Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

14 juillet 2007 6 14 /07 /juillet /2007 12:22
P15-jiho-travail.gifNicolas Sarkozy s'est fait élire en axant toute sa campagne ou presque sur le thème du travail. Je ne me prétends pas un surdoué sur les questions économiques, mais je trouve qu'il existe tout de même beaucoup d'incohérences chez notre nouveau Président!

Premièrement, Nicolas Sarkozy prétend redonner sa place au travail et effectivement, il s'efforce dans ses discours, mais aussi dans ses actes de parler du travail avec un grand "T" (voir ci-contre). Comment expliquer aux électeurs que la notion de travail est toute relative et que, pour M. Sarkozy, un rentier est un travailleur au même titre qu'un ouvrier? Puisque la ligne politique de notre Président est de privilégier le Capital plutôt que le Travail, pourquoi ne pas se faire le porte-parole du MEDEF, ce syndicat de patrons qui pèse plus que l'ensemble des syndicats de salariés? Au nom de quelle légitimité? On se le demande!

Qu'il existe des blocages, c'est incontestable, mais jusqu'où le salarié ira dans les concessions? Le patron n'est pas "gentil" quand il recrute, il a besoin d'employés qui gagnent leur vie! Le dogmatisme que Nicolas Sarkozy agite devant des citoyens qui s'abreuvent de discours creux va-t-il arranger nos affaires? Comme dit Michel Rocard, les français sont incultes en matière d'économie. On nous parle de valoriser le travail, mais dans le même temps, l'Etat emploie de plus en plus de vacataires pour ne pas payer de retraites, ne paye pas les stagiaires, bref utilise les méthodes qu'il passe son temps à dénoncer! Aujourd'hui, il est clair que le projet politique de Nicolas Sarkozy est le démentèlement pur et simple de l'Etat et principalement de l'Education et de la Santé. Car dans l'esprit des libéraux, ce ne sont pas des compétences régaliennes...

Ce Président qui, en France, passe pour un libéral et à l'étranger pour un nationaliste, croit-il vraiment au patriotisme économique qu'il défend? N'est-ce pas faire preuve de naïveté concernant les problèmes économiques. Je suis d'ailleurs surpris que M. Sarkozy propose DSK comme candidat à la succession du FMI! Pour certains, cela montre que la gauche n'a plus de raison d'être, mais pour moi, cela prouve surtout que M. Sarkozy fait confiance au programme économique d'un social-démocrate! A moins qu'il ne considère le FMI que comme un placard?

Si nos hommes politiques avaient le courage d'expliquer les bases de l'économie, on comprendrait que tous les emplois ne peuvent pas être sauvegardés (l'industrie automobile, par exemple, est condamnée à péricliter en France: les foyers n'ont pas besoin d'une quatrième voiture!). Pour autant, des solutions de transition sont possibles (destruction créatrice de Joseph Shumpeter). Pour cela, il faudrait que les syndicats soient plus puissants en France et qu'ils s'organisent afin de proposer (CFDT) plutôt que de critiquer (CGT). Il faudrait également que les collectivités locales connaissent réellement les entreprises de leur territoire et qu'il mènent des études micro-économiques plutôt que d'attirer les entreprises à grand coup de subventions (meilleur moyen d'assister deux ans plus tard à une délocalisation!). On fait rarement le solde des créations de richesses (je parie pourtant que le nombre d'emplois créés n'augmentent pas malgré la multiplication des grandes surfaces).

Aujourd'hui, nous travaillons pour rien puisque cela ne nous élève pas. Nous avons la tête dans le guidon! Nous nous posons tellement peu de questions que les salades du Président passent tranquillement: "travailler plus pour gagner plus", c'est n'importe quoi en plus d'être faux! Mais vous vous en rendrez-compte dans quelques années... quand vous aurez un meilleur salaire, mais que vous devrez économiser pour payer vos retraites, vos soins et l'école de vos enfants, et éventuellement payer le minimum vital pour ceux qui auront été exlus de ce que l'on appelait jadis le Droit au Travail! Comme quoi, notre degré d'acceptation est encore loin d'être atteint! Serions-nous si aveugle pour ne pas comprendre que l'on travaille pour maintenir en respiration artificielle un système qui aurait besoin d'une lobotomisation?


Illustration: Jiho.
Repost 0
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 14:58
costaeres.jpgLa beauté de la Bretagne serait-elle aussi son plus grand malheur? Comme dans les légendes, celui qui s'en approcherait serait desespérement attaché à cette région comme une moule à son rocher...

C'est un peu le sentiment que nous autres, jeunes bretons, avons des touristes! Nous sommes conscients de la beauté de nos côtes (Nord comme Sud), mais nous sommes aussi peinés de voir que, pour cette raison, nous ne pouvons pas y rester car le foncier est de plus en plus inaccessible!

En effet, les touristes venant de toute l'Europe aiment tant notre région qu'ils se prennent à imaginer une partie de leur retraite chez nous! Ainsi, des villes comme Quiberon ou Carnac possèdent aujourd'hui plus de maisons secondaires que principales! Ce qui se traduit aussi par un maire (Carnac) vivant à Paris le plus clair de son temps ce qui, vous l'avouerez, est assez lamentable! De même, le petit port de Ploumanac'h (Perros Guirec) est tellement joli qu'il en devient rare de croiser un jeune tant les prix sont élevés. Et "la bande à Bono" (le maire) de jouer le jeu des touristes... Cette situation semble convenir aussi aux hommes et femmes politiques nationaux (de gauche comme de droite): Marie-George Buffet possède une maison vers Quimperlé et Dominique Voynet à Groix. Même mon homme politique français préféré, Michel Rocard, a la sienne dans le Golfe du Morbihan. Je ne parlerais pas de Jean-Marie Le Pen (à la Trinité sur Mer) qui est breton comme moi je suis suédois tant sa connaissance de notre territoire est inexistante! e qui nous renvoye à la fameuse question de Morvan Lebesque: Comment peut-on être breton? Selon moi, un nom ne suffit pas, il faut faire le choix d'y vivre toute l'année et de respecter son identité, voire la partager.

Bref, les principaux responsables de cette inflation immobilière sont évidemment les bretons eux-mêmes qui vendent leur bien à des prix astronomique par appât du gain. Mais que dire à ces gens qui peuvent devenir millionnaires en vendant un morceau de terrain? Cela dit, les touristes qui ne passent qu'un mois ou deux dans l'année dans une joli maison en Bretagne contribuent à tuer notre économie et à chasser les jeunes (et d'ailleurs je devrais dire les plus défavorisés) de la bande littorale. Leur niveau de vie n'étant pas le même, ces personnes riches peuvent se permettre d'acheter à des tarifs qu'ils ne nous sera jamais possible de débourser. Pire, les taxes et impôts sur le patrimoine mine des familles entières contraintes de vendre leur bien pour rembourser leurs dettes. L'ISF est une calamité chez nous car elle touche des familles qui gagnent à peine le SMIC.

C'est une des raisons pour laquelle je m'oppose au TGV atlantique! En se rapprochant davantage de Paris, nous allons finir, comme ce fut le cas pour Rennes, par devenir une banlieue de Paris. Or, l'afflux de nouvelles personnes risque de faire grimper les prix du foncier qui ont tendance en ce moment à stagner!
Peut-être finirons-nous par être obligés de contourner la loi littoral comme le font les mobil-homes qui n'ont de mobiles que le nom et que les Préfets n'osent pas interdire.

J'ai tendance à dire: "mieux vaut un britannique qu'un parisien" car au moins, le britannique en centre-Bretagne vit dans son bien toute l'année. Seulement, ces charmants bobbies vivent aussi en communauté! Qu'il y ait du brassage, c'est très sain, mais aujourd'hui, c'est l'identité profonde de notre territoire qui est menacée par l'exil des indigènes. Un peu comme à Nantes où l'identité bretonne est diluée par un flot d'angevins, de parisiens, de vendéens, de tourrangeots, etc. La privatisation du littoral est sur le point de réduire notre région à une parc d'attraction estival... mort l'hiver!

On le voit bien en ce début d'été où les touristes fuient la pluie! Les commerçants vont encore pleurer à l'heure du bilan, les caisses seront vides et les politiques attendront le prochain été en espérant qu'il draine plus de monde! Il serait pourtant si simple de favoriser l'activité toute l'année. Que l'on mette ou non des billes dans les activités touristiques, la mer, elle, n'est pas délocalisable et les touristes viendront! Nous nous appuyons sur une rente et je ne trouve pas ça sain puisque, pour préserver la rente, il faudrait arrêter des activités traditionnelles jugées incompatibles avec le sacro-saint tourisme! Le commerce maritime est en la principale victime.  

Comprenez-vous maintenant pourquoi je refuse de voir nos politiques locaux s'engouffrer dans le tourisme? La mono-activité tue l'activité permanente assènent nos géographes (Yves Lebahy, Ronan Le Délézir, Jean Ollivro...), mais l'argent est bien là et fait tourner les têtes...


Illustration: le chateau de Costaeres à Ploumanac'h (marée basse).
Repost 0
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 11:11
le-penseur-de-rodin.jpgOn a souvent une idée fausse de ce qu'est un intellectuel! Définis comme des personnes ayant le goût des choses de l'esprit, ces intellectuels sont bien souvent désignés en fonction de leur médiatisation! Ainsi, les intellectuels seraient les personnalités correspondant le plus à cette définition! Pour ma part, je ne le crois pas. En plus, les personnes intelligentes de la TV ne sont souvent pas celles que l'on croit...

Ceux que j'appelle les intellectuels sont disséminés dans la société et font plus ou moins (souvent moins) parler d'eux. Ce sont les penseurs discrets qui prennent conscience de problèmes et en cherchent les causes, qui théorisent la matière première mélangée dans nos cerveaux! Ceux qui cherchent toujours à aller plus loin dans le domaine de la connaissance, soit par curiosité intellectuelle, soit par audace, soit par défi...

Le déni de ces penseurs est une des conditions aux régimes autoritaires ou dictatoriaux et aux vues du sort qui leur est réservé dans notre société, je me pose de sérieuses questions quand aux dérives qui pourraient nous attendre d'ici peu... Je sens déjà la critique de ceux qui me prennent pour un paranoïaque, mais je tiens à présenter tout de même ma vision des choses.

Nous vivons dans un système qui se gère de lui-même, tellement bien qu'il n'a plus besoin des hommes et qu'il se remet de moins en moins en cause. Le dogme de la main invisible, du marché pur est parfait est installé même si, au fond, le système ne convient à personne. Par peur de ce qui pourrait arriver, l'immense majorité de la société laisse faire... Les intellectuels sont dangereux pour le pouvoir car ils critiquent, visent juste et quelle meilleure arme que le Verbe! Le meilleur exemple connu en France est encore l'Affaire Dreyfus, ce scandale politique qui opposa les dreyfusards et les antidreyfusards. On se souvient du rôle primordial de lettrés dont la figure de proue était Zola.

Aujourd'hui, lorsque l'on s'interroge sur un sujet de société, qui voit-on apparaître? Toujours les mêmes! Et ce, sur chaque sujet! Hulot est la caution environnementale, Odon Vallet l'historien, d'Ormesson le lettré... comme s'il n'y avait qu'une dizaine d'intellectuels en France... tous parisiens il va sans dire! Pourtant, les BHL et autres pseudo-intellectuels sont au final au service du pouvoir et se contentent très bien du système tel qu'il est. De leur côté, les défenseurs de ce que j'appelle, par facilité, le système, tentent de décrédibiliser les intellectuels. D'une part, en leur donnant peu de moyens (regardez le sort réservée au Sciences Humaines dans beaucoup d'universités), d'autre part, en insinuant que penser, c'est "ne pas se laisser vivre"! Le penseur de Rodin a l'air si soucieux! Mieux vaut prendre exemple sur les Epicuriens... Après moi le déluge!

Et que dire des analyses faites sur les récents attentats à Londres? N'essaye-t-on pas de dire que les intellectuels étrangers sont dangereux? Que ce n'est finalement pas la pauvreté qui est le moteur du terrorisme puisque ceux que l'on a attrapé appartenaient à la classe moyenne, voire aux nantis! Comme si une personne intelligente sans problème financier ne pouvait pas comprendre la pauvreté et en diagnostiquer des causes! Car au fond, même si rien ne justifie la violence, c'est bien ce système économique qui est responsable de la pauvreté mondiale. Au lieu de tirer des leçons, mieux vaut effectivement mater la rebellion! Les intellectuels qui critiquent le système sont donc forcément du mauvais côté. Jusqu'où ira la méfiance qu'inspirent les intellectuels?

D'une manière générale, dans la vie de tous les jours, je constate que les intellectuels sont rejettés car ils sont différents. Ils aiment apprendre quand d'autres consomment. Un intellectuel n'est au service que de ses idées. Il n'est vassal de personne, c'est celui que l'on consulte pour avoir un avis: un sage en somme! De nos jours, un sage est synonyme d'ancienneté ce qui me paraît très réducteur et pas nécessairement vrai! Un intellectuel n'étale pas sa Science comme on dit, mais observe, analyse, doute constamment. Il n'affirme rien, il propose.

Ainsi donc quand je vois l'image que se fait la société des métiers de l'intelligence, je frissonne! Les chercheurs ou les profs sont en première ligne des quolibets qui se transforment en jalousie par méconnaissance de leur travail. Les autodidactes sont méprisés dans ce pays où seuls les diplômés sont crédibles. Et après, on ose nous parler de mérite! Un peu comme dans l'armée où le meilleur passe derrière le plus gradé! Aujourd'hui, on ne voit plus l'intérêt de s'élever, réfléchir fait mal à la tête et ne rend pas plus heureux! C'est sans doute vrai, mais qu'il est grisant de trouver un sens à sa vie...


image dans son contexte original, ici.
Repost 0
11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 14:03
don-du-sang.jpgIl n'y a pas que les chirurgiens qui sauvent des vies! Les donneurs aussi... donneurs d'organes, de moelle osseuse, donneurs de plasma ou de sang, les besoins sont immenses! Si je suis bien renseigné, 8000 dons sont nécessaires chaque jour en France! Comme chaque année, certaines régions ou localités semblent avoir du mal à parvenir à l'autosuffisance... L'Ile de France, région pourtant la plus peuplée, est par exemple la moins fournie en dons!

Donner son sang est facile, indolore, mais très utile. Sans doute plus concret que de remplir un chèque chaque année pour une association dans laquelle on ne s'investit pas! Encore faut-il y penser! Cet article se veut une piqûre (indolore elle aussi) de rappel! Le sang ne pouvant être fabriqué artificiellement, le don est donc l'unique moyen de subvenir aux besoins. Tous les groupes sanguins sont acceptés. Le don est une expérience sympa qui peut être réalisée 5 fois par an pour un homme et 3 fois pour une femme. Toutefois, une visite de quelques minutes avec un médecin sur place est nécessaire avant chaque don.

Outre le don, cette visite permet de garder un contact avec un médecin (gratuite et sans file d'attente!). Votre sang est testé et vous êtes contactés en cas de problème! A la fin de votre don, l'Etablissement Français du Sang (EFS) vous offre une petite collation (sandwich, pains au chocolat, croissants, biscuits, jus de toute sorte ou café) ce qui permet d'échanger avec d'autres donneurs ou avec le personnel.

Pour ma part, j'y suis allé vendredi dernier et comme chaque fois, j'en suis ressorti ravi! Merci donc aux infirmières (voir ici), personnels et médecins de l'EFS de Lorient qui sont très accueillants! Et à bientôt...

Pour avoir des info complémentaires, cliquez sur l'image.
Tout savoir sur le don, cliquez ici.
Repost 0
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 13:28
porte-conteneurs.jpgLe monde maritime connait des mutations importantes depuis quelques années. Le boom de l'économie chinoise (et plus globalement asiatique) a intensifié les échanges internationaux et incité à la massification des marchandises par soucis d'économie d'échelle. CMA-CGM parle de créer de nouveaux porte-conteneurs de 12000 boites soit 2000 de plus qu'à l'heure actuelle!

En conséquence, la taille des navires a considérablement augmentée à tel point qu'il faut aujourd'hui creuser le canal de Panama pour les faire passer. Aujourd'hui, ce n'est donc plus au navire de s'adapter au port, c'est au port de le faire!

La course au profit nous fait décidément faire de merveilleuses choses! Car en continuant cette course au gigantisme, nous marginalisons du même coup, les petits ports incapables d'accroitre leurs capacités d'accueil.

La Bretagne, région maritime par excellence, possède plus de ports de commerce que n'importe quelle autre région en France. Pourtant, ses ports sont si petits qu'elle ne pèse pas grand chose comparé aux géants que sont Marseille et Le Havre. Le transport maritime est jugé "polluant"
(voir ici), le port de commerce "peu rentable", bref "inutile". Doit-on rappeler que le navire est de loin le moyen de transport le moins polluant au monde? Doit-on rappeler que chaque port de commerce structure un territoire et lui donne la possibilité de s'ouvrir sur le monde de lui-même? Doit-on rappeler enfin que le port de commerce est aussi une alternative à la route?

En favorisant le cabotage, ce sont des centaines de camions qui disparaitraient du paysage. Mais pour parvenir à ce rêve, cette utopie, il faudrait que l'Homme soit plus important que ce qu'il produit! En attendant, il faudrait être plus compétitif que la route sur courte distance et connaître les produits qui vont et viennent! Pour cela, je propose d'associer les chargeurs routiers aux lignes de cabotage afin que les entreprises aient intérêt à développer le cabotage. Je propose également, comme Yves Lebahy, de créer une flotte régionale qui serait louée aux entreprises locales désireuses de tenter le report modal. Je propose enfin que l'on paye  le véritable coût du transport (externalité négative comprise) afin de rendre moins compétitif la route!


Pour plus d'info sur le sujet, je mets à disposition mon mémoire de Master 2 qui s'intitule "les enjeux de développement pour les ports de commerce bretons". Télécharger mon mémoire. Et vive l'information libre et gratuite!
Repost 0
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 12:48
Mixit---g--n--rationnelle--copie-1.JPGJe ne sais si la faute doit être reportée sur l'individualisme de notre modèle économique, sur les politiques sectorielles de nos gouvernements successifs ou sur l'évolution rapide du monde ces dernières décenies, mais le constat est bien là: les générations ne se comprennent plus!

Auparavant, la société formait un Tout: bien souvent, les enfants vivaient chez leurs parents qui logeaient eux-mêmes les grands-parents dépendants. Aujourd'hui, une telle concentration de générations dans un même foyer n'est plus envisageable! L'augmentation de la durée de la vie associée au semblant de liberté qu'il y a à vivre loin de ses racines a fissuré les liens qui existaient entre "jeunes" et "vieux". Des bibliothèques entières brûlent sans que les enfants n'aient pu les consulter, apprendre d'elles. Les adultes critiquent les jeunes et leur ignorance quand les jeunes critiquent les visions dépassées de leurs parents et grand-parents!

Maxime Le Forestier chantait cette chanson qui fait écho à mes propos: Ce monde, je l'ai fait pour toi disait le père. Je sais, tu me l'as dit déjà, disait l'enfant, je n'en demandais pas tant. Il est foutu et je n'ai plus qu'à le refaire, pour tes petits enfants! Est-ce inéluctable? N'est-il pas possible de construire ensemble ce monde meilleur?

Même IKEA se met à faire des pubs exploitant ce fossé entre générations. Est-ce étonnant lorsque l'on voit la vie que l'on mène: opposition constante entre retraités et "actifs" (et quelle idée de penser que les retraités sont inactifs!), tarifs différenciés en fonction de l'âge, politique conservatrice dans la majorité des conseils municipaux, soucieux de ne pas perdre leurs électeurs...
Après la spécialisation économique des zones, on passe à la spécialisation générationnelle des zones? Les jeunes partent travailler à Paris et une fois en retraite, reviennent en Bretagne: voila la mixité générationnelle que nous propose notre équitable modèle centralisé. En parodiant Bossuet, on pourrait dire que "si le travail ne vient pas à nous, nous irons au travail"! Le monde marche à l'envers... A eux les actifs toute l'année, à nous les touristes pendant deux mois. A ce rythme, la Bretagne deviendra une maison de retraite géante d'ici deux décennies!

Ce n'est pas que j'ai une dent contre les retraités parisiens, mais leur niveau de vie n'est pas le même qu'ici, ce qui pose des problèmes. La mixité sociale, c'est bien joli, mais est-ce possible dans des territoires où les prix des logements augmentent si vite que les jeunes sont obligés de migrer?
Et la chanson de Graeme Alwright, les petites boites, vous connaissez?

D'un côté, des jeunes (et je m'inclue dans cette critique) qui croient tout savoir et de l'autre, des vieux qui refusent de voir que le monde bouge! "Nous avons eu des vies difficiles, connus la guerre, l'absence de logements"... Idem pour nous à ceci près que les logements existent, mais qu'ils sont trop chers et qu'il n'y a plus la situation de plein emploi de l'époque! Ce que je constate, c'est que, pour la première fois, les parents pensent que les conditions de vie de leurs enfants seront moins bonnes que la leur! Ça donne envie de fonder une famille ce pessimisme ambiant?

Si l'avenir d'une société, c'est sa jeunesse, celle-ci ne doit pas être dépossédée de son identité! Or, les personnes âgées ne parlent pas et les enfants ne leur posent pas de questions... la télévision est là pour raconter les histoires!


Illustration Voutch (site ici)
Sous titre: je n'aime pas ce ton! Dois-je une fois de plus te rappeler qu'un jour, c'est moi qui choisirait ta maison de retraite!
Repost 0
7 juillet 2007 6 07 /07 /juillet /2007 15:05
La Société du Droit serait-elle en voie de disparition? Alors que la Justice est censée être équitable et juste, le monde politique semble prédisposé à accepter la loi du plus fort...

Voyez à Bruxelles, la capitale européenne, en plein coeur de la construction à laquelle je m'efforce de participer, voyez ces groupes de lobby qui prennent rendez-vous avec les politiques pour exposer leur point de vue à grand renfort d'incitations. Qu'ils soient environnementaux ou routiers, régionaux ou autre, les lobbies n'ont aucune légitimité! Les politiques ne devraient même pas les recevoir dans leurs bureaux... c'est inacceptable!

La démocratie serait-elle à ce point malade qu'un groupe riche et bien organisé aurait plus de droits qu'un autre pauvre et perdu. Le Limousin est-il moins méritant que la Bretagne? Et oui, même si ma région bénéficie probablement de ce lobbying, je m'oppose à ce genre de pratiques car c'est entrer dans une logique inéquitable! C'est au citoyen de voter et de choisir le projet de société, pas aux entreprises privées... 

J'ai beau être un ardent défenseur de l'Union Européenne, je trouve dangereuse cette dérive qui veuille que ce soit le politique qui soit au service de l'économie. L'économie n'est qu'un moyen de parvenir à nos fins, elle ne doit pas prendre plus de place qu'un outil! C'est à l'Homme de décider... à Bruxelles, Paris ou New-York.

Illustration: Stoon and Rezk. Site ici.
Repost 0
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 13:30
lavage-de-cerveau.jpgNotre société capitaliste ne peut fonctionner sans la sacro-sainte consommation. C'est la raison pour laquelle se développe de plus en plus les spots publicitaires, ces réclames raccoleuses nous vantant les bienfaits d'un insecticides, les vertues des voitures non polluantes et le bon goût du Coca Cola. J'ai tendance à croire que plus il y a de réclame pour un produit, moins il est bon!

Dans cette société du fric, c'est la loi du plus fort: EDF et AREVA sont les experts en développement durable, les voitures Renault font pousser l'herbe sous leur roues comme Bouddha faisait fleurir la Terre à chacun de ses pas, et le Round Up est un produit révolutionnaire qui pourrait même servir à cultiver nos salades! Parfois, parmi des centaines de spots pourris, une pub originale se glisse, mais pour le reste que d'hypocrisie! La pub nous incite à manger gras en nous martelant que c'est sain, mais parallèlement, un slogan nous invite à manger pour notre santé 10 fruits et légumes par jour! De quoi devenir schizophrène!

L'Offre et la Demande mon oeil! Il serait temps de réécrire nos manuels d'économie puisque le monde a changé (voir ici). La pub agit comme une image subliminale à grand coup de stromboscope! Les images sont belles, oniriques même, elles font envie, elles sont à portée de main et la marque nous dit que c'est tendance, que tout le monde doit posséder son Ipod ou sa carte de crédit chez LCL (une banque qui a ruiné combien de citoyens?). Que penser dès lors des grands discours politiques qui nous font la morale? Puisque la Liberté, en Occident, c'est l'achat compulsif, pourquoi devrait-on se soucier des conséquences? Et quel genre de rabat-joie suis-je pour critiquer cette nouvelle création artistique qu'est la Pub? Culture Pub, voila qui contentera tout le monde! Nous serons bientôt lobotomisés par la télévision et sa culture unique et bien pensante! Déjà celui qui ne vit pas dans les critères de la société de consommation fait figure d'original (vous n'avez pas de voitures, à 23 ans, mais on est obligé d'avoir une voiture!)... la dictature du petit écran n'a pas fini de faire des ravages si l'on n'y met pas des limites (voir ici)! Et encore, la France n'est pas si mal lotie par rapport à ses voisins (Espagne, Irlande, GB...).

Les pubs pour le tabac et l'alcool sont interdites, pourquoi ne pas faire de même avec les produits que l'on sait dangereux! Le fric engendre le fric! Et puisque ce sont rarement les entreprises éthiques qui ont de l'argent, comment imaginer que notre système puisse changer?
Repost 0
5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 11:58
croisee-des-chemins.jpgLes grosses huiles politiques qui se passent de la paumade m'insupportent! Nous vivons une époque moderne paraît-il! Notre société de consommation, soi-disant "libre", ne convient à personne sauf à une poignée de nantis qui n'a aucune légitimité. La richesse mondiale est répartie on ne peut plus inéquitablement et les être humains sont condamnés à perdre leurs vies à la gagner. La planète elle-même est menacée par un développement inhumain et irraisonné qui génère des déchets que nous ne préféront pas voir, qui écrase le dissident, celui qui a un projet de vie, celui qui refuse une vie de con, qui se dit qu'il n'est pas sur Terre pour souffrir! Et l'inertie du système fait dire aux gens (ces satanés "gens") que ce n'est pas leur faute, que nous sommes obligés! Ceci n'est pas un film de SF, c'est la réalité! Le Bien-Etre contraint, je ne sais pas pour vous, mais moi, je ne connais pas!

Les paumés se cament pour se calmer, se calment pour canner. Ils descendent parfois de leur nuage et marchent dans la rue en tournant la tête de droite à gauche, de gauche à droite, qu’importe le côté, du moment que leurs têtes tournent. Autour d'eux, des zombis aux yeux bandés trimballent à leur cheville des cercueils pour se reposer, ils courent, mais ne parviennent pas à les distancer: les cercueils sont toujours là, dans l’ombre… alors certains boivent au lieu de tenir les murs et d’autres oublient en travaillant pour de petits roquets qui les lacèrent de coups de fouet. Le temps passe, passe, passe-passe et les zombis font des mômes qu’ils mettent dès leur naissance devant un poste de télévision où la société leur fait miroiter l’élévation, le nirvana, le pied, là-haut, loin... ON (le terrible "On") leur fait voir des colonies d'enfants aux yeux cousus venu d'ailleurs et n'allant nulle part. Sur les épaules de ces chérubins marchant au rythme des battements de tambour, des fusils à bouchon. Les enfants zombis applaudissent devant leur poste lorsque ces petits pantins tombent au combat, explosent en bulles de savon et redeviennent poussière avant de renaître pantins... AMEN et que Dieu préserve notre modèle économique!

Et puis un jour, les zombis prennent conscience d'eux-mêmes! Le constat est là: ils sont bel et bien drogués (de téléphone ou de télévision, de jeux vidéo ou de consommation). Ils s'en prennent à ces coqs médiatiques qui se déchirent dans une lutte à mort pour le pouvoir, mais oublient de parler des requins aux sourires d’anges qui leur demandent gentiment s’ils peuvent les bouffer, de ces vieux crabes qui prétendent que si l’eau est polluée, c’est que le peuple y trempe les pieds. Les zombis aux yeux bandés jugent et se gargarisent de grands mots qui n’existent pas, mais subissent les pressions des requins qui leur proposent des "hypopothèques", des coqs qui hurlent au danger ou des roquets qui menacent de les affamer.

Pris en étau entre le boeuf et l'âne, ils ne voient pas la fleur qui pousse au milieu du lisier et qui ne demande qu'à grandir. Oui, j'aimerais être une fleur ou à défaut d'être une fleur, un mouton qui mange des fleurs à épines comme dans le Petit Prince de St Exupéry! Nous vivons en Absurdie, mais un autre monde est possible... encore faut-il le vouloir!

Film satirique (Surplus : Terrorized Into Being Consumers, de Erik Gandini et Johan Söderberg, sorti en 2003) à voir absolument: ici
illustration: Olivox. Merci à lui. Voir site ici
Repost 0
4 juillet 2007 3 04 /07 /juillet /2007 11:09
les-banques.gifAprès avoir consolidée leur place en France, les banques vont asseoir leur autorité dans le reste du monde. Alors que les autres secteurs économiques peinent à atteindre les 2% de croissance/an, on constate chaque année que les banques et assurances atteignent des sommets de 10%!  Même si je n'accorde que peu de crédit à la croissance, cela veut dire que les opérations bancaires se multiplient et que les banques font du bénéfice sur de l'argent qui ne leur appartient pas!

Que le secteur bancaire soit en forme passe encore, mais je ne peux m'empêcher d'être révolté par le manque d'éthique des banques. Voila en effet, des établissements qui ne prennent aucun risque, qui ne prêtent de l'argent qu'aux riches ou à ceux dont les parents peuvent se porter caution et qui engrangent des bénéfices records! Que l'on rémunère la banque pour l'argent qu'on lui confie, c'est logique! Mais doit-on accepter que ces mêmes banques pérenisent ce système capitaliste injuste?

Car le système bancaire est par définition un créateur de paupérisation. "Ils n'ont pas d'argent? Ils n'ont qu'à en acheter!" Les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres! Seulement, dans notre société informatisée où la technologie prime sur l'être humain, les pauvres ne peuvent plus se passer d'elles! S'ils veulent toucher leur salaire, il leur faut un compte. Ceci les entraine dans une spirale sans fin puisque la banque n'accepte que moyennement les découverts! A quand le système britannique de revolving pour toute ouverture de compte?

Soyons honnêtes! Il est normal de responsabiliser ceux qui dépensent trop, mais est-il normal que les banques soient côtés en bourse? Est-il normal que celui qui possède de l'argent touche des intérêts quand celui qui n'en a pas doit payer des agios? Que l'un soit récompensé d'accord, mais jusqu'à quel point? Pour ma part, je serais prêt à toucher moins d'intérêts en fin d'année afin que d'autres payent moins d'agios! C'est en partie de ce que je fais en réinvestissant une part de ce bénéfice dans des associations locales (cela dit, je pourrais faire mieux... peut-être que je deviens moi aussi un requin?).

Je pense donc qu'à défaut d'être publiques, les banques ne devraient pas générer de bénéfices. Elles devraient tout réinvestir dans des micro-projets, des projets destinés à ceux qui d'habitude sont insolvables.
Repost 0