Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 21:58
Je constate avec effroi qu'à trois semaines du premier tour, aucun candidat n'a fourni un programme solide et que le débat se situe au niveau de la forme plus que du fond! Je me propose ici de décrire ce qui, selon moi, caractérise les quatres candidats dit "majeurs". Je ne m'abaisserai pas à dire tout et n'importe quoi sur les candidats, chacun vote pour le programme qui lui correspond. Commençons par les deux challengers: Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. NS accuse, il pointe du doigt. Il désigne les communautés, les groupes, les personnes et les élève ou les rabaisse. J'ai le sentiment qu'il nous monte les uns contre les autres... en tout cas, son jeu de stigmatisation ne me plait pas! "Les prof ceci, les policiers cela". Hier, à Lanester, ce sont les bretons qu'il a qualifié de "travailleurs" ou je ne sais quoi! Bref, une caricature... il paraît que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute! SR n'est pas en reste. Pour contrer Bayrou, elle n'hésite pas à revenir à un duel droite/gauche stérile, voire à draguer les électeurs de droite comme lors de sa larmoyante intervention à Marseille. SR joue un jeu dangereux en donnant la première des billes à Le Pen. La nation n'est pas réservée à la droite, mais c'est un terrain glissant pour la gauche, comme l'insécurité! Je suis persuadé qu'elle reviendra en fin de campagne sur le chômage et les classes moyennes pour ne pas perdre son électorat face à Bayrou. Ce dernier est condamné à faire parler de lui dans les médias s'il veut sortir la tête de l'eau. Il lance de nombreuses idées en vol et attend la polémique pour avoir à s'expliquer. Le problème, c'est qu'il fait des phrases trop longues! Les intellectuels, ça ne plait pas! Rocard et la présidentielle... Il y a des choses justes dans ce qu'il dit (c'est le seul des quatre à avoir une politique européenne!), mais je crois que cette élection ne sera pas la sienne. 2012, peut-être? Reste JM Le Pen qui n'a rien besoin de dire pour monter! Son pire ennemi, c'est lui-même en 2002: c'est le vote utile, vote pourtant si antidémocratique! Le Pen dit la vérité... mais pas l'entière vérité! Ce procédé a un nom: le mensonge par omission! Et c'est bien pire que de ne pas savoir! Comme si la situation n'était pas assez minable, il a fallu qu'un "resquilleur" noir, le pauvre (!), se fasse interpeller et lance ce qu'on appelle aujourd'hui l' "émeute de la Gare du Nord"... un petit côté effet banlieue qui n'est pas pour lui déplaire!

Partager cet article

Repost 0

commentaires