Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 12:04


Samedi après-midi, 2 millions de personnes se sont déplacés dans des bureaux de vote plus ou moins sauvages pour s'opposer à la privatisation de la Poste. Suivant le mot d'ordre du parti, j'ai assumé mon rôle et ai accompagné quelques camarades à Lorient (Laurence, Jean-Paul et Yann pour ne pas les citer) pour tenir un bureau. Un résultat sans appel: notre bureau comptait à peine 10 "oui" sur plus de 700 bulletins.

Ce score stalinien me fait surtout dire que le gouvernement joue avec le feu avec ses projets tous plus dogmatiques les uns que les autres! La vision économique de l'école de Chicago est périmée et la droite décomplexée n'a qu'à bien se tenir si elle souhaite appliquer cette méthode libérale pour résoudre les crises. Laissez croire aux gens que le gouvernement ne veut pas privatiser la Poste, c'est un mensonge de plus. Le gouvernement a commencé le mouvement thatcherien de privatisation: énergie, transport et bientôt Poste et Education Nationale.

Si le collectif n'a pas juger bon d'interroger les formations régionales, on notera que la présence de l'UDB sur le terrain s'est remarquée: les clichés de la presse le prouve. Ni autocollant, ni drapeau, mais un militantisme de terrain que personne ne met en doute! Bravo à Laurence Chevrel, conseillère municipale de Lorient qui a tenu son bureau, dehors dans le vent, de 10h à 15h30.

La Poste doit rester publique tant du point de vue du service, de l'emploi, mais aussi de l'aménagement du territoire. La Poste est primordiale, particulièrement en milieu rural.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

David C. 18/10/2009 19:19



Afin de faire face à la colère qui vient! Afin de faire face à la logique destructrice du système ! Afin de faire face au mépris de la classe en montant sur la scène de l'histoire! Afin de rompre
avec la règle du jeu!


Je vous invite à lire et à partager le dernier tract de Solidarité et progrès :


http://www.solidariteetprogres.org/...


Il est temps que toutes les révoltes particulières donnent naissance à un projet commun révolutionnaire!


David C.
david.cabas.over-blog.fr






Chacalito 19/10/2009 09:29


Ce n'est pas en utilisant des mots clef que l'on fabrique un projet de société. S&P a trop de similitude avec une secte donc sans moi.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Solidarit%C3%A9_et_Progr%C3%A8s
http://www.prevensectes.com/solidarite3.htm
http://www.info-sectes.ch/adfi-rennes.htm

Allez donc faire votre prosélitisme ailleurs!


Karim 07/10/2009 10:58


Il faut arrêter l'éternel discour sur le privé c'est mal. Il faut aussi du privé et dans beaucoup de cas le privé travail bien et honnêtement. Les patrons ne sont pas tous des voleurs pourris sinon
va pendre ton boulanger et ton boucher (ils sont des salauds de capitalistes).

Pour revenir au sujet, la Poste va subir un changement de statut ce qui ne changera rien à sa mission de service public. Le statut public n'empêche pas la fermeture de centres et bureaux.
Le reconnaitre est faire preuve d'honnêteté ce qui est rarement le cas dans le discours des syndicalistes et des partis de gauche sur ce sujet. Deuxièment il s'agit d'un engagement de la France aux
règles édictées par l'Europe décidé par le gouvernement Jospin. C'est un peu tard pour gueuler. En tout cas c'est un faux combat. Le problème n'est pas le statut, le problème est quelle
orientations et services doit rendre la poste.

Ceci est vrai pour d'autres services publics. Là est le vrai débat par sur le statut de telle ou telle entreprise publique. Alors cessons les besancenories de bas étage.  


Chacalito 07/10/2009 22:53


Je n'ai jamais prétendu que le privé était "mal" et n'ai rien contre mon boulanger! Il y a simplement des services que je ne veux pas voir passer dans une logique de rentabilité: éducation,
services de proximité, eau (trop tard!), ...

Si les sites ferment, c'est justement que l'Etat adopte un discours entrepreuneurial, sans mesurer objectivement les externalités positives du public.

Et je n'aime pas Besancenot.


Alexandre 06/10/2009 23:44


Je connais très bien les conditions de travail des vacataires de l'Educ', en fait. Et ce n'est pas précisément un exemple de bonne gestion par le secteur public. Il est très ironique que les
discriminations pratiquées dans le secteur public soient beaucoup plus importantes que celles du secteur privé. Mais je n'idéalise rien non plus. Le marché régulateur, ce n'est pas forcément un
mythe. L'énergie baisse en été, c'est évident, parce qu'on en consomme moins! La demande étant moins forte, l'offre est surabondante et baisse les prix.
Mais attention, cela ne veut pas dire que je pense que le marché ne doive pas être régulé. Simplement, pour moi le marché vaut toujours mieux qu'un système où les choses sont faites de façon
unilatérales par le secteur public (j'appelle ça du communisme, mais tu peux l'appeler comme tu veux).


Chacalito 07/10/2009 01:56


"Je connais très bien les conditions de travail des vacataires de l'Educ', en fait. Et ce n'est pas précisément un exemple de bonne gestion par le secteur public."

C'est ce que je sous-entends. Mais je sous-entends aussi que cette mauvaise gestion est dirigée politiquement par un gouvernement qui souhaite privatiser l'Education Nationale. Et ne dis pas non,
c'est d'une évidence crasse.

Pour l'énergie, tu n'as sans doute pas compris ce que je disais: il faut vraiment prendre les gens pour des jambons pour leur faire croire que le prix de l'énergie baisse. Chaque hiver (quand on a
le plus besoin d'énergie donc), son coût augmente. Chaque été, il ne baisse pas. Le marché irait donc toujours vers le plus cher pour équilibrer?

Pour réguler le marché, encore faudrait-il avoir un projet de société! Nos sociétés n'en ont plus. Et moi, je ne parle pas de communisme en disant cela.


yvonne 06/10/2009 20:55


c'était aux halles st louis ! (loooiinn de merville pour mes pôv'jambes ;-)) ; mais je suis sûre du truc : la question était du genre "êtes vous pour garder un service  public... donc : OUI en
réponse : je me demande si c'était vraiment des agents de la poste, les 2 gonzesses... et à quoi ça a pu servir, du coup... m'enfin ! la prochaine fois, j'emmènerai mes lunettes au marché !!!


Chacalito 06/10/2009 23:07


Je suis formel, tu t'es trompée! Bravo Yvonne! Tu es bien la dernière personne que j'aurai cru pour le changement de statut de la Poste! ;-)


Alexandre 06/10/2009 20:17


Je ne vois pas pourquoi le timbre passerait à 3€! Au prix où il est, la Poste fait déjà des bénéfices. Avec la concurrence, la pression sera plus forte, et toute entreprise pratiquant des tarifs
prohibitifs sera sanctionnée par le marché. Quant aux sans-statut payés au lance-pierre, eh bien il existe un salaire minimum, et il existe un code du travail qui encadre les CDD et les CDI. Il ne
me semble pas que les postiers roulent sur l'or pour le moment, je ne vois pas comment cela pourrait être pire!


Chacalito 06/10/2009 23:13


Oui, c'est ça, le mythe du marché régulateur. On voit bien que l'énergie baisse... en été! Et augmente en hiver! Tu es soit naïf, soit imbibé de cours de HEC. Le code du travail te donne les
salaires minimums certes, mais pas les conditions de travail ne sont pas assurées. Connais-tu les conditions de travail des vacataires de l'Education Nationale par exemple? Pas de vacances,
prévenus au dernier moment, payés moins que les titulaires, sans statut fixe...
Tu n'as pas beaucoup d'imagination si tu penses que la situation ne peut pas empirer. Et puis, face à une difficulté, soit on tente de changer, soit on abandonne. Privatiser, c'est abandonner.
Plutôt crever que d'abandonner mes idéaux...