Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 21:42
Une superbe journée que je m'autorise à commenter sur mon blog tant elle m'a fait du bien. Aujourd'hui, je suis allé rendre visite à deux potes paysans à Kervignac. C'est véritablement une chance de travailler au marché tant les rencontres sont sympa.

L'objectif de ma visite était de concrétiser un peu les discours que j'ai l'habitude d'écrire. En gros, mettre un peu les mains dans la terre comme nous l'avions fait avec deux de mes camarades il y a quelques mois (voir ici). Je souhaitais en savoir plus sur le monde paysan que j'admire de plus en plus.

Me voici donc à Kergamenan, commune de Kervignac, sur l'exploitation de Renan et Gabriel chaussé de mes bottes achetées peu avant le chantier sur le ruisseau organisé par les Jeunes de l'UDB il y a peu (voir ici).

Je n'ai pas été déçu du voyage: découverte de l'exploitation, semis, plantation de salades et causerie du midi autour d'un bon pique-nique. Il faut dire que les deux associés sont en conversion vers le biologique si bien que le rapport à la terre n'est pas le même: plantage à la main, réflexion quant aux meilleurs moyens de lutter contre les limaces, mulots et autres insectes, semi de pommes de terre avec une machine tout droit sortie du XIXème siècle! Mais après tout, l'important est bien de vivre de son travail et c'est ce qu'ils font... sans subvention de la PAC!

De mon côté, j'ai pu apporter quelques réflexions sur l'urbanisme, leur faire découvrir le Peuple breton et surtout leur filer un coup de main.  

A noter que j'ai pu constater à quel point il existait un décalage entre citadins et ruraux en rentrant chez moi en botte! En ville, porter des bottes en caoutchouc semble aussi absurde que porter des mocassins pour planter des poireaux!

Une journée forte intéressante que je ne manquerai pas de réitérer. Vous pouvez retrouver Renan et Gabriel au marché de Merville le samedi matin, juste en face de mon stand. N'hésitez pas à me prendre au passage quelques fruits ou légumes de saison quand même.

Prochain rendez-vous écolo: la réunion publique Europe-Ecologie à Lorient samedi 18 avril en compagnie de Yannick Jadot, Eva Joly, Joël Labbé, Jean-Claude Pierre et sans doute Mona Bras. J'espère qu'elle sera autant réussie que celle de Carhaix (voir ici).

Repost 0
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 18:48
Je ne raffole pas de ces jeux virtuels, mais étant donné que la personne qui m'a tagguée (Lucie) a pris la peine de reprendre contact avec moi après quelques années de black-out, je m'exécute. D'autant que le sujet me tient à coeur puisqu'il s'agit de l'Europe! Le but du jeu est donc d'associer l'Europe à:

Un animal:

Une salamandre.

Animal fragile et menacé malgré sa réputation (fausse) de survivre au feu! Comme l'Europe, cette mignonne petite bête souffre de l'artificialisation, des pesticides, bref de la destruction inconsidérée du milieu par l'être humain. A la possibilité de régénérer des parties blessées de son corps.



Une fleur:


Un coquelicot.


Symbole de paix depuis le poème de John McCrae (in Flanders Fields), le coquelicot (poppy) fleurit au bord des chemins quand ceux-ci ne sont pas inondés de pesticides (encore) ou traités par des municipalités qui font la chasse aux "mauvaises herbes".



Un tableau:



L'école d'athènes de Raphaël.

Encore du symbole, encore de la grandeur avec ce tableau qui réunit le génie humain sur une même toile. Au centre (détail), Platon l'idéaliste qui montre le ciel et Aristote le réaliste qui s'ancre dans le réel. L'Union Européenne, c'est cette oscillation entre les deux en théorie. Je dis "en théorie" car actuellement, la droite libérale n'a ni idéologie, ni d'ailleurs d'attache avec le monde réel.





Une ville:


Lorient

L'Europe, ce n'est pas une ville, mais des villes et aussi des territoires. Je suis polycentriste donc ne veut privilégier aucune ville. Je n'aime pas le concept de capitale qui reflète la compétition que se livrent les villes quand nous aurions besoin de solidarité. Mais puisque le jeu demande une ville, je propose la mienne: Lorient. D'autant plus que Lorient a toujours bénéficié de son ouverture sur l'Europe (Union Européenne ou pas). L'Europe, c'est concrêt, c'est aussi chez moi, pas forcément loin. L'Union Européenne par exemple, c'est la fac où j'ai fait mes études!


Un personnage:


Nelly Maes.

L'Europe c'est, selon moi, l'ouverture, l'échange entre les peuples et les cultures, la fraternité. Quoi de plus naturel que de penser à la présidente de l'Alliance Libre Européenne, Nelly Maes, ancienne députée européenne. Ci-joint une photo de Nelly en ma compagnie à Budapest (Buda plus précisement),  devant le Danube.
Voir mon discours à cette occasion.




Une chanson:

"La jungle ou le zoo" de Jean Ferrat

Peu connu de ma génération, Jean Ferrat est le symbole de la chanson engagée politiquement. Ancien compagnon de route du PC, cet humaniste a été maintes fois censuré. Il dresse dans cette chanson un réquisitoire implacable contre le dogmatisme visant à dire qu'il n'y a que deux modèles économiques. Ferrat a bien compris l'absurdité de ces deux systèmes et son texte est très prenant. Voir sa biographie.
Repost 0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 00:06
Je me fais plus rare sur le net, c'est vrai! Sans doute parce que je suis plus présent sur le terrain comme hier à Brest pour le meeting d'Europe Ecologie. Forte délégation UDB pour une salle plutôt bien remplie et un panel intéressant. Jugez plutôt: Yannick Jadot, José Bové, Eva Joly, Janick Moriceau, Mona Bras, François de Rugy, Nicole Kiil Nielsen, Daniel Le Bigot ainsi qu'un politique/associatif brestois visiblement très apprécié mais dont le nom m'échappe (spécialité: la lutte contre le nucléaire).

J'ai à nouveau pu constater à quel point Brest était une ville plaisante tant humainement que politiquement puisque l'UDB y a bonne réputation et qu'il est inutile là-bas de perdre son temps à corriger les amalgames qui peuvent être fait.

Pour revenir à la campagne européenne, il est clair que ce meeting a été dans le concrêt: projet Hadopi, paradis fiscaux, politique agricole commune, lutte anti-nucléaire (à Brest, c'est indispensable)... autant de sujets d'actualité que les invités ont connecté à l'Europe sans difficulté. Un groupe parlementaire Verts-ALE plus conséquent serait fortement utile pour parvenir à bâtir le monde plus juste socialement et écologiquement que nous voulons.

Vous pouvez retrouver quelques vidéos sur le blog des Jeunes de l'UDB. Mona Bras et François de Rugy que l'on aime tant dès qu'il parle de la réunification de la Bretagne. Sans doute le député Verts favori de l'UDB! 
Repost 0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 16:28



7 ème numéro de Koulmig déjà! La petite feuille de choux des Jeunes de l'UDB se porte bien, paraît maintenant depuis plusieurs mois, régulièrement, sans prétention aucune: un édito fourni, un article de curiosité, un article en breton et un pub pour le Peuple breton... pas de quoi révolutionner la toile, mais de quoi se poser quelques questions chaque début de mois!

Vous pouvez télécharger les 6 numéros (il existe un numéro 0) ainsi que le spécial européennes sur le blog des Jeunes de l'UDB. J'essayerai de mettre en ligne le numéro du mois ici.

Téléchargez le numéro 5

Repost 0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 10:44
Garp n'aimerait sans doute pas ce que je m'apprête à dire, mais j'ai toujours aimé lire l'oeuvre d'un auteur pour en savoir plus sur lui, l'homme ou la femme qui est derrière. Quelle est sa vision du monde? Au contraire, selon Garp, il faut juger l'oeuvre, pas l'auteur ce que je m'efforce de faire tout de même.

Les livres de John Irving m'ont toujours intrigué, si nombreux sur les étagères des librairies d'occasion (je me fournis généralement chez "Histoire d'en Lire" à Lorient).
Irving a des marottes: l'Autriche, le New Hampshire, les ours... les titres de ses oeuvres sont souvent bien trouvés ou en tout cas bien traduits. J'en ai même acheté un rien que pour le titre ("l'épopée du buveur d'eau") bien qu'il ne m'ait pas laissé une grande impression.

Le monde selon Garp est... bizarre! Franchement étrange et pourtant très familier. Il faut dire qu'histoire oscille entre absurde, tragique et comique! Roman très drôle, il vire soudain à la catastrophe. Roman semi-autobiographique, c'est sans doute la clef de son succès: il est plus vrai que nature!

Le début laisse le lecteur un peu décontenancé: Jenny, la mère de Garp rêve d'avoir un enfant, mais déteste le sexe et refuse de s'encombrer d'un homme. Infirmière, elle profite donc d'un soldat en phase terminale pour se faire mettre enceinte! Garp ne saura qu'en lisant le livre de sa mère, bien des années plus tard, la vérité sur son histoire... comme des millions d'autres personnes voyant en Jenny (sa mère) une féministe assumée. Si l'on peut penser que Garp (qui n'a pas de prénom autre que les initiales S.T) va souffrir de cette situation, il n'en ait rien: Garp est "normal" même si son angoisse du monde frôle le pathologique dans son quotidien (il course les chauffards dès qu'il entend des pneus crisser devant chez lui par exemple).

La maîtrise du style n'est sans doute pas pour rien dans le fait que j'ai pris du plaisir à lire ce livre. D'un bout à l'autre du roman, on perçoit l'angoisse profonde que ressent Garp en pensant au monde: un monde dangereux où les siens risquent le pire! Et Garp a beau être le meilleure père au monde, il n'évite pas la catastrophe comme s'il attirait ce qu'il redoutait. "Le crapaud" comme l'appellent Garp et sa femme surgit n'importe quand, n'importe où alors que le héros ne rêve que d'un monde sûr.  C'est de son état d'esprit dont dépend aussi sa prose puisque Garp, tout comme sa mère, est écrivain.

Bref, une description aussi décousue de vous donnera peut-être pas autant d'envie de lire le livre que cela, mais je peux vous dire simplement qu'en tant que bibliophage, je le classerai dans les bons!
Repost 0
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 19:00
Avril/Miz Ebrel 2009

"Des choux et des carottes" ai-je entendu lorsque le numéro est sorti! On ne saurait faire plus méprisant à l'égard de paysans qui fournissent les urbains! Pour ma part, j'adore cette Une d'un esthétisme qui est important en matière journalistique et qui nous rappelle le role fondamental qui est tenu par la Bretagne: celui de nourrir!

Ce numéro est intéressant à bien des aspects: déjà, il nous rappelle son ancrage à gauche par ses articles sur "la crise" et la mascarade des mesurettes du gouvernement; autres mascarades: celles du sondage bidon sur la réunification et celle, judiciaire, du procès Colonna qui est inadmissible tant du point de vue de la séparation des pouvoirs que du point de vue des Droits de l'Homme.

L'article principal sur la progression du PIB est intéressant également bien que je l'ai trouvé, après lecture, maladroit (je vous ai promis d'être honnête) contrairement à l'invité François Alfonsi, notre ami corse du PNC, qui lui, sait où il va et pourquoi!

A noter également, outre les nombreuses rubriques habituelles, un bon papier de Jean Kergrist nous expliquant comment faire pour vider le mot "république" de son sens!


Le Peuple breton est, je le rappelle, un magazine bénévole, militant, ce qui ne l'empêche pas d'être de qualité. Pour rester dans la course et proposer des articles nouveaux, le PB a besoin de vous tant du point de vue de la participation que financièrement. C'est la raison pour laquelle il propose à ses lecteurs d'abonner deux personnes de leur choix pour 35€. N'hésitez plus...
Repost 0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 17:05

La logique gouvernementale voudrait que "les français les touchés par la crise" soient les plus riches. Il est vrai qu'en terme quantitatif, leurs pertes en spéculation peut dépasser largement le salaire des ouvriers!

Sarkozy-Tatcher, même combat... de régression sociale! Pour ça oui, le bouclier fiscal est vraiment exceptionnel!

Repost 0
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 15:50

Retour de Barcelone où l'UDBy était invitée à participer à l'Assemblée Générale de l'Alliance Libre Européenne jeunes (EFAy) ainsi qu'à celle de l'Alliance Libre Européenne tout court (EFA). Cela se passait jeudi 26 et vendredi 27 mars 2009 à Barcelone, en el païs catalan.

Je ne ferai pas ici un compte-rendu puisque je l'ai déjà réalisé pour le blog des Jeunes de l'UDB qui m'y déléguait (voir ici). Simplement remercier nos partenaires politiques d'Esquerra Republicana de Catalunya de nous avoir accueilli. Et remercier tous les autres d'être venus car de telles rencontres sont formidables. D'autant que je sais pertinemment que je risque de revoir la plupart d'entre eux au fil des mois. ça, c'est l'Europe concrète!

Pour vous donner une idée de la diversité culturelle en Europe, voici une petite liste des nations (ou régions) représentées à Barcelone outre la Bretagne: Ecosse, Pays de Galles, Cornouailles, Galice, Asturies, Frise, Sardaigne, Andalousie, Catalogne, Pays Basque, Aragon, Sicile, Sud-Tirol, Bavière, Flandres, Occitanie, Alsace, Corse, Silésie,  ... plus des Sorabes, des Roms de Hongrie, des Hongrois de Slovaquie et j'en oublie certainement.

Le nouveau bureau des Jeunes de l'ALE est composé ainsi:

Président: Jezz Anbledh (Kernow X)
Bureau: Arseni Armengou (JERC), Antoni Trobat (JEN), Gudrun Kofler (Junge Südtiroler Freiheit), Meilyr Hedd (Plaid Cymru) et moi-même pour l'UDBy.
Secrétaire Général: Lucy Collyer.

Illustration: durant la conférence avec Bram (Flandres) et Hannah (Ecosse).

Voir les photos.
Repost 0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 15:00
L'association France Nature Environnement lance une pétition  (à rendre le 27) pour demander la réduction de l'usage des pesticides de 50% ainsi que pour interdire l'usage du Cruiser que les Jeunes de l'UDB avaient dénoncé en décembre dernier (voir ici).

Cet article, j'en suis certain, fera plaisir à ma petite soeur qui était scandalisée de constater que l'abeille disparaîssait. Il est clair que cette petite bête est décimée par l'utilisation massive de pesticides et en premier lieu par le Cruiser. Ce n'est d'ailleurs pas la seule puisque les pesticides se retrouvent dans les ruisseaux et dans le métabolisme de toutes les espèces vivantes (humains compris).

J'attire d'ailleurs votre attention sur le fait que les prédateurs, ceux qui sont au sommet de la chaîne alimentaire (autrement dit "nous"), souffrent eux aussi des pesticides. En effet, nous accumulons, outre nos propres aliments toxiques, les toxines présentes dans le corps des animaux que l'on mange. Cela s'additionne!

Parce que j'aime le miel et que les abeilles sont mes amies, parce que je soutiens les apiculteurs bretons qui commencent à s'échauffer, parce que je souhaite un autre modèle agricole, j'ai signé la pétition de FNE. (cliquez sur l'image).

Voir mon précédent article sur l'abeille (nov 2007).

Repost 0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 18:30


En juin prochain auront lieu les élections européennes et vous savez à quel point je partage l'idéal de la construction européenne. Non pas le dogmatisme libéral des  gouvernements libéraux, majoritaires dans les Etats de l'Union, mais la philosophie qui transpire de cette contruction: solidarité, paix, amitié, mutualisation. Il m'a donc semblé important de faire partager ma réflexion sur le sujet puisque l'Europe est souvent méprisée pour de fausses raisons.

Cet article ne sera pas le premier de ce blog sur le sujet, mais a vocation à rappeler comment fonctionnent les institutions européennes (très schématiquement) et surtout à pointer le maillon essentiel de ces institutions, celui dont on ne parle pas si souvent et qui pourtant est quasiment tout puissant: le Conseil de l'Union Européenne (à ne pas confondre avec le Conseil de l'Europe). C'est ici que se situe aussi la faille de la construction européenne.

Le Conseil de l'UE, autrement appelé Conseil des ministres, réunit les ministres de chaque Etat membre en lien avec l'ordre du jour de chaque réunion. La présidence du Conseil est exercée pendant six mois par chaque État membre, par rotation. Le président du Conseil est le ministre des Affaires étrangères de l’État actuellement chargé de cette présidence (la République Tchèque à l'heure où j'écris ces lignes).

Le Conseil a pour mission de coordonner les actions de la Communauté européenne et il dispose d'un pouvoir de décision (article 202 du traité CE). Il est également compétent pour l'adoption de directives et de règlements. Mais ce qui est assez problématique dans une Europe qui se veut démocratique, c'est que cet échelon, non élu, décide quasiment unanimement de tous les sujets. Certes, les tâtillons me feront remarquer que le Parlement européen co-décide. Ce à quoi je rétorquerai, comme je l'ai fait à Cohn-Bendit récemment: pas dans tous les domaines! Dans les domaines principaux (politique agricole commune, fonds structurels, union économique et monétaire), le Conseil des ministres décide seul. Le Parlement qui devrait être l'organe législatif se voit cantonner à certains domaines de compétence alors qu'il est le seul échelon élu au suffrage universel direct.


On peut donc affirmer sans se tromper que l'on est loin d'une Europe fédérale telle que la souhaite l'UDB ou l'ALE. Nous vivons dans une Europe des Etats, un peu féodale, où chacun des membres essaye de tirer la couverture à lui. Ce qui nous ramène à une question simple: est-on le député de sa circonscription ou de toute l'Europe? Ou des deux?


Pour que l'Europe soit plus démocratique, il faudrait donc élargir le pouvoir du parlement et lui donner son réel rôle de législateur, réfléchir au principe de subsidiarité car l'Europe ne doit pas tout faire (l'Europe ne doit pas devenir supra-nationale) et surtout en parler car force est de constater que l'on ne parle jamais de l'Europe autrement qu'en négatif. Un peu de pédagogie que diable!

 

Alors, à vos bulletins de vote! L'UDB et l'ALE sont partie-prenantes du rassemblement Europe-Ecologie!



Lien vers le site du Conseil de l'Union Européenne.

Shéma de fonctionnement des institutions européennes.

Article sur le parlement européen


 

Repost 0