Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 12:18

fest-noz-paimpol.jpgComme chaque année, l'UDB organise un fest-noz à Paimpol le 31. "L'un des plus important fest-noz de l'année en Bretagne" (excepté Yaouank, mais le budget n'a rien à voir non plus) selon le Ouest-France.

 

La section de Paimpol et plus largement la fédé du Trégor Goëlo de l'UDB ont sont très fiers et ils ont raison. L'affiche est toujours au top. Parmi les organisateurs, Pierre Morvan, élu d'opposition et par ailleurs Président du festival du Chant de Marin, signataire de la Charte Ya d'ar brezhoneg.

 

Pourquoi vous dis-je tout ça? Simplement parce qu'un militant bretonnant (dont je précise que je ne remets aucunement en cause l'engagement) vient de nous faire le reproche d'avoir mis "Pempoull", la traduction de Paimpol en breton, en italique. Or, selon la charte d'Ofis ar brezhoneg (je précise encore une fois tout le bien que je pense de cette structure), l'italique n'est pas appropriée pour le breton car cela suppose une langue étrangère.

 

Ceci est tout à fait exact. Quand on regarde la définition du mot italique, on constate que cette forme d'écriture a un sens. Et que les langues étrangères sont écrites en italique (mes correcteurs du Peuple breton ne me contrediront pas j'espère). MAIS, cela ne me choque absolument pas que l'on écrive le breton en italique. Nulle part dans la définition, il est dit qu'un mot en italique a moins de valeur. Au contraire, on utilise l'italique, à défaut du gras, pour insister. L'italique donne une impression de taille réduite, mais ce n'est pas le cas.

 

On passe son temps à couper les cheveux en quatre alors que l'important est d'avoir du breton hors de l'école. L'italique pour la langue bretonne suppose simplement, non pas que c'est une langue étrangère, mais qu'elle n'est pas la langue majeure. Ce qui, jusqu'à aujourd'hui, est le cas. Je revendique aussi le droit dans certains espaces que ce soit le français la langue mineure.

 

Une-octobre-2011.jpgComment procède-t-on dans le Peuple breton? L'Ofis nous a demandé de rendre bilingue nos têtières, de traduire l'édito... Ce que nous avons refusé tout net. Sommes-nous des anti-breton pour autant? Non, simplement, je ne suis pas un fervent adepte du bilinguisme à l'écrit. Je lui préfère deux monolinguismes. Je m'explique.

 

Le Peuple breton est un journal en français et en breton, mais pas bilingue. De même Bremañ ne traduit pas ses textes en français. Pourquoi devrions-nous le faire en breton? Le breton n'existe que si ce que l'on dit n'existe pas dans une autre langue d'où notre refus également de traduire les pages en breton en français! ça frustre beaucoup de monde de ne pas pouvoir lire les 4 pages du PB en breton, mais c'est ainsi, c'est notre ligne. D'ailleurs, vous noterez que les pages en breton du Pobl Vreizh sont écrit en romain et que ce sont les quelques mots en français qui sont écrits en italique. Ce qui suppose que pour ces 4 pages, c'est le français la langue mineure. J'aimerais multiplier les pages en breton, mais pour cela, il faudrait être capables financièrement de faire un 52 pages chaque mois.

 

Ma 'z eus nemet pajennoù div-yezhek, piv a lennfe ar brezhoneg? Ur yezh a zo bev ma 'z eus traoù nevez da lenn, traoù da ijinañ, lec'hioù prevez evit ar brezhoneger... Modal, ret eo deomp displegañ an holl frazennoù. Piv a rafe an dra-se gant ar galleg? Ur soazneg e Breizh a implij ar galleg, neketa? Ret eo ober plas evit brezhoneger ivez... evit komz diwar-benn draoioù all eget ar brezhoneg! Ur bern gevredigezh a ra plas evit ar brezhoneg, ret eo ivez kaout unan bennak 'barzh servijoù publik.

 

panneau-bilingue.jpgTout cela pour dire que j'ai beau apprécier le travail de l'Ofis, je ne prends pas toutes leurs règles pour paroles d'Evangiles! Je préfère me concentrer sur l'essentiel à savoir que des communes (et de plus en plus) font un effort pour mettre du breton sur les panneaux. Que par rapport à quand j'étais petit (où à de rares exceptions, les maires se foutaient ouvertement du breton), les conditions ont évolué et qu'aujourd'hui, c'est la course à l'échalotte même si cela reste de l'affichage. S'il y a une réelle envie de mettre en valeur la langue alors il ne faut pas décourager avec des règles trop strictes. Les communes avancent à leur rythme et une fois la machine enclenchée, c'est déjà gagné.

 

Est-ce en tapant sur ceux qui font des efforts que le combat avancera? Définitivement, certains perdent leur temps et feraient mieux de se concentrer sur ceux qui n'en font aucun. Mais c'est bien connu, on tape toujours sur celui qui est juste au dessus sans penser à celui qui l'est un peu plus!

 

Le collectif Ai'ta fait bien de se concentrer sur la SNCF ou la Poste ou les panneaux qui ne sont pas concernés par le bilinguisme. Cependant, à mon humble avis, mettre deux caractères romain l'un sous l'autre (quelque soit la langue au-dessus) normaliserait certes le breton, mais ne le mettrait pas en avant. Ma remarque ne vaut évidemment que s'il n'y a qu'un panneau. S'il y en a deux l'un sous l'autre alors le breton doit être traité de la même façon que le français.

 

Emichañs e vo muioc'h pennad e brezhoneg amañ, met n'eo ket aes c'hoazh da causeal hep ober fazioù. Ma live n'eo ket huel ha 'm eus ket c'hoant da gomz evel un dizesk.

 

La signalisation routière bilingue. Je partage à 95%.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dewi 27/10/2011 18:45



Ma, kentañ tra, 'raok displegañ ma soñj dre ar munud e fell din embann n'am eus ket c'hoant 'vefe sach-blev... eskemm en un doare
sioul, ne lâran ket ! Goût 'ran a-walc'h e vez graet strivoù gant un toullad tud en UDB... tabutal 'vit mont pelloc'h an hini 'zo kaoz amañ, ha n'eo ket tamall krak ha berr.


 


Koulskoude, n'hallan ket sevel a-du gant an doare-se da welet an traoù. Skrivañ brezhoneg par ouzh ar galleg n'eo ket ur reolenn savet
gant un den en Ofis... Pa 'h eer da bourmen en Europa, morse ne weler ar yezhoù "bihan niver" skrivet bihanoc'h 'vit ar yezh pennañ, pe skrivet a-dreuz, pe me oar-me... diforc'hioù liv, evit ma
vefe lennet aesoc'h, ya. Met setu tout. N'eus nemet e Breizh e vez gwelet an dra-mañ !!! Eviton-me eo sklaer eo un doare da lakaat dismegañs war ar brezhoneg c'hoazh : bihanoc'h ha / pe a-dreuz
PEOGWIR n'eo NEMET brezhoneg... da lâret eo un dra "n'eo ket sirius", un doare "folkloraj 'zo bet lakaet aze 'vit ober plijadur d'an douristed ha d'un nebeud plouked. Se eo bepred ar skeudenn
roet gant an doare-se da skrivañ.


 


Dont a ra
'mod-se da vezañ un is-yezh (Yann Arthus Bertrand a lâre e oa"is-titlet" hor panelloù... brav !), hag abalamour n'emañ amañ nemet 'vit ar skeudenn, ne vez ket implijet 'met ar yezh vras, ar yezh
sirius : ar galleg. Spontus eo gwelet penaos e vez disoñjet gant an dud da betra 'servij lakaat brezhoneg war ar panelloù hag ar skritelloù, da gentañ penn ! N'eo ket 'vit ober brav, met evit ma
vefe lennet gant ar re a fell dezhe lenn e brezhoneg !!!

Dibaoe 30 vloaz bennak e vez lakaet muioc'h-mui a vrezhoneg war ar panelloù... mat-tre. Met peogwir eo bet skrivet adal ar penn-kentañ evel-se, bihanoc'h hag a-dreuz, eo daet da vezañ ar stumm
naturel da skrivañ brezhoneg evit ar Vretoned, hag evit kalz a dud en Emsav zoken ! Atav 'vezan spontet pa vezan e Landerne, er straedoù, en ti-gar : brezhoneg e pep lec'h, met peseurt mod !!! Ha
se "a-drugarez" d'un den a gomz hag a zifenn ar brezhoneg bemdez-Doue !!! Ur farsadenn an hini eo, dont a ra da vezañ lu. Penaos bezañ gwelet 'vel tud sirius, ha ni o tifenn hor yezh hag o
vroudañ an dud da lakaat o bugale en hor skolioù, pa welont peseurt implij a reomp (pe a laoskomp ober) deus hor yezh ???

Ma, ne fell ket din bout re hir, met tro 'moa bet da lâret ar memes tra un nebeut bloazioù 'zo ma ne fazian ket : UDB Pempoull 'ra strivoù 'vit ar fest-noz pe gouel ar Vartoloded... mat, met
n'eo ket trawalc'h : ma fell dezhe (dimp) implijout ar brezhoneg, ret eo dimp bezañ disi, a-hend all n'eo nemet folkloraj c'hoazh... Brezhoneg da gentañ, ha par ouzh ar galleg ! Pouezus-bras e
vefe graet an dra-se en UDB, kar gwelet e vezomp evel ur skwer gant ur bern tud : ret eo diskwel an hent mat d'ar re all... a-hend all e refont an traoù gwashoc'h c'hoazh, pe netra (sellit deus
ar boan 'meump da lakaat bzhg e festivalioù ar vro !!!). Ma n'eo ket an UDB a ra, peseurt strollad a ray ??? Momes tra 'vit ar PB : treiñ anezhañ penn-da-benn a deufe da ger, gwir, ha ret
'vije kaout tud d'en ober... met lakaat titloù ar rubrikennoù ne vefe ket diaes momes tra ! Seul vuioc'h 'vez gwelet ar yezh, seul vuioc'h 'vez roet c'hoant d'ober ganti ivez (ha graet 'vez dija
'vit ar miz war ar golo, neuze)...

Un dra diwezhañ 'vit achuiñ : n'haller ket lâret eo naturel 'vefe skrivet ar yezh a-dreuz peogwir n'eo ket yezh pennañ ar vro ! Un abeg toull an hini eo ! Ret eo e vefe brezhoneg yezh pennañ ar
vro, ha diouzhtu... ma n'eo ket posubl er sifroù (digreskiñ a ray an niver a vrezhonegerien 'pad pell c'hoazh) e rank bezañ er speredoù. Hep brezhoneg, Breizh ebet ! Ma ne gompren ket se an dud a
zifenn ar brezhoneg, neuze eo achu gant hor yezh, ne bado ket pell ken... 'vel an identelezh, ne chomo 'met un tamm folkloraj brav da ziskouez en ur mirdi pe d'an douristed. Se an hini eo kudenn
ar Vretoned 'meus aon : degemer dispriz ar C'hallaoued war ar pezh 'zo dimp (yezh, identelezh, met ivez Istor, en-dro...), hag asantiñ 'vefe laosket a gostez, kar "n'eo ket ar pep pouezusañ",
"mallusoc'h 'zo", hag all... D'ar mare-se, achu ganimp !


 


D'an holl a
striv dija (strolladoù politik, skolioù, kevredigezhioù...) da vont betek penn 'ta, hag evel-se 'vo roet c'hoant da reoù all kregiñ 'barzh d'o zro... Neuze 'vo ur chañs da welet hor yezh sevel he
c'hein !







Chacalito 27/10/2011 19:08



Salud Dewi,

Diaes e vo e brezhoneg, met kregiñ a ran. Da gentañ, ret eo pouez ober trouz evit nemet ur pennad. Setu pezh 'moa c'hoant da lâr, met n'eo ket pezh a c'hallfe soñjal! Gouzout a ran ez eus tud
n'emaint ket a-du ganin.

Beajet 'meus ivez. E Katalunya ez eus ur radio evit ar re a gomz katalan. Arabat komz spañoleg. Trouz zo bet graet ganto (ar re a gomz spañoleg) peogwir ne oa ket tu da gomz en ur yezh all. Met
petra? Div-yezhek eo ivez! Div yezh a blij din gwelloc'h eget div-yezhek peogwir un deiz a vo, un den a laro pezh a zo lâret e brezhoneg a c'hallfe troet
e galleg. Ha neuze e vo marv ar yezh. Hep brezhoneg, Breizh ebet, ar gwir zo ganit. Ha setu perak n'on ket a-du gant an Ofis war ar mod-se (nemetken). E lec'hioù all ez eus muioc'h a dud a
gomz e yezh (katalan...). Amañ eo Breizh ha n'eo ket bro-Skos pe Wales.

Strollad Ai'ta 'neus ket c'hoant da lakaat brezhoneg e Breizh Uhel? Perak neuze? Perak e c'hallfe ket posubl da lakaat brezhoneg en italique e Breizh Uhel (yezh 2) ha en ur mod "romain" e
Breizh Izel (yezh 1)?

Evel just e vin e Pempoull. Hag evel just e vin a-du evit kaozeal. D'am soñj ez eus bern traoù d'ober en UDB. Met pas hep ar brezhonegerien. Ha siwazh, brezhonegerien en UDB a zo morse e lec'hioù
all evit stourmañ.


Gael.



Lucie 27/10/2011 13:10



Dans mon coin, tu t'en doutes, c'est plutôt l'occitan, voire le catalan ou le basque, si je m'éloigne un peu, qu'on peut lire sur les panneaux routiers. Et vraiment, je crois l'usage de
l'italique indispensable. C'est un rappel visuel, comme un bouton qui permet de commuter le cerveau. On a besoin de savoir qu'on passe d'une langue à l'autre, tout simplement. Surtout quand on
conduit, qu'on cherche un lieu-dit... tout écrire en romain ne ferait que rendre confus les panneaux routiers, et ils le sont déjà bien assez, masqués par des pubs écrites ni en français, ni en
breton, occitan basque ou catalan, ni même en véritable anglais.

Dans un magazine, oui, je pense que l'usage de l'italique a cette même utilité d'aider le cerveau à passer dans un autre langage...



Chacalito 27/10/2011 18:11



Salut Lucie,


 


En réalité, il est prouvé que le cerveau reconnait automatiquement sa langue. Néanmoins, je ne trouve pas ça dévalorisant d'être écrit en italique. Je dois penser en italique sans
doute!


 


A tout hasard car je sens le coup venir, je précise encore une fois que ce n'est pas parce que sur ce point, je ne suis pas en accord avec Ofis ar brezhoneg que je remets en cause leur
travail. Quant à Ai'ta, j'ai toujours soutenu et je ne suis pas prêt de m'arrêter.