Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 16:30

Honte sur le pape Benoît XVI! Cela n'aura échappé à personne que le pape vient d'affirmer que "l'on ne peut pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs" mais qu'"au contraire [leur] utilisation aggrave le problème".

On savait ce pape réactionnaire (frange Opus Dei) et opposé au préservatif, mais ces propos dépassent franchement les bornes. D'ailleurs, à la veille d'une tournée en Afrique, ils tiennent plus de l'incitation à l'auto-destruction qu'aux principes religieux à mon goût.

Vous savez que je n'ai aucune dent contre la religion même si je ne crois pas en Dieu (
voir ici) et que je prône la laïcité (autrement dit la séparation du religieux et du politique). Mais que l'on m'explique en quoi ce pape respecte la vie en niant la maladie? Aide-t-il son prochain en le sermonant? Lui rend-il service en appliquant la stricte morale de l'Eglise prônant l'abstinence ou la procréation? Sait-il seulement que le sida ne s'attrape pas seulement par les contacts sexuels? Dès lors, même si une personne est fidèle, elle peut transmettre la maladie.

Ce pape a déjà levé l'excommunication sur un évèque négationniste, aujourd'hui, il porte atteinte au 6e commandement à savoir: tu ne commettras pas d'homicide! Plus personne en 2009 ne peut dire "je ne savais pas". L'homicide est donc volontaire! Ici, c'est même un génocide tant le sida est un fléau en Afrique.

Vu son influence, il serait souhaitable que les catholiques lui fassent comprendre que son dogmatisme intégriste ne convient plus!

rappel de la position des Jeunes de l'UDB.

Repost 0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 18:20



10000 kms à vélo, c'est le pari fou qu'entreprend un de mes potes géographes! 10000 kms à vélo et un projet de solidarité internationale: récolter 20000€ pour financer un projet en Inde et former 250 paysans aux techniques agricoles biologiques. "La réponse aux problèmes environnementaux et sociaux globaux passe largement par des initiatives locales, plus aptes à répondre aux enjeux de terrain". N'est-ce pas un peu autonomiste ça mon petit Loïc? Tonton Yves serait fier de toi!

Nettement plus ambitieux que votre serviteur qui n'a, dans son palmarès, qu'une traversée de la Bretagne à pieds du Sud (Lorient) au Nord (Ploumanac'h)! Il est vrai que si le Chacal aime voyager, il est un peu bernique avec sa Bretagne...

Je vous invite à faire un petit don à ce groupe de jeunes engagés. Départ d'Orléans (et oui, j'ai aussi des potes qui ne sont pas bretons!) dans quelques jours.

Voir le site.

Repost 0
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 02:50


Je participai hier à une manifestation sympa, mais déterminée, à Lorient: celle des étudiants de l'Université Bretagne Sud. Un long défilé allant de l'UBS à la sous-préfecture en passant par le boulevard Léon Blum, le boulevard Emmanuel Svob, le boulevard Joffre, le Cours de Chazelles, la place Alsace-Lorraine, la rue de l'Assemblée Nationale, la place Aristide Briand, la rue du port, le cours de la Bôve!

Environ 500 étudiants revendiquaient un avenir pour l'université et dénonçaient la casse de l'éducation enclenchée par le gouvernement et notamment Mme Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche. "Nous voulons une université publique, gratuite, démocratique, critique, laïque et populaire" rappelle leur tract d'information.

Il est vrai que le gouvernement conçoit l'autonomie comme le féodalisme! L'objectif sous-jascent du décret de la ministre est de privatiser la recherche et de précariser toujours plus les enseignants. Quant à la logique de "pôles", c'est du pur dogmatisme libéral: demain, c'est Paris-Princeton et l'UBS aux oubliettes! Quid de la solidarité à l'heure où la crise frappe tout le monde? Doit-on persister dans cette idéologie dévastatrice?

Outre les manifestations, de nombreuses actions sont menées par les étudiants: concours, lectures, conférences et même un apéro populaire auquel j'ai assisté avec plaisir. A noter que quelques étudiants dorment à la fac depuis le 2 mars.
Ayant moi-même connu des mouvements de grève à l'UBS quand j'y étais étudiant, je note avec satisfaction que le mouvement est dynamique à Lorient et surtout qu'il est sérieux, déterminé. Logiquement les débats s'élargissent aux sujets de société (voir ici), mais point de motions pour la paix dans le monde ou la lutte contre les CRS (j'exagère un peu). Les effectifs sont réduits comparés à des universités comme Rennes 2 ou même Brest, mais est-ce surprenant pour une fac qui compte 4000 étudiants dont déjà un certain nombre en stage?

Ai'ta! Asambles evit ar stourm! Betek an trec'h...


Lien vers le site "Sauvons l'Université de Bretagne Sud"
Repost 0
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 10:00


Miz Meurzh, mars

Un excellent cru, voilà ce que j'en dis! Même si je ne suis sans doute pas objectif, je vous garanti que ce numéro de mars est très bon. Ayant vu la couverture avant sa sortie, j'étais un peu sceptique: les tronches de type (même si on peut dire que Jadot n'est pas moche) ne sont généralement pas vendeuses. Et pourtant:

 

L'édito de tonton Nerri, deux ou trois articles sur le monde paysan (dont un sur les semences qui nous rappelle l'importance du combat de l'association kokopelli), un mot sur les grèves universitaires, un portrait de son auteur, Jacky Even, un article sur le Groenland et sa conquête d'autonomie, un article sur An Oriant TV (je salue d'ailleurs les militants de cette association que je connais), la poursuite de la lutte de France 3 Iroise, celle de la Guadeloupe (e brezhoneg), un mot bien évidemment sur la réunification...

 

Tout ça, allez donc le chercher dans la presse classique! Seul le PB, dont la devise depuis toujours est "aujourd'hui, être libre, c'est être informé", peut vous offrir ces articles, tous écris par des bénévoles. En vous abonnant, c'est la presse alternative que vous soutenez et la lutte contre l'abrutissement général...

Et parce que le PB est conscient de la crise, il baisse ses tarifs pour les moins de 25 ans: 15€ pour 11 numéros soit moins de 1,5€ par mois.

Repost 0
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 20:27
Je me suis coltiné les 130 pages du rapport Balladur, mais je dois avouer que c'était un plaisir à lire... finances locales, efficience de l'action publique, architecture territoriale, certains passages m'ont rappelé mes années en aménagement du territoire.

Hors de question de vous recopier ma synthèse qui fait tout de même huit pages, mais plutôt de vous donner quelques réflexions sur cet épais rapport dont le préambule laisse rêveur: "il est temps de décider" (sous-entendu: jusqu'à présent, nous ne l'avons pas fait).

Et bien en premier lieu, je constate que ce rapport ne décide de rien car il ne fait pas de choix clairs. Un rapport peut pourtant se permettre quelques libertés puisqu'il n'a pas vocation a être repris tel quel. Mais non, ici, point de mesures chocs comme celles d'Attali! Simplement, un rapport consensuel qui ne change finalement pas grand chose.

Toutefois, j'ai noté avec plaisir que l'idéologie jacobine en prend un coup. Aujourd'hui, la centralisation est perçue comme une perte d'efficacité tant économique que politique car cela ne répond pas aux attentes des citoyens.

Le rapport s'attache à valoriser les régions même si, en ne remettant pas en cause le département, il fait perdurer la situation d'empilement des échelons. Dommage!

J'ai aussi pu constater que la fameuse "République Une et Indivisible" était battue en brèche. Aujourd'hui, le rapport propose trois collectivités à statut particulier: Paris, outre-mer et Corse. J'en déduis donc que notre statut particulier pour la Bretagne écrit en 1999 est légitime...

Question modification des limites territoriales, le rapport a étouffé tout exemple en se déclarant incompétent, mais il préconise tout de même 15 régions au lieu des 22 actuelles (France métropolitaine). Il estime aussi que le périmètre de certaines limites territoriales sont contestables.
Repost 0
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 15:03


Certains d'entre vous se demandent sans doute pourquoi j'écris moins sur mon blog. La réponse est simple: je réduis ma dépendance au net! Rien de tel qu'une ballade en nature pour y arriver.

A l'initiative des Jeunes de l'UDB avait lieu hier une sortie sur ruisseau, le Pont-Christ, affluent du Loch, à Pluvigner, pays d'Auray. Au programme, nettoyage et découverte de la problématique des rivières en Bretagne: ensablement, pollution, agriculture...

Merci à l'asso de pêche pour son accueil. Sur la photo, notre guide nous explique quels travaux ont été effectué pour résoudre le problème de l'ensablement.

Un mini-compte-rendu sur le blog des Jeunes de l'UDB.

Repost 0
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 17:10


Une émission de RMC m'est récemment parvenue et je me propose de vous la décortiquer tant elle est intéressante à de multiples points de vue. A l'ordre du jour, le rapport Balladur, la suppression des départements et une interview de Jacques Auxiette, notre pro-consul préféré de la technostructure diversivienne appelée "Pays de la Loire". Je tiens, avant que vous n'écoutiez cette émission, à vous prévenir que ces quelques minutes sont une vraie cacophonie tant Jacques Auxiette gueule au téléphone! 

Ces quelques minutes de prise de parole de J. Auxiette me font penser à un ancien sketch des Guignols de l'info dans laquelle Mitterand disait ceci à propos du duel Chirac-Jospin en 1995: "pour neutraliser Chirac, j'ai besoin de Jospin, pour neutraliser Jospin... je me fie entièrement à Jospin". Ici, c'est la même chose: nul besoin de tacler Auxiette, il le fait pour nous tant ses propos sont ridicules.

Bref, passées les quelques âneries de journalistes parisiens pour qui l'identité régionale est à remiser au placard (folklorisme et tout le tintouin qui montre surtout à quel point ces bouseux n'ont jamais mis les pieds hors de Paris), quelques réflexions méritent notre attention:

- La première, c'est que ces journalistes ont bien compris que le département ne servait à rien si ce n'est à pomper l'argent du contribuable pour agir de façon sans doute moins efficace que d'autres échelons. Suite à la déclaration ubuesque de J. Auxiette affirmant quand on lui pose la question sur la suppression du département qu'"on ne supprime pas l'Histoire" (il fallait oser venant du président d'une région qui tire sa vitalité d'une amputation historique justement), le journaliste lui rappelle que le département a été fait de façon arbitraire en délimitant les frontières en fonction d'une distance parcourue à cheval.

Si je partage bien évidemment sa vision anti-département, la réalité est tout autre. La légende du cheval est très connue, mais est archi-erronnée. Le département a été créé dans un but administratif afin de contrôler le territoire français du centre, de Paris. Vous pouvez voir ci-joint la lettre-patentes du roi relative au décret de l'Assemblée Nationale de février 1790 qui ordonne la division de la France en 80 départements. Je vous invite à lire
ici un excellent dossier si le sujet vous intéresse.

Bref, ce rapport Balladur nous ramène à 1790 et à la dernière réforme en profondeur des limites territoriales.  Un coup d'oeil sur le site de l'Assemblée Nationale rappelera tout de même à J. Auxiette que les "provinces" (dont la Bretagne) sont plus anciennes que les départements et qu'au départ, les départements respectaient autant que possible leurs limites:

26 février 1790 : L’Assemblée constituante achève le découpage territorial. La France est divisée en 83 départements, en respectant autant que possible les limites des anciennes provinces .

Alors effectivement, j'ai bon dos de demander le retour de la Loire-Atlantique en Bretagne puisque je suis anti-département. Mais demander le "44" en Bretagne est un slogan, ce qui compte, c'est que les pays bretons soient réunis au sein d'une administration commune. N'a-t-on pas fait remarquer que le débat autour des plaques n'aurait pas eu lieu sans la mention au département (voir ici)?

- La seconde chose importante à noter, c'est que c'est ce débat fait ressurgir deux types d'idéologie: d'une part le fédéralisme que nous autres autonomistes défendons, à savoir une France plus que décentralisée dans laquelle les régions ont un réel pouvoir (pour nous, un pouvoir législatif); d'autre part, les partisans d'une France centralisée, jacobine.

Jacques Auxiette, entre les deux, fait figure d'OVNI ou plutôt de la mutation progressive des super-centralisateurs en super-déconcentreurs. Car que nous dit-il dans cette interview (alors que les journalistes commencent à s'énerver)? Tout et son contaire. D'une part, Monsieur veut du pouvoir pour les régions, d'autres part, il refuse catégoriquement le fédéralisme ou l'autonomie (le mot est dit). Puis, il veut des régions fortes et se dit ouvert à un Grand Ouest, mais s'oppose à la réunification et au projet de Bretagne Réunie (voir ci-contre) qui propose pourtant 4 régions fortes et cohérentes!  

J'en conclue que M. Auxiette est un jacobin qui souhaite améliorer l'efficacité du pouvoir central en le déconcentrant (et non pas en le décentralisant) dans des régions découpées sans aucune pertinence géographiques. Car la géographie n'a pas sa place dans l'idéologie jacobine.

 

Comme disait Christian Guyonvarc'h en 1999 (voir l'introduction d' "un statut politique pour la Bretagne"): "il n'y a pas de problème breton car les bretons d'aujourd'hui sont plutôt bien dans leur peau. En revanche, il y a un problème français et ce problème français porte un nom: le jabobinisme". Le diagnostic est là: vous êtes malade M. Auxiette! Vous représentez les derniers spécimens de votre espèce, une part de la biodiversité politique en diminution constante.

- La troisième chose que je suis forcé de constater, moi le type de gauche, c'est que le PS national râle pour conserver ses sièges. Toute réforme territoriale est en effet une remise en cause du pouvoir socialiste puisque ce parti dispose de pratiquement toutes les régions françaises (la fameuse "vague rose" de 2004). Comment l'UDB peut-elle rester droite dans ses bottes (en caoutchouc) avec des partenaires tels que le PS? C'est simple! Elle exprime son désaccord. Cela a été fait à la mairie de Nantes publiquement lorsque M. Ayrault a fait pression pour que le cas nantais soit mis de côté, notre charte est claire sur la réunification et nous n'avons pas ce genre de soucis au Conseil Régional de Bretagne qui a voté plusieurs motions et voeux à l'unanimité sur le sujet. Que quelques personnalités du PS soient contre ce rapport est évident, doit-on en faire payer ceux qui sont "dans notre camp"? Doit-on démissionner à chacune de nos oppositions? Si cela devait être le cas, les sujets seraient nombreux...

Pour conclure, je ne sais plus trop où l'on va avec ce rapport qui ne fait d'ailleurs pas mention de la Bretagne. Sachant que ce n'est qu'un rapport et que les décisions seront prises en aval, je pense simplement qu'il faut maintenir la pression. D'autant plus qu'aujourd'hui, le rapport nous a donné des billes et que nos adversaires politiques sont en ordre de marche dispersé contrairement aux pro-réunification.

Téléchargez le rapport Balladur.

Repost 0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 17:35
La même adresse, mais un site nettement plus attrayant pour "Régions et Peuples Solidaires", notre fédération de partis politiques au niveau hexagonal. N'hésitez pas à le consulter régulièrement, c'est une bonne façon d'obtenir une info alternative et un regard différent sur ce qui se passe en Bretagne, en Corse, en Alsace, en Catalogne, en Occitanie, en Savoie ou au Pays Basque.

Un site qui arrive à point nommé pour les élections européennes alors que R&PS s'est lancé dans l'aventure d'Europe-Ecologie.
Repost 0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 21:40
La commission Balladur chargée de plancher sur la réforme des Institutions a rendu sa copie et déjà les critiques fusent. Je tiens avant de commencer cet article à rappeler que cette commission n'a pas le pouvoir de décider, mais que je suis assez content de certaines propositions (vous vous en doutez).

M. Balladur avait pour tâche, entre autres, de proposer une réorganisation territoriale ce qui m'interpelle en tant qu'ancien étudiant en aménagement du territoire. C'est de ce sujet que je vais traiter ici en attendant de disposer du texte complet pour pouvoir faire une analyse plus poussée du rapport. En attendant, quelques éléments sont expliqués par le Télégramme (ici).

La presse régionale titrait ce matin sur la carte que propose Balladur. De 22 régions, on passerait à 15. A première vue, je constate que la Bretagne est réunifiée, que la Normandie l'est aussi. Pour l'Ouest de la France, j'avoue ne pas comprendre la logique qui veut que l'on conserve des Pays de la Loire sans la Loire-Atlantique. C'est d'une part un nid à emm... et d'autre part non viable! Pourquoi ne pas avoir privilégié la carte de Bretagne Réunie (voir ici)?

Pour le reste, je ne suis pas super compétent: si je compte bien, la Corse serait intégrée dans une nubuleuse technocratique "sud-est" ce qui va plutôt à l'encontre de la prise en compte de la notion de "territoire".
On attribue, si ma vue est bonne, un département de plus aux Flandres françaises. Ipparalde (pays basque en France) reste noyé, la Catalogne idem, mais on ne pouvait en attendre autrement d'une commission dont le but est de réduire le nombre de régions.  Est-ce pertinent de partir avec cet objectif? N'eut-il pas mieux valu partir d'une réorganisation de la France en territoires pertinents?


Côté contestation, le Parti Socialiste, fort logiquement, dénonce des manoeuvres électorales (on s'attendait tellement à une réaction de cette sorte qu'elle en devient comique). Il est évident que quand on détient toutes les régions sauf une, une réorganisation territoriale ne peut qu'être mal vue pour un parti auquel il ne reste que cela. Notre bien-aimé proconsul Auxiette a particulièrement assuré en parlant de "colonialisme des temps modernes" en ce qui concernait la réunification (le ridicule ne tue pas).

J'ai noté également le coup de gueule de Sylvain Brumeau sur Médiapart qui, sans doute après l'ingestion d'une madeleine, nous entraîne dans son passé folklorique comme pour mieux faire passer l'idée que la Bretagne n'est pas l'avenir. M. Brumeau a "l'étrange et soudaine impression d'être né à Sarajevo" suite à l'annonce de la commission Balladur de réunifier la Bretagne. "Nantes n'est pas la Bretagne" nous dit-il. Sur ce point, je suis d'accord avec lui, Nantes n'est pas LA Bretagne, mais EN Bretagne. Comment expliquer que le sentiment régional est bien plus complexe que le sentiment urbain et qu'une région ne peut se résumer à une addition de villes?

Riez donc,
M. Brumeau, puisque vous hésitiez "entre l'effroi et le rire", riez donc comme je ris  de vos arguments sophistiques périmés. Il sera en effet difficile de faire entendre votre voix  avec des arguments aussi creux. Sachez monsieur que l'on écoute aussi du rock, de la pop et du hip-hop en Bretagne! Vos clichés et votre rhétorique anti-bretonne et anti-allemande  ("Nucléaire: nein danke") datent, eux par contre! Et gardez pour vous vos comparaisons douteuses (Sarajevo) car ce rapport Balladur n'a pas été écrit sous les bombes! Ni zo an dazont...

J'ajoute, car cela semble nécessaire de le dire tant certains fabulent, que ceux qui ne se sentent pas bretons pourront rester à Nantes, future métropole destinée à rayonner sur un espace géographique plus large que la Bretagne! Vous sentez vous "ligérien" dans cette région sans identité? Le débat n'est pas "Nantes ou la Bretagne", mais bien "la Bretagne ou les Pays de la Loire"! Le dessin de Nono (ci-dessus) était bien vu car beaucoup croient encore que les partisans de la Loire-Atlantique bretonne sont indépendantistes. Encore un cliché éculé...
Repost 0
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 15:00



C'est parti pour les européennes! Ce soir, à Rennes, premier véritable meeting de campagne avec Dany Cohn Bendit, Yannick Jadot (tête de liste de la circonscription), Mona Bras (UDB), Nicole Kiil Nilsen, JP Magnen...

Pour l'occasion, nous avons réalisé un Koulmig spécial élections européennes (
Koulmig est la feuille de choux des jeunes de l'UDB) que je vous propose de télécharger en cliquant sur le petit visuel ci-dessus.

J'imagine que pour ceux qui me connaissent, ce soutien n'est pas une surprise. Combien d'entre vous me considèrent même comme un "Khmer vert"? Rassurez-vous, personne n'aura la tête coupée lors de notre prise de pouvoir!

Si l'UDB a choisi de rejoindre Europe-Écologie, c'est en premier lieu parce que la question économique ne peut être réglée sans une remise en cause profonde de notre système. Ce n'est pas en injectant de l'argent dans un système périmé que l'avenir sera assuré, mais en l'injectant dans les secteurs qui sont plébiscités par les discours politiques. Comment peut-on un jour dire blanc et agir noir? Ce rassemblement est celui de personnes essayant chaque jour de mettre leurs actes en accord avec leurs discours. Et cela nécessite de faire des choix que notre société actuelle refuse de faire.

La deuxième raison, c'est que ce rassemblement a su ouvrir la porte à notre fédération "Régions et Peuples Solidaires" prouvant ainsi que la biodiversité environnementale était complémentaire de la biodiversité culturelle. C'est donc François Alfonsi, notre ami corse du PNC qui représentera notre courant de pensée dans l'hexagone (l'UDB joue la solidarité entre régions).

 

Enfin, il est évident que l'UDB ne pouvait partir qu'avec une liste dont le discours sur l'Europe est sans équivoque. Cette liste est fédéraliste et prône une vision de l'Europe optimiste et constructive. Elle est, pour nous, logique, dans la mesure où l'Alliance Libre Européenne, fédération européenne à laquelle nous appartenons forme un groupe avec les Verts au Parlement Européen (voir ici).

Vous pouvez donc nous rejoindre en signant l'appel d'Europe-Ecologie.

Repost 0