Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 12:10
plantu.gifUn petit rappel des idéologies économiques qui s'affrontent n'est pas inintéressant. Très schématiquement, on a d'un côté, les néoclassiques héritiers d'Adam Smith et Ricardo, partisans d'un marché libre et non contrôlé (la main invisible régule le marché); de l'autre, ceux qui pensent que l'Etat peut intervenir dans l'économie pour corriger les déséquilibres du marché par l'allocation, la redistribution, la régulation (Etat Providence). Ces derniers se sont identifiés à J.M. Keynes qui, loin d'être un anti-capitaliste, a bati sa thèse sur un modèle productiviste. Pour avoir une forte demande et donc une consommation de masse, il faut que les salariés aient un bon salaire! C'est donc le rôle des entreprises (comme Ford), mais surtout de l'Etat, de faire en sorte que le salarié puisse acheter afin que l'économie croisse! L'association entre économie et politique n'est donc pas récente! 

Ces deux théories s'accordent pour dire que c'est la demande qui créée l'offre. A ceci près que l'une part du principe qu'il faut "travailler plus pour gagner plus" et que l'autre pense que l'Etat peut lancer le processus et récupérer sa mise par la suite... Le deuxième courant, pourtant, a perdu toute crédibilité depuis 1981 où l'on s'est rendu compte que la relance économique à l'échelle d'un Etat se révélait infructueuse du fait de la mondialisation (les français avaient, à l'époque, consommé des produits étrangers)! Mais aujourd'hui, il existe un marché plus captif que l'on oublie trop souvent: l'Union Européenne! Une relance à l'échelle européenne ne serait-elle pas envisageable puisque les trois quart de nos échanges sont intra-communautaires? Développons des projets maritimes ou environnementaux puisqu'ils sont d'intérêt général... et rendons ses lettres de noblesses au multiplicateur keynésien! 

Toutefois, il est intéressant de noter que dans un monde médiatique, le rapport entre l'offre et la demande évolue. Le dogme économique mondial veut que ce soit la demande qui créée l'offre! Or, selon moi, la télévision et les médias en général impose de plus en plus un mode de vie aux citoyens. Du coup, lorsque les publicités nous annoncent que le "top du top, c'est la nouveauté", tout le monde se rue dessus! On constate donc que, dans ce cas précis, c'est l'offre qui créée la demande! Aujourd'hui, en France en tout cas, la consommation ne se fait plus selon les besoins, mais selon les envies. L'Economie nous présente sur un plateau des marchandises que nous achetons! Dans une logique plus rationnelle, nous devrions proposer les choses dont nous avons besoin aux entreprises qui s'emploieraient à le produire! 

Il est normal de se faire plaisir, mais le plaisir doit-il prendre le pas sur nos besoins? La société épicurienne est-elle durable (continuez la discussion ici)?

L'illustration est de Plantu.
Dans la même veine, vous pouvez lire cet article!
Repost 0
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 15:40
schema-DD.jpgLa sémantique politique semble avoir assimilé le terme de développement durable sans le comprendre! Il n'est pas un magazine, pas un journal, pas une publicité qui ne vante le développement durable! Seul hic, le développement durable, ce n'est pas l'écologie! Chaque pilier est un prisme par lequel on peut opérer, mais les médias ont fait du développement durable une action purement environnementale! A tel point que certains illustres théoriciens régionaux (Pour ne pas le citer: Jean-Claude Pierre dit "le prophète"!) ont choisi d'accoler à ce terme le mot "solidaire"! 

Développement Durable et Solidaire
: comme si le concept n'était pas déjà assez flou! Pour ma part, je critique ce concept qui, à mon sens fait d'un des piliers une priorité alors qu'elle n'est qu'un moyen d'arriver à nos fins! Dans la théorie, le social, l'environnement et l'économie ont une place équivalente et aucun des ces piliers ne prime sur un autre! Or, j'ai été éduqué selon l'idée que l'économie est au service de l'Homme et non l'inverse (voir ici). Cette idée que tout se tient, que la Vie est un Tout, n'est pas pour me déplaire; l'idée que le système de l'échange soit le seul viable me parle aussi. Toutefois, je note que le développement durable est théorisé par des écologistes et "appliqué" par des industriels! Pensez-vous que les usines polluent moins en peignant la tôle en vert? Le lobby routier a-t-il perdu de son influence depuis que la conscience de masse s'est éveillée? Je crois bien, qu'au contraire, il a gagné des parts de marché en vendant des "voitures propres"!!! Voila pourquoi je me méfie du développement durable. 

C'est au Politique de décider et non à l'économie! Or, le Politique, c'est l'Homme, c'est le volet social. L'environnement, c'est (comme son nom l'indique) le milieu dans lequel vit le social et dont il est dépendant. Il faut donc préserver notre milieu en décidant d'une économie durable... qui n'existe pas encore! En résumé, je dirais que ce concept manque de profondeur! Il n'est pas assez multiscalaire...
Repost 0
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 15:30
autogestion-4.jpgL'objectif de cet article est de parvenir à faire des distinctions entre des termes qui, à première vue, sont utilisés comme des quasi synonymes, mais qui n'en sont pas! Ce problème sémantique, loin d'être anodin, trouble le paysage politique français! C'est cette confusion qui, selon moi, empêche le PS de se moderniser. C'est aussi cette erreur qui, toujours selon moi, fait prendre du retard à la France en matière de régionalisation! 

Je m'explique: la France, depuis François 1er (et même avant!), a tenté coûte que coûte d'unifier SON territoire autour d'un pouvoir central. Paris ou Versailles, la ville n'a aucune importance, mais ce qu'il faut noter c'est que c'est l'Unité qui a été privilégiée et non la Fédération comme ce fut le cas pour ce qui ne s'appelait pas encore l'Allemagne! Politiquement, je pense que Bayrou a compris cette distinction contrairement au PS et c'est la raison pour laquelle il a fédéré les groupes "Spartacus" et "Gracques" à son combat présidentiel! De son côté, François Hollande a tenté de "tenir" la famille, mais pour cela, il a lissé un discours et l'a dénué de son contenu. Car les contenus ne sont pas les mêmes en fonction des courants. Le but peut-être identique sans que le moyen le soit! 

Le Rassemblement (différent selon les évênements) rendrait plus lisible les projets de ce parti géant! Le PS est malade de son héritage jacobin! La présidentielle a clairement montré qu'en écartant un projet, on écartait du même coup les électeurs qui vont avec: Bayrou n'a pu monter que faute de DSK! Quand j'entends donc le PS dire qu'il veut monopoliser tout le terrain, de l'extrême gauche jusqu'au centre, je me pose des questions! Il faut, au contraire, faire exploser le parti comme le suggérait Rocard à la suite du "non" au référendum sur le traité de constitution européen! De cette manière, les courants s'allieraient en fonction des enjeux? 

Cela nécessite plus de stratégie (un aperçu ici), mais n'est-ce pas les idées qu'il faut voir gagner? Les dirigeants du PS actuel jouent les enfants gâtés et en oublie l'intérêt général... Il n'y a ni bon, ni méchant, il n'y a que des Hommes qui exposent leurs arguments! Or, le "j'ai raison et les autres ont tort" n'est pas une technique payante en rhétorique!


Illustration extraite d'un album du Génie des Alpages de F'Murr.

Repost 0
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 09:30
guerres-de-religion.gif"La religion, c'est la guerre" scandent les anti-religieux! Pour ma part, je ne crois absolument pas aux guerres de religions qui ne sont, selon moi, que des prétextes! Il faut bien avoir à l'esprit que la religion peut être appréhendée individuellement, mais aussi collectivement et, dans ce dernier cas, la religion devient plus ou moins un pouvoir politique. D'où l'impérieuse nécessité, de mon point de vue, de ne pas mélanger les affaires de l'Etat et les affaires de Dieu! 

Je suis donc laïc ce qui ne m'empêche pas de respecter les religions! Dieu n'est qu'un bouc émissaire! Le lien qui existe entre Homme et Dieu est personnel et personne ne peut nous imposer un quelconque raisonnement! Il n'y a pas de Vérité Absolue. Les tables de la loi pour la Bible, ou la Charria pour le Coran ne sont ni plus ni moins que des Constitutions d'un autre temps, des modes d'emploi pour vivre en société. La situation ayant évolué, la société mondialisée doit trouver d'autres moyens de vivre ensemble! Pour vivre avec soi-même, c'est une autre histoire... 

Pour en revenir à notre sujet, je pense donc que les guerres de religion n'existent pas! Selon moi, aucune soi-disant guerre de religion dans le monde n'a pas confronté des riches et des pauvres. Israel-Palestine, Irlande du Sud-Irlande du Nord... les exemples sont infinis et ce, à toutes les époques! Chaque guerre avait un enjeu politique ou économique (voir ici)! Même les guerres intestines entre courants résultent, bien souvent, du fait qu'une catégorie soit favorisée! L'exemple du Jihad actuel est flagrant! Le monde musulman s'unit contre les infidèles, mais qui sont ceux qui explosent? Jamais les têtes de réseaux ne se sacrifient, preuve qu'ils ne croient absolument pas aux vierges, ni à tout le baratin qu'ils racontent. Ils manipulent les exclus du système monde! J'irai même jusqu'à dire que plus un pays est riche, moins la population accorde une importance à Dieu! Le Portugal et l'Irlande ont tendance à devenir moins "à fleur de peau" sur les questions religieuses depuis leur "ascension" économique. Ceci n'est évidemment pas le cas quand le pouvoir est aux mains de religieux! Mais combien de ces chefs croient réellement au pouvoir divin? Combien craignent le châtiment du "Tout Puissant"? 

C'est la misère qui est le terreau du terrorisme et la meilleur arme contre ce fléau est l'aide au développement! Le dialogue par les livres et non par les armes est un début de réponse! Mais avant de savoir lire, il faut manger et boire, chose que nous oublions, nous qui sommes nés du "bon" côté! Tant que les humains ne vivront pas dignement, la violence règnera sur le monde... D'un autre côté, comment ne pas condamner l'opulence occidentale, exhibée de façon "décomplexée" et irrespectueuse? Quand vous croisez un clochard, vous ne vous arrêtez pas pour manger devant lui en le regardant droit dans les yeux, si? Et bien, grace à la médiatisation, c'est à peu près ce que nous faisons!
Repost 0
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 14:26
cache-450x313-risque-identitaire-450x313.jpgPour mon centième article, je voulais traiter d'un sujet qui me tiens à coeur: la Bretagne! Vous l'avez peut-être remarqué, je suis régionaliste ce qui veut dire que je milite pour une autonomie des régions à l'instar des autres démocraties européennes!

Tous les Bretons ont entendu, au moins une fois dans leur vie, les histoires de leurs grand-parents à qui l'on empêchait de parler leur langue maternelle, que l'on montrait du doigt à l'école de la République et que l'on forçait à dénoncer leur petit camarade qui parlait breton. Fort heureusement, ce genre de pratiques n'existent plus! Pourtant, la volonté politique d'affaiblir le régionalisme existe toujours. Je ne développerai pas ici mes théories sur ce que j'appelle le "génocide culturel" (bien plus pervers que l'extermination linguistique ouverte) puisque j'entends d'ici les détracteurs me lancer des pierres en me traitant de paranoïaque! Sachez simplement que ce n'est pas parce qu'on tolère l'apprentissage du breton que l'on est forcément humaniste!

Bref, ce que je souhaitais dénoncer ici, ce sont les manoeuvres politiques visant à décrédibiliser le discours des régionalistes: on peut d'abord parler des confusions sémantiques entretenues par le pouvoir (cf. ici),
mais on peut également dénoncer l'étiquette que nous impose ce même pouvoir. Pourquoi nous fait-on passer pour des communautaristes lorsque nous revendiquons haut et fort notre ouverture sur le monde et sur les autres?

Mais le pompon revient aux partisans d'une nouvelle approche territoriale basée sur des grands ensembles. Comme vous pouvez le constater sur cet extrait de manuel scolaire, il est écrit que les tâches rouges sont des régions où "il y a un risque identitaire". A côté trône le projet mené par l'Etat d'"hyperrégions" (ça a un côté centre commercial, non?) qui n'ont aucune cohérence et qui étoufferaient justement les identités existantes. N'est-ce pas une preuve suffisante de l'hypocrisie de l'exception culturelle française?

Suis-je un Oueston? Je trouve déjà suffisamment ridicule la région "Pays de la Loire" qui dénie la Bretagne, l'Anjou ou la Vendée pour accepter d'être traité comme un numéro de téléphone! Suis-je un "02" pour Paris? Quelle est donc cette société technocratique que défend M. Fillon, l'ancien président des Pays de la Loire?

Ne confondons pas identité et xénophobie par pitié! L'identité peut être ouverte ou fermée, mais le repli n'est pas régional... il est bel et bien français!
Repost 0
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 10:30
Fillon.jpgLe référendum sur le quinquennat proposé par Jacques Chirac en 2000 a laissé les français complètement indifférents: environ 70% d'abstentions et donc un "OUI" à 73% dont la légitimité pourrait être discutable! J'étais trop jeune à l'époque pour comprendre les enjeux d'un tel vote, mais je crois qu'aujourd'hui, je m'opposerai à ce quinquennat car il n'était pas accompagné de réformes institutionnelles profondes. En réalité, je trouve plutôt intelligent d'avoir réduit la durée du mandat (encore qu'il aurait pu être limité à UN mandat de sept ans!), mais ce que je trouve plus pervers, c'est que cette réforme anodine a modifié en profondeur le déroulement de la vie politique française sans que l'on s'en rende vraiment compte! Aujourd'hui, les présidentielles sont un tramplin aux législatives consécutivement à l'inversion du calendrier décidé par... Jospin! La peur de la cohabitation pousse les français à se mobiliser massivement pour le candidat élu. Du coup, le régime est de plus en plus présidentiel! On le constate d'autant plus avec Sarkozy qui est présent sur tous les fronts... Cette apparente vitalité du Président ne doit pas cacher que, jusqu'à preuve du contraire, ce sont les députés qui votent et non le président. Or, avec une majorité UMP écrasante à l'Assemblée, nul doute que la décision du "Chateau" (Elysée) sera appliquée à l'Assemblée! Le quinquennat a inféodé les députés au chef de l'Etat et cela ne va pas, selon moi, dans le sens de la séparation des pouvoirs...
Repost 0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 09:30
L'eau est une ressource précieuse. D'aucuns parlent déjà de futures guerres dont les enjeux seraient le contrôle des points d'eau. A ce sujet, je vous conseille d'ailleurs vivement le livre de Jean-Marc Ligny (SF) AquaTM !

Même si, par moment, le réchauffement climatique est difficile à imaginer, on sait déjà, grâce à des indices minimes mais révélateurs (insectes et plantes), que la température augmente et que la sécheresse gagne du terrain. De même que le Sahara progresse, il pleut moins en Bretagne et, en tout cas, les saisons se dérèglent de plus en plus vite! Pourtant, les beaux jours arrivant, je verrai tout de même mes concitoyens laver leurs voitures au jet et arroser leur pelouse en râlant sur les arrêtés préfectoraux qui limitent la consommation... mais enfin, qu'attendent les pouvoirs publics pour engager des politiques de récupération d'eau, de réduction des gaspillages?

Je vis à Lorient où, dès les années 1980, une politique de réduction des gaspillages d'eau a permis de faire de gros progrès dans la gestion de cette ressource, mais est-ce suffisant? Lorsque je vois ces rigoles de pluie parvenir aux égoûts et que je constate que mes toilettes sont alimentés par de l'eau potable, cela me fait bondir! Lorsque je vois ces arroseurs automatiques conserver la fraicheur de fleurs qui ne servent qu'à décorer la ville, ça m'exaspère! Lorsqu'enfin, je constate que l'eau est monopolisée par l'agriculture qui, non seulement ne pratique pas le goutte à goutte, mais qui arrose en pleine journée (alors qu'il faudrait arroser en soirée pour moins perdre), j'explose! Tout ça pour des plants de maïs qui ne sont pas des plantes adaptées à notre climat car elles consomment beaucoup trop d'eau! Sans parler de la consommation du bon million de touristes en Bretagne Sud qui épuise la ressource chaque année...

Devra-t-on attendre que l'eau ne parvienne plus à nos robinets pour nous inquiéter? Ne pourrait-on pas, au moins pour faire baisser les prix des installations, investir dans les batiments publics des procédés de récupération (pour les toilettes, les douches ou l'arrosage)? Ne serait-il pas temps de travailler avec les agriculteurs? Faire attention à la ressource est non seulement vital, mais c'est aussi un bon moyen de faire des économies...

Un projet innovant ici.
Repost 0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 09:15
dette-italienne.pngEn 2006, la dette des ménages français s'est à nouveau creusée (+11%)! Parallèlement, selon le journal Le Monde du 22 mai 2007, la dette des administrations publiques réduit. Ce qui me laisse croire, et cela fait longtemps que je soutiens cette thèse, que l'Etat se désendette sur le dos des ménages! L'Etat ferait donc en sorte que la dette se transmette de ses caisses à vos comptes? Certes, tout le monde souhaite voir l'Etat plus efficace, moins lourd, "assaini", mais depuis des années, nos dirigeants ne font que "couper le robinet" sans changer en profondeur le fonctionnement. Il semblerait que l'on refuse de voir la réalité en face et, comme d'habitude, c'est le contribuable qui trinque alors que les marges de manoeuvre sont énormes! L'Etat souhaite faire des économies et la solution Sarkozy (étendard du libéralisme), c'est de mettre des franchises pour les soins, de réduire les aides publiques, de "dégraisser le mammouth"... Pour ma part, je vois quelques solutions (au hasard) qui, en peu de temps, peuvent renflouer les caisses de l'Etat: augmenter la durée de cotisation des militaires français, supprimer le département et amorcer un travail de redécoupage territorial cohérent, mettre en place l'impôt à la source... Mais ces mesures ne vont pas sans un changement de mentalité! C'est l'Etat tout entier qui doit se remettre en question: pourquoi serait-il le seul garant de l'intérêt général? Peut-être cela vous plait-il de voir les finances de l'Etat s'améliorer pendant que vos conditions de vie se dégradent? Peut-être cela vous plait-il de critiquer l'Europe et son pacte de stabilité alors que la France ne fait aucun effort pour réduire son train de vie (peu de ministres certes, mais les députés se sont octroyés une rallonge de leurs droits après mandat)? Peut-être cela vous plait-il de "travailler plus" pour servir votre "patrie"? Il ne faut pas être dupe de la soi-disante baisse des impôts sur le revenu! Faites un comparatif de cette baisse et de l'augmentation de niveau de vie et vous constaterez que si vous payez moins d'impôt, c'est parce que l'Etat est progressivement démantelé! Donc, en réalité, vous payez plus! Il faut voir le système économique comme un tout et non pas sectoriellement! Peut-être voudriez-vous également une école privée à 10000 € l'année? Peut-être voudriez-vous payer les routes que vous emprunter? L'Etat ne "pompe" pas votre argent, il vous fait investir dans le bien public, celui que vous utilisez tous les jours! Demain, si l'Etat se renferme sur ses fonctions régaliennes, les plus défavorisés (et ils sont de plus en plus nombreux) n'auront plus accès au minimum! Pourtant, l'imposition pourrait être réduite rien qu'en évitant les gaspillages! Croire en l'Etat, ce n'est pas donner une chance aux ministres que VOUS élisez, mais à vos enfants! Car l'Etat, c'est vous, c'est l'avenir...

Illustration de Colcanopa. Voir site ici.
Repost 0
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 13:01
un-amour-de-police.jpgLe fait que les rapports entre la police et la société se dégradent est un secret de polichinelle! Les médias en sont en partie responsables, mais il ne faut pas non plus leur imputer toute la faute. Les blocages sont ailleurs... La société spectacle, médiatique, avide de sensation n'y est sans doute pas pour rien! Le calme fait peur également! Comment filmer la paix? Du coup, les "jeunes" "niquent la police" et la police, bien souvent, méprise ces jeunes. Mais n'oublions pas que la police n'a pas tous les droits! La police, c'est un bras et c'est le cerveau qui bouge le bras. La police, c'est l'exécutant et le politique le donneur d'ordre. On le voit nettement lors d'assauts de CRS! Ils ne risposent jamais aux provocations jusqu'à ce que l'ordre soit donné. Puis, c'est le "haka"! Coup de matraque dans les boucliers, avance lente puis rapide et assaut! C'est donc de nouveaux rapports entre la police et la société qu'il faut trouver. Imaginer de nouvelles résolutions de conflits par le dialogue! Quand j'entends M. Sarkozy dire que le policier ne doit pas jouer au football avec les jeunes, ça me met hors de moi! Quel est le rôle premier de la police? Maintenir l'ordre! Si la police maintient l'ordre en jouant au football avec des jeunes, pourquoi pas? Vous me direz (et vous aurez raison), autant payer des animateurs pour le faire! Toutes les solutions sont meilleures que l'usage de la force. L'autorité, ce n'est pas des coups, c'est du respect! C'est avant tout dans la tête! L'autorité se "mérite" pour reprendre les termes de notre président! Pourquoi ne pas associer les polices de quartiers aux animateurs justement? Un travail avec la société civile permettrait de changer les clichés dont tout le monde souffre! Donc, policiers, améliorez le dialogue avec la société me paraît le meilleur moyen d'être respectés! Quitte à désobéïr aux ordres "violents"...
Repost 0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 18:17
meurtre-caricature.gifPresse, caricatures, expression... on sent bien que certains sujets sont sensibles! Ne pas trop parler de Dieu, ne pas trop parler des juifs, ne pas trop parler de la Russie (Quand je pense qu'Elsine est mort sans tapage!), ne pas trop parler du nucléaire... la liste est longue! Aujourd'hui, même poser des questions est dangereux! Je pense que les médias n'informent plus, mais qu'ils "montrent" des choses sans expliquer! La complexité n'est pas compatible avec l'audience! Alors y-a-t-il une limite à la liberté de la presse? Ma réponse est oui! Ou plutôt, il existe une éthique que certaines presses n'hésitent plus à franchir! Le mensonge par omission est de plus en plus courant. Selon moi, le débat d'idées doit se faire par les arguments et pas par le lobby! La presse doit informer le mieux possible avec TOUS les faits ce qui est rarement le cas! Les problèmes ne sont jamais simples et ce n'est pas en les résumant qu'ils pourront être résolus. La presse peut donc poser des questions, mais elle doit le faire respectueusement et impartialement comme le ferait un tribunal! Concernant la récente affaire des caricaturistes, j'approuve la décision de justice rendue! La plupart des caricatures n'avaient rien de choquant. Toutefois, il est vrai que la représentation de Mohamet avec une bombe sur son turban pouvait laisser le monde musulman pantois! De même qu'un Etat n'a, selon moi, pas le droit de tuer un homme, je pense qu'il ne doit pas non plus le censurer! Par contre, les journalistes/caricaturistes doivent pouvoir assumer leurs travaaux et les argumenter sans se cacher derrière un "liberté de la presse"! Une caricature veut dire quelque chose! De même qu'un article ne se fait pas à la légère! Ne pas céder aux pressions oui, mais faire pression non: ce n'est pas le rôle (direct) de la presse! C'est celui de l'opinion... qui doit être bien informée! Le caricaturiste avait donc le "droit" de dessiner Mahomet et son turban (ça, c'est indiscutable), mais je n'ai entendu aucune explication...

Dessin de D. Goubelle.
Repost 0