Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 11:40
Malgré la multitude de films sur le sujet ou la plus que célèbre série Prison Break, je crains que peu de gens se rendent compte de ce qu'est vraiment la prison!

Moi-même d'ailleurs, je ne peux qu'imaginer puisque je dois avouer que je n'ai rencontré que peu d'ex-détenus au hasard de soirées. Je tenterai tout de même de faire une analyse sur les problèmes que je perçois.

La prison est d'abord un lieu où l'on met à l'écart les personnes jugées dangereuses pour la société. C'est donc un lieu qui exclue, mais qui, à priori, ne règle aucun problème! Ce qui compte, c'est donc d'étudier la vie à l'intérieur de la prison et de se demander si elle contribue à la réinsertion du détenu!

La rigueur de la vie carcérale associée à la surpopulation évidente et décriée depuis des années suffit parfois à dissuader les prisonniers de récidiver, mais la peur de la prison est-elle une solution saine pour résoudre les conflits? Est-ce humain de laisser dix hommes dans une même cellule? Pour ma part, je prône une ligne plus éducative, de réinsertion comme le fait le Groupement Etudiant National d'Enseignement aux Personnes Incarcérées (GENEPI). Ce groupe réalise, je pense, un travail de fond qui ne sera certainement pas inutile à la vie post-carcérale des détenus.

Les détenus sont des êtres humains! Malgré cela, la plupart du temps, pour n'avoir pas respecté la loi une fois, ils doivent payer toute leur vie. Je dis bien toute leur vie car la prison équivaut à la mort de la vie sociale. Un casier judiciaire coupe quasiment tous les droits d'un détenu. En particulier la fin des droits civiques (pas pour tous)! En entrant en prison, on perd donc son identité et ses droits.

Je pense qu'investir dans l'animation carcérale et principalement dans des cours ou des activités professionnelles permettraient de travailler sur les causes du problème: l'exclusion sociétale pré-prison! Loin d'être de l'argent foutu en l'air, cela permettrait sans doute d'accroître les compétences des détenus et de leur donner plus de chances de s'en sortir. Donc, moins de récidives!

Bien évidemment, ce genre de mesure n'est compatible qu'avec un changement globale de la conception du travail...
Repost 0
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 10:08
normal-salle-parlement-europeen.jpgLe Parlement Européen est (Ô surprise) situé à Bruxelles et non Strasbourg comme ce qu'on nous apprend dans les livres scolaires! L'Education Nationale fait-elle preuve de nationalisme ou ne sait-elle réellement pas que les députés ne fréquentent le Parlement de Strasbourg qu'une semaine par mois?

Mais enfin, le but de cet article n'est pas de critiquer, mais de présenter. Voici donc quelques éléments pour expliquer ce qu'est le Parlement Européen...

Le Parlement est censé être l'organe législatif de l'Union Européenne puisque ses représentants sont élus par le suffrage universel direct (élections européennes de 1999). Toutefois, preuve que l'Union Européenne n'a pas tous les pouvoirs que l'on prétend, le Parlement ne fait que co-décider et ce dans un certain nombre de domaine!

En réalité, voici les compétences du Parlement (au 30 oct. 2007): quatre procédures pour agir: la consultation simple, la procédure de codécision, l’avis conforme et la procédure de coopération. Le Parlement peut proposer des textes à la Commission qui conserve le dernier mot en matière d'initiative. Le Parlement arrête le budget définitif de l'UE et contrôle les autres institutions (participation au choix des commissaires et du président de la commission + motion de censure à l'encontre de la Commission).

Les compétences sont sur le point de changer avec le nouveau traité qui se prépare et qui, a priori, donnerait plus de pouvoir au Parlement. Pour l'instant, grosso-modo, la Commission propose, le Parlement donne son avis et le Conseil des Ministres (Conseil de l'Union Européenne) valide. Ce qui veut dire que, contrairement aux idées reçues, l'Europe n'est pas supranationale, mais bien une Europe des Etats-Nations.

Infos:

Parlement: ici.
Pouvoir du Parlement: ici.
Alliance Libre Européenne: ici.
Groupe parlementaire ALE/Verts: ici.
Je possède toujours un doc PDF qui résume la gouvernance européenne (ne sera plus valide après l'éventuelle adoption du nouveau traité). Si vous le souhaitez, c'est par là.
Repost 0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 10:20
guerre-et-paix.jpg"Des évênements? Quels évênements? Des bouddhistes qui manifestent? De qui se moque-t-on?". Voila ce que la junte mlitaire dira dans quelques semaines! Un feu de paille rapidement étouffé qui sera minimisé...

Encore une fois la lenteur des autorités internationales est inacceptable. Déjà, les manifestants se réduisent à peau de chagrin, les moines se montrent de moins en moins de peur de se faire mater par le pouvoir.

La presse a été muselée, les connections Internet ont été interrompues, le téléphone coupé! Le régime birman est en ce moment isolé du reste du monde et peut, à sa guise, massacrer les manifestants ne demandant qu'un peu de démocratie!

La communauté internationale a-t-elle peur de sanctionner la Russie et surtout la Chine qui soutient ce régime? Craint-elle de créer une crise économique mondiale? Car si la Chine porte la croissance mondiale à bout de bras, doit-on passer sous silence ses exactions? "Appeler à la modération", dans le dictionnaire chinois actuel, c'est quel degré de repression?

Personnellement, j'en ai assez de cautionner cette économie inhumaine! J'en ai assez que les élus français (et même breton) se rendent en Chine constamment pour ne dire, au final, que la repression au Tibet, "ce n'est pas bien", que les droits de l'Homme pourrait être un peu plus respecté (SVP)... Nous vendons notre âme, nous nous prostituons à une économie fictive d'un Etat qui ne sera respectable que quand il aura retrouver l'humanisme de ses penseurs!

Si avant, je tentais d'acheter le plus local possible, aujourd'hui, c'est clair: je boycotte les produits chinois. Attaquer le principal soutien de la Birmanie permettra peut-être d'ouvrir une brèche en attendant que l'ONU ne décide d'intervenir!

Et qu'on ne me fasse pas pleurer sur les pauvres travailleurs chinois! Que vont devenir les millions de travailleurs recrutés pour les Jeux Olympiques une fois l'évênement fini? Réfléchissez un peu et vous constaterez comme moi que soutenir cette économie dans le contexte actuel ne bénéficie qu'à la classe dirigeante et enfonce un peu plus "le prolétaire"...

Mon sentiment général sur la Chine ici.

Illustration (déjà utilisée ici): Philippe Caza,
livre "Titouin au tibet", A.Li.En éd.
Repost 0
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 10:42
bi--re-d-abbaye.gifPuisque me voila dans le pays de la bière, je vais m'offrir un petit article sur le sujet! Je mesure aujourd'hui combien les bars français sont pauvres en choix de bières! Généralement, ceux-ci n'offrent le choix qu'entre la Heineken ou la Kronenbourg!

Ici, à Bruxelles, rien de tout cela! Il est possible de boire des bières locales et même micro-locales! Les brasseries familiales sont réapparues et sont plutôt appréciées. A croire que chaque ville a sa propre bière! On disait autrefois que la Belgique comptait plus de brasseries que d'Eglises!

Brunes, blondes, ambrées, bières au miel, aux algues, au chanvre, au malt... Tous les mélanges sont imaginables! Certains bars bruxellois se sont même spécialisés dans la distribution de ces micro-brasseries (à des tarifs très abordables). Le "Vivre et travailler au pays" est ici réalité et les barmans de ces établissements voient d'un très mauvais oeil la commande d'une Stella Artois par exemple (considérée comme bière "industrielle").

Il est franchement dommage que de tels bars à bières ne soient pas plus nombreux en Bretagne où la bière est fortement appréciée.
La fabrication de bière est pourtant présente en Bretagne. De mémoire, je citerai les brasseries Tri Martelod, Lancelot et Coreff, les brasseries Mor Braz ainsi que la brasserie des Abers. Je sais qu'il en existe d'autres, mais qui survivent sans doute plus difficilement du fait que peu de bars les distribuent. Heureusement, les Britt, Coreff, Blanche Hermine, Telenn Du, Bonnet Rouge, Duchesse Anne (...) peuvent compter sur les bars "bretonnants" ou certains pubs irlandais!

A ce passage de l'article, je préfère préciser que je ne vante absolument pas la beuverie qui constitue plus un mal-être qu'une réelle dégustation! Toutefois, dans un soucis de soutien aux emplois régionaux, ainsi que de préservation de l'environnement, choisir ce genre de bières locales (pour les amateurs) est, me semble-t-il, la meilleure des options! Pour finir sur une note de prévention, il existe également d'autres boissons non-alcoolisées en Bretagne qui mériteraient un petit coup de pouce des distributeurs!

Illustration: Que veut dire cette image? Extrait d'un jeu (très amusant) présent sur le blog d'Obion.
Repost 0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 11:05
Gael-PB.jpgSuite aux soucis du serveur, ainsi que du manque de temps, je suis contraint de me débrouiller avec ce que j'ai sous la main. Comme je vous avais promis de vous parler de mon stage, je m'exécute ici. Et vous donne l'occasion, pour de vrai, en exclusivité sur ce blog, de voir une photo du Chacalito!

Je travaille donc aux bureaux de Spirit (parti politique belge prônant le fédéralisme intégral), près de la gare du Midi. Je suis chargé de promouvoir l'Alliance Libre Européenne ce qui signifie que l'écriture de cet article fait partie de mon boulot!

Bref, mise à jour des contacts avec la presse, communication sur le net, meilleure organisation interne entre les partis politiques membres, réflexions idéologiques... Je suis au final assez libre dans la mesure où je fais parler de l'Alliance Libre Européenne et des partis membres.

Me voila donc stagiaire pour 3 mois à Bruxelles. Retour en Bretagne prévu le 21 décembre.



Repost 0
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 11:13
drapeau---cossais.gifLa nation au chardon, l'Ecosse, fait beaucoup parler d'elle ces derniers temps. Car c'est la première fois depuis l'obtention d'un Parlement écossais en 1998 (Scotland Act) qu'un parti indépendantiste, le SNP (Scottish National Party = centre gauche), gagne les élections législatives!

Comme pour la Catalogne, on remarque que le Royaume Uni est beaucoup plus avancé que la France dans la reconnaissance de ses "minorités"! Et même si l'Etat a lui aussi une tradition centralisatrice, on peut nuancer cette position en comparant le drapeau de la République française (reprenant les grands principes de la Révolution) et l'Union Jack qui a tenté de synthétiser les drapeaux de chaque nation. L'Ecosse est représentée par la croix blanche sous la croix rouge dite de "St Patrick" censée représenter l'Irlande.

L'Ecosse s'est donc imposée comme le leader de la contestation minoritaire... à tel point qu'un référendum est prévu dans les prochaines années pour décider si, oui ou non, les Ecossais veulent leur indépendance. Ce référendum n'est toutefois pas unanime et le SNP ne dispose pas d'assez de sièges pour gouverner seul.

Il est important de noter que la revendication indépendantiste des Ecossais ne s'appuie pas sur la langue puisque le gaelique écossais est parlé ou compris par à peu près 1% des 5 millions d'Ecossais. Le gaelique est une langue celtique contrairement au scot qui est une langue germanique. Toutes deux sont reconnues par la charte européenne des langues régionales ou minoritaires  que le Royaume-Uni a signé, lui!
(pour modifier l'article 2 de notre constitution, signez ici)

Ici, le pragmatisme semble primer. Le Royaume Uni est un Etat factice et l'Ecosse est tout à fait capable, économiquement parlant, de s'en sortir seule... d'autant plus facilement que ce pays dispose de pétrole!
Repost 0
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 09:20
L'homosexualité fait beaucoup débat dans notre société, mais à vrai dire a toujours fait débat. Jugée immorale, malsaine, perverse, la pratique homosexuelle a longtemps été décriée et les gays et lesbiennes en ont vu de toutes les couleurs!

A l'échelle de l'Histoire, les homosexuels ont eu beaucoup de mal à voir la vie en rose et surtout pas dans les sordides camps de concentration nazis (l'illustration représente le triangle rose utilisé jadis pour désigner les homosexuels dans les camps). L'homosexuel bénéficiait même d'un traitement de faveur puisqu'on le confiait aux "capo", des prisonniers légitimes (meurtriers par exemple) qui faisaient la loi dans les camps! N'ayons pas peur de le dire: les homosexuels constituaient l'échelon le plus bas du système concentrationnaire.

On ne peut donc nier qu'aujourd'hui, l'homosexualité est mieux acceptée ou plutôt
mieux tolérée! A tel point qu'il existe aujourd'hui une mode homosexuelle, une tendance "homo", une gay attitude! Je sais le sujet sensible et c'est pourquoi je vais tenter d'expliquer pourquoi j'ai énormément de mal avec cette mascarade!

L'homosexualité a toujours existé, à n'importe quelle époque, n'importe où. Même chez les animaux, l'homosexualité existe. On peut donc dire à ce titre que l'homosexualité est "naturelle" et que la morale doctrinaire de l'Eglise n'a qu'à bien se tenir!

Toutefois, j'ai l'impression qu'il est de bon ton de dire qu'un homo est cool! Selon moi, c'est aussi ridicule d'affirmer cela que de dire que les noirs sont nos amis (voir ici). La sexualité est une affaire individuelle, cela ne regarde que nous (disons deux personnes adultes responsables)! De même que l'on a pas à avoir honte de son homosexualité, en faire un modèle de société n'est pas souhaitable non plus! Pas de tyrannie homosexuelle! Pas de battage médiatique nous inculquant la nouvelle morale: les homos sont sympa!

L'image branchée de l'homosexuel est un cliché que beaucoup d'homo plus discrets critiquent. Car il faut bien avouer que le mouvement gay est mené par des personnages charismatiques et provocateurs! L'homosexualité EST et c'est tout! C'est le respect qu'il faut inculquer, l'Humanisme (accepter l'autre comme il est) et non la Tolérance (accepter l'autre même s'il est... juif, étranger, homo).
Repost 0
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 11:40
breizhtouch.jpgAvant de poursuivre la lecture de cet article, je vous invite à lire celui de Françoise Morvan intitulé "Breizh Touch au grisbi" sur le journal Libération du 21 septembre 2007: voir ici.

Voici maintenant ma lettre de réponse:

En tant qu’autonomiste breton, je me permets de répondre à votre article sur la Breizh Touch paru dans le journal « Libération » le 21 septembre 2007. Votre pamphlet, me semble-t-il, relève plus du délire paranoïaque que de l’Humanisme !

Avant toute chose, je tiens à m’élever contre ce discours assimilant le breton aux périodes les plus sombres de notre histoire contemporaine : le nazisme ! S’il est vrai qu’une poignée de nationalistes bretons ont jugé bon de s’allier avec les nazis dans l’espoir d’obtenir un Etat indépendant, il n’en va pas de même de tous les bretons, ni de tous les indépendantistes !

Votre vision de l’Histoire est par ailleurs assez troublante. Pour la République Française, la pérennité de la Charte des Droits de l’Homme et du Citoyen ; pour la Bretagne, la collaboration avec le nazisme (idéologie ô combien réprouvée dans les rangs des autonomistes) et l’Opus Dei. Belle preuve de dogmatisme… Ce faisant, vous passez sous silence les périodes noires de l’Histoire de France (la Terreur, les guerres napoléoniennes, les boucheries de 1870, 1914 et 1939, la guerre d’Algérie et j’en passe…). Il ne s’agit pas ici de juger du passé, mais de savoir si oui ou non, la prise de conscience identitaire est légitime en Bretagne !

J’ajouterai qu’en opposant breton et français, vous brouillez une nouvelle fois le message des démocrates bretons qui, loin de penser que les français sont des « ennemis », manifestent simplement la reconnaissance du peuple breton (si petit soit-il) par l’Etat français. Car contrairement à ce que vous dites, la langue bretonne n’est pas officielle au sein de la République Française puisque l’article 2 de notre constitution exclue cette possibilité : « la langue de la République est le français ». Le reste n’existe pas !

Ce qui m’amène à parler de la conception de l’identité selon la plupart des français (notez que je n’ai jamais dit que je ne me considérais pas français !). Loin d’être humaniste, la Révolution française s’est transformée en machine à exclure ! Dois-je rappeler que la devise exacte de la République est « Liberté, Egalité, Fraternité… ou la Mort ! ». Ainsi, l’Etat s’est bâti une identité. Jusqu’à preuve du contraire, pourtant, l’Etat n’a pas d’identité ! C’est un système politique chargé d’organiser au mieux les décisions prises par les élus. Il se trouve qu’aujourd’hui, le fonctionnement centralisé de l’Etat ne fonctionne plus et la défense de l’intérêt général n’est pas satisfaisante. Dire, par ailleurs, que l’Etat est le seul garant de l’intérêt général repose soit sur une foi aveugle en la République, soit sur une méfiance envers les régions !

En parlant de « dérives identitaires », vous apporter donc de l’eau à mon moulin ! S’il est indéniable que la Breizh Touch est une affaire de marketing, votre article va plus loin dans la dénonciation de l’identité bretonne. L’identité est une affaire individuelle et il est du droit de chacun de revendiquer sa différence quand bien même la langue aurait été réinventée par des intellectuels. N’est-ce pas le cas de toutes les langues ? Jetez-vous également la pierre à Luther qui a réinventé l’allemand ? Une langue vivante se doit d’évoluer et de s’adapter à l’ère du temps (chose que le français a beaucoup de mal à faire !). Il est vrai que dans l’Ecole de la République, il y a plus de professeurs de latin que de professeurs de breton ! C’est dire la vision du breton que l’Etat véhicule !

Je parle du breton, mais il en est de même pour l’occitan, le corse, le basque, le catalan (…). Le principe d’assimilation prôné par les nationalistes français est malsain car il oblige celui qui désire être français à renier son identité. Un africain demandant une carte de séjour par exemple doit laisser à la porte de la France son passé, ses croyances, sa culture pour se fondre dans la pensée unique ? Pourquoi ne devrait-on avoir qu’une seule et unique identité ? L’individu ne peut-il être multiple ? L’identité empêche-t-il de respecter les grands principes de la République comme la laïcité ?

Pour illustrer mon argumentation, je me permettrais de rebondir sur l’actualité. Puisqu’en ce moment se déroule la coupe du monde de rugby, j’attire votre attention sur le tournoi des six nations. On y retrouve le Pays de Galles et l’Ecosse (qui ne sont pourtant pas des Etats) quand la France persiste dans son idée qu’un Etat équivaut à une nation ! Loin d’être anti-Etat, je considère que cette vision de la nationalité est erronée et ne respecte pas la devise européenne : « Unis dans la diversité ». Suis-je un « celtomaniaque » pour autant ? La France promeut la diversité culturelle dans le monde, mais serait incapable de le faire sur son sol ?

Bref, avant de vous lancer dans de nouveaux pamphlets contre la « dérive identitaire », je vous invite à lire les idées développés par les partis politiques autonomistes (UDB) et même indépendantistes. Vous découvrirez que ce n’est absolument pas l’essence de l’Etat que nous critiquons, mais la conception de ceux qui en tirent les ficelles. Vous constaterez également que le mouvement breton n’est pas homogène et que si certains se referment sur leur culture, d’autres au contraire sont bien plus ouverts au monde que ne le sont les patriotes français !

Dans l’espoir que cette lettre fasse tomber vos œillères, je vous prie, Mme Morvan, de croire en ma multiple appartenance !


                Gael Briand (Membre l’Union Démocratique Bretonne).


Pour finir l'article sur une note plus optimiste, voici un autre article tiré du journal Le Monde celui-là et daté du 21 septembre également. Voir ici.

Repost 0
24 septembre 2007 1 24 /09 /septembre /2007 10:11
A partir d'aujourd'hui, je crains de ne plus pouvoir écrire un article par jour! Non que je sois en panne d'inspiration, mais c'est aujourd'hui que débute mon stage de trois mois à Bruxelles, à l'Alliance Libre Européenne. C'est donc le coeur en peine que je dois vous annoncer que... mon blog ne publiera plus que deux ou trois articles par semaine (celle en cours exceptée)!

Ce format me semble encore assez pertinent puisque je sais que la plupart de mes lecteurs assidus n'ont pas le temps de lire l'ensemble de mes articles! En changeant leurs petites habitudes, je leur donne peut-être plus de temps pour commenter, débattre sur les sujets que j'aborde! J'invite également ceux qui ne seraient pas encore inscrits à la newsletter à le faire pour être informés de la parution des articles!

Cet exil temporaire
à Bruxelles (jusqu'aux vacances de Noël) ne doit pas vous faire oublier que je continue à garder un oeil sur la Bretagne. En effet, je représente l'Union Démocratique Bretonne (parti autonomiste de gauche et écologiste: La Bretagne au coeur et le coeur à gauche), dans cette fédération de partis qui constituent l'Alliance Libre Européenne. J'essayerai de vous tenir au courant de mon boulot et de vous faire partager, si j'en ai la possibilité, les fruits de ce travail.

Illustration: extrait d'un strip de Soph paru sur son blog: les toujours ouvrables. Merveilleux. Planche originale ici.
Repost 0
22 septembre 2007 6 22 /09 /septembre /2007 13:03
Les salaires minimaux seront-ils toujours d'actualité sous l'ère Sarkozy? Puisqu'il est évident que l'Etat cherche à faire des économies, est-il absurde d'imaginer que le RMI puisse lui aussi (après la sécurité sociale, l'Education Natione...) être remis en cause?

Que le RMI soit transitoire et qu'il faille faire en sorte que les populations reprennent le travail, je le comprends aisément (et je l'approuve même), mais puisque les salaires sont constamment tirés vers le bas, je me demande quel intérêt les salariés trouvent à bosser?

La flexibilité du marché du travail permet de réduire les chômeurs... et de les remplacer par des pauvres! Le RMI et le SMIC constituent des freins au marché pur et parfait! Leur suppression est donc tout à fait envisageable dans un gouvernement persuadé que la croissance mène à l'emploi!

Selon moi, le RMI est un droit! Il correspond au minimum vital (à peu de chose près). Cela dit, le RMI n'est pas non plus un moyen d'échapper au travail. C'est une solution de passage qui permet de ne pas mourrir de faim, de froid... Je trouve donc anormal que certains profitent du système et ceux-là doivent être chassés! Disons que cette minorité d'individu serait contrainte de revoir sa stratégie en instaurant de petites contraintes...

En effet, si je ne remets absolument pas en cause ce droit, je pense que tout droit s'accompagne d'un devoir! Après tout, pourquoi l'Etat fournirait une aide à un individu qui ne fournit rien à la société? Bref, vous l'aurez compris, j'estime qu'il serait juste qu'un bénéficiaire du RMI donne quelques heures de travail (3 à 5 par semaine?) à la collectivité.

L'Etat pourrait établir une liste d'associations agréées qui leur donneraient des missions en fonction de leur compétence: nettoyage, concert gratuit, pédagogie, sensibilisation, recyclage... Ce service permettrait de cumuler des points de retraites transitoires et favoriserait le lien social justement! Bien sûr tout cela mériterait d'être réfléchi, mais après tout, quelques pistes ne font pas de mal...
 

Illustration: Pancho.

Suite à un petit malentendu, je me permets d'apporter des précisions à mon article.

1. CE PROJET NE DOIT EN AUCUN CAS REMETRE EN CAUSE L'ATTRIBUTION DU RMI.

2. CE PROJET DOIT ETRE CONSIDERE COMME UNE MANIERE DE REINTEGRER DES PERSONNES BIEN SOUVENT EXCLUES.

3. CE PROJET... EST UN PROJET ET NECESSITE UN TRAVAIL DE REFLEXION. CAR IL POSE LE PROBLEME DU PARTAGE DU TRAVAIL. LES TRAVAUX DONT JE PARLE NE SONT PAS REALISES PAR LA COLLECTIVITE.

+ D'INFO, LIRE LES COMMENTAIRES.
Repost 0