Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 14:39

resultats-B4-copie-1.JPG


tabeau-B4.JPG


Evidemment, vous l'aurez compris, ces chiffres ne sont pas ceux de la "Bretagne", mais bien de la "Région Bretagne". Je tenais à le préciser avant qu'un allumé me reproche d'être anti-réunification. Sait-on jamais! Je ne suis pas responsable des conneries de Wikipédia!

Voici donc un petit aperçu de mon analyse des élections de mars 2010 et particulièrement du second tour car j'ai déjà évoqué le premier (
voir ici). Je n'ai pas spécialement envie de m'étendre sur les raisons de la non-fusion entre la liste Europe Ecologie Bretagne et la liste du PS: c'est fait, mais ce rejet va avoir des conséquences évidentes sur la sociologie politique en Bretagne administrative.

Les faits:

Trois listes étaient présentes au second tour:
 
La liste du PS-PC-Bretagne écologie menée par Jean-Yves Le Drian (favori). Aucune liste à ma connaissance n'a appelé à voter pour lui au second tour puisque Gérard Perron (Front de gauche) a appelé à faire barrage à la droite et que C. Troadec a finalement appelé EEB. Je n'ai rien vu de LO ou du NPA.

La liste UMP menée par Bernadette Malgorn (battue d'avance). Le Modem ne sera pas présent au Conseil régional car ils ne se maintiennent pas et refusent d'appeler à voter, fidèle à leur stratégie d'arbitre.

La liste Europe Ecologie Bretagne regroupant Verts-UDB-monde associatif menée par Guy Hascoët (le trouble-fête).

Les chiffres:

Une abstention plus faible qui, apparemment, n'est pas propre à notre région administrative, mais qui peut aussi s'expliquer par la configuration inédite du second tour.

Avec 50,27%, la liste de Le Drian remporte cette élection. Le Ouest-France titrait "haut la main", mais je ne dirai pas ça. Car si sa victoire est incontestable, il règne ici un sentiment d'incompréhension que le PS breton va devoir gérer après la campagne. A peine 50%, c'est une victoire molle quant le président sortant (et nouveau président) aurait pu s'assurer une victoire à 65% (je n'additionne pas les %, ça ne fonctionne pas ainsi). Du coup, il va devoir gérer une région avec deux oppositions: une de gauche (qu'il n'avait pas avant) et une de droite (affaiblie). J'ai une pensée solidaire avec les services de la Région pour qui la tempête va arriver (nouvelle mandature = nouvelle façon de travailler).

Bernadette Malgorn prend une belle fessée. La représentante du Sarkozysme en mission en Bretagne n'a pas trouvé son créneau. Il faut dire que le tribun que l'on attendait a plutôt laissé place à une vision préfectorale de la politique: un peu moisie. Un préfet exécute, il ne décide de rien. Les discours de Mme Malgorn tenait plus de la IIIème République que d'une stratégie de communication pour tous. Du coup, la presse a vite transformé le duel Le Drian-Malgorn en une compétition Le Drian-Hascoët. Avec 32,36%, elle peut se targuer d'avoir fait beaucoup moins que le duc De Rohan en 2004 (41,21%). Une façon pour les chiraquiens de dire que la droite bretonne n'est pas sarkozyste! Attention donc au nouveau parti de MM. Villepin et Goulard. Si ce peut être un épiphénomène ailleurs, il peut percer en Bretagne. Deux partis de droite, deux partis jacobins! Où va aller le Modem?

Le score de Guy Hascoët (le nôtre) est plutôt bon. Honnêtement, je pensais moins. Avec 17,37%, la liste a donné un espoir nouveau à tout ceux qui refusent le bipartisme. A ce titre, si quelques journalistes ont attribué le score du premier tour aux Verts (on se demande comment on peut le savoir, mais bon. Peut-être un jour les journalistes s'intéresseront vraiment à l'implantation militante de l'UDB), le report de voix au second tour est essentiellement dû à mon avis à l'UDB. Les voix de Christian Troadec (de l'Emsav) se sont reportées un peu sur nous, mais également une partie de celle du Front de gauche avec qui nous entretenons de bons rapports militants (manif...). Quelques abstentionnistes ici ou là et un peu de Modem sans doute puisque certaines sections ont appelé à voter EEB. Le côté fédéraliste? Effet Cohn Bendit?

Christian Troadec a joué les girouettes, ce n'est nouveau. Après avoir appelé à voter PS, il appelle à "battre la droite" puis à voter EEB (mais "personnellement"). Les cantonales approchent Christian? A moins que tu n'imagines une alliance avec Richard Ferrand!!! Merci en tout cas aux électeurs de Troadec qui ont fait le choix de porter leurs voix sur la liste Europe Ecologie Bretagne. Etonnante la décision du Parti breton de ne pas donner de consignes de vote: est-ce par anti-UDB ou parce qu'ils sont à droite? Je le dis tout net, je n'aurais pas appelé à une liste Parti breton au second tour même s'il est clair que leur projet institutionnel est plus proche du mien que de celui du PS. Mais puisque le Parti breton se dit "ni-droite, ni-gauche", l'unique critère devrait être le nationalisme! Or, cette liste de gauche était la seule à porter un projet autonomiste. L'honnêteté intellectuelle me force à dire que beaucoup de membres du parti breton que je connais ont joué le jeu et voté Europe Ecologie Bretagne. De toute façon, comptez sur les 4 élus UDB pour porter les idées sur lesquelles nous sommes sur la même longueur d'ondes.

L'avenir:

11 élus Europe Ecologie Bretagne dont 4 UDB. Deux groupes distincts toutefois car nous voulons conserver notre identité UDB aussi. Europe Ecologie n'est pas un parti, mais un rassemblement. Il constitue aujourd'hui la troisième force politique en France (et en Bretagne) et une alternative crédible au PS comme force de gauche. Celle-ci n'est cependant pas suffisamment forte (la gauche) pour se taper dessus et il faudra donc voir jusqu'où peuvent aller les compromis. En attendant, la position d'Europe Ecologie Bretagne au conseil régional ne pourra être que constructive, mais critique. En nous renvoyant dans nos buts, Le Drian a redynamisé l'UDB et nous force à durcir le ton avant 2014. Dans l'affaire, je ne suis pas certain que nous soyons les perdants de cette élection. Il nous donnait 10 élus, nous en gagnons 11, tout seul et sans prime majoritaire! Symboliquement, c'est une victoire!

De son côté, JYLD a gagné, mais dispose d'une majorité de 52 élus contre 58 en 2004. A noter d'ailleurs que, comme prévu, ce n'est pas le PS qui joue ses postes, mais les autres composantes qui écoppent. Et oui, c'est cela l'union des forces: un programme PS et aucune remise en cause du parti majoritaire. C'est toujours les autres qui sont les variables! Ceux qui analysent le triomphe de la gauche aux régionales comme une belle promesse aux présidentielles (l'obsession électorale alors que ce sont les législatives qui comptent!) feraient peut-être mieux de changer leur fusil d'épaule. Il est encore temps de faire son autocritique!!!

Le PC va devoir gérer aussi sa crise interne car il est clair que de nombreux militants ont mal digéré l'alliance dès le premier tour avec JY Le Drian. 6 élus au lieu de 7 pour eux. Quant à Bretagne écologie, ce sera une opposition dans la majorité sur les questions environnementales. En tout cas, il faut l'espérer. Sans cela, ça n'aura été qu'un coup monté du PS pour détruire la dynamique Europe Ecologie Bretagne (raté!).

Pour nous, le travail continue. L'UDBy relance un deuxième tro-breizh, plus ambitieux encore que celui de l'année dernière. Les premières infos sont disponibles sur le blog des Jeunes de l'UDB. Car quoi qu'il en soit, le plus dur reste à faire: convaincre. Et de ce point de vue, il va falloir mettre le paquet car (et ce n'est pas la première fois que je le dis), l'UDB a de grosses carences en communication si bien que nous ne valorisons pas bien notre travail. Les scores urbains d'Europe Ecologie me conviennent moyennement car je prône une écologie pour tous et pas une écologie bourgeoise. Un autre système, ce n'est pas aux détriments des plus pauvres et j'aimerai que les campagnes entendent ce discours. D'où l'importance de conserver aussi une place pour l'UDB, plus appréciée dans les campagnes.

Voilà quelques pistes de réflexion. En attendant, félicitations aux élus d'EEBzh. Vous comprendrez bien que je suis ravi qu'Herri, Christian, Mona et Naig soient élus.



sieges-nouvelle-majorite.gif

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ronan K 25/03/2010 23:33



Bonsoir Gaël,


 


Pour le communiqué, il y a par exemple celui des jeunes de l'UDB :


http://jeunes.udb.over-blog.fr/article-4-elu-e-s-autonomistes-au-conseil-regional-de-bretagne-47201993.html


La lecture du contenu lève les doutes, mais le titre n'est pas très heureux...


 


Sinon, pour la constitution d'un groupe UDB distinct, pour la précédente mandature ça se comprenait un petit peu mieux, car les élus UDB faisait partie d'une majorité large, suite à une fusion
avec la liste Le Drian. C'est l'issue toute particulière à ce scrutin qui me fait penser que ça n'est pas peut être pas le meilleur choix et que EEB aurait intérêt à s'afficher pleinement comme
un front uni, toujours complètement lié à son projet commun, dans la mesure où ils n'ont pas grand chose à voir avec le reste de l'opposition. En s'organisant séparemment, cette dimension risque
d'apparaître plus faible et la tentation de jouer sur les divergences potentielles entre Verts et UDB, pour affaiblir cette opposition particulière peut être tentante pour la majorité... Après,
il y a peut être des avantages "techniques" à disposer d'un groupe à part, mais là je ne connait pas suffisamment les rouages du conseil régional pour me faire une opinion.


 


Noz vat,


 


Ronan



Chacalito 29/03/2010 10:43


Effectivement, le titre de notre communiqué n'était pas heureux. Pour l'histoire du groupe, il y aura un intergroupe de toute façon. De même qu'il y en avait un dès 2004. Grosso-modo, verts et UDB
ont été solidaires durant le dernier mandat. A part quelques divergences sans beaucoup d'importances et deux ou trois votes distincts, notre ligne a été la même.

Il y a également des avantages techniques à avoir deux groupes et nous savons particulièrement bien comment Le Drian peut jouer sur deux groupes. Mais après tout, EEB n'est pas un parti. L'UDB doit
garder sa libre expression. ça se passera bien, rassure-toi! ;-)


RonanK 25/03/2010 17:45


Euh, Jean-Jacques, sans indiscrétion, fais tu partie d'une quelconque organisation politique ? Parce que j'hallucine un peu de voir une telle présentation des choses, que ce soit concernant le PB
ou l'UDB.

Que le PB soit indépendantiste, au sens plutôt séparatiste (avec la France), c'est sans doute un fait incontestable, mais c'est aussi un parti réformiste, favorable à l'autonomie, comme étape vers
l'indépendance. De ce point de vue et pour les campagnes électorales qui viennent d'être menées (européennes et régionales) peut être qualifié d'autonomiste. Maintenant, j'imagine qu'il doit y
avoir au PB des militants, qui ne sont pas farouchement indépendantiste et qui veulent déjà que les choses avancent et ont choisi ce parti pour y contribuer. Sur le plan européen, je pense qu'il
est suffisamment clair que le PB milite pour la construction d'une Europe fédérale, au sein de laquelle la Bretagne aurait toute sa place, pour ne pas écrire de telles inepties...

Quant à l'UDB, si elle ne milite que pour l'autonomie, elle compte aussi dans ses rangs des militants qui disent très ouvertement, qu'une fois une véritable autonomie atteinte, ils n'excluent pas
de se battre ensuite pour l'indépendance. Au-delà, plusieurs militants de PSB-Breizhistance (clairement nationalistes et indépendantistes) étaient aussi sur les listes EEB…

Sur la question nationale, si l'UDB ne fait plus vraiment explicitement référence à une nation Bretonne, tout en parlant toujours de Peuple Breton (notion très proche, mais plus floue et à mes yeux
bien plus faible pour pousser les Bretons à s'interroger sur le sens de leur identité et au delà plus faible aussi sur un plan juridico-administratif international) plusieurs de ses militants le
font toujours (Gaël notamment) et à l'origine, l'UDB exprimait clairement que la Bretagne avait une vocation nationale.

Comme quoi, Jean-Jacques, ton analyse est vraiment à côté de la plaque…

Sinon, la raison qu'avance Stéphane pour expliquer la position du PB sur l'entre deux tours, m'a l'air plutôt d'être une pirouette pour ne pas dire franchement que ça faisait mal aux fesses du PB
d'appeler à voter UDB/EEB, à l'issue d'une campagne où la défiance réciproque entre les deux formations a un peu tourné à un jeu de massacre, auquel ont malheureusement participé les uns comme les
autres. Je pense aussi qu'il y a eu un report de voix très forts et à mon avis, l'attitude la plus intelligente à avoir aujourd'hui, pour tout le monde, comme ces élections sont terminées, c'est de
tourner cette page et de repartir sur des bases plus saines et plus respectueuses pour l'avenir…

Personnellement, je suis très content de voir qu'EEB a obtenu 11 élus, quand Le Drian ne lui en proposait que 10. Passée leur déception de ne pas avoir obtenu la prise en compte à laquelle ils
pouvaient prétendre pour une éventuelle fusion, c'est finalement un signal positif sur leur capacité à exister par eux-mêmse et peut être pour les scrutins à venir, à peser bien plus fortement dans
les négociations qui se présenteront…

Pour le seul mandat régional à venir, ça peut être très intéressant de voir comment la majorité Le Drian va se comporter vis-à-vis de cette opposition inattendue. Si je pense qu'il n'y aura pas,
comme lors du mandat précédent, d'engagements forts en tout début de mandat sur les sujets portés par EEB (on avait eu les vœux sur la réunification, une belle ambition affichée sur le plan
linguistique, des engagements forts sur l'environnement (Bretagne sans OGM par exemple), etc) vite retombés à plat par la suite, c'est peut être plus vers la fin, qu'on pourrait avoir les
meilleures surprises, car Le Drian devra faire attention à ne pas laisser le champ libre sur ces questions à EEB avant les élections suivantes. C'est un peu de la politique-fiction, ce que je
raconte, mais on verra bien…

Du coup et dans cette situation bien particulière, je suis un peu sceptique sur le choix de l'UDB de constituer un groupe de 4 conseillers et je me demande s'il n'était pas préférable d'apparaître
complètement unis. D'ailleurs, alors que j'avais l'impression que l'UDB était minoritaire au sein d'EEB, par rapport aux Verts (alors qu'ils pèsent autant sur le plan militant), en voyant qu'il n'y
avait que 4 élus verts, les 3 derniers étant des non-encartés issus de la société civile, j'ai un peu revu mon jugement. Ceci dit, si l'UDB fait un groupe de 4 conseillers, j'imagine que les 3 non
encartés évoqués rejoindront le groupe des Verts et là, pour le coup, l'UDB apparaîtrait minorisée, mais finalement de son propre fait. Dans le même sens, j'ai vu plusieurs communiqués de l'UDB
indiquer que 4 élus autonomistes entraient au Conseil Régional (quelque uns précisaient quand même "de l'UDB" mais pas tous), alors que l'UDB était parvenue à faire inscrire clairement l'autonomie
régionale comme engagement d'EEB, ce qui est très positif et aurait du amener à écrire que 11 élus autonomistes entraient au Conseil… Là encore, c'est une minoration des résultats obtenus et c'est
finalement dommage, dans une optique de vulgarisation de l'idée d'autonomie pour laquelle l'UDB met pourtant beaucoup d'énergie.

Ce ne sont que quelques petites réflexions en passant…

Ronan


Chacalito 25/03/2010 23:03


Salut Ronan,

Je partage l'ensemble de ton analyse. Concernant le dit communiqué, je n'ai rien vu passer de tel. Si c'est le cas, c'est effectivement maladroit car la liste était clairement autonomiste.
je n'ai que cela comme communiqué:
http://www.udb-bzh.net/spip.php?article610&lang=fr

Faire un groupe UDB était une volonté de notre part car pour nous EEB est un rassemblement, pas un parti. Or, l'UDB en veut pas se fondre dans un parti unique aux règles encore un peu floues. Nous
faisons avancer nos thèmes comme tu dis...

nous avions fait ce même choix en 2004! Car rappelons-le, nous avions déjà, à l'époque fait liste commune avec les verts.

Gael.


Tal 25/03/2010 16:34



Que veut dire jouer sur les mots ?


 


L'indépendance n'est que l'autonomie pousser à son extrème (ou à sa perfection). L'indépendance ce n'est qu'une autonomie totale.


Vouloir l'indépendance aujourd'hui est totalement irréaliste. La seule voie réaliste est une démarche vers l'autonomie, un peu d'autonomie, puis un peu plus pour aboutir peut-être un jour à une
forme d'indépendance ... relative, car personne n'est réelment indépendant.


On peut vouloir une indépendance au sein de l'Europe, avec l'Euro, etc.


 


Le Drian s'est plu dernièrement à dire que ce qui  concernait la Bretagne se décidait en Bretagne. C'est manifestement un autonomiste, voir un indépendantiste ! Du moins en parole. Reste
plus qu'à faire que ces parole aient un traduction dans la réalité. Parce que dans la réalité il ne me semble pas que ce soit encore le cas.Ce qui concerne la Bretagne se décide encore beaucoup
beaucoup à paris.


 


" l'UDB qui est autonomiste et ne fait pas référence à une nation bretonne (bien difficile à définir au demeurant)"


Le Pays de Galles et l'Ecosse sont des nations. Je ne sais pas s'ils ont besoin de définir ce que c'est que la nation galloise ou écossaise pour autant. Ni en quoi le Pays de Galles et l'Ecosse
sont plus une nation que la Bretagne.



Jean-Jacques 25/03/2010 09:46


Le PB n'est pas pour l'autonomie mais pour l'indépendance. Arrêtons de jouer sur les mots. Ont-ils honte de cela pour sans cesse tourner autour du pot? Qu'ils disent clairement aux électeurs nous
sommes pour l'indépendance de la Bretagne et donc pour l'a création d'un Etat Breton hors de la France et de l'Europe.

Dans ces conditions comment pourrait-il soutenir l'UDB qui est autonomiste et ne fait pas référence à une nation bretonne (bien difficile à définir au demeurant). 


Stéphane 24/03/2010 19:05


Salut Gael,

Je réponds à ta question (tu devineras laquelle :-) ) sur le pourquoi pas d'appel à voter du PB : le PB a dit que EEB était la meilleure liste, mais qu'il pouvait pas appeller à voter
officiellement EEB par cohérence avec sa campagne B5 puisque EEPDL soutenait Auxiette, et qu'il voulait pas prendre une position différente en 44 et en B4.

Après je connais pas mal de monde au PB qui a voté EEB. Et c'est lié à l'ensemble du programme qui sur les 3 en lice restants, était le moins éloigné de leurs idées sur l'économie, l'environnement
ou les institutions à leur avis (qui est ausi le mien :-) )