Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 12:30

Nantes 18 juin 2011 Gael modifiée

Le 18 juin, j'étais - comme beaucoup de lecteurs de ce blog j'imagine - à Nantes pour une manifestation en faveur de la réunification bretonne. 5000 personnes passées à peu près inaperçues des journalistes, mais aussi des nantais tant le parcours était nul. Mais là n'est pas mon propos.

 

Suite à cette manifestation et au Peuple breton de juin que la rédaction avait choisi de consacrer à cette question essentiellement, j'ai eu l'occasion de rencontrer diverses personnes dont une en particulier qui s'est définie comme "jacobin" et avec qui j'ai (joyeusement) lancé le débat sur les thèmes cher à l'Emsav: réunification, indépendance, autonomie, langue bretonne...

 

L'auditoire est évidemment sceptique envers un type qui, d'emblée, se dit autonomiste dans un pays où l'on confond ce qualificatif avec "poseur de bombe" ou, plus cool, "indépendantiste". Durant notre discussion, mon interlocuteur m'a ressorti tout le contenu de son catéchisme en ayant pas conscience lui-même qu'il connaissait certes par coeur sa leçon de religion, mais qu'il ne savait pas la justifier. Parmi les idées reçues, l'une d'elle m'insupporte au plus haut point: celle de la légende selon laquelle le département aurait été créé pour être à un jour de cheval du chef lieu.

 

Absolument tout le monde a déjà entendu cette belle histoire, poétique finalement dont n'importe quelle andouille pourrait démontrer la fausseté tant c'est évident. Mais voilà, en France, on a pas l'habitude de réfléchir par nous-même: l'Etat nous aide à penser. Pourquoi est-ce faux? Premièrement car vous aurez remarqué que les départements sont à peu de choses près de tailles identiques et ce, en montagne comme en plaine. Ma formation de géographe (et même si je n'y connais rien en chevaux)  me fait dire qu'un pur-sang aurait tout de même beaucoup de mal à parcourir la même distance en montagne qu'un bourrin breton sur une plaine. M'enfin!

 

departements.jpgJe vous invite à lire l'édito du PB de juin dans lequel je développe ceci: la France a aménagé son territoire de Paris. Elle l'a construit. Au départ, il a fallu agréger des "provinces" (pro vincere = pays vaincu) dont la Bretagne, mais pas seulement. Très rapidement, on s'est rendu compte que ces "provinces" n'étaient pas stables et étaient susceptibles de contester la prédominance de Paris sur le reste du territoire. C'est là qu'apparait l'idée de département. Le département juste après la Révolution française qui est menacée aux frontières du pays et qui ne souhaite pas avoir de débordements internes. Cette carte ci-contre vous démontre que l'histoire du cheval est une vaste blague destinée à cacher la réalité: les départements ont été créés pour affaiblir les "provinces" en les divisant. La division étant au profit de Paris dont les préfets maillent le territoire.

 

Quel rapport avec la Loire-Atlantique me direz-vous? C'est simple. La stratégie du département n'a pas plus fonctionné que cela car, en Bretagne notamment, les cinq départements travaillaient entre deux plutôt bien, solidairement. Et ça, ça n'arrange pas les affaires de Paris bien décidé à dominer. Du coup, qu'à cela ne tienne, continuons le dépeçage et divisons davantage. Ce qui était vrai pour la Bretagne le fut aussi pour la Normandie par exemple. Une haute et une basse Normandie. On ampute la Bretagne de son poumon économique. Cette histoire là n'a rien à voir avec Pétain, c'était déjà prévu. Pétain n'a fait qui suivre...

 

Je vous invite à regarder ces deux cartes et à comprendre avec moi. La première ressemble à une carte d'Afrique, celle où l'on a tracé les frontières à la règle, en somme une administration (en fait, la règle a laissé les fleuves et cours d'eau délimiter des frontières qui font plus naturelles). La deuxième, on appelle ça un territoire autrement dit un espace approprié par des hommes.

 

 

 

France_anciennes_provinces_1789.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carte-france-region.gif

 

 

 

 

Que voit-on sur cette ancienne carte? On constate que ce que dit l'UDB sur le redécoupage des régions de l'Ouest est pertinent. La Vendée, c'est le bas Poitou. Le Val de Loire est une quasi-réalité, la Bretagne est réunifiée et la Normandie aussi. Houlà, mais voilà... pourquoi le débat est-il bloqué? Peut-être parce que le jacobinisme parisien n'est pas terminé! J'en veux pour preuve les dernières déboires de la désormais célèbre série à succès "la langue bretonne à l'Assemblée Nationale et au Sénat". 

 

En France, il n'y a que Paris, le français et l'Etat. Pas dans mon monde... Ras-le-bol du conservatisme, essayons autre chose! Alors, quand j'entends Jacques Auxiette au sujet d'une éventuelle disparition du département dire que "l'on ne refait pas l'Histoire" (voir ici l'épique émission de radio), je me dis que merde, si, la France refait l'Histoire constamment. Les Hommes d'Etat n'ont rien à envier à Staline... quand ça ne leur plait pas, ils liquident. Cette situation là, nous devrions l'accepter? C'est ça les Droits de l'Homme? Sans région forte, pas d'autonomie possible. Et c'est de cela dont ont peur tous ces trouillards formés à l'ENA. Sur ce, je vais tenter de dégommer la réforme territoriale à venir...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JIMA 14/12/2011 04:38


Je vais faire très court:


Je suis né à Nantes/Naoned, et pour moi la Loire-Atlantique a toujours été bretonne. Comme d'autres, je ne me reconnais pas dans la région Pays de Loire, une région factice sauf pour le papier.
Quoiqu'en disent les détracteurs, les bretons se reconnaissent dans leur région, c'est leur identité, ce qu'ils sont.


Alors au même titre que les Corses, les alsaciens, les basques ou d'autres, les bretons ont une culture, une/des langue/s, et elles perdurent. Malgré les siècles, elles sont toujours là, et c'est
dans ces entités fortes quze repose la force de la France.


La conjoncture économique actuelle montre que les régions doivent être renforcées, exige qu'il faut procéder à une réforme territoriale. Le rapport Balladur préconisait de réduire le nombre de
régions de 22 à 15, les agences de notations pour les AAA (que j'exècre)  conseillent de supprimer les départements, etc.... et nos élus semblent vouloir rester sur ce système qui ne
fonctionne plus.


Pour ce qui concerne l'appel du 18 juin 2011, bien que résidant à Paris, je me suis déplacé à Nantes et je vous avoue que je fus très..... déçus !


Déçus que nous soyons si peu ! Beaucoup manquaient à l'appel, quant au parcours, je ne vous en parlerai pas. Doit-on en déduire que nous sommes à côté de la plaque ?


Une chose est sûre, c'est que notre défilé, notre manifestation, fut trop discrète, et que les autorités locales, voire régionales, ont bien dû se glausser.


Enfin, je tiens à dire à nos détracteurs que ceux que vous qualifiez de passéistes ou traditionalistes, ne se basent pas uniquement sur des faits historiques pour réclamer la réunification. Il
s'agit de rétablir une réalité démographique, et de profiter d'un tissu économique qui rendrait nos 5 départements plus forts, plus compétitifs, la France ne pourrait que s'en sortir grandie.


Il nous regarde que le budget de communication des pays de Loire consacre des millions d'€ pour faire assimiler une identité "ligérienne" dont tout le monde s'en fout ! Demandez à un nantais ce
qu'il en pense. Beaucoup de jeunes vous diront qu'ils se sentent nantais avant même d'être ligériens ou franâis ou même breton.


Pour finir, je regrette qu'il y ait trop de partis bretons. Qu'importe les sensibilité de gauche ou de droite, un seul parti réunificateur serait plus rassembleur et aurait peut-être plus
"d'écoute" auprès des élus siégeant à Paris.

Chacalito 14/12/2011 09:58



Et ben, vous êtes mûr pour rentrer à l'UDB! Si vous étiez à la manifestation, à moins que vous soyez malhonnête, vous savez quel parti compte en Bretagne. Je ne partage pas cependant votre
volonté d'unification. Soit nous sommes un lobby, soit nous sommes un parti. C'est la deuxième option que je choisis. Pour le reste, il y a bretagne réunie.


 


Si vous souhaitez des contacts avec l'UDB Paris...



Laëtitia 16/08/2011 09:20



Mat e vo, ya, met e Bruxelles e labouran ar bloaz-se!!!!! N'e oa ket arch'ant hag labour evidon e Breizh, neuze "exil" e oa ....Dilherourez on.


A galon, marteze....



Laëtitia 12/08/2011 09:14



Bonjor,


Oui je suis d'acord avec vous pour la réunification de la Bretagne! Je suis de Lorient et donc je trouve stupide que mon cousin de Nantes ne soit pas dans la même région! Mais pour le reste, si
vous permettez, si vous ne voulez pas qu'on vous prenne mal, n'agressez pas ceux qui ne pensent pas comme vous...Comme si tous les cathos étaient intégristes....et tous les bretonnants (j'en
suis)indépendentistes...J'attend la reconnaissance de ma région et de notre langue, mais j'aime bien aussi le reste de la France!



Chacalito 13/08/2011 17:00



Salut compatriote de Lorient!


 


J'aimerai bien savoir où j'ai agressé les gens?


 


Tous les bretonnants ne sont pas indépendantistes... j'en suis bien conscient et je le dis à longueur d'article ce qui énervent passablement certains d'ailleurs. Je ne suis moi-même pas
indépendantiste! Cela dit, ce n'est pas un gros mot. Et quand "au reste de la France", je n'ai rien contre. Tiens, par exemple, je file dès lundi en Normandie! 


 


Marteze e vefe gwelloc'h da gomz dirak ur banne bennak Laëtitia!


 


Gael.



Riton 18/07/2011 17:11



Vue les brassages de population, le grand-ouest est une réalité ethnique, alors autant le créer pour arrêter vos conneries de je suis breton et 300m plus loin je suis un sale con de vendéen. La
culture est la même, le sang est le même, la Bretagne, vendée,  ce sont des machins artificiels que des nationalistes brandissent pour exclure les autres et vivre entre eux malgré leur grand
discours sur l'ouverture au monde... Bel exemple d'intolérance que de vouloir tout bretoniser chez nous.



Chacalito 25/07/2011 15:30



En l'occurence, le nationalisme triomphant actuel est français! Nous, ce ne sont pas les frontières nationales que nous voulons conserver, c'est les délimitations administratives. Pour vous
rassurer, on peut aujourd'hui faire ses études à Nantes en vivant à Lorient, on pourra encore faire ses études à Nantes en venant de la Roche sur Yon. C'est dans votre tête que vous excluez. Nous
souhaitons simplement que les limites administratives correspondent autant que possible au sentiment d'appartenance.



Pipa 16/07/2011 10:43



Un référendum est la pire chose. Depuis quand devrions nous demander aux habitants de LA leur avis pour définir notre territoire? La LA est une terre bretonne depuis toujours et donc elle doit
éternellement être bretonne. Les habitants de LA ne sont pas tous bretons ni même capable de décider librement, c'est pourquoi seul un décret doit permettre de rétablir la LA en bretagne.