Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 14:45
morvan.gif"J'ai longtemps ignoré que j'étais breton... Français sans problème, il me faut donc vivre la Bretagne en surplus, ou, pour mieux dire, en conscience : si je perds cette conscience, la Bretagne cesse d'être en moi ; si tous les bretons la perdent, elle cesse absolument d'être. La Bretagne n'a pas de papiers. Elle n'existe que dans la mesure où à chaque génération des hommes se reconnaissent bretons. A cette heure, des enfants naissent en Bretagne. Seront-ils-bretons ? Nul ne le sait. A chacun, l'âge venu, la découverte ou l'ignorance..." (Morvan Lebesque, comment peut-on être breton, essai sur la démocratie française, Seuil, 1970)

Par ce texte, Morvan Lebesque (photo), né Nantais au début du XXe, explique son sentiment d'appartenance à la Bretagne. Son introduction reste, selon moi, d'une grande clairvoyance et je me reconnais dans cette formule simple: la découverte ou l'ignorance! Car je suis moi-même un breton né ailleurs, un breton d'ailleurs, qui a eu la chance que ses parents reviennent en Bretagne!

La question est récurrente en Bretagne: naît-on ou devient-on breton? Soucieux de préserver une spécificité bretonne et de ne pas devenir une annexe de la culture française, certains bretons rejettent la mixité, le mélange des cultures car, selon eux, le mélange affadit la Culture! La dévotion d'un individu à UNE culture est à mon sens malsain (nous sommes tous multiappartenants) car une culture se nourrit du brassage et se renforce à mesure qu'elle définit un meilleur projet de société. Constatons simplement que la mondialisation ne fait pas peur qu'économiquement! Le Coca-Cola uniformise les modes de vie, mais l'économie seule ne définit pas une culture.

A l'heure actuelle, la Bretagne n'est qu'une région sans pouvoir. L'Etat seul est légitime! Je milite pour une reconnaissance juridique auprès de l'ONU de la "nation" bretonne et de l'identité spécifique de la Bretagne.
Le droit dirige le monde et la Bretagne, si elle veut exister, doit exister légalement ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Je suis fédéraliste, pour une Europe des nations et non plus pour un monde dirigé par les Etats Nations. Cela dit, je ne suis pas indépendantiste au sens où je pense qu'il est possible, dans un même Etat d'avoir plusieurs nations! Regardez le Royaume-Uni (qui ne devrait d'ailleurs plus s'appeler ainsi)!

Selon moi, un Etat est une structure qui ne correspond pas forcément à UNE nation. Une nation est du domaine du sentiment, de l'affectif, tandis que l'Etat est du domaine du fonctionnel comme le Conseil Régional! Le combat de Bretagne Réunie (voir ici) est donc de faire correspondre le fonctionnel à l'affectif (ici)...

Alors comment peut-on être breton? Pour moi, il faut déjà concevoir la Bretagne de façon intellectuelle (la découverte), puis il faut avoir la volonté d'appartenir à ce groupe et alors, de s'engager à promouvoir la culture bretonne (je dis "bretonne" comme je pourrais dire "basque"). Enfin, il faut considérer sa culture comme moderne et la faire vivre. Une culture repliée sur elle-même est moribonde. D'ailleurs, il est troublant de constater que les québécois parlent mieux français que nous qui ne faisont qu'utiliser, pour les termes récents, les mots anglais au lieu d'inventer un nouveau lexique.

En France, les linguistes régionaux sont méprisés, on leur préfère les réactionnaires bretons qui décrédibilisent le combat politique de tout le mouvement!

Pour militer: l'UDB, ici.

Repost 0
4 août 2007 6 04 /08 /août /2007 12:32
affiche-2007.jpgLe Tour de France de cette année était encore une vaste farce, mais cela nous incite à nous poser des questions sur la pratique du sport en 2007. Car le cyclisme paye finalement pour tous les autres! Les contrôles anti-dopages se font dans tous les sports (ou presque), mais on n'en parle finalement, médiatiquement parlant, que pour le Tour!

Même Fabien Pelous y consent: "il serait utopique de penser qu'il n'y a pas de dopage au rugby (Le Monde du 30/07/07)". Pourtant, il n'y a guère que cette compétition cyclisme à être constamment la proie de journalistes qui trouvent, quelques jours dans l'année, des enquêtes d'investigations à réaliser...

Je pense que le dopage est le signe que le corps humain a ses limites que la société n'accepte pas. Le public veut de l'exploit et la persévérance, le courage, le fair-play ne sont plus à la mode! Il faut du temps, un chrono qui défrise l'Histoire! Rentrer dans l'Histoire, les Robic et compagnie l'ont fait alors que la plupart des coureurs actuels sont plus rapides que lui l'était! Mais le coureur ne voit que cette manière de se faire connaître: être le meilleur! Toujours plus vite, plus fort, se dépasser... jusqu'où? Jusqu'à mourir? En gros, mourir pour montrer qu'on est le meilleur! Très con comme raisonnement, mais c'est un point de vue personnel!

La société aime les vainqueurs, pas seulement ceux qui n'ont pas eu de chances! Ce n'est pas pour le jeu que je m'inquiète, c'est plutôt sur la santé des coureurs! Un sportif dopé ne peut prétendre qu'à une vie réduite! Regardez Pantani, vainqueur du Tour, mort mystérieuse. Et si c'était le seul! La douleur, la fatigue sont des signes que le corps nous envoye pour dire "ça suffit". Or, avec l'usage de la drogue, ces signes sont mis de côté, méprisés. L'Homme veut encore une fois dominer la Nature qui l'a faite ainsi, si frêle! Dominer son corps au lieu de vivre en harmonie avec lui!

Ces drogues sont communes dans le sport, car elles sont nécessaires au spectacle. Aujourd'hui, ce ne sont plus forcément les équipes qui introduisent les drogues, mais les sportifs eux-mêmes, visant une place au Paradis! Car qui réussit sportivement (surtout dans le foot) est considéré comme un Dieu! Des étapes plus que longues, des cadences toujours plus entrainées (pourquoi y a-t-il un temps minimum par étape à faire si ce n'est parce que cela coûte cher en investissement?), des enjeux toujours plus importants! Bref, plus du sport, du business...

Alors au lieu de "faire du sport" (ce qui est quasiment imposé à l'Homme Sain), faites comme ici, un Tro Breizh, une ballade en Bretagne, loin de la performance si ce n'est culturelle...
Repost 0
3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 11:54
live-box.jpgCe shéma paraît si simple... et pourtant, la technologie n'est absolument pas au point! Sachez dès à présent que si, un jour, je ne publie pas  mon article quotidien, c'est de la faute d'Orange et je vous incite à aller protester car vous voulez votre article du jour! Pour remercier ce monstre économique, je souhaitais faire un petit article croustillant pour montrer aux gens que non, ça n'arrive pas qu'à eux!

J'ai récemment eu quelques soucis avec ma Live Box ce qui, force est de la reconnaître, est monnaie courante... Néanmoins, ceux-ci m'ont contraint d'appeler le service technique, service facturé 39 cts d'€/min et où il faut patienter pendant au minimum 5 minutes avant d'avoir quelqu'un.
D'ailleurs, je tiens à signaler que je paye encore plus d'hors forfait (j'appelle du portable pour une raison qui est expliquée plus bas!) en appelant le service technique car on ne me propose pas un technicien pour Apple dès le début et je dois transiter par le technicien PC!

Ce qui se dit l'une des entreprises les plus rentables de France ressemble parfois à une pauvre start-up dans laquelle un pauvre stagiaire répond aux milliers de coups de téléphone de protestation!
Déplorons donc qu'il n'existe pas de service après-vente chez Orange puisque le numéro nous incite à raccrocher et à composer le 3900! Ceci devrait être illégal. Imaginez que vous acheter un produit qui ne vous convienne pas dans un magasin et que pour le rendre, vous êtes condamnés à le faire par téléphone! La rentabilité ne doit pas se faire au détriment du service! Orange a beaucoup de chances que les autres opérateurs soient aussi merdiques, car je pense que sinon, il n'aurait plus beaucoup de clients! Il faut choisir entre le "nul" et le "encore plus nul". Si seulement les pannes de Live Box pouvaient être simultanées que l'on mène une bonne révolution...

Mieux vaut rire de ces situations même si, pour ma part, elles me rendent dingo! D'abord, il faut appeler d'une ligne fixe le numéro, mais quand votre Live Box est en panne, on ne peut appeler! Puis, la machine nous explique que l'on peut réparer son problème en passant pas le net (qui ne marche pas non plus!), on commence à penser qu'ils le font exprès, qu'ils se foutent de notre poire! Déjà que l'on doit se taper la télévision en cryptée de temps en temps! M'enfin, paraît-il que c'est la modernité! Avant, je regardais la télé sans problème et j'allais sur le net en bas débit sans soucis! Aujourd'hui, si ma Live Box ne veut pas, je ne peux plus appeler! Imaginez de telle panne avec un réseau France Télécom! 1 million de personnes dans les rues! Mais c'est nouveau, donc c'est mieux... la critique est interdite!

Pour ma part, je pense que les pauvres techniciens sont dépassés par la rapidité d'évolution de la technologie et ce, même s'ils suivent la procédure! Mieux vaudrait construire de la technologie qui dure, qui fonctionne, plutôt qu'un ustensile qui pourri la vie de ses utilisateurs! La Live Box déterriore-t-elle le moral du français? Assurément oui!

Autre soucis, les boutiques. Orange a plusieurs boutiques, mais chacune s'occupe de son business et ne peut pas renseigner le client sur le reste!
Diviser pour mieux régner! Aucune visibilité pour le public! Donc, seule solution: 3900! Ils doivent en rêver la nuit de ce numéro!

Avec l'informatique, tout va bien quand ça marche, mais dès que ça bugue, la procédure n'y peut rien. SI le problème persiste, je pense peut-être jouer à un jeu aussi ubuesque que le leur: puisque je ne reçois internet que par intermittence, je pense payer moi aussi par intermittence! Soyez sûr que pour le recouvrement et la fermeture des lignes, ils embauchent...


(Pour info, ma Live Box a encore bugué avant que j'envoie cet article. Sachant que l'erreur était réparée par un technicien et que j'ai réinitialisé la machine deux fois, que dois-je faire? Découper une vendeuse à la tronçonneuse permettrait de me rendre plus visible, non?)
Repost 0
2 août 2007 4 02 /08 /août /2007 12:38
comparatif-pollution.jpgLe projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes a fait couler beaucoup d'encre en Bretagne et je n'ai pas eu l'occasion de m'exprimer sur le sujet. Je profiterai donc de cet exemple pour donner mon opinion sur le transport aérien en général car ce n'est pas cet aéroport précis qui est visé, mais le mode de transport en général.

La première raison pour laquelle je m'exprimerais contre ce projet de Notre-Dame-des-Landes, c'est l'existence de nombreux autres aéroports en Bretagne! Brest, Rennes, Lorient et Nantes sont, me semble-t-il, suffisants pour une région comptant 4 millions d'habitants! Pourquoi ne pas améliorer le site de Rennes ou celui de Lorient plutôt que de réaliser ex-nihilo une nouvelle infrastructure!

Certes, nos politiques bretons voient dans la "libéralisation du ciel" une opportunité de désengorger Paris, mais je doute très fortement que les parisiens accepteront de prendre le train pour ensuite prendre l'avion non loin de Nantes!

D'autant que la localisation me parait étrange! N'arrangeant finalement ni Rennes, ni Nantes, cet aéroport va favoriser des déplacements énormes dans un no-man's land qui nécessitera de nouvelles infrastructures toujours plus consommatrices d'espace tout ça pour un unique aéroport (la différence entre espace et territoire, ça vous dit quelque chose? Voir ici). Certes, l'avion fera moins de distance, mais comme un aéroport est généralement relié par la route, la pollution économisée en vol sera perdue par l'acheminement terrestre!

Autre raison et non la moindre, c'est que la plupart des aéroports bretons ne desservent même pas l'international. Que l'on prenne l'avion pour aller outre atlantique, en Afrique ou en Asie voire en Europe de l'est, admettons, mais je ne comprends pas que l'on puisse prendre un avion Lorient-Paris quand le TGV met 4h pour réaliser le trajet.

En somme, d'un point de vue écologique, en France, les transports aériens internes sont inadmissibles. Nous ne vivons ni aux Etats-Unis, ni au Mexique, ni au Canada! Les vols intérieurs devraient être désincitatifs pour favoriser le train moins polluant et tout aussi efficace (voir graphique). Peut-être pourrait-on augmenter les taxes aéroportuaires sur les vols intérieurs? Mais je doute qu'aucun politique n'ait le courage de désinciter la sacro-sainte mobilité!
Il est aussi amusant de constater que, paradoxalement, ce sont les mêmes politiques qui hurlent à la pénurie de pétrole prochaine, mais qui proposent un aéroport!

En somme, je propose la réutilisation des infrastructures existantes et la révision de nos modes de déplacements d'un point de vue politique et individuel. L'aéroport Notre-Dame-des-Landes, outre le fait qu'il s'implante sur un site "vide", participe à ce système de croissance aveugle alors que l'alternative est possible.

A moins qu'il ne s'agisse d'un symbole politique -comme le TGV Atlantique- et dans ce cas, que l'on cesse de dire que l'on prend en compte la volonté de la population!
Repost 0
1 août 2007 3 01 /08 /août /2007 11:48
science.jpgNotre société voue un culte à la Science, mais refuse d'admettre qu'en l'état actuel des choses, elle n'est pas toute puissante. Certes, grace à ce qu'on nomme "la Science", les chirurgiens "sauvent" plus de vies et nous nous affranchissons des distances, mais est-ce une raison pour affirmer dogmatiquement que ce qui n'est pas prouvé n'est pas vrai?

Je pense pour ma part qu'effectivement, la Science (dans l'Absolu) peut tout expliquer... MAIS que nous (humains) ne sommes pas suffisamment intelligents pour tout comprendre. Notre société veut toujours aller plus vite, mais elle en oublie qu'il faut du temps pour assimiler le Savoir. Il est possible (peu probable, mais possible) qu'un jour, l'Homme sache tout, puisse tout expliquer. En attendant, il doit admettre sa faiblesse, son ignorance pour être ouvert à toute hypothèse alternative.

L'Homme ne sait pas tout, il n'explique pas tout et c'est en grande partie la raison de l'existence de Dieu chez beaucoup de croyants. Dieu, lui, donne une explication à tout! D'ailleurs, Dieu et la Science ne sont aucunement incompatibles!

Je critique vivement les religieux fanatiques qui, au nom d'une croyance aveugle, refusent le Progrès et préfèrent l'immobilisme. Je critique ces gens qui, parce qu'ils sont persuadés que Dieu est anti-Science, refusent les soins, refusent le mieux-être. Je critique ceux qui, au final, pensent que la Vie en ce monde est faite de souffrances et qui préfèrent attendre plus tard (un monde de l'au-delà) pour être heureux. Oui, je critique ce genre d'individus fanatiques...

Mais nom d'un chien, ceux qui imposent les OGM parce que, disent-ils, c'est le Progrès; ceux qui, toujours au nom du Progrès, refusent d'admettre que la technologie n'est plus maitrisée par l'Homme et ne voient pas qu'elle met en danger le sol sur lequel nous vivons (nos bases, nos fondements); ceux qui, parce que "c'est l'avenir", développent le nucléaire en omettant sciemment les risques et en refusant le dialogue; tous ces gens là sont aussi fanatiques que les religieux qu'ils méprisent!

Le Progrès, ce n'est pas ce qui est nouveau, c'est ce qui nous rend plus libre, ce qui nous rend plus heureux! La Croyance aveugle, qu'il s'agisse de Dieu ou de la Science, nous empêche de voir la réalité et nous ferme les portes de l'avenir. Avoir Foi est nécessaire, mais douter pour mieux avancer est primordial. L'Homme a l'éternité pour apprendre à condition qu'il fasse les bons choix.

Le principe de précaution me paraît, rien que pour cela, d'actualité.

Illustration: sur la bougie: Science. Bulle: frappe la avec ta Bible! Source?

Repost 0
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 12:59
Le-mur-de-l-argent.jpgIl n'est pas évident de comprendre l'importance de la chute du mur de Berlin ni de la réunification allemande pour ceux qui n'ont pas connu (ou presque) la guerre froide! Pourtant, la chute du mur est sans doute l'un des évènements majeurs du XXe siècle et en tout cas, l'une des clefs de compréhension du monde contemporain!

Bati en 1961 pour isoler le "secteur russe" après le partage de l'Allemagne des trois autres secteurs allemands, ce qu'on appela le mur de la honte durera 28 ans. Ces longues années de mur et de rideau de fer ont suffi pour diviser profondément l'Allemagne et surtout sa capitale qui, aujourd'hui encore, garde les stigmates de cette déchirure!

Berlin compte ses Ossis et ses Wessis, surnoms plutôt péjoratifs que se donnent à l'heure actuelle quelques berlinois. Les Ossis, ceux qui vivaient "sous le joug soviétique"
restent les grands perdants de la réunification car ils ont du s'adapter, perdant ainsi bons nombres de leurs repères comme le souligne avec brio le film Good Bye Lénine. Car cette réunification qui marqua, au final, la fin d'un monde bipolaire et le début d'une omniprésence capitaliste  a été ratée quoi qu'en disent les historiens!

Je ne sais plus où j'entendais cette analyse, mais j'aimerais la retranscrire avec mes mots sur ce blog car je l'ai trouvé très convaincante. Il y avait deux Allemagnes dont le rêve (pendant le guerre froide) était de se réunir. Seulement, au lieu de réfléchir au moyen de ne pas brutaliser les deux parties, dès l'effondrement du bloc soviétique, la RFA a englouti la RDA: Anchluss. Ce qui devait être une réconciliation s'est soldé par une absorbtion d'un bloc par un autre. En somme, un vainqueur et un perdant. La RDA a perdu et les habitants du "mauvais côté" payent aujourd'hui les décisions de forces qui les ont toujours dépassées.

Car les habitants de l'Allemagne de l'Est, comme les habitants de Berlin Est, sont aujourd'hui globalement plus pauvres que leurs voisins. La chute du mur n'a pas effacé la misère comme par enchantement et longues seront encore les années avant que l'Allemagne soit véritablement guérie de cette période sombre.

Même si l'Allemagne s'en tire bien en ce moment, peut-être faudrait-il admettre qu'il existe aussi des gens moins bien lotis dans ce pays. Plus que tout autre, l'Etat allemand pourrait créer l'alternative au capitalisme sauvage en intégrant à ce système qui exclue, un peu d'utopie. Car qui mieux que l'Allemagne pourrait imaginer un monde entre la propriété privée et le collectivisme?

Illustration: Stoon et Rezk. Site web ici.
Repost 0
30 juillet 2007 1 30 /07 /juillet /2007 13:14
videosurveillance.jpgLe terrorisme et, dans une moindre mesure, l'incivilité justifient-ils le développement exponentielle des caméras de surveillance?

Si pendant la guerre froide, on disait l'Occident "libre", force est de reconnaître qu'aujourd'hui, le capitaliste, seul système encore en piste, se retrouve confronté à ses propres faiblesses et renie une à une les libertés qu'il octroyait dans le passé. Plutôt que de revoir le système dans son fondement, on préfère installer des caméras qui vont permettre au système de perdurer.

En fichant les individus, on s'assure un meilleur contrôle sur eux. Finalement comme je le rappelais récemment (ici), je ne perçois plus trop la différence entre les services secrets soviétiques du XXe siècle et ceux qui regardent à travers les caméras aujourd'hui!

La Liberté des uns s'arrêtent à celle des autres. Ce qui veut dire qu'il n'y a plus de liberté du tout! Plus sérieusement, les intérêts de quelques uns sont chamboulés par des menaces largement surestimées afin que les honnêtes gens que nous sommes se rangent derrière les agressés! L'agresseur agressé, quel ironie!

Une société  craintive, c'est ce que cherche à mettre en place les intégristes (d'un côté comme de l'autre). Bush, par exemple, doit être la meilleure carte de Ben Laden puisque grace à son action catastrophique, il donne du grain à moudre au Jihad. Car la peur est le poison de la raison! Et nous ne réfléchissons plus du tout.

La télévision nous explique comment penser et tout discours différent est qualifié de subversif. Pourtant, j'attire votre attention sur le fait qu'une caméra agit a posteriori. Une caméra est le comble de l'inefficacité car elle voit, mais ne réagit pas! En somme (pour faire pleurer dans les chaumières et ainsi faire valoir mon argument), si une femme se fait violer dans un parking souterrain devant une caméra, personne ne sera là pour lui prêter main forte! Au mieux, on retrouvera l'agresseur, mais cette femme aura tout de même été violée! Tout ça pour quoi? Remplacer un vigile trop coûteux.

Il est temps pour cette société voyeuriste de VOIR la réalité, de ne plus se cacher derrière des on dit, mais de se faire sa propre idée. Car aujourd'hui, notre monde se robotise: ce sont les caméras qui voient le monde à notre place comme en témoigne ce court métrage excellent (ici). De même que les touristes qui, en filmant leur voyage, n'en profite pas vraiment, devra-t-on vivre à travers le prisme d'une caméra appartenant à TF1?
Repost 0
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 13:15
Le Travail semble avoir regagné ses galons en tant que valeur dans notre société. L'élection de Nicolas Sarkozy en témoigne. Peut-être avec un peu trop de vigueur?

Je regardais sur Arte récemment la comédie musicale Hair qui, loin d'être un navet vieillot comme je le pensais m'est apparue comme un bon film de par son message profond distillé sous une tonne de musique de chevelus! Finalement, me suis-je dit, les années 70 (mai 1968 inclus) sont plutôt d'actualité.

M. Sarkozy, en s'attaquant ouvertement à mai 1968, s'attaque à un monde où l'on réfléchi au pourquoi et où on ne travaille pas machinalement. Je lui souhaite bien du plaisir pour les 40 ans de cet évènement historique français! 

Car notre président semble ne considérer l'être humain que comme un forçat. Si en 1936, un discours tel que le sien s'était fait entendre, gageons que nous travaillerions encore 50 heures par semaine sans congé. Je sais bien qu'il existe encore des individus effectuant ces horaires, mais honnêtement, que font-ils d'autre que travailler?

Le Travail, selon moi, doit élever l'Homme dès lors qu'il est effectué en raison, qu'il est plaisant. Donner le meilleur de soi pour bâtir quelque chose, pour donner un sens à sa vie, quoi de plus noble! Sauf que l'envie n'y est pas. Nous voulons de l'argent pour nous amuser, pour oublier la vie de merde que l'on se coltine au quotidien! Car c'est ce qu'est devenu le Loisir! Un défoulement! Ne serait-il pas possible de vivre bien toute l'année? De ne pas compenser par le loisir, mais de prendre du plaisir à ce que l'on fait au quotidien? Ne pas combler l'Ennui en somme...

Les 35H sont-ils reponsables de la dégradation de notre niveau de vie? Assurément non! La France n'est pas moins compétitive en travaillant moins que le Japon! Comment interpréter donc le fait de prendre cette mesure (même si elle aurait pu être adaptée en fonction des branches) soit prise comme bouc-émissaire? Car que voulons-nous à la fin? Travailler chaque minute de notre vie comme des robots imbéciles, être aliénés à la machine, segmenter notre vie en "bons moments" et "mauvais moments" (obligatoires)? Trouver un juste milieu entre la mécanisation du monde et le droit à la Paresse (Paul Lafarge) me semble opportun!

La proposition de M. Sarkozy de rendre les musées gratuits m'amusent profondément puisque, dans le même temps, il souhaite voir les gens travailler plus pour gagner plus, tout ça pour aller dans des musées gratuits! Idiot? Je ne veux pas casser du sucre sur le dos de ce pauvre président, mais force est de reconnaître qu'à force d'être plongé dans le système, il en oublie de réfléchir! Les oeillères, d'un côté comme de l'autre, font d'un homme un borgne, pas un voyant! Le Temps est devenu l'une des ressources les plus précieuses (tout ce qui est rare est précieux, non?). Plus personne n'a de temps à consacrer à rien! Nous sommes englués dans ce que nous nommons "travail", mais qui en fait se révèle être "une corvée". Notons au passage que si personne n'a de temps, personne n'ira dans les musées et la consommation sera plus faible!

Ford augmenta les salaires de ses employés pour qu'il puisse comsommer! Au contraire, Sarkozy veut faire produire des objets que personne n'aura le temps d'acheter! Bref, Bienvenue en Absurdie (ici)! Finalement, je préfère être pris pour un décalé en disant que nous ne vivons pas pour consommer, que je ne veux pas perdre ma vie à la gagner et que la guerre et l'économie de marché ne sert que les puissants!

Hair
est sans doute bien naïf, mais pourquoi devrait-on se plier au Diktat du "Tout économique"? Suis-je sur Terre pour me faire chier? Avec cette pseudo morale du travail, on passe sous silence d'autres valeurs (solidarité entre autre). Qu'y-a-t-il de moral dans notre rapport actuel au travail?

Tout ça pour montrer l'importance de faire des études car comme dirait Confucius
, « choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie ».

Illustration: Gaston Lagaffe de Franquin.
Pour aller plus loin, texte ici.
Repost 0
27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 13:02
gateau-des-rois.jpgLes G7, G8 et autres G12 sont devenus aussi impopulaires que médiatiques. Curieusement, alors que cette réunion annuelle n'a aucune légitimité juridique (ni une organisation internationale, ni une institution), le mécontentement se concentre sur elle. Tous les ans, des milliers de manifestants défilent pour critiquer ce système capitaliste essouflé...

Il est vrai que ce rassemblement de chefs d'Etats "riches" a de quoi révolter! Créé de façon tout à fait informelle par Valéry Giscard d'Estaing en 1975 afin de parler de la crise pétrolière, cet évènement s'est pérénisé gagnant d'années en années une médiatisation qui aujourd'hui déchaîne les foules.

Car comment interpréter autrement que comme une provocation cette légitimisation du plus fort dans un monde qui s'autoproclame "droit"? Et comment, puisque le G8 de l'avis de tous, n'est qu'un regroupement informel, comment interpréter l'hypersécurisation des lieux où se déroulent ces sommets? Si les médias de masse ne pointaient pas leurs caméras sur cet évènement, peut-être y aurait-il moins de morts chaque année? Puisque ce n'est pas lors de ces sommets que l'avenir du monde se joue, pourquoi en faire un show?

Si les Etats Nations s'investissaient autant dans les structures de gouvernance légitimes, peut-être que les problèmes mondiaux avanceraient plus vite! Comment interpréter autrement que comme un échec le fait que l'Afrique soit à l'ordre du jour depuis si longtemps? Ne doit-on pas y voir la marque d'un lobby de riches défendant leur propre intérêt avant celui de l'intérêt général (à l'échelle mondiale)?

Certes l'Union Européenne est représentée, mais quid de l'Organisation des Nations Unies (ONU)? Dire que le G8 ne sert à rien serait mentir, mais en quoi ce sommet serait-il plus efficace que des décisions prises par tous? Ce que je reproche au G8, ce n'est pas d'exister, mais de rendre plus floues les véritables instances de décisions qui, elles, sont démocratiques car tout le monde est représenté! Si les Etats-Unis défient l'ONU, n'est-ce pas en partie parce que ce genre d'organisation internationale n'est pas valorisé par les Etats souverains (juridiquement seuls compétents à prendre une décision)? Ne doit-on pas y voir un relent de nationalisme? La France, tout particulièrement, avec ses grands airs de "pays des Droits de l'Homme", n'a-t-elle pas au fond l'ambition d'imposer SA vision française du monde?

Il faut comprendre une bonne fois que les organismes tels que l'ONU, l'OMC, l'OMS, l'Union Européenne (...) ne sont démocratiques que dès l'instant où tout le monde joue le jeu. Or, aujourd'hui, le communautarisme (le vrai) empêche le fonctionnement de ces structures politiques. Rien n'empêcherait les Etats de créer une Organisation Mondiale Sociale ou une Organisation Mondiale de l'Environnement qui auraient pour le coup autant de pouvoir que les organes purement économiques que beaucoup dénoncent... Posons-nous la question du pourquoi de cette inexistance?

Vivons-nous réellement dans le monde du "Droit"?


Illustration: le gâteau des rois. Henry Meyer
Repost 0
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 13:33
Nos esprits sont colonisés depuis tant d'années qu'il est difficile de faire comprendre aux gens la différence entre la Culture et le Folklore. Pour la plupart des bretons, l'identité bretonne se résume à la musique, la danse et le costume traditionnel. Si ces trois éléments font partie de la Culture bretonne, cela n'en reste pas moins ce qu'on nomme "le folklore", le loisir traditionnel de la région. De même que les tribus africaines ne se trimballent plus en pagne, les bretons sont aussi "modernes" que les bien-pensants des grandes villes de ce monde (voir ici).

Bécassine est l'exemple type de ce passéisme ambiant qui règne en maître chez nous! Certes, le personnage n'est pas méchant, mais il est bête, il est idiot comme le bon noir de Banania! Représentée sans bouche, Bécassine est l'image d'une Bretagne exploitée par Paris (avant de venir du Portugal, les femmes de ménage venaient des "provinces" françaises!). C'est finalement une Bretagne qui n'a pas le droit à la parole. Que dire alors de la persistance de ce personnage à l'heure actuelle?

Aujourd'hui, l'aliénation de notre région à Paris est moins visible tant la région est dynamique à ceci près qu'au lieu de valoriser la Culture, on valorise le Folklore. Ainsi, les festivals de musique traditionnelle, de danse sont sauvés tandis que l'apprentissage de la langue bretonne n'est pas incité par l'Education Nationale (voir dissuadé par l'acharnement de quelques bureaucrates); tandis que, politiquement, les décisions viennent de Paris; tandis que les médias régionaux n'existent pas... Ce que j'appelle le génocide culturel existe toujours, mais se fait dans l'ombre.

D'une manière générale, la Culture bretonne est essentiellement marketting: A l'aise Breizh, Mam Goudig, le triskell ou le drapeau sont autant de symboles qui ne suffisent pas à ré-insuffler l'âme de notre Culture que la volonté d'unification française a grievement blessé. Pour reprendre un débat breton, la lecture de Per Jakez Hélias est admise et encouragée, mais pas la lecture de Xavier Grall. Une Bretagne qui valorise son passé (tradition floklorique) d'accord, mais qui assure un avenir moderne à la région (différente de celui de la France), alors là, pas question!


Ceux qui pensent que j'exagère n'ont qu'à regarder les programmes de TV Breizh (où est passée la langue bretonne?), comparer le financement culturel entre Paris et le reste du territoire français, jeter un coup d'oeil à la santé financière des éditions bretonnes...

La Culture est vivante, évolutive, quand le Folklore est une reproduction de rites, de pratiques traditionnelles, d'habitudes... La Culture est innovante, imaginative et n'a pas peur de la mondialisation! Aujourd'hui, peu de linguistes inventent de nouveaux mots en breton, peu d'écrivains bretons travaillent sur la vie des bretons (préférant les descriptions des paysages naturels). La Culture est théoriquement intrinsèque dans tous les domaines... Mais tant que les bretons n'auront pas découverts intellectuellement leur culture, ils resteront ignorants de cette culture!

Bien sûr, on me rétorquera que la musique est un vecteur de découverte! Evidemment et certains musiciens ou groupes contemporains sont dans cette logique moderne (Dan Ar Braz, Stivell, Denez Prigent, le bagad de Locoal Mendon en font partie), mais que deviendra la musique sans langue bretonne, sans avenir politique breton? Une bizarrerie de la culture française présente en Bretagne!

Accepter la Culture bretonne, c'est accepter l'idée qu'il existe un peuple breton appartenant à un ensemble de peuples qui constitue la France. Bref, un son de cloche qu'on n'entend guère à Paris...
Repost 0