Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 13:17
L'Agence Européenne de l'Environnement appelait jeudi dernier dans un avis à revoir l'objectif européen de 10% de biocarburant dans les transports d'ici 2020 (voir ici).

Le comité scientifique estime que si la durabilité des biocarburants ne peut être garantie, cet objectif devra être modéré. Elle juge que « l’utilisation de biomasse doit aller de pair avec l’amélioration de l’efficacité énergétique ». Or, cette agence a évalué que la quantité de terres arables disponibles dans l’UE n’était pas suffisante pour remplir l’objectif de 10%!

En France, l'un des grenier à blé de l'Union Européenne, les transports représentent 26% des gaz à effet de serre. Combien de litres de biocarburant (même s'ils sont de deuxième génération) faudra-t-il pour satisfaire une demande qui ne diminue pas?

A ce rythme, plus de terres pour l'alimentation puisqu'il sera plus rentable de produire du biocarburant. Sans compter que cette forte demande entraîne une augmentation du prix de la matière première autrement dit une hausse du prix des plantes nécessaires à la fabrication de ce biocarburant.

Il semblerait en outre que la Commission Européenne, pour répondre à cet objectif de 10%, veut utiliser les terres "gelées" autrement dit les friches. D'après la revue Transport et logistique de février 2008, "le développement des filières agrocarburants (terme plus exact que biocarburant) à l'horizon 2010 entrainerait une augmentation des surfaces consacrées à l'ensemble blé-mais-betteraves-colza-tournesol de l'ordre de 310000 ha".

On continue donc à privilégier une vision à court terme dans laquelle on sur-exploite la terre sans remettre en cause nullement notre mode de vie, ni de production. Comment croyez-vous que seront cultivées les terres? En bio?

Bref, remplacer la pollution de l'air par la pollution des sols ou des eaux ne me semble pas vraiment pertinent! Il n'y a que l'aveuglement mercantile qui fait croire que nous trouverons des "critères de durabilité" pour cette source d'énergie. La FNSEA semble approuver cette diversification de l'activité agricole, chose que je ne comprends pas et qui, de l'extérieur, me pousserait à croire qu'il n'existe plus beaucoup de paysans dans ce syndicat.

Le Parlement Européen dit que les biocarburants ne sont ni noirs, ni blancs, mais gris! Pour ma part, j'estime qu'un "biocarburants soutenables" est un oxymoron et je répète à qui veut bien l'entendre (et le comprendre):

Je préfère manger que conduire!

Repost 0
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 14:13

Ami de Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire s'est éteint. Cet homme de lettre est le père du concept de "négritude" et un critique de l'anti-colonialisme.


A ce titre, il refuse l'assimilation culturelle française en Martinique et, même s'il était partisan de la départementalisation, il demandait également l'autonomie de la Martinique. Il fonde en 1958 le Parti Progressiste de Martinique.


Autonomiste et défenseur de la diversité culturelle, il était tout naturel que mon parti exprime ses condoléances au sien, ainsi qu'à sa famille:

 





Chers amis

C’est avec grande tristesse que nous avons appris la mort d’Aimé Césaire. Même si la distance nous sépare, nous prenons part à votre douleur et nous sommes à vos côtés par la pensée.


Nous tenons à rendre hommage à celui qui a su rendre à l’Homme Nègre sa dignité, à celui qui a combattu l’oppression coloniale et le racisme, à celui qui a tout fait pour apporter aux habitants de Fort de France et de la Martinique bien-être et culture, à celui qui a toujours défendu la démocratie et qui s’est battu pour l’autonomie de son peuple, à celui qui a fécondé la langue française de son inspiration.


Mais à l’heure où les émeutes de la faim se multiplient, où la misère s’étend, où le mépris sévit à l’égard des pauvres et des étrangers, où le bien public est vendu aux marchands, où trop de peuples restent opprimés et voient leur culture méprisée, le meilleur hommage à rendre à Aimé Césaire est de continuer son combat pour la dignité et la liberté.


Pour l’heure, le temps est au recueillement et en ce moment de deuil, nous adressons à la famille d’Aimé Césaire, à ses amis, aux membres du Parti Progressiste Martiniquais et au peuple de la Martinique, nos plus vives condoléances et toute notre sympathie.


Pour l’Union Démocratique Bretonne,

Mona Bras, porte-parole

Nicole Logeais, responsable des Affaires Internationales

Repost 0
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 07:16

Charlie Hebdo bouscule encore avec cette nouvelle Une que j'adore! Mon article ne sera pas long, mais ce dessin de Catherine m'a "inspiré". L'annonce de la suppression de la carte famille nombreuse est tout de même révélatrice d'une orientation politique.

Que l'on ne me dise pas que la droite et la gauche, c'est la même chose! Jamais on a vu pareil gouvernement pendant la Ve République. Un gouvernement qui fait fi du "modèle français" de protection sociale et fait des économies sur l'éducation, l'environnement et la culture. Un gouvernement qui n'a plus aucune doctrine ni fond idéologique si ce n'est le profit et qui, de ce fait, met en place les conditions pour obtenir une société docile.

Suppression d'une part des allocations sociales. Que veut le gouvernement au juste? Une bonne révolte? Est-ce pour cela que le gouvernement privilégie les CRS aux professeurs? Est-ce pour cela que le fichage se banalise? Est-ce pour cela que la jeunesse est considérée comme une nouvelle maladie, un parasite?


Dans la Rome Antique, la foule demandait du pain et des jeux. Aujourd'hui, il semblerait que les jeux suffisent...



Repost 0
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 16:24
17/04/08

Après trois essais infructueux, il semblerait que Marc Le Fur, député breton UMP, ait réussi à programmer un débat sur les langues régionales à l'Assemblée Nationale.

Le 7 mai prochain aura donc lieu, sous réserve d'un ènième contre-ordre du Premier Ministre pour qui ce n'est jamais le moment, un débat sur la place que doivent occuper les langues "minoritaires" en France.

Breton, Basque, Corse, Catalan, Flamand, Occitan... rappelons que toutes ces langues n'ont pas d'existence légale dans notre Etat dont la Constitution énonce que "le français est la langue de la République" (clause exclusive qui ne laisse aucune place pour d'autres langues).

Loin de le soutenir politiquement, je tire néanmoins mon chapeau à Marc Le Fur (notez bien, ça n'arrivera peut-être plus) pour s'être battu à ce sujet. On ne peut pas en dire autant de tous nos députés...
Repost 0
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 14:49
Comme j'ai peu de temps pour écrire mes articles cette semaine, je présente le nouveau logo des jeunes de l'UDB. L'idée est d'affirmer notre attachement à l'Europe en s'inspirant de l'EFAy.

Il faut dire que si en anglais, le "Y" équivaut à "Youth", en breton, le "Y" équivaut à "Yaouank".

La renaissance de la branche jeune de l'UDB marque un tournant dans l'histoire du parti car nous sommes bien disposés à reprendre le flambeau et redorer le blason du mouvement politique breton (Emsav).

Depuis quelques mois, notre présence sur le terrain a été plus que remarquée et nous espérons ouvrir nos idées à ceux qui n'y sont pas sensibilisés. En effet, il ne sert à rien de tourner en rond et d'attendre une résolution des problèmes bretons sans s'engager, militer et convaincre du bien-fondé et de la légitimité de nos revendications.

Pour cela, l'expérience de ceux qui le sont est la bienvenue... evel just. ;-)

Repost 0
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 07:01


La Bretagne se souvient du naufrage du Bugaled Breizh comme si c'était hier. Pourtant, c'était en 2004 et la vérité n'a toujours pas été faite sur cette affaire. Sans doute parce que cette "affaire" doit rester confidentielle car elle implique d'ouvrir les dossiers militaires de certains Etats! Quand les pêcheurs se mêlent des affaires d'Etat, Michelle Alliot-Marie, ancienne ministre de la Défense, botte en touche: les dossiers ont été ouverts! Certes, mais pas tous...

Résultat, le journal Le Monde rapporte qu'une note remise aux participants d'une réunion de coordination Eurojust le 19 février à La Haye, les juges d'instruction Richard Foltzer et Murielle Corre indiquent qu'"à l'issue des investigations (...) nous arrivons à la conclusion que l'hypothèse d'un sous-marin qui se serait pris dans l'une, voire les deux fûnes du Bugaled-Breizh, est l'hypothèse la plus sérieuse en l'état du dossier".

Cette hypothèse évoquée dès le début de l'enquête sur le naufrage du chalutier de Loctudy est certes incroyable, mais s'avère bien plus crédible qu'un accident de pêche banal (d'autant que l'on sait qu'il y aurait eu des manoeuvres militaires dans cette zone maritime le même jour). La procureur de la République de Quimper semble plus prudente et préfère ne rien affirmer.

Voici le scénario développé par les partisans de la thèse de l'accrochage avec un sous-marin:



Les familles des cinq marins morts attendent toujours d'en savoir plus... on rappelle également qu'elles avaient déposé une plainte contre X pour entrave à l'enquête en janvier 2007!

Repost 0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 20:54
Je reproduis ici un petit conte métaphorique dont l'explication est donnée à la suite. L'auteur de ce conte est Yann Le Meur (Ressources Consultants Finances) et je le félicite de tant de simplicité.

 

Sur une embarcation de fortune se trouvent deux rescapés d’un naufrage. L’un d’entre eux, ayant ces dernières années régulièrement grossi, pèse 200 kilos et ne peut pas ramer. Ayant autorité sur son compagnon, il délègue cette attribution à cet homme de 50 kilos ayant suivi, au cours de la décennie passée, un régime amaigrissant.

Les naufragés disposent bien d’une caisse de vivres, mais elle constitue le lest qu’il faut lâcher car le frêle esquif risque de chavirer dès lors qu’un poids supérieur à un niveau estimé à 250 kilos lui sera durablement imposé. Pourtant il faut, pour ramer, que l’homme maigre prenne des forces. Afin de faire fonctionner a minima la « machine », les hommes ouvrent, avant de la jeter par dessus bord, la caisse de nourriture et se sustentent... tous deux. Le maigre prend ainsi deux kilos, son comparse un seul, et l’embarcation chavire. Avant de se noyer, le plus gros dit à l’autre : c’est de ta faute, car les deux tiers de la cause du naufrage t’incombent.

Yann Le Meur


 

Commentaire:

 

Ce conte a été inspiré par la récente analyse, mathématiquement exacte, que Monsieur Eric Woerth, ministre du budget, a proposé pour expliquer la dérive des comptes publics en 2007 par rapport aux prévisions. Il a, en effet, mis en avant que les deux tiers de ce dérapage de 0,3 point de PIB étaient imputables aux collectivités locales.


En recherche d’une contre-analyse économique et mathématique, Y. Le Meur s’est finalement tourné vers la littérature pour traiter cette question sophistiquée sous la forme d’un "conte public".


On peut difficilement ne pas penser au cas des collectivités locales. Elles sont largement moins endettées que l’Etat alors qu’il leur incombe de plus en plus d’investir et de répondre aux besoins sociaux. Après un désendettement régulier constaté dans la dernière décennie dans les budgets des collectivités locales, quand l’Etat s’endettait non moins régulièrement, elles ont entamé récemment un processus de réendettement grandement destiné à financer l’augmentation de leurs investissements.

Repost 0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 14:10
Je relaye un communiqué de l'UDB passé complètement inaperçu. Ce communiqué m'est d'autant plus précieux que j'ai participé à sa rédaction puisque j'en avais fait part lors de mon stage à l'ALE (voir ici).




Un rapport de l’ONU sur les discriminations à l’encontre des minorités en France pose le problème de l’identité à la française.


En septembre dernier, l’Alliance Libre Européenne relayait l’information selon laquelle une experte indépendante de l’ONU, Mme Gay McDougall, enquêtait sur le sort réservé aux personnes issues de minorités en France. Ce rapport vient de paraître et il met en cause fermement l’Etat.

L’Union Démocratique Bretonne précise que ce dernier s’adresse principalement aux minorités dites « visibles » (autrement dit issue de l’immigration) et qu’il fait suite aux violences urbaines de 2005. Cependant, l’experte a également reçu des témoignages de délégations juives, tziganes, basques, bretonnes, catalanes et occitanes ce qui tendrait à prouver que c’est l’identité à la française qui pose problème.
 
Mme McDougall note que la France n’a pas ratifié la Convention cadre pour la protection des minorités nationales du Conseil de l’Europe, ni la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Par conséquent, l’Etat ne reconnaît pas de droits collectifs pour les minorités. Cette reconnaissance serait jugée incompatible avec la Constitution et les principes de la République qui accordent la priorité aux droits individuels, à l’égalité, à l’unité et à l’universalité.    

L’Union Démocratique Bretonne dénonce la vision rigide de l’identité nationale française et fait valoir la multi-appartenance comme alternative. En effet, les nombreux témoignages recueillis par l’experte mettaient en avant que « l’assimilation totale » exigée par la France pour être un citoyen français à part entière nécessitait l’abandon d’aspects essentiels de l’identité des minorités (religion, langue, culture).

Des représentants de la communauté bretonne ont rappelé que le nombre de personnes parlant le breton est passé de 1,3 million en 1900 à 200000 aujourd’hui et que les écoles Diwan ne sont toujours pas reconnue au motif que « la langue de la République est le français ». Comme s’il était impossible d’être breton et français à la fois !

C’est la première fois que l’ONU dénonce aussi explicitement les discriminations vis-à-vis des minorités faites par l’Etat français. Alors que la France ne cesse de vanter la diversité culturelle, l’Union Démocratique Bretonne constate que celle-ci n’est pas prise en compte sur le territoire de la République et réitère sa demande légitime de reconnaissance officielle des minorités en France.

Repost 0
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 16:11
C'est assez gros comme message?

Apparemment pas puisque cette Assemblée Nationale gargarisée de mots tels que "Liberté", "Droits", "Respect" n'a pas su écouter les arguments des opposants aux OGM. Le projet de loi sur les OGM a été adopté hier à une courte majorité.

Ces députés sont à ce point fermés qu'ils n'ont pas eu connaissance des suicides indiens, des problèmes américains, des menaces sur la biodiversité? Où est Nicolas Hulot, cette sympathique marionnette du monde industriel qui ne cesse de rabâcher qu'il veut une Nature "propre"?

Après ne pas avoir beaucoup parlé des manif' anti-OGM, les médias continuent de privilégier la forme sur le fond. Ainsi, la Une est consacrée à Mme Kosciusko-Morizet et à sa petite crise plutôt qu'aux risques liés aux OGM!

Pourtant, les OGM qui étaient auparavant confinés au labo pour faire des médicaments par exemple vont très vraisemblablement être mise en culture dans les mois à venir. Ce qui est autrement plus important (et intéressant) que de connaître les petites guerres au sein du gouvernement.

Si quelqu'un pouvait m'expliquer de quelle manière les cultures conventionnelles (voir bio) et les cultures OGM pourront coexister, je lui serais reconnaissant!


Repost 0
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 15:16

Ça y est! Lorient a officiellement son "clan du néon" puisque le Télégramme a publié aujourd'hui un article sur le collectif dans lequel j'interviens! Après quelques hésitations, je me suis dit qu'il valait mieux assumer et tenter de susciter le débat à Lorient. Cela semble marcher puisqu'une radio m'a contacté ce matin même...

Je rappelle que le clan du néon ne désire pas faire la guerre aux commerçants! (Nous ne passons pas toutes les nuits!) Simplement tenter de réfléchir sur les manières de réduire le gaspillage énergétique en milieu urbain. On constate depuis quelques années que les "urbains" désirent s'investir dans la préservation de l'environnement, mais que les angles d'attaque sont moins flagrants que l'agriculture ou la pollution des rivières.

Résultat, ce sont les 4x4, les voitures en général ou les néons qui prennent! Comment ne pas faire référence à ce collectif allemand génial appelé "les urbanautes" qui tentent de se réapproprier l'espace public? Ayant fait 5 années d'aménagement du territoire, je ne peux qu'applaudir... et peut-être reproduire le concept sur Lorient?

En attendant, c'est le clan du néon qui est à l'honneur et j'ai l'immense privilège de le faire connaître sur Lorient. Merci Clochette!

Un seul regret: j'ai cité Nantes, mais il n'est pas passé dans l'article! Flore Limantour (merci quand même) considère sans doute que Clisson en Bretagne fait moins débat que Nantes? ;-)

Fidèle à mes engagements...

Site du clan du néon.

Repost 0