Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 14:35

logo-primaires-citoyennes.jpgEn ce moment même ont lieu les primaires du Parti Socialiste, finement baptisée "primaires citoyennes". Pour ma part, je ne m'y rendrais pas, mais n'en suis pas moins "de gauche". Je n'ai en effet jamais considéré que "gauche" se résumait à "PS" comme le rappelle Iffig dans le dernier Peuple breton à l'encontre de Michel Urvoy, éditorialiste de Ouest-France qui titrait il y a peu "primaires: 6 manières d'être de gauche". 6 manières pour 6 candidats!

 

Bref, pourquoi ne me suis-je pas déplacé? La première raison est simple: j'estime que la désignation d'un candidat concerne le parti qu'il va représenter. Le parti, autrement dit, le projet de société. Or, le projet du PS, c'est "le peuple". C'est flou! "Mon programme, c'est vous" en somme. Logique donc qu'il appelle tout le monde à voter.

 

Mon premier argument est botté en touche par Marylise Lebranchu qui estime qu'il faut "choisir son candidat de second tour". Et c'est justement cet argument là qui me révulse et qui me fait dire que, décidémment, nous n'avons pas le même regard sur ce qu'est ou en tout cas devrait être la politique.

 

La dernière fois que le PS a été si prétentieux, il a perdu les élections alors que tout le monde le donnait gagnant. En effet, à l'instar d'un Jean-Yves Le Drian élu massivement en mars 2010 sur un bilan et non sur un projet, Lionel Jospin, candidat honorable, a perdu l'élection de 2002 en négligeant le premier tour. C'est exactement le rôle des "primaires": dévaloriser le premier tour.

 

candidature-primaire-du-ps.jpgOn en revient donc à cette claque magistrale qui pour certains était dûe à l'éparpillement des voix, pour d'autres à la campagne sécuritaire, pour moi simplement au projet socialiste insuffisamment mobilisateur. En somme, j'ai toujours considéré que le PS était seul responsable de sa défaite en 2002. Le PS ne veut pas l'entendre et voulait proposer des primaires de la gauche pour réduire le nombre de candidat à l'élection officielle.

 

Sauf que pour moi, c'est le premier tour qui compte! C'est le plus important. On vote pour un projet. Au second, on se contente du pragmatisme, on vote pour celui qui est le plus proche de nos valeurs. Réduire les candidats à un au premier tour, c'est abandonner les autres visions du monde. Ces primaires, importées du système de vote américain, sont en quelque sorte un premier pas vers le bipartisme.

 

Qui croit une seconde que le radical de gauche va remporter cette élection? Je suis sur un ring: à ma gauche, un poids plume soutenu par personne (le PRG n'a plus d'adhérent), à ma droite, un sumo (le PS est tentaculaire). Qui remporte le duel de force? Le radical de gauche a voulu se faire un peu de pub et la stratégie était maline. Mais il reste vassal d'un parti de gouvernance.

 

Voilà le souhait profond du PS: régner sur l'électorat de gauche, les petits partis lui servant de réservoir à idées ou de forces d'appoint? Donc nous ne servirions qu'à influencer? Qu'à faire pression? Depuis que je m'intéresse à la politique, j'entends les gens dans la rue critiquer le PS et depuis que je suis petit, les votes de gauche lui sont pourtant acquis, simplement parce que tout le monde craint le pire. Or, le pire, l'Etat nous y amène tranquillement...

 

Ma conception de la politique n'est pas déconnectée des réalités, elle n'en est pas moins idéale. On vote POUR un projet, pas CONTRE un individu. Et le PS pourra se targuer d'avoir battu Sarko (je suis intimement convaincu que le PS gagnera l'élection de mai prochain), pas d'avoir gagné l'élection. Car je crois qu'il est plus blasé que jamais. TOUS les candidats à la primaire socialiste sont sur le modèle qui a failli, tous! Pourquoi voterai-je pour des gens sans idées dès le premier tour, des gens qui gèrent le pays plutôt que d'imaginer des solutions? Alors oui, parce que j'utilise les règles de la démocratie qu'il nous reste, je voterai au 2nd tour pour le moins pire, mais qu'on nous laisse le premier, celui du projet. Sans cela, je ne voterai plus! Car j'aurais perdu espoir dans la politique (le P majuscule ne sera plus).

 

Hollande, d'un cynisme absolu, se présente comme "celui qui est capable de battre Sarkozy". C'est donc du vote utile? Sur la base de quel projet? Selon quelle logique? Désolé de ramener toujours ce mot de "projet", mais il est primordial en politique et j'ai la vague impression qu'il est laissé de côté, sacrifié sur l'autel du pragmatisme. Une femme? Un homme? Ce qui compte -encore une fois- ce sont les idées, pas le sexe.

 

martine.jpgOn assiste en ce moment à une débauche de promesses. Du breton en vois-tu en voilà! La décentralisation, l'abrogation des réformes réactionnaires de la droite... Moi, je ne me satisfais pas de les regarder faire. Ici en Bretagne, de plus en plus, on sent que l'autonomie gagne du terrain dans les mentalités. Et pourtant, on marche à reculons... à force de vouloir avancer sans ceux qui maitrisent le sujet!

 

J'ai toujours apprécié l'idée des 35h, je suis anti-nucléaire, je pense que l'austérité dans un système économique basé sur la croissance est d'une débilité crasse, que la démondialisation est une idée absconse. Sous-entendu: je sais que j'aurais plus de facilité à voter pour un candidat que pour l'autre, mais je ne suis pas dupe. Les candidats du PS, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Un peu comme si je vous disais qu'entre mon pote Gwendal (élu UDB de Guingamp) et moi, c'était le jour et la nuit? Non, nous avons des divergences, mais dans l'ensemble, nous partageons les valeurs (même si lui est allé voter aux primaires du PS!). Pourquoi se mener une guerre fraticide pour un même projet de société?

 

Et si tous les partis de gauche participaient à cette primaire, cela s'appellerait un premier tour! Que deviendrait alors l'officiel? Il ne servirait à rien qu'à voter pour un unique candidat. Le vote officiel serait aussi important si les "champions" de certains sont absents? A mon humble avis, ne pas laisser le choix au premier tour, c'est se priver de milliers de voix qui ne se reporteront pas au second. Ce n'est donc en rien contre le PS que je ne vote pas à leur primaire, mais par amour d'une certaine idée de la Politique. Vous noterez que j'en ai fait de même avec les primaires d'Europe-Ecologie.


Encore une fois, la victoire va toujours à celui en qui les gens ont "confiance". Et le parti socialiste conserve tant d'élus et de réseau que, pour le commun des mortels, c'est le seul à pouvoir gouverner. Quelle connerie! Les gallois du Plaid ont commencé à être crédible en étant élus. 

 

Enfin, je vous dis ça... et les primaires du PS sont déjà, au moment où j'écris ces lignes, un énorme succès. Encore heureux vu le battage médiatique ai-je envie de dire! Cela fait déjà quelques années que le bipartisme est une réalité. Quand il sera bien implanté avec la réforme des collectivités territoriales ou une autre d'ailleurs, vous vous souviendrez peut-être de l'article d'un petit con d'autonomiste breton! Et vous ne viendrez pas vous plaindre que les politiques sont "tous pourris". Plus on ferme la porte aux petits, plus l'absention gagne et plus les extrêmistes montent.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

www.originalorkopina.com 07/08/2014 15:00

We should never go for the other opinion regarding voting. It is only our right and we should decide for whom we will vote. It is important as we should evaluate the good thing that Government has done for the people.

YS1 10/10/2011 22:53


Entièrement d'accord (ou presque, mais à cette heure, je ne vais pas rentrer dans le détail).