Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 18:27

Demo_Bzh_fr.jpg


Voici une carte (crédit: Gwenael Henry pour l'UDB) qui illustre bien un des problèmes majeurs en Bretagne: le déséquilibre de plus en plus affirmé entre l'est et l'ouest. Urbains contre ruraux, c'est l'inverse de la logique des "pays" dont la Bretagne est héritière depuis... pff... depuis toujours? La réforme des institutions mod-Sarkozy se fout bien de l'aménagement du territoire puisque les pays seraient purement et simplement supprimés et les grands centres urbains (Nantes et éventuellement Rennes) pourraient devenir des "métropoles" aux compétences plus larges qu'un conseil régional!


Bref, quand je vois l'intervention d'Eliane Leclercq à la communauté d'agglo de Rennes Métropole (oui, car Rennes n'est qu'une agglo qui veut se faire passer pour une ville à dimension internationale), je suis fier d'être à l'UDB (encore!). La section de Rennes que je fréquente désormais a pris la décision de voter CONTRE le voeu proposé par les socialistes. Pourquoi puisque Delaveau, le maire de Rennes, affirme que "cela n'a rien à voir avec la réforme des institutions"?


Mais qui est dupe? Pourquoi vouloir agrandir l'intercommunalité rennaise (qui se confondra bientôt avec le département!) si ce n'est pour atteindre la taille critique des villes pouvant accéder au statut de "métropole" (version Sarko). 450000 habitants, Rennes ne les a pas contrairement à Nantes. Horreur pour la "capitale" qui ne peut souffrir ce camouflet!


Ras-le-bol de cette concurrence inter-urbaine! C'est tout sauf de l'aménagement et tout sauf de la solidarité de gauche. J'attends donc que les socialistes qui sont majoritaires en Bretagne prennent position contre cette réforme Sarkozy! Et pas simplement du bout des lèvres. La recentralisation en projet va supprimer la clause de compétence générale aux Régions et aux Départements (sans les supprimer) réduisant son pouvoir déjà faible à peau de chagrin. Fin de la diversité politique aussi et fin de l'accès aux femmes à des reponsabilités (sisi!).


Mais j'arrête là ma diatribe. Lisez donc le Peuple breton en premier lieu et Koulmig, l'info des jeunes de l'UDB où cette réforme est constamment critiquée. Mais le silence qui règne en Bretagne dans le milieu politique est flippant: serions-nous les seuls à craindre pour la démocratie?

 

Rennes pourrait-elle un jour être un peu moins rennaise et un peu plus bretonne? Comprendra-t-elle un jour qu'elle n'est rien sans le reste de la Bretagne qui la fournit en étudiants, en travailleurs, en penseurs... et sans l'Etat qui la fournit en administrations? Pourquoi donc reproduire un modèle centralisé à l'échelle de la Bretagne? Je ne parlerai même pas de Nantes qui, en abandonnant politiquement l'idée de rejoindre la Région Bretagne, se construit autour d'elle-même, comme une forteresse. Mais ce sont les autonomistes que l'on traite de féodaux! 


Je vous invite à faire connaître le texte qui suit puisque les médias rennais nous ont snobé. On parle de ceux qui s'abstiennent, mais pas de l'unique personne à voter contre! Zéro pointé aux journalistes dans cette affaire!

 

 

"Monsieur le Président, chers/chères collègues,


Le vœu qui nous est présenté ce soir nous invite à continuer la réflexion sur la réforme de l'intercommunalité et ses conséquences pour Rennes Métropole, dans le cadre du projet de réforme territoriale.


La réforme de l'intercommunalité ne peut pas être dissociée du projet global dans lequel elle s'inscrit. Or, cette réforme territoriale voulue par le Gouvernement organise un véritable recul de notre démocratie territoriale.


- On attendait l’acte III de la décentralisation ; on nous a servi l’acte I de la recentralisation. Avec la suppression de la clause de compétence générale, les territoires et les Régions en particulier risquent de perdre leurs capacités d’action. C’est paradoxal parce que dans le même temps chez nos voisins européens (Espagne, Royaume-Uni, par exemple), l’évolution démocratique donne de plus en plus de moyens aux Régions pour améliorer le quotidien des habitants.


- On attendait que la parité entre enfin dans les habitudes. Au lieu de quoi, avec le mode de scrutin choisi, seulement 20 % des futurs conseillers territoriaux seraient des femmes.


 - On attendait que la diversité politique soit, enfin, mieux représentée dans nos assemblées régionales et départementales… on pourra toujours attendre ! Avec le mode de scrutin des nouveaux conseillers territoriaux, la droite met en place les conditions d’une reconquête des Régions et des Départements. Curieuse conception du jeu démocratique, où l’on change les règles quand on perd des élections !


Le projet de création des nouvelles Métropoles n’échappe pas à cette série noire d'autant que le projet de loi prévoit que ces Métropoles puissent s'approprier les compétences économiques des Régions et des départements car, je cite : « les compétences économiques sont en effet prioritaires pour la réussite des métropoles françaises dans la compétition urbaine européenne et internationale ».


L'idéologie sous-jacente est claire : celle de la mise en concurrence des territoires, au mépris des équilibres à l'intérieur des régions. Cette réforme signifie donc la casse du modèle breton d’équilibre territorial. Créer les Métropoles et supprimer les Pays, c’est reproduire à l’échelon régional un déséquilibre entre une ou deux grandes villes, qui concentreraient l’écrasante majorité des ressources et des activités, et les territoires périurbains ou ruraux, réduits aux fonctions de villes-dortoirs ou de lieux de villégiature.


Jusqu’à présent, le maillage du territoire par les villes petites et moyennes, qui fait la particularité de la Bretagne, est encore une réalité - malgré les menaces de fractures territoriales que l’on connaît. Il constitue un des facteurs clés de la qualité de vie en Bretagne.


Mais qu’en sera-t-il demain si nous décidons que Rennes et Nantes doivent acquérir toujours plus de compétences ? Nous ne savons pas, a priori, dans quel sens les vases communiqueront. L'aire métropolitaine va-t-elle "irriguer le territoire", ou bien va-t-elle capter le dynamisme breton au détriment de la Bretagne occidentale ou rurale ?


L'expérience nous a plutôt habitués à ce que les ressources bretonnes soient aspirées hors de nos territoires, lorsqu'il n'existe pas de perspective d'activité locale. L'exode des jeunes diplômés bretons est un phénomène tristement connu.


Nous qui définissons Rennes comme "capitale de la Bretagne", nous avons donc la responsabilité de penser aux conséquences de nos stratégies d’affirmation métropolitaine. Comment voit-on la métropolisation rennaise depuis le Centre-Bretagne, comment la voit-on depuis Redon ou Fougères ? Et à quoi nous servirait-il d’être la capitale d’une Bretagne fragilisée et déséquilibrée ?


Le dynamisme de Rennes est en partie dû à la centralisation sur son territoire des emplois administratifs et à la présence de l'université. Elle a donc un devoir de solidarité vis-à-vis du reste de la Bretagne. Son développement ne doit pas se faire au détriment des autres équilibres territoriaux de la Région et des autres solidarités qui fonctionnent autour de Rennes Metropole.



Le vœu de ce soir insiste sur la nécessité de placer l'avenir de notre agglomération sous le signe de la coopération et de la solidarité. C'est tout à son honneur, et vous l'aurez compris c'est ce que souhaite l'UDB.


Nous voulons que chacun puisse vivre dans son bassin de vie, sans avoir à subir des déplacements toujours plus coûteux pour aller travailler ou accéder aux services publics. Il s’agit bien, comme le dit l’UDB depuis longtemps, de « vivre, travailler et décider au pays ». Ce slogan est totalement en phase avec les préoccupations de notre société, consciente de l’urgence sociale et écologique de la relocalisation des activités.


Accepter la création des métropoles c’est se soumettre à un modèle de société inégalitaire, où l’aménagement des territoires renforce les discriminations liées au niveau de revenus. C'est bien la qualité de vie au quotidien qui est menacée. Ce qu'il faut c'est réduire la mobilité subie des habitants, c'est rapprocher le travail du lieu de résidence, c'est choisir la coopération plutôt que la compétition. Parce que etre attractif et rayonner sans être une mégalopole c'est possible, pour cela il faut avoir une réelle originalité à faire valoir : L’exemple de Fribourg nous l’a assez prouvé. Et pour cela il faut renforcer la dynamique régionale et aménager les territoires à l'échelle de la Région.


L'Union Démocratique Bretonne est favorable à un équilibre des territoires à l'échelle de la Bretagne et pense réellement qu'à trop renforcer l'un des territoires, fût-il celui de Rennes Metropole, par rapport aux autres, on risque de créer de nouveaux déséquilibres. C'est pourquoi je ne voterai pas ce voeu.


Eliane Leclercq, Rennes Métropole, le 29 avril 2010."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Julien 07/05/2010 12:01



Etrangement la Bretagne a toujours la taille qui convient pour le projet autonomiste. C'est bien là l'erreur, Rennes (ou Nantes) ont toujours un bassin économique et une attractivité vers les
territoires situés à l'Est en dehors de la Bretagne. C'est un problème de fond et n'a rien à voir avec un quelconque centralisme parisien. La solution pour l'Ouest et centre Bretagne c'est
d'avoir des moyens d'action en dehors de ce schéma directeur funeste. De meilleures synergies doivent avoir lieu entre les acteurs économiques de cette zone indépendamment de la région
administrative Bretagne. Le poids démographique de la haute-Bretagne pèse trop dans les décisions car plus d'habitants = plus d'élus. 


 


Il faut casser le raisonnement qui veut que la Bretagne soit toujours l'élément le meilleur. Mon constat est que le bon échelon est pour de nombreux problèmes écologiques, de l'agriculture, etc.
c'est une aire de quelques cantons qu'il faut. Pour d'autres parties de l'économie comme le tourisme, il y a plus d'efficacité et de retombées si c'est gérer au niveau d'un département. Le
visibilité est plus clair, identifiable. Au lieu de cela, la région nous sort ses campagnes qui profitent (et profiteront) toujours aux mêmes. Arrêtons l'hypocrisie, que Rennes pense à sa pomme
c'est tant mieux et souhaitable (sans nuire à la solidarité entre zones riches et moins riches dans le département et la région ou au niveau national), pour de l'efficacité à l'Ouest et au centre
Bretagne il faut donner des moyens à des groupements de cantons qui s'occuperont de problèmes concrets et qui répondront aux attentes des habitants de ces aires. L'UDB qui veut de
l'autonomie devrait se soucier plus de cela au lieu de toujours parler Bretagne, Bretagne, Bretagne et d'écouter les fossoyeurs de la ruralité comme Ollivro et ses théories fumeuses
Britto-centrées.



Chacalito 08/05/2010 00:10



Je crois que vous faites erreur. En tout cas pour l'UDB. Je m'explique:


Nous sommes pour le principe de subsidiarité et la solidarité entre villes et campagnes. Le projet métropolitain est un projet d'urbains qui nie complètement la dimension rurale justement. En
gros, ceux qui sont importants verront leur budget multiplier par 10, les autres se démerdent avec les miettes.


 


Concernant la Bretagne: il ne s'agit pas de dire que la Bretagne serait l'échelon idéal pour tout. En effet, nous soutenons aussi un échelon plus local, le pays, qui est capable de répondre plus
précisément à des questions précises et fines que la Région, mais qui intègre cette solidarité entre villes et campagnes.


 


Le projet métropolitain est un projet individualiste où chaque ville est une forteresse qui concurrence sa voisine. C'est d'ailleurs déjà largement entamé, mais cette réforme veut l'accélérer.


 


Voilà. Rien de plus. Je ne dis pas que tout est bon dans le cochon ou plutôt le breton. Je dis plutôt qu'il y a des échelons qui sont pertinents en terme de territoires vécus (régions
redécoupées, pays, communes dans une certaine mesure) et d'autres qui sont inutiles et couteux (département principalement).



Julien I. 04/05/2010 15:48



Si on veut vivre et décider au pays il ne faut pas âtre aveugle. C'est une autonomie par pays qu'il faut et certainement pas ces régions trop grandes. La Flandre est plus ou moins grande comme la
Bretagne et on voit des distorsions "monstres" entre Anvers, Gand et la zone de Bruxelles. Le bon échelon n'est pas la région ou les anciennes province mais le canton voir un 2-3
cantons. Plus grand c'est forcément la création de pôles qui prime.



Chacalito 04/05/2010 16:34



Je ne suis pas d'accord. Dans cette logique, l'autonomie rennaise est acceptable! Or, les pays sont pertinents certes, mais n'ont pas la dimension nécessaire pour l'analyse globale, pour
l'intérêt général. Je ne pense pas qu'il y ait de "taille" spécifique, mais la Bretagne est assurément un échelon intermédiaire entre les villes et pays et l'Etat/Europe.


Les cantons, en ville, ne correspondent plus à grand chose.



Christian 03/05/2010 10:41



Bonjour


Belle intervention de l'élue de Rennes Métropole, j'approuve également. Gare à un aménagement du territoire qui crée de nouveaux déséquiibres, désertifie d'un côté et accumule d'un autre.


A galon


CLM



Steeve 02/05/2010 09:44



"est l'inverse de la logique des "pays" dont la Bretagne est héritière depuis... pff... depuis toujours?"


 


Ceci ne veut rien dire. Vous comparez la structure de la France féodale où les distances étaient longues à parcourir
avec la Bretagne moderne où les transports les ont largement réduites. L'urbanisation est un fait de société qui se constate dans tous les pays du monde. Vous parlez de centralisation mais la
Bretagne a toujours été centralisée. Ceci s'est même amplifié avec François II qui fit de Nantes sa "capitale". Nantes excentrée, tournée depuis toujours vers la Loire et non pas vers la
Bretagne. De même pour Rennes qui a toujours été tournée vers l'Est. Ceci est un fait historique que des siècles d'annexions bretonnes n'ont jamais effacé car les hommes ne peuvent pas se voir
imposer où ils vivent et avec qui ils commercent.



Chacalito 03/05/2010 12:01



Cher Monsieur,


 


Point de féodalité dans mon propos! Les pays sont toujours pertinents, et ce, même si la mobilité s'est accélérée! Le pays est un bassin de vie, un territoire sur lequel on peut vivre sans
besoin extérieur. Il faut distinguer besoin et envie, mobilité contrainte (à réduire) et mobilité choisie (à favoriser).


 


L'urbanisation n'a rien à voir la-dedans. C'est l'urbanisation d'une unique ville ou de deux qui me gêne. Car elles se font au détriment des autres. Rennes est tournée vers l'est, c'est un fait.
Rennes n'est pas un synonyme de "Bretagne" que je sache...