Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 17:03

Gael-Briand-o-redek-2.jpg

 

Je n'ai plus le temps de rien avec ces campagnes qui se suivent... vivement la fin des législatives que l'on puisse faire enfin de la Politique!

 

Je tenais malgré tout à écrire un petit article sur la Redadeg, cette course en faveur de la langue bretonne, qui a eu lieu du 12 au 19 mai dernier de Brest à Douarnenez en empruntant un chemin assez... long! 1500 kms de course sans interruption, une course en relais symbolisant la transmission de la langue bretonne (le témoin, c'est cette corne orange que je tiens sur la photo ci-dessus).

 

L'UDB a participé à cette course de diverses manières. Certains en étant bénévoles en amont, d'autres ont fixé les panneaux la veille de la course (c'est mon cas, mais on pourrait citer Sabine, Gilles, Valérie, Arnaud...) ou ont animé la course dans le camion (comme Gwendal ou moi) ou dans la voiture de tête (comme Arnaud).  La quasi-totalité des candidats UDB a courru (Anne-Marie Kervern à Brest, 11 kms pour Thierry Stiefvater à St Brieuc, 4 pour Valérie Coussinet sur Bécherel et Gévezé, Clara, Arnaud et Marie à Couëron, Emilie à Lanester, Paul Guéguéniat à Elliant). On a même vu une conseillère régionale UDB, Naig Le Gars, servir les boissons à l'arrivée sur le port de pêche de Douarnenez. Je ne vais pas m'amuser à faire une liste des coureurs du parti car j'aurais peur d'en oublier. Mais ce que je peux vous dire en revanche, c'est que l'UDB a acheté environ 40 kms soit une subvention de 4000€ à Diwan et aux autres projets en langue bretonne (toutes les infos sont sur le site de la Redadeg).

 

D'une manière générale, on constate que la Redadeg s'est installée dans le paysage. C'est tout le mouvement breton qui y participe, chacun à son échelle, et même au-delà. Cette troisième édition a fait du bien à tous et on ne remerciera jamais assez les bénévoles (ceux qui ont travaillé pendant 2 ans pour que cette semaine se passe bien).

 

Vous pouvez trouver des photos sur le site de la Redadeg, auprès des militants aussi et quelques unes des nôtres sur le blog de l'UDB Jeunes.

 

Quant à moi, je vous laisse sur cette image de mon état après 12h de bénévolat et 8 kms de course (un genou en vrac et un sérieux coup au moral en voyant les marathoniens qui nous aident! Pas vrai Joël?). 616 = km du Peuple breton!

 

Plijus kenañ oa bet ar Redadeg. Skuizhus ivez! Met goude e c'hallfer lavar: graet hon eus un dra pouezhus evit hor yezh, hor bro, hor frankiz (e-giz a lavare Angela Duval).

 

Gael-skuizh-marv.jpg

Repost 0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 11:19

2012-by-gchampin-Sarko-vs-Hollande.jpg

 

Montés sur le ring, les deux candidats à l'élection présidentielle 2012 ont fait leur show hier soir et l'opinion générale semble donner Hollande vainqueur. Pour ma part, j'ai assisté à 15 minutes de débat et écouté la conclusion à la radio, vers minuit. Amplement suffisant pour me faire une idée.

 

D'un côté, Sarkozy et ses tocs de langage ("mensonges"), de l'autre un Hollande qui cherche à faire plus sérieux que la brêle qui nous a servi de président pendant 5 ans. ça donne un combat épique entre des gens qui assènent des chiffres à n'en plus finir, chiffres qui ne veulent pas dire grand chose et dont tout le monde se contre-fout. Mais voilà, si auparavant la présidentielle se gagnait "au centre", aujourd'hui, elle se gagne au point, aux chiffres. "Mes chiffres sont exacts", "les miens sont induscutables"... qui peut leur dire que l'on s'en contre-fiche de leurs chiffres? Au lieu de parler éducation, on nous parle du coût des fonctionnaires, au lieu de parler santé, on nous parle du coût de la sécu, au lieu de parler projet, on nous parle budget, croissance, croissance, croissance. Je lui brise les pattes à la croissance moi!

 

La Politique est malade de cette volonté de chiffrer tout. Hollande conditionne son projet à la croissance, Sarkozy promettait un chômage à 5% et finit son mandat avec le double (officiellement). Tout ceci pour moi ne veut absolument rien dire. Je n'attendais pas d'eux qu'ils nous parlent de projets de société, ils sont taris, leur imagination se borne à inventer des lois toujours plus complexes pour améliorer le sort des gens.

 

Pourquoi donc voterai-je Hollande le 6 mai? Déjà parce que je n'ai pas l'intention que l'on décide pour moi et parce que je pense toujours que le Politique est le meilleur rempart contre le capitalisme. Ensuite, parce que pour le président sortant, ratifier la charte des langues régionales, c'est ne pas aimer la France. Cette réflexion me fait comprendre la volonté de vote banc des indépendantistes! Sarko pour eux, c'est un peu comme Bush pour Ben Laden: ça les sert! Avec un tel crétin à la tête de la France, ça créé des vocations d'indépendantistes!

 

Mais Sarkozy, c'est aussi un président dont la réforme territoriale remet en cause 30 années de timides décentralisation, un président sortant qui a cassé les services publics (l'enseignement et la santé pour commencer), qui a une idée assez étrange de la justice sociale et qui souhaite tirer le pays en donnant plus aux villes et régions qui sont déjà les plus avancées! Pour couronner le tout, un mec qui conclu son débat télévisé en disant que "le monde est dangereux". Bah voyons, c'est vrai, il a connu la guerre papi! Il s'est senti en danger à Neuilly, menacé par ses hordes d'arabes venu lui voler son travail. C'est oublié un peu vite que si la guerre est omniprésente dans le monde, l'Union Européenne a permis d'éviter de mobiliser les civils à la guerre. Cet imbécile de président passe ses journées à nous expliquer à quel point la vie est dangereuse et qu'il faut nous protéger. Mais contre quoi bordel? Contre nous-mêmes surtout et contre ce modèle ultra-libéral qu'il met en place.

 

Alors, d'aucuns me disent qu'Hollande est pro-nucléaire et contre la réunification. J'en suis conscient. J'ai bien d'autres griefs contre lui, mais ça ne peut être un critère de choix dans la mesure où son adversaire ne pense pas mieux. Le vote blanc? Oui, c'est toujours une possibilité, mais ce faisant, je m'expose au risque de subir 5 années d'un arriéré idéologique à la tête de l'Etat qui, jusqu'à preuve du contraire, décide encore de l'avenir de la Bretagne. Je sais donc ce que je perds. Hollande ne sera pas idéal, loin de là, et la lutte, la vraie, commencera le 7 mai.

Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 12:11

Banque_populaire_Atlantique.jpg

 

Voilà 5 ans que je milite à l'UDB, 10 que j'ai une carte, 17 que je m'intéresse à la politique et c'est seulement aujourd'hui que j'écris ce courrier. J'invite d'ailleurs ceux qui sont sensibles à cette démarche à en faire de même avec leurs mots auprès de leurs banques respectives car après tout, si personne ne leur demande jamais rien, rien n'évoluera jamais. Un client dispose aussi d'une force de propositions qu'il doit utiliser, surtout quand il est membre d'une banque sociétaire comme moi (ça vaut pour les autres banques populaires, le Crédit Coopératif qui est membre du même groupe ou la NEF, hébergée par eux).

 

Voici donc le courrier que je viens de poster à l'intention du président et de la directrice générale de la Banque Populaire Atlantique.

 

 

 

 

Banque Populaire Atlantique

1, rue Françoise Sagan

Saint Herblain

44919 Nantes Cedex 9

 

 

 

Destinataires: Jean-Guy SARRAZIN, Président et Stéphanie PAIX, Directeur général

 

Objet: utilisation du breton par la Banque Populaire Atlantique

 

 

Lundi 30 avril 2012

 

 

Monsieur, Madame,

 

Je suis client de la Banque Populaire Atlantique depuis mon adolescence et objectivement, je n'ai jamais eu de gros soucis avec votre établissement bancaire. Si je me permets de vous envoyer ce courrier, c'est pour vous solliciter sur un point précis que je ne retrouve malheureusement pas dans vos agences, à savoir l'utilisation du breton.

 

Dans ce domaine, même si le Crédit Agricole fait quelques efforts dans le Finistère, il est indéniable que c'est le Crédit Mutuel qui a misé sur la clientèle bretonnante en proposant, dans la liste de ses services, des chéquiers en breton et en donnant une place à cette langue dans les distributeurs automatiques. Pour ne rien vous cacher, il m'arrive régulièrement de choisir de retirer de l'argent chez eux.

 

Alors, bien sûr, si c'était là mon seul critère de choix, j'aurais migré vers le Crédit Mutuel depuis longtemps. Pour plusieurs raisons, je suis resté à la Banque Populaire et espère faire avancer cette cause en tant que client. Malgré vos choix étranges de découpages régionaux, trois départements bretons sont concernés par la Banque Populaire Atlantique (Finistère sud, Morbihan et Loire-Atlantique), le reste de la Bretagne étant géré par la Banque Populaire « de l'Ouest ». Il m'apparaîtrait juste que de tels services (peu coûteux) soient également proposés à vos clients bretons dont je suis.

 

L'avenir de la langue bretonne se joue à l'école, certes, mais aussi et surtout dans la vie publique. Or, les bretonnants disposent eux-aussi de comptes en banque! Si vous êtes intéressés, je vous invite à prendre contact avec l'Office public de la langue bretonne.

 

En espérant que vous réagirez à ma demande, je vous prie, Monsieur, Madame, de croire en mes salutations bretonnes les plus sincères.

 

Gael Briand

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 16:38

Libe-25-avril.jpgJ'ai beau avoir été sacré "meilleur analyste politique de Franz Heller" (le bâtiment où travaille les collaborateurs de groupe du Conseil régional de Bretagne), je n'en ai pas moins été surpris par le fort score de Le Pen. Pour dire vrai, c'est grace à ma prévision du taux de participation que j'ai raflé la mise, mais c'est Julien Houzé, un copain socialiste qui était le plus proche sinon. ça me fait bien marrer qu'un autonomiste ait mieux perçu l'élection présidentielle qu'eux! Toujours est-il que l'autonomiste avait sous-évalué le vote FN (et pourtant)...

 

Alors depuis dimanche soir, j'entends des gens qui veulent se rassurer en disant que le vote FN n'est pas qu'un vote raciste. Il faudrait comprendre. Et bien merde! Ces types "qui souffrent" doivent être sérieusement maso pour vouloir souffrir encore plus en votant Le Pen! J'en ai ma claque du politiquement correct qui nous force à abaisser nos exigences démocratiques au motif que les gens, les pauvres, ne savent pas ce qu'ils font. Si le Christ pardonne, excuse-t-il pour autant? Et la politique a-t-il pour but de prendre les gens pour des idiots? Ce vote est grave et il faut cesser de dire que ça n'est pas si grave de contester. Oui à la résistance, mais constructive. Bientôt, on nous dira que pour être compris, il faut écrire en texto. Et qui sait, à terme, on fera tous ensemble de joyeux grognements devant nos téléviseurs!


Ces 18% de couillons, s'ils ne sont pas xénophobes, ont fait le lit d'une droite encore plus réactionnaire qu'avant (voir la Une de Libé ci-contre). On vire dans le franquisme là, dans le Parti Populaire d'Aznar et ses amis non seulement libéraux, mais catho radical (ceux qui croient que le FN est laïc sont franchement naïfs...). Faut dire qu'on avait déjà les pieds dans la merde avant, avec les Guéant et consort. En 5 années de mandat, Sarkozy a sorti du ghetto le FN, belle performance.

 

Le pire dans tout ça, c'est qu'avant, nous autres bretons pouvions nous donner bonne conscience car le FN était faible. Aujourd'hui, il est toujours plus faible (autour de 12%), mais il a doublé ses voix. Alors, le couplet du breton plus ouvert sur le monde, c'est raté! Il y a aussi du travail à faire chez nous.


resultats-eva-joly-2012.jpgMon analyse à moi est sensiblement différente de celle que j'ai pu entendre ici ou là. Pour ma part, ce premier tour exprime un sentiment de repli, un vote anti-mondialisation, anti-européen, un bon vieux vote français. Parce que merde, la meilleure façon de se protéger, c'est bien sûr de rester entre consanguins! Et après ça, c'est nous les autonomistes que l'on traite de "communautaristes". Mais vous n'avez qu'à vérifier, c'est dans les régions où sont implantés les partis de Régions et Peuples solidaires (donc la Bretagne) qu'Eva Joly fait ses plus gros scores (pays basque, Bretagne, Savoie, Alsace, Occitanie, Corse, Catalogne).

 

Mélenchon n'a finalement réussi qu'à drainer autour de son nom l'électorat d'extrême-gauche classique. Il doit l'avoir mauvaise car il se donnait pour objectif d'être le troisième homme (je comprends mieux l'intérêt quand je vois que Marine Le Pen est plus citée que les deux finalistes de cette élection présidentielles) et surtout de distancer Le Pen. Pour ma part, je jubile de ce score "faible" (le "faible" est relatif avec un score à deux chiffres et en Bretagne aussi). Alors on me dit dans l'oreillette que je suis un gros connard et que franchement, je devrais regretter que Mélenchon ne soit pas le troisième homme de cette campagne. Ah bah oui, la pensée magique: si je suis contre Mélenchon, je suis donc pour Le Pen! Entre nous, j'aurais préféré qu'Eva Joly soit en troisième place, voir même en première place, mais cela change-t-il le résultat?

 

Là encore, je devrais accepter l'idée qu'un vote puisse se ballader entre l'extrême-droite et l'extrême-gauche? ça ne vous choque pas vous qu'un électeur qui puisse voter Le Pen se reporte sur Mélenchon ou vice-versa? Là encore, n'est-ce pas un vote bien nationaliste, bien franchouillard? Entre la cocarde de Marine et celle de Jean-Luc, il y a bien sûr des idées différentes, mais il y a bel et bien un refus d'Europe. Car il y a ce que pensent les militants, sincères j'en suis persuadé, et ceux qui votent dont les finalités ne sont pas toujours les mêmes. C'est le principe du vote populiste: il aggrège un peu de tout. Rassurez-vous, c'est pareil à l'UDB. On trouvera bien quelques tarés d'Adsav à voter UDB quand il n'y que nous de bretons aux élections! Il est temps de redonner du sens au vote et de ne pas se contenter d'un "je ne vote pas Eva Joly car elle est trop bas dans les sondages". Quelle pitié cet argumentaire! Dans ce cas, supprimons les sondages s'ils influencent les votes...

 

Je me souviens de ma première élection. Cantonales 2008. J'avais sillonné le terrain, fait du porte-à-porte et été reçu par des centaines de personnes... pour faire 100 voix de plus qu'un type que personne ne connaissait, dont le site était truffé de fautes d'orthographe et qui n'avait pour programme que 5 mots clefs: écologie, sécurité, logement, emploi et je ne sais plus quoi d'autres. Bref, vous imaginez la déception! Et puis, un ami m'avait dit à l'époque: "tu aurais préféré avoir la voix des idiots?". Cette phrase, je la garde sous le coude quand l'UDB fait de petits scores. Je me dis qu'on ne doit jamais accepter de sombrer dans le populisme pour faire du chiffre. Sans ça, c'est notre âme que l'on perd. Pour convaincre, il faut persévérer, parler complexe et élever le niveau intellectuel de la société en s'enrichissant mutuellement. ça nécessite de se former, toujours, chaque jour (le Peuple breton est un bon outil pour penser en dehors du cadre).

 

Au final, Philippe Poutou, tout troskyste qu'il soit, a raison sur un point: putain, les politiques professionnels, au lieu de brandir de beaux discours sur "la République en danger", vous feriez bien d'atterir. Il y a un monde que vous ne connaissez pas. La solution? Relocaliser les politique! Autonomie, une bonne fois pour toute!

 

Lire aussi l'analyse du camarade Jef Monnier.


Repost 0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 15:38

Eva-Joly-2012-profession-de-foiJe n'ai aucun complexe à le dire: je voterai Eva Joly au premier tour de la présidentielles. J'ai régulièrement des accroches avec EELV, je ne suis pas toujours en phase avec ce parti pour moults raisons et pour moi, il y a de véritables différences entre l'UDB et EELV. Ceci dit, Eva Joly porte un discours qui, pour moi, est révolutionnaire.

 

Loin du carnaval révolutionnaire de Mélenchon que cet article du Monde résume assez bien (lire ici), Eva Joly porte une idée moderne et originale du projet de société national... c'est que déjà, on gomme le côté cocardier et qu'on s'attache à travailler au-delà des nationalités. Oui, vous avez bien lu ce texte sur le blog d'un militant autonomiste que d'aucuns prétendent "identitaires". Pour moi, les identités, les cultures sont importantes, mais elles ne sont en aucun cas un mur entre les gens. Je peux dire par exemple à un noir qu'il est noir (pas "black", "bronzé" ou de "couleur"), que nous sommes différents car c'est justement la différence que je recherche chez les autres. La différence est une richesse et je la revendique. La façon dont on traite les minorités (quelles qu'elles soient) est révélatrice de beaucoup de choses. Quand l'égalité passe par l'uniformisation (tous français), c'est une société de robots que nous fabriquons!

 

Eva Joly a déjà cet avantage d'avoir un recul sur la société française car elle a une double nationalité. N'allez pas croire qu'elle ne connait pas la France, elle y vit depuis plusieurs décennies et sans doute avant que je ne naîsse. C'est d'ailleurs ce recul qui lui permet d'avoir une position très proche de celle de l'UDB concernant les langues régionales ou les institutions. L'autonomie est un gros mot en France, pas ailleurs en Europe. Eva Joly n'a donc pas peur d'utiliser ce mot qui fâchent. On raille la candidate Joly, on déforme ses propos... comme on le fait pour l'UDB qui est présente aux législatives, mais dont on dira sans doute encore que ce n'est pas sérieux. Tout est question de "confiance" et les contestataires n'ont confiance que dans ceux qui promettent et qui parlent fort.

 

Une-avril.jpgJe reste donc sur ma ligne: au premier tour, on choisit, au deuxième tour, on élimine. Je vote le projet de société d'Eva Joly, la fin du mythe de la croissance (le PIB n'a jamais garanti le bien-être) et j'en assumerais les conséquences si conséquences il doit y avoir (ce dont je doute). Je vote pour sortir du cadre!

 

Le deuxième tour, j'en fais le pari, sera classique: PS-UMP. Là encore, on me reprochera de voter Hollande, un Hollande qui, malgré ses soutiens plus engagés sur la question, s'est prononcé contre la réunification récemment, sujet pourtant essentiel pour moi. C'est vrai, il ne nous facilite pas la tâche, mais je crois bien me souvenir que ceux qui l'ont promise ne l'ont pas apporté. Le discours du candidat socialiste a au moins le mérite d'être clair. Et soyons honnête, à part une frange réduite de la population, personne ne vote pour UN élément de programme, si? Si c'est le cas, comment expliquer le fait que Mélenchon a des soutiens dans le monde bretonnant? La "vraie" gauche... n'est pas la mienne comme je l'ai déjà dit. La Politique est destinée à tous, mais c'est plus complexe qu'un vague slogan rassembleur. On connait le fameux "pendons les patrons", mais quand il s'agit de son cousin ou de sa petite amie, "c'est pas pareil"! Ce genre de discours est absurde. Les véritables responsables de la crise, c'est nous. C'est cette société qui s'individualise, ce sont ces gens qui se détournent de la Politique et laissent les mains libres au monde de la finance, c'est vous et moi qui achetons une Pink Lady (variété de pomme) en provenance du Québec quand je peux acheter une Elstar en provenance de Bretagne!

 

Et c'est là le vrai sujet de cet article. Quelque soit le résultat de cette campagne, elle m'aurait ouvert les yeux sur une chose: le vote français est conservateur. Que le vote soit de gauche ou de droite, nous refusons l'imagination, nous refusons de faire des choix et accusons ceux qui entendent en faire avec nos votes (car les votes se suivent et se ressemblent). Un utopiste est devenu un criminel. Et qu'on ne me parle pas de ceux qui nous promettent la France des années 60, les gaullistes, communistes, nationalistes refermés sur leurs petites frontières... ceux-ci ne pensent leur idéal qu'à travers leurs héros et refusent de se projeter dans l'avenir... ce que font très bien ceux qu'on accuse justement de vouloir revenir à la bougie!

Repost 0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 12:33

manifestation-Quimper.jpg

 

Trouz 'zo bet graet, me lâr deoc'h! En attendant - pour les abonnés - la lecture du PB du mois de mai (l'officiel), voici un petit compte-rendu off de la manifestation de samedi dernier à Quimper. Première impression, une belle réussite avec 12000 personnes à mon compteur. Vous ne verrez sans doute pas beaucoup de photos de moi parce que nous faisions avec Gwendal et Nil un travail de fourmis à savoir vendre le Peuple breton à 1€. Gros résultat là aussi avec près de 200 journaux vendus soit au minimum autant de lecteurs de plus et c'est surtout ça l'important!

 

Simon-collage.JPGL'UDB Jeunes organisant un week-end à Quimper pour l'occasion, je suis donc arrivé dès vendredi pour "préparer le terrain" comme on dit. Avec Simon et Arnaud puis Naig on a retroussé nos manches pour aller coller à Quimper, mais aussi d'Ergué Gaberic jusqu'à Coray! Bref, une bonne tranche de rigolade. Retour au Ceili, en face du local UDB. 

 

Le lendemain matin, rencart était donné à l'auberge de jeunesse de Quimper où nous avons refait le monde avec les camarades et amis. Ce ne sont pas les projets qui manquent et vous entendrez encore parler de l'UDB Jeunes dans les mois à venir. Près de 30 jeunes encartés chez nous ont participé à la manif' ce qui est un record je pense (un peu moins du tiers des effectifs totaux jeunes).

 

mon-panneau.jpgLe cortège UDB comptait bien 300 personnes comme dans nos gros déplacements (je vous épargne les photos, elles sont ou seront dispo sur le net). Nous avons bien sûr portés haut nos couleurs (jaunes) et à vrai dire, on aurait été fort aise de voir plus de membres d'autres partis qui sont prompts aux communiqués, mais peu à la mobilisation. Je pense au Modem qui avait promis de venir "en masse" ou au Front de gauche qui appelait à manifester, mais dont les deux représentants ont eu peur de distribuer leurs tracts pro-Mélenchon (et à raison). Quelques EELV dont Dominique Voynet, quelques PS dont jean-Jacques Urvoas et Marilyse Le Branchu...

 

Ma palme d'or de l'animation de manifestation reviendra malgré tout à Ai'ta (ce n'est guère une surprise) et notamment à Tristan et Gwenolé qui, sur le camion, ont fait le show. "Setu penoas e c'hallfe ober evit pegañ". J'avais ramené mon panneau en photo ci-contre, mais chuuut... Au total, 16 panneaux ramenés par nous et déposés aux pieds du camion avant le concours que je n'ai malheureusement pas pu suivre. Si quelqu'un a les résultats...

 

Bravo donc à Ai'ta pour leur boulot de tous les jours, c'est un beau mouvement de jeunesse qui a besoin de tous les soutiens car je sais que l'orga, c'est pas évident à mener. Et n'oubliez surtout pas qu'on peut et même qu'on doit concilier asso/collectif et politique pour gagner nos combats.

 

Bref, au final, on a pu compter sur eux:

 

 

 

Repost 0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 15:41

meluche-le-pen.jpg La démocratie s'effrite et LE peuple a besoin de champion. Ah, la belle élection que voilà favorable aux mégalo de tous poils. Parmi eux, Mélenchon!

 

Dans cet océan de minables, j'aurais pu faire la peau à Sarko encore une fois, mais je ne suis pas sûr qu'il ait besoin de moi pour être impopulaire bien qu'il soit un vrai athlète en ce qui concerne la lutte des places. J'ai déjà craché ma bile sur Marine Le Pen et son programme ridicule figé dans une France mythifiée qui serait source de bonheur pour chacun (voir aussi le tract de l'UDB Jeunes). Aujourd'hui, j'ai choisi aujourd'hui de faire la peau à Mélenchon car il me fait flipper et pour annoncer la couleur, j'ai volontairement utilisé la caricature de Plantu qui avait fait scandale et dont je partage le message. Le populisme n'est pas l'apanage de la droite!

 

On me reprochera sûrement cet article car "Mélenchon est de gauche". Certes, il l'est, mais désolé, nous n'appartenons pas à la même gauche. Issu de l'organisation communiste internationale puis du PS Mitterrandien, Jean-Luc Mélenchon est un opposant au PSU courant socialiste qui, en tant qu'autonomiste, me plait plus que cet idéal faussement égalitaire qui s'auto-persuade que la République française est universelle. Je préfère le "décoloniser la province" à ce ramassi de légendes pour enfants. Quoi de plus normal que de s'opposer au socialisme de la décentralisation pour un jacobin. Oh, inutile de lever les yeux, "jacobin" n'est pas une insulte pour lui et il s'assume comme tel (voir la vidéo de France 3 Corse). Je constate juste nos différences.

 

Alors oui, je pourrais parler de son antipathie pour les langues régionales qu'il dit "aimer comme Jaurès aimait l'occitan". Oui, mais Jean-Luc Mélenchon aime tellement les langues qu'il souhaite les étouffer dans ses petits bras. En bref, après l'épisode de la "secte" pour parler de Diwan au Sénat en 2008 (voir ici), la blague des 5 langues bretonnes (voir ici) et son opposition à l'immersion qui est pourtant la seule option pour sauvegarder et développer nos langues... je n'ai plus envie de parler de cet aspect du personnage. Après tout, il n'est pas seul à penser ainsi malheureusement.

 

Le héros Mélenchon est évidemment contre l'autonomie (là encore il n'est pas le seul) et continue de véhiculer des idées selon lesquelles nous voudrions casser le code du travail. Quand on confond Etat et service public, il est logique de penser ainsi. Mais vous qui dénoncez l'Europe libérale, n'oubliez pas qu'elle l'est car c'est une Europe des Etats et que les Etats sont libéraux. Et en l'occurence, ceux qui cassent le code du travail ne sont pas autonomistes aujourd'hui. Certes, nous voulons des lois adaptées aux territoires, cela n'empêche nullement la péréquation et la redistribution. Aujourd'hui, le mythe de la France redistributrice et égalitaire, plus personne n'y croit! Celle-ci est centralisée et promeut les "pôles d'excellence" dont "la France a 22 vitesses" que dénonce Mélenchon (sous-entendu, pas question de réunification, mais on s'en serait douter).

 

Passons aussi sur cet aspect, mais restons sur les questions institutionnelles. Mélenchon souhaite une 6ème République parlementaire. Dingue, comme nous! Sauf que ce n'est pas exactement la même. En guise de 6ème, il ferait mieux de parler de la 3ème, celle qui lui ressemble le plus avec ses hussards noirs, sa laïcité qui ressemble plus à une nouvelle religion qu'à une vraie séparation du culte et de l'Etat! Je serais curieux de savoir ce qu'il pense de Jules Ferry, ce grand républicain laïc pour l'expension coloniale et principal adversaire des communards.

 

Vous l'aurez compris, le souhait du candidat, c'est une France Une et Indivisible. Ils ont beau dos les militants à parler de diversité culturelle en Bretagne ou ailleurs quand leur candidat ne reconnaît qu'une culture officielle. On notera aussi tout l'ambiguïté d'un type qui parle de parlementarisme, mais qui, sur son nom et sa gouaille (car il est talentueux reconnaissons-le), réunit 100000 personnes à la Bastille et 20000 à Lille. Etonnant comme paradoxe, mais le Front de Gauche ne tient que parce que son leader est bon...

 

... et contestaire! Car qu'est-ce qui lie les différents partis entre eux si ce n'est un slogan "unité de la gauche"? Avez-vous déjà écouté un discours de Mélenchon? De belles tournures, des bons mots, du lyrisme même, mais quoi sur le fond? Sur le nucléaire, le PCF est pour et le Parti de Gauche contre. Côté écolo, Mélenchon fait beaucoup d'effort, mais la plannification écologique n'est guère crédible! Sur la centrale à gaz de Landivisiau le PG se dit contre et le PCF vote pour au Conseil régional.  Et oui, le gros problème du Front de Gauche, c'est le PCF car il joue sur deux tableaux: élus dans les majo socialistes et indépendant aux élections. Je ne dis pas que c'est impossible puisque nous-même le faisons, mais encore faut-il être cohérent dans ses votes (et nous le sommes). Le PCF a donc deux choix: suivre une logique Die Linke avec un projet qui n'est pas clair. Ceci suppose de refuser de siéger avec le PS et ainsi perdre tous les élus locaux qui font la force du plus vieux parti de France (ou presque). L'autre choix, c'est de rester le partenaire privilégié du PS et continuer le déclin. Choix cornélien!

 

Quelques anecdotes quand même, juste par méchanceté. Mélenchon qui se targue de faire de la Politique avec un grand "P", Mélenchon le Juste est-il si clean? Il n'aime pas beaucoup qu'on le titille comme le fait Jean Quatremer, sur son temps de présence au Parlement européen où il se classe parmi les bonnets d'âne (voir ici). Mais après tout, encore une fois, il est cohérent avec lui-même puisqu'il est clairement anti-européen. Et qu'on ne me dise pas qu'il est juste "contre cette Europe-là" car il est contre l'idée même d'Europe qui remet en cause la souveraineté nationale de la Frrrance! Là encore, je ne suis pas de cette gauche nationaliste-là!

 

Allez, une autre, pour le plaisir et parce que je participais récemment à une action pour dénoncer la dictature en Biélorussie (voir ici). Mélenchon, lui, ne dénonce pas les dictatures communistes! Ainsi, il refuse de dénoncer la dernière dictature (même si le caractère démocratique de certains autres Etats reste à prouver) d'Europe (voir ici). Faut dire qu'on peut difficilement dénoncer les crimes de types qu'on prend en modèle pour ses affiche (Lénine, Staline...). Sauf que voilà, on peut être de gauche et affirmer qu'une dictature n'est pas de gauche, fusse-t-elle d'obédience communiste!

 

On pourrait continuer comme ça en disant que Mélenchon est un produit du système qu'il dénonce (n'a-t-il pas été sénateur et même ministre?), qu'il joue sur les peurs des gens et promet une France qui n'existe plus et qui n'est pas prête de se relever.

 

On devrait surtout retenir de ces bons sondages pour Mélenchon que LE peuple a besoin de rêver. Certes, moi aussi, j'ai besoin de rêve, mais pas de Messie. L'homme providentiel, fusse-t-il à l'UDB, je n'y crois pas. Et Mélenchon n'aura pas ma voix. Comme je sais qu'il aura celle de personnes que j'apprécie, je tiens malgré tout à dire que ce n'est pas eux, ni leur engagement que je dénonce, mais l'homme qui les porte. Le Christ avait lui aussi un message révolutionnaire: le Pardon! Si lui peut le faire, j'en ferais autant...

Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 16:36

Une PB mars 2012 jpeg

 

Le Peuple breton du mois de mars est en kiosque! Vous pouvez télécharger le sommaire en cliquant sur l'image. Mais le mieux reste encore de s'abonner. Ainsi, vous ne risquerez pas de manquer la manifestation du 31 mars à Quimper à laquelle nous participerons.

 

Harzet a zo bet ur stourmer Ai'ta disadorn tremenet. Skoazellet 'vo ganin ma 'z eus ezhomm.

Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 14:45

lutte-des-classes.jpg

 


De même que le « bon sens » est propre à chacun, le « sens de l'Histoire » n'est en aucun cas une Loi mathématique (voir ici), ni même écrite par un quelconque Dieu. Néanmoins, dans l'Histoire de l'Humanité, il est une chose qui semble assez pérenne, c'est la lutte des classes. Ce vocabulaire marxiste que nombre de politiques estiment dépassé, voir archaïque, reste pourtant dramatiquement contemporain.

 

Derrière chaque prostituée se cache la lutte des classes où ceux qui manquent de ressources mettent leur corps à disposition de ceux qui en ont. Nécessité pour les uns, distraction pour les autres, la solution semble aujourd'hui simple: la réouverture des maisons closes. La vision holistique semble oublié au profit d'une solution miracle. Il est vrai que faire preuve de « pragmatisme » évite de parler des vrais problèmes à savoir comment se fait-il que certains doivent se plier à la dure réalité pendant que d'autres phosphorent sur la possibilité de légaliser la prostitution au motif que cette idée serait progressiste?

 

Autre sujet balayé par les médias au motif qu'il n'est pas « réaliste », celui du temps de travail. Sur ce point, le peuple est tellement progressiste qu'il a élu un homme dont le projet présidentiel portait sur un concept: « travailler plus pour gagner plus ». Le discours moderne ressemble malgré tout dramatiquement à une conception du travail datant du XIXème siècle! Qu'importe, le peuple est fataliste, l'utopie est morte. Comment être populaire quand on défend la répartition du temps de travail dans une société où les différences salariales sont croissantes? Demandez à un ouvrier payé au SMIC s'il préfère perdre son travail ou réduire son salaire? Demandez à une caissière de supermarché ce qu'elle pense du dimanche travaillé? Lutte des classes là encore. Le chantage des puissants ne vaut que quand la solidarité n'est plus qu'un slogan. Quand « nécessité fait loi ».

 

Le monde évolue et tant mieux. Mais certains sujets sont enterrés car ils pointent les failles du système dans son ensemble alors que la raison voudrait que nous apprenions de nos erreurs. Marx avait tort de penser qu'il existait un sens de l'Histoire. L'Histoire est forcément le produit du choix des Hommes. Et le « peuple » semble plutôt conservateur. Point de morale, mais une réflexion: notre société ne s'attarde-t-elle sur le médiatique que pour éviter d'aborder l'essentiel? C'est ce que je pense en voyant la pauvreté intellectuelle de la campagne présidentielle et surtout l'inégalité de traitement médiatique des candidats. Soyez médiatiques et vous avez fait 50% du travail. Pardonnez-moi donc d'utiliser encore ce mot « mademoiselle » qui déplait. C'est sans doute le seul sujet que notre société est capable de mettre sur la table sans se saborder.

 

lutte-des-classes-2.jpg

Repost 0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 15:15

mouton-mensualise.jpg

 

Avant de commencer un article sur la fiscalité, il est tout de même décent de dire que je suis content de payer des impôts car cela signifie que je gagne ma vie, que je travaille. Néanmoins, fiscalité ne se résume pas à l'impôt sur le revenu et à l'heure où la France a une dette colossale, je souhaitais donner mon avis sur celle de ce pays!

 

L'argent, ça ne pousse pas dans les arbres! Je m'amuse toujours en lisant la prose de la droite affirmer que la gauche est dépensière et irresponsable. J'ai beau être jeune, je me souviens des promesses de Jacques Chirac sur la baisse de l'impôt sur le revenu (j'étais déjà contre à l'époque). Aujourd'hui, nous continuons à payer un maximum d'impôts à l'Etat alors que celui-ci fait de moins en moins pour nous! Le même Etat qui a creusé la dette de façon irresponsable justement. Et la crise n'explique pas tout!

 

L'Etat s'est délesté de certaines de ses compétences (pas assez à mon goût) sur les collectivités territoriales, sans pour autant faire suivre les crédits pour le faire. Pour être plus clair, l'Etat fait des économies sur les collectivités territoriales! Car qui, aujourd'hui investit le plus dans le chemin de fer? Les Régions. Qui investit dans les collèges et lycées publics? Le Département et la Région. Qui investit dans la Culture? Les Régions? L'Etat a-t-il amélioré les conditions de travail de l'enseignement? Celles de la santé? Difficile de dire que oui.

 

Pourtant, la quasi totalité des impôts reviennent d'abord à l'Etat qui, théoriquement, doit redistribuer de façon équitable. "Equitable" dites-vous? Oui, équitable comme les pôles d'excellence universitaires où les riches sont aidés pour être encore plus compétitifs et où les pauvres sont laissés à l'abandon (voir communiqué de l'UDB Jeunes). Je ne cite que cet exemple, mais on pourrait parler des transports aussi où l'hyperconcentration parisienne ne choque plus personne.

 

D'un point de vue répartition de l'impôt, comme j'imagine que peu de personne sont au courant, il faut savoir que la seule ressource fiscale directe des conseils régionaux, c'est la carte grise! Le reste, ce sont des dotations de l'Etat et, si mes souvenirs sont bons, une part de la TIPP (très écolo d'ailleurs car pour financer les régions, il faut crâmer du carburant!). Sauf qu'aujourd'hui les dotations d'Etat sont gelées. Cette situation n'empêche pas le Conseil régional de Bretagne de se désendetter et d'investir. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles les élus régionaux de l'UDB ont voté le budget 2012 (tout en maintenant leurs positions sur l'agriculture et l'énergie).

 

Le Conseil régional de Bretagne vient d'ailleurs d'augmenter le prix de la carte grise pour faire face aux dépenses. Il avait aussi la possibilité de taxer le permis de conduire, mais ne l'a jamais fait. A l'heure où j'écris ces lignes, l'idée des élus UDB de taxer la carte grise de façon progressive en fonction de la puissance du véhicule (cela aurait pour conséquence de réduire la taxe pour ceux qui ont de petits véhicules et de l'augmenter pour ceux qui ont de gros moteurs) est parvenu jusqu'au gouvernement. L'UDB avait en effet questionné les députés (4 réponses à ce jour) et Pierrick Massiot, le rapporteur du budget du Conseil régional, qui a lui-même interrogé le Ministre du Budget, M. Barouin. Si cette idée se met en place un jour, elle aura donc vu le jour dans la tête d'un autonomiste... pas mal pour des gens que l'on traite d'égoïstes!

 

repartition_budget_2012.jpg

Répartition des dépenses du Conseil régional de Bretagne

Note: les gros camemberts représentent les dépenses "obligatoires"

 

 

Bref, en tout et pour tout, la carte grise! Pourtant, la France ne manque pas d'impôts. A commencer par la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA), l'impôt indirect par excellence! Ah, la TVA... le summum de l'injustice! Tout le monde paye la TVA, pauvres et riches. La même TVA!

 

Il existe diverses TVA pourtant:

- Une TVA sur les produits alimentaires qui doit être proche de 2%.

- Une TVA sur les produits de premières nécessités qui était de 5,5%, mais qui vient de passer à 7%. (Même sur les livres, merci Sarkozy!)

- Une TVA "normale" à 19.6%.

 

Auparavant, il existait une TVA de luxe. Mais elle a disparu sous Mitterrand je crois. Pour ma part, je préférerai une TVA 0% sur les produits de premières nécessités à commencer par les produits frais (éventuellement sous condition de production et de proximité puisque je suis écolo) et sur les livres (le pire ennemi du fascisme). Quant à la TVA sociale, elle n'a de sociale que le nom puisqu'elle fait porter l'effort de financement d'abord sur le consommateur et moins sur les patrons.

 

Concernant l'impôt sur le revenu, je suis favorable à l'augmentation des tranches d'imposition afin d'être plus proportionnel aux revenus. L'impôt sur le revenu est en effet un impôt relativement juste dans la mesure où il touche les contribuables en fonction de leur capacité de paiement. Néanmoins, les classes moyennes se retrouvent généralement dans un ventre mou qui distingue assez peu celui qui gagne 1200€ et celui qui gagne 5000€. D'où la proposition de multiplier les tranches! On ne peut pas demander à un quasi-SMICard de contribuer au même niveau que des footballeurs professionnels!


Cela dit, je sais que c'est impopulaire, mais je pense que tout le monde sans exception devrait payer des impôts sur le revenu. Même les petits salaires. Mais évidemment très bas. De l'ordre de 10€? Afin que tout le monde se sente solidaire de la société dans laquelle on vit. Ceci, de toute façon, ne serait valable que si l'impôt était prélevé à la source car, sinon, les frais de gestion seraient plus importants ce qui, avouons-le, serait débile!

 

Quant aux impôts locaux, je suis pour la taxe foncière, mais contre la taxe d'habitation. Philosophiquement, payer pour habiter quelque part me paraît pour le moins injuste et ceci, même s'il faut bien payer la voirie! L'Etat, c'est 380 Mds d'€ et la Région Bretagne (sans la Loire-Atlantique malheureusement), c'est 1,2 Mds d'€. Chaque département breton, c'est environ 1 Md aussi. Calculons ensemble à la louche. Si les collectivités dans leur ensemble reçoivent des dotations globales à hauteur de disons 150 Mds d'€, comment se fait-il que l'Etat s'endette encore alors qu'il finance de moins en moins?

 

On pourrait déjà imputer une partie de la réponse aux intérêts exhorbitants des banques qui, elles, ne connaissent pas la crise quoi que racontent certains. Quand on fait 10% de croissance par an, ce n'est pas la crise! A ce propos, le groupe UDB (encore) a proposé l'idée d'un emprunt populaire dès 2005 et l'a relancé cette année, lors de la session budgétaire. L'idée est de solliciter ceux qui ont de l'épargne à un taux intéressant pour la collectivité et pour les prêteurs afin de dégager des marges de manoeuvre pour investir dans une économie qui produirait beaucoup d'emplois comme les énergies renouvelables par exemple. L'idée est à l'étude.

 

On pourrait aussi parler de la défiscalisation légale? Quoi, certains sont contre les hôpitaux publics? Contre les écoles? Pas moi en tout cas. Moralité, pour que les gens gagnent plus, il faut que l'Etat leur permette d'économiser. Les leviers? Le chauffage, le transport, l'éclairage... Sans oublier la création de travail. Mais ceci est un autre sujet où l'Etat préfère la croissance à l'emploi!

 

Bon, vous l'aurez compris, il y a du pain sur la planche côté fiscalité en France. Et pour ma part, je ne serais pas contre que les Régions prélèvent plus d'impôts directs qu'elles ne le font aujourd'hui. En contre-partie, l'Etat doit accepter de baisser ses impôts...

Repost 0