Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 22:58


Le dernier commentaire que j'ai reçu d'une copine voulait en savoir plus sur la "destruction progressive, méthodique et préméditée des contre-pouvoirs" que j'ai évoqué dans mon article sur le roi soleil. Cette caricature de michaelski en donne un petit aperçu.

Mais d'abord qu'est-ce qu'un contre-pouvoir? Pour en parler, je me réfère à Montesquieu et la nécessaire séparation des pouvoirs d'une démocratie. Pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. On pourrait remonter à Aristote d'ailleurs car cette évidence que beaucoup ne connaissent plus est très ancienne. Ces pouvoirs répartis permettent de partager les tâches et ainsi éviter de concentrer les pouvoirs dans les mains d'un monarque.

Qu'est-ce qui me fait dire que la séparation des pouvoirs est en danger en France, mais également la démocratie? Un autre pouvoir dont on parle: les médias. Et j'affirme que cette destruction est méthodique, commanditée par un type qui n'a de politique que la prétention, mais qui est assoiffé de pouvoir. Une conception du pouvoir bien étrange, quasi messianique, qui ne connaît pas la contradiction, seine en démocratie.

D'Hadopi au directeur de France télévision, de la chasse judiciaire aux chiraquiens (que je n'aime pourtant pas beaucoup) à la réforme territoriale, chacune des attaques faites est un poinçon enfoncé dans le cuir de la démocratie. Et celle-ci n'est pas éternelle. Silvio Berlusconi a montré le chemin à ne pas suivre (corruption, cynisme...), mais Sarkozy lui emboîte le pas, la tête bien haute, décomplexé.

Le fait que les médias se concentrent sur des broutilles prouvent à quel point l'idéologie est has been. Je suis sans doute ringard en défendant un ancien monde. Aujourd'hui, tout le monde souhaite faire une autre politique, mais on attend beaucoup le mode d'emploi de cette nouvelle politique! Où est le plan B? Chacun crache sur le politique et fait confiance à telle ou telle personnalité ne représentant que lui même, mais censé mener le peuple vers le bonheur.

Aujourd'hui, de Besancenot à Sarkozy, de Mélenchon à Ségolène Royal, de Cohn Bendit à Bayrou, chacun prétend être le porte-parole d'un cri du peuple, d'un rassemblement. Une association n'est pas forcément plus démocratique qu'un parti. Et le mien l'est! Moi, je reste sur ma position. Je ne veux pas d'une autre politique. Je veux rétablir les principes fondamentaux de ce qu'est LA politique.

Et je suis révolté que personne à droite ne se lève contre ce tyran qui s'en prend tantôt aux juges, tantôt aux instits ou profs (l'éducation est la condition sine qua non de la démocratie), tantôt au corps hospitaliers pas assez rentable... un détail est généralisé pour pouvoir surfer sur la rumeur, la vox populi, le ragot. Et c'est ainsi que se banalise le racisme, les clichés et c'est ainsi que l'on oppose les corps de métier les uns aux autres, que l'on individualise toujours plus la société.

Je m'enflamme et me rends compte que j'effleure simplement le sujet. Il faudrait que je prenne l'habitude de faire une revue de presse à ce sujet.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

bzh 29 22/12/2009 08:18



Le problème c'est que la cinquième république en elle même est une constitution qui nie les contre-pouvoirs. Le centralisme achevant de faire de la France une dictature molle et subversive.



Lucie 16/12/2009 15:42



En fait, il y a plusieurs choses dans ce que tu dis. Il y a la séparation des pouvoirs, et les contre-pouvoirs. Ce qui fait que je pense que toi et Kevin (ou plutôt Pierre Rosanvallon) pouvez
bien avoir tous les deux raison :)


Les pouvoirs sont méthodiquement déconstruits, en effet. Ça a commencé très tôt, la sécu avec la franchise, les tribunaux de proximité, les juges d’instruction, le Code Pénal qui a été réécrit,
et si certaines choses étaient à revoir, cela a été fait de telle manière que… l’église de scientologie n’a pas été dissoute ! (un exemple parmi tant d’autres) Ne pas oublier l’école, plus
de cours d’histoire en terminale S (or, l’histoire est ce qui permet à un jeune de se construire une conscience citoyenne), la culture mise au ban (le people bling-bling remplace la princesse de
Clèves comme référence). Par quelques gaffes soigneusement disséminées on distille l’idée qu’Arabe, ça va, que plusieurs, bonjour les dégâts. Qu’un musulman n’est supportable qu’à condition de
travailler, de ne pas parler le verlan ni porter sa casquette à l’envers. Une monstrueuse vaccination de masse est mise en place en réquisitionnant des gymnase, du personnel hospitalier (obligé
d’annuler des rendez-vous avec des malades pour attendre l’éventuelle visite de gens bien-portants effrayés à l’idée de tomber éventuellement malades) et shuntant le réseau des médecins de
famille en qui les gens ont confiance, qui connaissent leurs patients et sauraient les conseiller… c’est peut-être là que le bât blesse, d’ailleurs !


Il serait intéressant de lister tout ce qui est ainsi détruit, ne serait-ce que parce qu’il va falloir le reconstruire, ou le remplacer, d’une façon ou d’une autre. Mais on peut déjà se dire que
ce qui est détruit, c’est… notre identité nationale, non ? 


En tout cas, je suis preneuse d’une revue de presse, à l’occasion.




Jean-Louis 25/11/2009 09:02


Merci de votre réponse, c'est plus clair comme cela.

Cdt,


Jean-Louis


Chacalito 25/11/2009 09:40


Mann 'bet!

A galon

Gael.


Jean-Louis 20/11/2009 11:16


"Aujourd'hui, de Besancenot à Sarkozy, de Mélenchon à Ségolène Royal, de Cohn Bendit à Bayrou, chacun prétend être le porte-parole d'un cri du peuple, d'un
rassemblement. Une association n'est pas forcément plus démocratique qu'un parti. Et le mien l'est! Moi, je reste sur ma position"

Attention, car l'UDB aussi prétend parler au nom des bretons/de la Bretagne. Et prétendre que l'UDB est le seul parti démocratique c'est un peu fort.


Chacalito 20/11/2009 14:38


Faux! Nous parlons au nom des bretons qui se reconnaissent dans nos valeurs. L'UDB ne prétend, ni ne veut être le seul parti breton sur l'échiquier. D'ailleurs, nous refusons les alliances sur la
seule base de la bretonnitude.

Quant à dire que j'aurai dit que l'UDB était le seul parti démocratique, c'est déformer mes dires. Je n'ai jamais dit ça. J'ai simplement dit que mon parti avait un fonctionnement démocratique. Les
autres, je n'en sais rien. J'ose espérer que oui. Je sais par contre que la démocratie associative n'est pas forcément la panacée...

Gael.


Clauswitz 18/11/2009 14:06


"Et je suis révolté que personne à droite ne se lève contre ce tyran "

Il y a pourtant des résistances/réticences comme pour les régions, la taxe pro, etc. Sarkozy a hérité d'une UMP rassemblée par Chirac et force est de constater qu'au sein de l'UMP les plans
Sarkozyste ne passent pas toujours biens. Au gouvernement aussi on voit aussi des divergences qui traduisent que Sarkozy ne contrôle pas tout.

L'affaire de son fils a clairement prouvée qu'à droite et surtout dans son électorat cela ne passait pas...


Chacalito 19/11/2009 12:50


Ses plans ne passent pas bien, mais ils passent. Et personne ne démissionne de l'UMP...