Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 02:50


Je participai hier à une manifestation sympa, mais déterminée, à Lorient: celle des étudiants de l'Université Bretagne Sud. Un long défilé allant de l'UBS à la sous-préfecture en passant par le boulevard Léon Blum, le boulevard Emmanuel Svob, le boulevard Joffre, le Cours de Chazelles, la place Alsace-Lorraine, la rue de l'Assemblée Nationale, la place Aristide Briand, la rue du port, le cours de la Bôve!

Environ 500 étudiants revendiquaient un avenir pour l'université et dénonçaient la casse de l'éducation enclenchée par le gouvernement et notamment Mme Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche. "Nous voulons une université publique, gratuite, démocratique, critique, laïque et populaire" rappelle leur tract d'information.

Il est vrai que le gouvernement conçoit l'autonomie comme le féodalisme! L'objectif sous-jascent du décret de la ministre est de privatiser la recherche et de précariser toujours plus les enseignants. Quant à la logique de "pôles", c'est du pur dogmatisme libéral: demain, c'est Paris-Princeton et l'UBS aux oubliettes! Quid de la solidarité à l'heure où la crise frappe tout le monde? Doit-on persister dans cette idéologie dévastatrice?

Outre les manifestations, de nombreuses actions sont menées par les étudiants: concours, lectures, conférences et même un apéro populaire auquel j'ai assisté avec plaisir. A noter que quelques étudiants dorment à la fac depuis le 2 mars.
Ayant moi-même connu des mouvements de grève à l'UBS quand j'y étais étudiant, je note avec satisfaction que le mouvement est dynamique à Lorient et surtout qu'il est sérieux, déterminé. Logiquement les débats s'élargissent aux sujets de société (voir ici), mais point de motions pour la paix dans le monde ou la lutte contre les CRS (j'exagère un peu). Les effectifs sont réduits comparés à des universités comme Rennes 2 ou même Brest, mais est-ce surprenant pour une fac qui compte 4000 étudiants dont déjà un certain nombre en stage?

Ai'ta! Asambles evit ar stourm! Betek an trec'h...


Lien vers le site "Sauvons l'Université de Bretagne Sud"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gwenn 14/03/2009 18:27

Salut Gael! j'ai rejoins la sphère Over-blogienne :http://Forzh-Petra.Over-Blog.Com , décidément, je ne tiens pas en place.Pokoù !

David 13/03/2009 14:42

"Paris Princeton"Toujours la même rangaine anti parisienne. Pourquoi ne pas avoir écrit Rennes-Princeton" ou Toulouse-Princeton"? Bon, maintenant faut mettre les pieds sur terre. Qu'elle est l'avenir d'une université comme celle de Lorient? Enfin, je parle plutôt des chances d'un étudiant qui chercherait un emploi et serait en concurrence avec un étudiant de Toulouse, Nantes ou Lyon (je n'ai pas mis Paris pour éviter l'éternel discours sur la centralisation et les Jacobins). La question est là. D'ailleurs Princeton est aux USA qui n'est pas un pays Jacobin donc quel le modèle viable?
Le seul échapatoire est peut-être la spécialisation même si je pense que la multidisciplinarité est plus productive (en recherche) que des petites unités isolées. Cette université, doit-elle alors être seulement un pôle d'enseignement? Mais sans recherche est-ce une université? Dans ce cas doit-on supprimer cette fac et y implanter à la place une ou deux écoles d'ingé? Mon sentiment est qu'il faut arrêter de dire il faut des universités partout car cela disperse les moyens, réduit le potentiel de recherche et donc le niveau de la dite université. Et pour terminer la réforme Pécresse ne concerne pas l'université mais les enseignants chercheurs. Ce n'est pas la même chose. Je me demande pourquoi les étudiants défiles contre l'autonomie des fac alors qu'avant tout se décidait à Paris. N'est-ce pas un progrès?

Chacalito 13/03/2009 16:24



Votre commentaire me donne l'explication de m'expliquer. Pourquoi avoir dit "Paris Princeton"? Parce que le projet de décret préconise un pôle d'excellence à Paris subventionné à hauteur de
quelques milliards d'euros et de donner aux autres facs quelques millions. Bien sûr, il y aurait d'autres pôles, mais pas en Bretagne. Or, nous possédons
trois pôles universitaires.

Je ne partage absolument pas votre vision centralisatrice et utilitariste de l'éducation, mais ceci est sujet au débat. Pour ma part, je suis pour l'autonomie (l'inverse serait un comble), mais
pas telle que la conçoit l'Education Nationale. L'EN en fait du féodalisme en donnant un super pouvoir au président. Et ne parle pas de péréquation entre les riches et les pauvres.

En espérant avoir répondu à vos questions. Il n'était nullement question de jacobinisme ici, mais plutôt de libéralisme. L'un accentuant les effets négatifs de l'autre.

Gael.