Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 15:00

delegation-de-patrons-bretons.jpg

Ceux qui comptent en Bretagne?

 

Le chef de l'État a reçu à déjeuner, aujourd'hui, une délégation de responsables économiques bretons. Beaucoup de chefs d’entreprise : Alain Glon (groupe Glon), Roland Beaumanoir (groupe de prêt à porter Beaumanoir), Christine Le Tennier (pionnière dans les algues alimentaires), Claude Guillemot (Guillemot corporation et le Club des Trente), Christian Roulleau (groupe Samsic), et le généticien Jean-Paul Moisan. Jakez Bernard, pour Produit en Bretagne, le géographe Jean Ollivro, Jean Le Vourch (Crédit agricole du Finistère) et Jacques Jaouen (président de la chambre régionale d’agriculture) complètent la délégation. Ainsi que l’unique politique breton, Pierre Méhaignerie, député UMP d’Ille-et-Vilaine. Au menu: simplifications administratives, flexibilité et dynamisme économique. Ansi que droit à l’expérimentation pour les Bretons.

 

Ainsi était décrite dans Ouest-france la rencontre qui a eu lieu hier (11 mai 2011) entre Nicolas Sarkozy et cette délégation bretonne (source). Aujourd'hui, ce n'est guère mieux! Au mieux a-t-on appris ce qu'ils ont mangé (langoustines et artichauts, quelle délicatesse!), que le protocole n'existait pour ainsi dire pas et que la discussion était libre (depuis quand Sarkozy est un chef d'Etat?). Alain Glon, l'homme pour qui "le problème, c'est la France" souhaitait, "dans l'esprit du CELIB" convaincre le chef de l'Etat de "donner une chance à la Bretagne", en d'autres termes, d'expérimenter. Grand bien leur fasse!

 

Pour ma part, même si je suis persuadé que la délégation a de fortes convictions bretonnes, je n'approuve pas la méthode. Encore une fois, Nicolas Sarkozy fait fi de la démocratie et lui préfère le lobby. L'idée, c'est de faire jazer le milieu breton toujours avide de "petites phrases" genre celle qu'avait prononcé Sarkozy sur la réunification, celles de Franck Louvrier... perte de temps que tout cela!


Même si j'ai confiance en notre géographe Jean Ollivro (seul "politique" aux idées relativement proches des nôtres), j'estime que cette délégation est un affront au monde politique, plus légitime que quelques "personnalités qualifiées" triées sur le volet. Je constate également que pour une délégation qui veut "expérimenter", les propos de l'indépendantiste (sic) Alain Glon sont pour le moins étranges: "les lois doivent évidemment être les mêmes pour tous". Un peu contradictoire avec le principe d'expérimentation en Bretagne, non? Le "évidemment" me sidère! Pour le moment, je constate que les lois identiques pour tous en France crééent des discrimations, mais on a jamais testé l'autonomie et des lois différenciées sur certaines compétences. Selon moi, une inégalité corrigée vaut mieux qu'une égalité fictive. On ne gère pas l'agriculture, l'eau, la culture, l'aménagement du territoire ou le développement économique de la même façon partout en France, merde! 

 

La réunification aura fait sourire le Président, nous en sommes ravis, nous qui militons depuis des décennies pour sa mise en place! Les élections approchent, il faut créer de nouveaux mirages. Si possible sans débat, avec des "experts", des "personnalités qualifiées". C'est sûr, le débat démocratique, c'est plus emmerdant!  

 

Vraiment ce monde de lobby ne me plait pas et à ce jeu, l'Emsav a tout à perdre... car nous sommes petits et malgré notre entêtement/détermination/gniak (rayez la mention inutile), nous perdrons inévitablement la bataille un jour ou l'autre si on délégitime le politique/l'idéal, au profit d'un pragmatisme incontrôlable (car à la merci de celui qui braille le plus fort ou du plus puissant)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kevin 18/05/2011 22:05



Salut Gael,


à chaud, il me semble que c'est une position que tu pourrais te permettre si le monde politique breton (les partis bretons s'entend, ou même le CELIB) avait obtenu ne serait-ce que le début d'une
avancée significative depuis la dernière guerre. Vu que ce n'est pas le cas, je ne vois pas en quoi on peut se permettre de critiquer a priori la démarche...



Chacalito 19/05/2011 17:19



Le CELIB a eu des avancées en son temps ce que n'ont pas eu, effectivement, les partis bretons (que je décrirai plutôt comme des remparts contre la perte d'avancées!).


 


Bref, ce que je reproche, ce n'est pas que l'UDB ou un quelconque autre parti breton n'ait pas été invité par Sarko, c'est que le politique est remplacé par le lobby. je n'ai jamais voté pour
Glon et je ne vois pas quelle est sa légitimité à négocier au nom des bretons! Lui ou un autre d'ailleurs.



Michel 16/05/2011 15:35



Je me souviens que M. Glon trouve le modèle chinois formidable. L'autonomie, l'indépendance, pour lui c'est le capitalisme à outrance. Pour M. Moisan dont le business vit avec les aides de l'état
(aides aux entreprises et contrats), la France est une vache à traire jusqu'à ce qu'il ne reste rien. Et que dire de M. Le Lay qui lessivait les cerveaux pour faire de la place aux publicitaires.
Quant au géographe, il ne sait compter que jusqu'à 5 comme si la magie de l'univers aboutissait toujours à B5. On croit rêver! Comme si la Bretagne ducale, dont les frontières ont été aussi
fluctuantes, n'était pas une construction artificielle.


Bref, ces bretons là sont des ultra libéraux dont la haine de la France vient du fait de payer des impôts (trop à leur goût) pour avoir un système social. Ils prônent l'américanisation du système
que la France "rétrograde" refuserait d'adopter par refus de la modernité.


Le paradoxe est qu'ils ne voient même pas que le modèle américain est en fin de course et que les prochaines bulles vont éclater (la dette US + la politique de la planche à billets de la FED)...



Chacalito 19/05/2011 16:13



Le géographe magicien, je le connais et je ne pense pas qu'il soit libéral. Plus productiviste que moi, ça, c'est certain! Mais pas libéral au sens Sarkozy.



Thierry 14/05/2011 11:16



tu devrais pourtant être content. De nombreux nationalistes dont la haine de la France n'est plus à démontrer vont sermoner un président français.