Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 11:56
shadok6.gifHier soir, sur la chaine parlementaire, j'ai eu l'occasion d'écouter M. Le Pen et, encore une fois, j'ai été plus qu'impressionné par le personnage. Proche, dans l'attitude, d'un ancien militaire serein, sûr de lui et de ses convictions; habile en paroles et sachant faire feu de tout bois devant les journalistes souvent agressifs. Rhétorique classique: patriotisme, fermeture des frontières, retour à une éducation ferme, morale... des arguments qui font recettes chez d'autres candidats! Elu ou pas élu, Le Pen a déjà gagné puisque l'on ne parle plus de l'Europe dans la campagne, que les candidats vibrent à la simple évocation de la France, qu'il s'opère un retour aux symboles de la patrie, de la République (comme si on avait besoin de porter une coiffe pour se sentir bretonne!), que la tradition d'accueil des réfugiés politiques est révolue et que le thème de l'insécurité est ancré dans la campagne... C'est oublier que l'insécurité est une conséquence de la détresse économique. L'ennemi, c'est le chômage, la pauvreté, pas le terrorisme! Maintenir des millions de chômeurs en France, n'est-ce pas aussi une violence? Elle ne serait pas comparable au motif que c'est l'Etat qui l'exerce? Pourquoi l'Etat ne fait actuellement qu'accompagner les décisions économiques, bonnes ou mauvaises? Donc inutile de dire "d'abord on stabilise, ensuite on négocie!" puisque pour stabiliser, il faut négocier! Le responsable de cette dérive n'est pas Le Pen, ni son électorat, ce sont ses adversaires qui sont incapables de démontrer que l'on peut relocaliser une économie et créer de l'emploi sans pour autant fermer les frontières!

Partager cet article

Repost 0

commentaires