Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 10:21

 

Décembre/Miz Kerzu

 

L'édito de Mona Bras intitulé "responsables et solidaires" est d'actualité à la veille de Noël. A l'heure où les disparités entre riches et pauvres s'accroissent, où les Etats se font la guerre pour quelques barils de pétrole, où les SDF meurent de froid dans les rues, où les américains créent des émeutes en faisant les soldes écrasant par la même occasion trois moutons du troupeau de furieux... l'heure est effectivement à la responsabilisation!

 

J'appelle par contre les lecteurs de ce blog à être eux aussi solidaires avec le "Peuple Breton" qui a vu ses dons fondre ce mois-ci comme neige au soleil (il faut dire que le changement climatique frappe les esprits). Certes, les sollicitations téléphoniques du Téléthon, du Sidaction, des resto du coeur sont importantes, mais le PB ne bénéficie d'aucune aide autre que celle des militants et lecteurs. Depuis 45 ans, le journal a du mal à vivre, mais tous les mois, la rédaction se fait un devoir de sortir le mag' pour que les bretons puissent lire l'actualité de leur région (à 5 départements evel just). Des dossiers de fond et des invités de marque qui contrastent avec le vide proposé par les journaux gratuits et autres presses choc parisiennes.

 

Si le congrès de Plérin fait la Une, c'est sans doute car il était de qualité, mais ce n'est heureusement pas la seule info du mois. On notera par exemple le compte-rendu de notre reporter à Meknès pour le congrès mondial Amazigh, un article sur la Nouvelle-Guinée, un mot sur l'élection d'Obama, un autre sur le sommet mondial des régions à St Malo, deux pages sur le réseau Sortir du Nucléaire (tiens, d'ailleurs, j'ai participé samedi à une action à Lorient), une présentation d'Hervé le Gall, responsable de la langue bretonne au sein du parti, qui était présent au salon du livre de Carhaix. Un jour avec Jedjiga Ouggad-Douillard et bien entendu les pages e brezhoneg, environnementales, littéraires (pour les idées cadeaux) et musicales...

 

N'oubliez pas pour Noël: un abonnement au PB, c'est 11 mois de cadeaux (un seul numéro en été). Chaque mois, le destinataire se souviendra de votre cadeau! J'entends d'ici ceux qui me diront qu'une machine à café Sanceo, c'est tous les jours qu'on l'utilise, mais le PB, ce n'est que 35€ (et 17,5€ pour les jeunes et chômeurs).

Repost 0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 12:56

 

Quel talent, quel tribun! Une ou deux tournures vagues du Président de la République et voilà la France en ébullition. Pourtant, réécoutez bien les paroles de Nicolas Sarkozy. Que dit-il objectivement? Qu'il ne "redessine pas la carte", qu'il ne "choisit pas entre départementalistes et régionalistes" (autrement dit qu'il fait le jeu du département), que "Nantes est en Pays de Loire". Voici les seules phrases qu'il assène.

 

Bref, voici ma réaction à cette petite "bombe médiatique" qui je l'espère mènera à quelque chose de positif (la réunification). Qu'on se le dise, que ce soit Nicolas Sarkozy, Martine Aubry, Olivier Besancenot ou Jean-Luc Mélenchon, peu m'importe qui parvient à mettre le sujet sur le tapis et faire en sorte que la Loire-Atlantique retrouve la place qui est la sienne... en Bretagne! Force est de constater que Nicolas Sarkozy est le premier, même s'il utilise pour se faire un discours flou... à nous de rebondir sans être naïfs. 

 

En commençant par la Normandie, Nicolas Sarkozy ne prend pas trop de risque: cette question est relativement simple à régler et je ne doute pas que les deux conseils régionaux fusionneront (pour n'en faire qu'un à seulement 5 départements). Puis, le Président évoque le cas de l'Alsace qui pose moins de problème également que le cas breton puisqu'il s'agit d'un problème de départements (alors que chez nous, c'est un département qui intégrerait une Région administrative). Cependant, dans le cas alsacien aussi les choses risquent d'être moins roses que l'on s'y attend, j'y reviendrai un peu plus bas.

 

Enfin, celui qui ose tout sans se soucier des conséquences évoque la Bretagne. Je tiens tout de même à faire remarquer qu'il introduit en disant que la Bretagne compte 4 départements ("magnifiques"... je ne vois pas le rapport mais c'est gentil)! Alors, réunification ou "grand ouest"?

 

Depuis 2003, l'expérimentation est possible sur la question du redécoupage territorial. Toujours est-il que ce droit n'a jamais été accordé, ni aux régions, ni aux habitants d'un territoire désireux de créer une structure organisationnelle cohérente (je pense ici aux basques qui demandaient un département basque).

 

Je souhaite donc que ce soit bien la réunification que Nicolas Sarkozy envisage, mais de même que j'ai joué au rabat-joie dans ma section de Lorient, je vais le refaire ici pour essayer d'aller plus loin que les apparences.

 

Qui est Nicolas Sarkozy? Le Président, mais surtout un homme qui fut et reste encore, dans les faits, le chef de l'UMP (alors qu'une fois élu, il aurait du se transformer en Président des Français!). On a pu le voir récemment, même lorsqu'il est en voyage à l'étranger, il pense au parti socialiste et au moyen de le détruire complètement. 

 

Je constate aussi que la Région Bretagne est devenue une terre de gauche et que l'UMP n'y a aucune place. L'honnêteté intellectuelle nous permet de dire que si la "région technocratique des PDL" est à gauche, c'est aussi à cause de la Loire-Atlantique. Ceci jouerait en notre faveur puisque Nicolas Sarkozy ne serait pas opposé à récupérer une Région. Dans l'hypothèse de découpage proposée par l'UDB (comme Bretagne Réunie), la Région Bretagne resterait à gauche et il est fort probable que ce qui resterait des PDL bascule à droite.

 

ça, c'est le scénario qui me conviendrait (même si la méthode est franchement criticable). Je doute cependant que ce soit l'intention du Président malgré ses visées électoralistes perpétuelles. Très honnêtement, je redoute la fusion B4-PDL. Mais j'avoue avoir du mal à imaginer comment cela pourrait se faire sachant que ni les bretons, ni Le Drian, le Président de la région Bretagne, n'en veulent.

 

Par contre, je conçois nettement mieux comment Nicolas Sarkozy pourrait annihiler la timide régionalisation en cours. Pour cela, il suffit de ne pas choisir entre départements et régions. Imaginez que lorsque vous votiez aux cantonales (scrutin uninominal), le vainqueur devienne à la fois conseiller général ET conseiller régional. Dès lors, le bipartisme serait une réalité: de même qu'au Sénat, la diversité politique n'existerait plus. UDB, Emgann, Parti Breton, Verts, Modem et NPA... aux oubliettes, retour à l'âge de pierre! Ce scénario est tout autant machiavélique, mais il est beaucoup plus crédible et les rumeurs de couloir à propos de la commission Balladur en disaient longs. D'ailleurs, Nicolas Sarkozy, dans son discours, n'a-t-il pas dit que "personne de vivants n'arrivera à supprimer les départements"?

 

De même, je tiens à souligner que l'histoire des plaques d'immatriculation est un faux débat! Le vrai problème n'est pas que l'on ne puisse pas associer le 44 et le Gwenn-ha-Du, mais que le département soit obligatoire. Le département est le principal frein aux réformes instututionnelles et le pire ennemi de la régionalisation.

 

Côté politique "locale", il y a de quoi être dubitatif:

 

M. Auxiette, normal, botte en touche en prétextant qu'"il y a des sujets bien plus graves à traiter que de perdre son temps dans des polémiques stériles". On trouve toujours plus grave c'est un fait, est-ce une raison pour ne pas en parler?

 

Idem pour Jean-Marc Ayrault, député et maire PS de Nantes qui compte pourtant des élu(e)s UDB au sein de sa majorité : "M. Sarkozy aime les dérivatifs. Ce qui préoccupe les Français, ce ne sont pas les débats institutionnels, qui ne sont pas d'actualité, auxquels je n'entends pas participer. Mais les questions économiques et sociales, dont le Président ne parle pas beaucoup".

 

Dans la famille bêtisier, je demande Philippe de Villiers, président MPF du conseil général de Vendée qui "approuve les déclarations du Président de la République. Une grande Région Bretagne-Pays de la Loire sera à la bonne échelle pour traiter les grands dossiers d'avenir. D'autant que nous avons entre nous un lien commun : l'océan. Un or bleu insuffisamment exploité".

 

L'ex chevênementiste qui va et vient au PS, Joel Batteux, maire de St Nazaire pour qui "l'hypothèse soulevée par le Président est une provocation, à deux ans des élections régionales. C'est une question surannée sauf à envisager de réunir trois voire quatre Régions".

 

Jean-Luc Harousseau, leader de l'opposition de droite à la Région nous relance son discours fade et non-argumentée: "Je dis non à la question dépassée du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne. Je dis par contre oui à une fusion des Pays de la Loire et de la Bretagne, pour avoir une visibilité à l'échelle européenne et atteindre la masse critique nécessaire, au plan économique, de la recherche et de l'université".

 

Ah! Enfin une réflexion intéressante du côté de la Sarthe! Roland du Luart, président UMP du conseil général de la Sarthe: "Il est certain que l'on se dirige vers un redécoupage des Régions. Pierre Mauroy proposait dix à douze Régions, je trouve que l'idée est bonne. La Sarthe ne se sentait pas toujours très bien en Pays de la Loire. Elle pourrait se regrouper, par exemple, avec la Mayenne, le Maine-et-Loire, l'Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher, pour constituer une Région Centre-Ouest".

 

Pour ma part, je pense que les réponses aux angoisses des français (et des bretons) viendront des questions institutionnelles. L'autonomie est LE moyen de faire mieux sans rien y perdre. Le conservatisme français sclérose la République qui n'a que faire de ses territoires. Une région bien découpée serait nettement plus compétitive que des régions tracées au rotring sur une carte IGN par un parisien! Et la compétitivité n'a rien à voir avec la taille M. Sarkozy... en tout cas, je l'espère pour vous!

Repost 0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 01:18



J'étais jeudi dernier au Tribunal Administratif de Rennes pour soutenir la procédure en justice du Peuple de dunes, collectif d'associations luttant contre l'extraction de sable au large de Quiberon. L'association de sauvegarde et de protection du littoral de la presqu'île de Gâvres traîne en justice la Préfecture du Morbihan, la société Granulat Ouest, la société rennaise de dragage, GMS et le ministère de l'Industrie et demande l'arrêt immédiat des travaux sur le site (voir carte plus bas). Selon l'association, le permis de Lafarge qui mène des études et des prélèvements d'ordre scientifique (recherche) est caduc et son renouvellement n'a pas été fait.


Cet article se veut un réquisitoire pour le Peuple des dunes et sa défense du principe de précaution en vigeur dans la législation française puisqu'il fait partie de la Charte de l'Environnement. Malgré cela, on constate que Lafarge tisse une toile sur le littoral sud-breton avant de commencer une exploitation industriel du site soit un prélèvement annuel de 600000T de sable. On se demande quelle est l'application concrête de ce principe de précaution puisque ni les OGM, ni le nucléaire ne sont remis en cause en France et que, dans l'affaire qui nous concerne, Lafarge semble bénéficier d'appuis politiques plus importants que les maires du coin qui se sont prononcés contre le projet? La photo de l'isthme de Penthièvre ci-dessus vous donne pourtant une idée de la fragilité du milieu dunaire sur la côte de Bretagne sud.


Pour bien illustrer le danger que constituerait un tel prélèvement, j'attire l'attention du lecteur sur le fait que les précédents existent. Au Pays de Galles, dans le Devon, des villages ont disparu sous les flots, happé par la houle devenue plus puissante sans la dune. Erquy semble toucher aussi par le sujet (voir ici). Andrew COOPER, professeur d’études côtières à l’Université d’Ulster exprime ainsi le danger du prélèvement :


« la forme de n’importe quel estuaire ou système de plages ... est fonction du volume de sable qui se trouve là et de la dynamique qui l’affecte à n’importe quel moment. Et si vous touchez à l’un de ces éléments vous êtes conduits à voir une réponse dans la forme du rivage »


La Défense nie toute extraction massive ce qui, dans l'état actuel des choses, est vrai. Mais appelez-moi jambon! La recherche de Lafarge se ferait sans but? Pourquoi dans ce cas, implanter une sablière au Rohu (Lanester)? Si ce n'est pour décharger du sable et s'assurer ainsi un contrôle de la filière "bâtiment" en sud-Bretagne? Bref, un trou dans l'eau, c'est des plages en moins et des villes-dortoirs en pagaille!


La carte ci-dessous est d'ailleurs assez révélatrice du peu de cas que l'on fait des projets en mer et de leur manque de cohérence. Il faut savoir que l'Etat propose l'extension en mer de Natura 2000 à l'ouest de Groix! Etrange! L'est (et donc le quadrilatère de recherche) n'est pas intégré. Quand à l'ouest, n'est-ce pas à proximité que les boues de dragage sont rejettées? Certaines choses nous échapperaient-elles?




 


Voir article sur le blog du Peuple des dunes.



Repost 0
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 16:14

En 1988, la commune de Lorient est une des premières à lancer un Conseil Municipal des Enfants à l'initiative de Joel Guégan, l'un des premiers élus UDB en Bretagne (1965 il me semble). Depuis, onze conseils se sont succédé et près de mille jeunes entre 9 et 12 ans y ont participé. Bien sûr, Joel n'était pas seul et l'année de mon élection, en 1993, je n'ai pas eu affaire à lui, mais à "Kaou" Hulot, aujourd'hui élue municipale à Auray et amie de la culture bretonne (elle a eu pendant longtemps une responsabilité au sein de la Kevrenn Alre).

 

Bref, tout ça pour dire que j'ai gardé de très bons souvenirs de mon passage au Conseil Municipal Enfants entre 1993 et 1995: le nettoyage du Ter, les actions de communication de ma commission environnement, siéger avec Jean-Yves Le Drian... Amusant de se dire que je travaille aujourd'hui au Conseil Régional de Bretagne qu'il préside! Je n'ai jamais perdu le vice en somme.

 

J'étais donc ravi d'avoir été invité, jeudi dernier, aux 20 ans auquel participait l'ensemble du Conseil Municipal (des Anciens) et de rencontrer la nouvelle équipe. Merci à Claudine Le Goff, élue verte au Conseil Municipal de Lorient de continuer ce travail de pédagogie. Et comme les anciens n'étaient pas légion, j'ai eu les honneurs de la presse! Voici ce que Ouest-France a retenu:

 

« C'est excellent de s'engager tôt pour sa ville », ajoute Gaël, 24 ans, membre du conseil au début des années 1990, aujourd'hui chargé de mission au sein du conseil régional. « Plus tard, on a des chances de retrouver les conseillers enfants dans les associations, les syndicats, ce qui donne une âme à la ville. Finalement, ce sont des graines qu'on sème. »

 

Repost 0
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 15:45
Souvenez-vous: le Peuple Breton en a parlé en octobre (voir ici), le coordinateur du projet, Alain Retière, était l'invité de l'Union Démocratique Bretonne lors de son congrès (voir ici). Voici venu le temps d'une explication plus juste que la mienne. Cette vidéo vraiment pro est une bonne approche pour comprendre les enjeux mondiaux que pose le réchauffement climatique, sujet principal que traitera le centre de l'ONU à Brest.
Repost 0
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 09:38
Repost 0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 14:55


Je poursuis sur ma thématique de la Justice suite aux nombreux commentaires des deux derniers articles. Le sujet est fort intéressant et je ne voudrai pas que, par maladresse (car j'avoue être virulent dans mes écrits), on déforme mes propos. Je m'excuse également pour ceux qui se sont sentis blessés par ma morale, j'essaye simplement de briser un tabou breton. Car il est inutile de le nier: le mouvement politique breton est lui aussi politiquement correct (les modérés comme les plus extrêmes).


Proportionnez les peines au délit, a dit Voltaire, car ceux qui ont fait les lois n'étaient pas géomètres!Voilà à peu près mon crédo! Il est clair que dans cette affaire de Quévert, les accusés ont purgé leur peine. Néanmoins, la Vérité n'a toujours pas été trouvée et personne ne sait qui est responsable de la Mort de la jeune femme.


Ma question est donc la suivante: la Justice est-elle juste? Je ne le pense pas. La Justice juge en fonction des lois si bien que ce sont aux lois d'être justes sous peine d'avoir une Justice pervertie. Je passe mon temps à dire que les lois sont de plus en plus liberticides donc je ne vais pas, sous prétexte que je ne partage pas les opinions politiques de Gael, Pascal et Christian, faire exception pour eux. Je pense que l'Etat veut montrer à la famille Turbec qu'il fait son possible pour coincer le coupable... mais en se concentrant sur la seule piste des trois indépendantistes! Acharnement ou pas? Sans doute, mais cela concerne-t-il spécifiquement la mouvance politique bretonne?


Quoi qu'il en soit, la Justice est incapable de condamner un accusé sans preuve, sans acte, si bien que je suis persuadé que dans cette affaire, l'Etat se cassera les dents.  Les lois sont censées éviter une Justice arbitraire: on parle de "présomption d'innocence" (la par contre, j'accepte toutes critiques visant à dire que la présomption d'innonce est en voie de disparition: Nicolas Sarkozy n'avait-il pas qualifié Colonna d'assassin avant qu'il soit jugé?).


Le ministre de la Justice conduit la politique d'action publique déterminée par le Gouvernement et veille à la cohérence de son application sur le territoire de la République. Or, je sais pertinement que la séparation des pouvoirs est de moins en moins vraie en France. Je sais aussi quel pouvoir a le président et quels genres de pressions peuvent s'exercer sur des hommes qui ne pensent pas "comme il faudrait".


 

Prenons la lutte politique bretonne dans ce contexte de crispation sécuritaire. Croyez-vous que je ne sache pas que les revendications bretonnes, qu'elles soient autonomistes, indépendantistes ou même simplement linguistiques, sont matées? L'Etat ne veut pas reconnaître le Peuple Breton (intégrité territoriale = un peuple en France) et je sais bien que Gael Roblin est la preuve irréfutable de ce mépris puisqu'il a fait 3 ans de prison pour un communiqué ("l'Etat a chargé la mule", diraient certains).


Oui, le climat ambiant est sécuritaire. On sent bien que l'Etat, par les nombreux procès en cours, craint pour sa survie et tourne autoritaire. Mais selon moi, le procès Quévert est plus "juste" (dans le sens où il y a une affaire derrière) que le procès des Corses qui se sont introduits chez Christian Clavier, ami du président. Le procès Quévert est plus légitime que le procès de notre camarade Sylvain Rabouille qui, parce qu'il a eu une phrase malencontreuse à l'égard de sa Seigneurie Nicolas Sarkozy, a perdu son travail et risque quelques mois d'emprisonnement. Je tente de faire la part des choses: d'un côté on juge un attentat, de l'autre des broutilles!


J'aurai sans doute du commencer par ces quelques lignes avant d'écrire les deux derniers articles, mais je persiste: un prisonnier politique, selon moi (comme ça, on ne me reprochera pas de m'arroger le droit de proclamer le sens des mots), est un homme ou une femme qui fait de la prison pour le seul motif qu'il dérange le système politique en place. Certes, nos trois inculpés dérangent et oui, ils ont été désignés d'avance comme l'a été Colonna, mais jusqu'à preuve du contraire, leurs années de prison ont été "justifiées" par des actes (attentats ou tentatives d'attentats, rédaction d'un communiqué d'une entreprise terroriste).


Après, on pourra toujours polémiquer sur la définition du terrorisme: d'aucuns en Bretagne estiment que poser des bombes est un acte de résistance. Ce n'est pas mon point de vue: la violence est périmée! Seule la lutte politique pacifique pourra venir à bout du mépris. Les Corses l'ont compris, de même que les Basques et les Irlandais (le désarmement des milices entraîne une crédibilité politique). Par pitié, ne sombrons pas dans des méthodes qui n'ont jamais été les nôtres!


Je termine par une question trouvée sur le net: un bon citoyen (qui respecte les lois) peut-il être en même temps injuste (du point de vue de la vertu) ? Et, inversement, un homme juste est-il nécessairement un bon citoyen ?

Repost 0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 01:38


Retour de Paris où j'ai donc assisté au premier jour du procès de Gael Roblin, Pascal Laizé et Christian Georgeault. Je dis cela à ceux qui pensent que je me fous pas mal du sort des trois accusés: c'est vrai après tout, pourquoi irai-je au procès si je m'en balance? Dois-je crier "Gloire à Gael, Pascal et Christian" comme la petite troupe d'Emgann, à Paris elle aussi, pour être considéré comme breton?

Ceux d'entre vous qui suivent le dossier savent sans doute que le procès a été annulé après deux jours. Invalidation de l'appel. Je dois avouer que la plaidoirie politique de Yann Chouq était bien menée, mais je ne pensais pas qu'elle aboutirait. Au final, le procès est cassé! Honnêtement, j'aurai préféré qu'il ait lieu et que les trois inculpés soient acquittés afin d'en finir une bonne fois avec cette histoire (ou en tout cas se concentrer sur d'autres pistes).

Mes impressions tout de même avant de continuer:

1. Beaucoup de "témoins" de l'accusation absents.
2. Une cour qui omet le jury populaire (l'Etat s'est toujours méfié du peuple) ce qui, à mon sens, est le plus grave dans la tenue de ce procès tout comme le mode de désignation de la cour.
3. Des rappels historiques lus par le greffier tout à fait scandaleux: une ignorance totale du lexique (différences entre indépendantistes et autonomistes n'existe pas), mais plus grave encore les allusions à la collaboration bretonne durant la guerre 39-45. Quel rapport avec l'affaire?
4. Suite à la lecture des faits reprochés, on constate que tous les attentats durant cette période sont revendiqués par l'ARB sauf celui de Quévert. On constate aussi qu'Emgann ne s'est pas protégé vis-à-vis de l'ARB et que du coup, les amalgames sont vite faits entre ce parti légal et un mouvement armé (donc illégal par définition n'en déplaise à ceux qui "comprennent"). "Non, nous ne comprenons pas", disait Herri Gourmelen dans un édito du Peuple Breton.
5. Je n'imaginais pas la vague de violence entre 1993 et 2000! Combourg, Lorient, St Aubin du Cormier, St Brice en Cogl, Pornic, Etel, Quévert, Rennes, Auray, Louvigné du désert, St Herblain, Morlaix, Crac'h, CAudan, Liffré, Matignon (Paris), Callac, Guichen, Gouarec, La Gacilly, Dol de Bretagne, Paimpol, Mayenne, Carhaix, Pontivy + des fusillades à Guéméné-Penfao et j'en ai sûrement oublié. Autant de villes qui ont été frappées ou qui aurait pu l'être si le mécanisme ne s'était pas arrêté. Car derrière cette violence et cet arsenal, on sent quand même l'amateurisme! 


D'aucun me diront encore que je suis un faux patriote (comment peut-on être breton sans lire l'ABP?) ou un vendu aux français, d'autres pesteront sur le fait que je dise que ces trois-là ne sont pas des prisonniers politiques et ne l'ont jamais été (ils n'ont pas fait de la prison pour le motif qu'ils étaient indépendantistes que je sache), toujours est-il que de retour à Lorient, j'écoute quelques réactions de personnes qui lisent la presse:


"Ah bon? Ils sont accusés, mais il n'y a pas de procès?"


Ne pas avoir jugé le fond de l'affaire ne fait pas beaucoup de pub à ces trois-là ni au mouvement breton dans son ensemble. Sans acquittement, il subsiste toujours un doute. Sans compter que l'Etat poursuit la procédure qu'il mène toujours lors d'affaire du genre: le pourvoi en cassation afin de casser la décision qui vient d'être prise. Et puisque certains commentaires me reprochent de continuer à nier l'acharnement (sans être dupe des pressions politiques je le rappelle), je mets à leur disposition ce schéma qui illustre le fonctionnement de la Justice en France (connaître les institutions, c'est bien si l'on veut pouvoir les critiquer, non?):




Yann Chouq est brillant, mais je suis persuadé qu'il dirait que le pourvoi en cassation est légal. Je ne dis que cela. Maintenant, je continue de dire que si le dossier est vide, nos trois accusés seront blanchis et pourront vivre tranquilles.


Donc oui, l'Etat veut un coupable et oui, il est sans doute persuadé que les trois accusés sont coupables, mais une "Justice d'exception" ne juge pas, elle a décidé d'avance... or, l'issue de ce procès montre bien que la Cour a jugé sur du droit et pas sur de la politique. C'est cela l'indépendance de la Justice. J'espère qu'elle le restera!

Repost 0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 00:29

Me oa sadorn gant Ai'ta (Tud orañjez) evit goullen brezhoneg e porzh-houarn. Diaes eo evit skiv ha gomz brezhoneg met deskiñ a ran. Pelec'h? E Skol an Emsav e Roazhon met posubl eo e Ploemeur (bro an Oriant). Trugarez Dewi evit ar deiz-se...
(Corrections de Killian que je remercie). Kalz labour c'hoazh:
Disadorn e oan gant Ai'ta! (tud e orañjez) evit goulenn brezhoneg er porzh(ioù)-houarn. Diaes eo skrivañ ha komz brezhoneg met o teskiñ emaon. Pelec'h? E Skol an Emsav e Roazhon, met posuble eo e Plañvour (bro An Oriant). Trugarez Dewi evit an deiz-se.
Repost 0
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 13:52
Difficile d'illustrer un article sur les prisonniers politiques sans tomber dans la logorrhé des groupes de lobbistes identitaires pour qui toute personne mis en examen est un prisonnier politique. Je déteste être manipulé que ce soit par l'Etat ou par les soi-disant martyres de la cause bretonne (j'ai grandi dans ce mythe de la persécution et je trouve ça malsain).

Cet article se veut ma vision du procès de Gael Roblin, Pascal Laize et Kristian Georgeault. Lisez attentivement ces lignes avant de me jeter des pierres et peut-être vous rendrez-vous compte de ce qu'est la manipulation politique, d'un côté comme de l'autre!

Commençons par le départ (je résume). Suite à un attentat visant le Mac Donald de Quévert en avril 2000, une femme trouve la mort. La police s'oriente tout de suite vers l'Armée Révolutionnaire Bretonne (ARB). Il faut se souvenir (moi, ce sont les archives qui me le rappellent) qu'entre 1993 et 2000, 40 attentats sont commis en Bretagne. En 2002, le juge d'instruction met en lien trois d'entre eux: Quévert, l'attentat raté du Mac Do de Pornic et l'attentat contre une Poste de Rennes. Une marche pacifique est organisée à l'initiative du Conseil Culturel de Bretagne à laquelle l'UDB, qui a toujours dénoncé la lutte armée comme moyen de reconnaître les droits des bretons, participe.

Quoiqu'il en soit, l'UDB dénonce avec d'autres la lenteur de la Justice car il faudra attendre mars 2004 pour que le verdict tombe: acquittement! Une détention provisoire qui dépasse l'entendement pour officiellement aucun coupable dans cet attentat de Quévert! Cela dit, les auto-proclamés "prisonniers politiques bretons" n'en sont pas. Sur les onze accusés poursuivis pour certains des dix-sept attentats attribués à l'ARB, quatre sont acquittés et indemnisés, sept sont condamnés, tous pour "association de malfaiteurs" (lien avec l'ARB établi j'imagine), et, pour cinq d'entre eux, pour "attentats" matériels. Je crois tout de même que l'Etat doit un an de détention à Gael Roblin, le plus jeune des accusés.

Bref, l'Etat n'a donc pas de coupable. Gael Roblin sort de prison et se réinsere dans le milieu professionnel. Depuis cette année, j'ai eu l'occasion de le croiser régulièrement à Rennes et je dois avouer que c'est un chic type, mais que l'on me comprenne bien: je fais de la politique, pas du sentiment. La procédure d'appel est normale dans la Justice Française (à ceci près que l'appel est partiel car il ne concerne que trois personnes) et même si je ne suis pas dupe de la manipulation d'Etat (violence d'Etat), je ne marcherai pas dans la tentative de récupération politique de ce procès par Emgann et cie.

Soutenir financièrement Skoazell Vreizh est une autre affaire car ce genre de procès coûte cher et je sais que les accusés ne doivent pas rouler sur l'or. Quelques militants UDB ont donné de l'argent pour que les accusés puissent se défendre convenablement. Mais point de soutien politique. Pourquoi? Parce qu'on ne dispose d'aucune information sur ce procès et qu'on ne communique pas sur l'intime conviction. Personne n'a été capable de me donner les actes d'accusation. C'est la raison pour laquelle je me rendrai lundi à Paris pour la première journée du procès (en espérant pouvoir y assister pour en apprendre davantage).

Tout ce que je sais, c'est qu'il serait bon de mesurer ses propos quand on parle de prisonniers politiques. Nous ne vivons pas dans un Etat très porté sur la Liberté, mais nous ne sommes ni à Cuba où les homosexuels sont enfermés, ni en Chine où les dissidents internautes sont mis en cage. Une bombe tue et quand on se mouille avec un groupe armé, il ne faut pas se plaindre de faire de la prison.

La manipulation politique est claire dans cette affaire où l'information est opaque (des deux côtés de la barrière). J'attends donc le déroulement du procès. S'ils sont condamnés pour le simple fait qu'ils sont indépendantistes, c'est lamentable, si le parquet prouve qu'ils sont coupables (ce qui m'étonnerait un peu), alors que dire? Nous  dénoncerons par contre le verdict s'il est infondé et qu'il repose sur des éléments douteux. Pour ma part, je pense que sans élément nouveau, ils seront acquittés car le dossier est vide. Dans l'immédiat, il n'y a pas "d'acharnement" (on verra la suite), juste un Etat qui cherche un coupable.

Que le comité de soutien cesse donc d'harceler les membres de l'UDB à ce sujet.  Si Jean-Marie Goater et Stivell ou Naig ont donné leur soutien, tant mieux, mais Dieu lui-même la donnerait, nous n'aimons pas beaucoup le suivisme et nous vérifions nos sources avant de nous engager! Nous ne communiquons pas sur du vent! Mais nous avons été capable de faire des communiqués sur Denez Riou (que la presse a mal retranscrit bien évidemment) ou Colonna. Si nécessaire, nous ferons de même pour les incupés.

Oui à un procès équitable!
Repost 0