans me soucier du titre.  Je me suis retrouvé en compagnie du Peuple Breton. Ce qui m'honore beaucoup. La distraction..Je ne te reprochais pas d'aborder le problème de Dieu selonl'axe de l'essence. Après tout, tu as le droit d'innover. J'insistai surtout sur le fait que les philosophes patentés qui traitent ce problème dissocient les deux plans. Dans leurs oeuvres , chronologiquement, pour m'amuser avec une formule célèbre de Sartre, "l'existence précède l'essence".A cet égard, je te recommande la lecture du Discours de la Méthode de Descartes. Cette lecture te confirmera que la démarche habituelle des philosophes est de commencer par prouver que Dieu existe, avant qu'ils ns se préoccupent d'en déterminer l'essence. Lis donc la IVème partid du Discours : existence de l'âme puis son essence, existence de Dieu, son essence, existence du monde, son essence. Ce texte est d'une grande rationalité, calqué sur le modèle mathématique. Mais cohérence rationnelle ne signifie pas vérité.Tout cela pour te dire que ce sont là deux plans bien distincts et qu'il faut à tout prix éviter de les confondre.J'en viens maintenant au problème de l'infini. Je pense que dans le traitement de cette question tu es victime de l'équivocité du mot. Tu invoques une infinité quantitative. La référence à Zénon d'Elée est significative à cet égard, et la Ière réponse -unfort en math qui doit s'amuser beaucoup- montre bien dans quel champ de signification tu te situes. Mais qui dit infinité quantitative dit infinité matérielle, extensive (ton premier interlocuteur te parles d'ailleurs de longueur). Or qui dit infinité matérielle dit aussi désagrégation, décomposition d'un tout en parties, dissolution, condition étroitement liée à la corporéité. Comment ne vois-tu pas qu'appliquer à Dieu de telles propriétés, c'est le disqualifier en tant que Dieu ? Un dieu imparfait ne peut conceptuellement être Dieu. Mais rassure-toi, beaucoup de grands esprits ont été dupes de cette grande illusion. Lis les Confessions de Saint Augustin -un génie écrasant pourtant-, lorsque tu lis son itinéraire intellectuel, tu constatesqu'il a eu beaucoup de mal à se défaire de cette représentation du divin.Quand on parles de l'infinité divine, il faut donc briser ces barrières mentales qui entravent la compréhension du problème et peuvent être à la source de dérives conceptuelles attristantes. Le vocable "infinité" appliqué à Dieu ne ressortit pas au quantitatif. Il s'agit d'infinité qualitative. Dire que Dieu est infini signifie qu'il est éternel, omniscient, omnipotent etc.. Ensemble de propriétés que tu peux englober dans le concept de Perfection. C'est d'ailleurs "l'idée de parfait" que Descartes exploite pour prouver l'existence de Dieu. Lis le troisième argument que l'on qualifies d'argument ontologique. La question est de savoir si l'existence est une propriété de l'essence ou non. Je te le résume brièvement  : j'ai l'idée de Parfait. Si Dieu n'existe pas, il n'est pas parfait, donc Dieu existes. Je te soumets cet argument. Si cela t'intéresse, examine-le.Je résume donc la difficulté : dissocier infinité quantitative et infinité qualitative.Cela dit, les problèmes sont loin d'être résolus. Peut-on penser l'essence de Dieu ? l'homme, vu sa finitude, la finitude de sa raison, est-il habilité à penser l'essence de Dieu ? La tradition chrétienne classique établit la distinction entre intelligibilité et compréhensibilité. Dieu est intelligible mais il n'est pas compréhensible ( Somme théologique de St Thomas d'Aquin). D'autres philosophes catholiques modernes, comme Jean-Luc Marion -le nouvel acdémicien- se refusent à penser Dieu philosophiquement. Quant au philosophe juif Lévinas que j'admire beaucoup -un des grands noms du XXs- il dit tout simplement que "parler de Dieu c'est parler d'autre chose".Je m'arrête là.Bon courage dans tes "méditation métaphysiques"K

Chacalito 08/02/2009 14:44


Je vois où tu veux en venir... il est vrai qu'en mélangeant un exemple de Zénon d'Elée (distance) et Dieu, je peux faire des confusions. Ici, j'ai parlé effectivement de deux sujets disctincts:
d'abord l'idée de Dieu puis l'infini (quantitatif). Je touche ici les limites d'une pensée réduite à un article court!

J'ai feuileté un peu Descartes et l'ai étudié en prépa (génial d'ailleurs), il faudrait que je le lises complètement.


LE BORGNE 03/02/2009 23:17

J'ai toujours été fasciné par ZENON D'ELEE, dont je ne connais ni la pensée, ni les écrits.Mais il figurait en dernière page de mon premier dictionnaire -(1960) un petit larousse illustré, en 2ème partie donc avec les noms propres et les "hommes célèbres", il était illustré...comme un grec qui n'a forcément pas laissé de photos derrière lui..N'avait-il pas une flêche, transperçant une pomme, sur la tête ???Non.. je ne peux pas le confondre avec le fils de Guillaume Tell !!!Votre chronique et votre blog m'interpellent et vos exercices neuronaux aussi me fascinent....Je serai bientôt en retraite et plus libre pour appréhender vos reflexions.Cordialement.

hervé 03/02/2009 13:36

Personne ne vous menace de venir vous casser la figure alors évitez de faire encore une fois de la désinformation. Est-ce que vous pensez que les braves militants bretons qui s'insurgent contre vos article inqualifiables sont une bande de sauvage? voire, n'ayez pas peur des mots, des dangereux activistes terroristes?

Chacalito 03/02/2009 14:29



Cool. On va arrêter là. Je ne crains pas pour ma vie rassurez-vous!



Hervé 02/02/2009 10:31

Il est terrible de constater que vous et vos amis dans leurs commentaires continuez à dénigrer les bretons. Au moins nous connaissons maintenant votre vrai visage.

Chacalito 02/02/2009 12:13


Je ne me suis jamais caché: ma photo est en haut à droite s'il vous venait l'idée de me casser la gueule!

Gael, breton lui aussi.