Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 22:50
fete-Europe.gifLe 9 mai 1950, le ministre français des Affaires étrangères, Robert Schuman, annonce, dans une déclaration devenue célèbre, la création de la Communauté européenne du Charbon et de l'Acier. Pourtant, encore une fois, que dalle! Pas la moindre bribe sur l'Europe aujourd'hui. Le 9 mai est pourtant considéré comme le jour de l'Europe. Bon, j'y pense tous les ans pour la simple et bonne raison que c'est aussi mon anniversaire, mais je trouve lamentable qu'à l'heure où tout le monde se déclare européen, les quotidiens ne parlent même pas de cette fabuleuse construction politique. Quoi? Un "Non" au référendum et l'Europe est à terre? Je croyais avoir compris que ce n'était pas un "Non" à l'Europe, mais à l'ultralibéralisme? Dois-je comprendre que c'est le clan des nationalistes qui l'a emporté? Alors parlons-en de l'Europe! Pas comme nos deux candidats qui ont tout fait pour éviter le sujet! A noter que nos voisins allemands balançaient tout de même pour Ségolène Royal jugée plus européenne que notre "bientôt" Président. Ça promet... Deux phrases de la déclaration du 9 mai 1950 pour donner le ton de ce qu'est l'Europe. La première pour rappeler qu'une construction politique n'est pas évidente: "L'Europe ne se fera pas d'un coup, ni dans une construction d'ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d'abord une solidarité de fait". La seconde pour montrer qu'au delà de l'économie, il y avait un projet humain: "Cette production sera offerte à l'ensemble du monde sans distinction ni exclusion, pour contribuer au relèvement du niveau de vie et au développement des oeuvres de paix". L'Europe sera avant tout ce que nous en ferons... et ne pas en parler laisse le champ libre à ceux qui y trouvent un avantage: les multinationales! Alors, on s'y remet?

Un rappel du fonctionnement des institutions ici

 

Repost 0
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 12:34
Mes chers compatriotes. Vous avez choisi d'élir comme nouveau président de la République Française... Nicolas Sarkozy! En votant pour lui, vous avez donné sa revanche à Balladur! Et donné une belle claque à Ségolène Royal qui, avec ses 47%, est politiquement "cuite"! Toutefois, cette victoire n'a d'"Historique" que la nouveauté car le courant gaulliste commençait à avoir du plomb dans l'aile. Le point positif, c'est que le PS va se réformer, que son premier secrétaire ne se fatiguera plus à concilier des courants irréconciliables (girondins contre jacobins, proeuropéen contre nationaliste, communistes contre sociodémocrates...). Le PS ressemblera sans chercher à unir! Mais inutile de sombrer dans ce sentiment premier qu'est la peur comme le fait notre brave Coyote (Warner Bros marque déposée!), restons simplement vigilants. M. Sarkozy n'est pas un "dictateur" comme j'entends souvent! Cependant, les droits qu'il concède au peuple sont souvent soumis aux exigences économiques! La grève, par exemple, est une entrave au bon fonctionnement de l'économie et il faudra être particulièrement attentif aux solutions que notre nouveau Président trouvera pour les résoudre (dialogue social OU menaces sur l'emploi?). Nous, démocrates, défendons la séparation des pouvoirs, la séparation de l'Economie et de l'Etat, la diversité intellectuelle... L'élection présidentielle n'est pas la fin d'une ère! Un président doit avoir une majorité parlementaire pour exercer son pouvoir. Veillons donc à élir des députés honnêtes, respectueux des hommes et des territoires. Car M. Sarkozy n'a aucune notion du mot "territoire". Pour lui, Territoire est un synonyme d'Espace (voir mon article Espace contre Territoire dans la catégorie aménagement). Sa vision doctrinale lui fait concevoir l'aménagement comme s'il jouait à Sim City, c'est-à-dire, sans se soucier des hommes et femmes qui y vivent. Les statistiques ont de beaux jours devant eux... D'ailleurs, parlons-en des statistiques: à force de jouer avec les chiffres, plus personne n'"explique"! La pédagogie est morte parallèlement à la médiatisation de la politique! La victoire de Nicolas Sarkozy était d'autant plus prévisible qu'il a su expliquer ses choix clairement quand son adversaire s'embrouillait dans le mélo! Je n'étais pas d'accord avec sa doctrine, mais son cheminement de pensée a convaincu... La bataille des arguments (pour le peu qu'il y en a eu) décerne la palme de la clarté à Sarkozy! Assumons cette défaite et sachons rebondir. Tirons des leçons de nos erreurs! Comprenons qu'il est nécessaire de toujours expliquer les enjeux (retraites, nucléaire, chômage...), c'est-à-dire où tel ou tel choix nous porte... Nicolas Sarkozy a sans doute été élu avec des voix de personnes âgées, toujours est-il qu'il a été élu et qu'il devra agir dans l'intérêt général, pas pour le bien-être d'une catégorie sociale au détriment d'une autre. D'autant que l'avenir des "vieux" dépend des "jeunes" et que les "jeunes" doivent apprendre des "vieux". Mes chers compatriotes, vive l'Europe, vives les Territoires, vive la Démocratie!
Repost 0
4 mai 2007 5 04 /05 /mai /2007 14:46
Je suis sorti du meeting de Ségolène Royal ce matin à Lorient avec une impression bizarre. En entendant scander le nom de la candidate, je me suis rendu compte qu'il existe en France un culte de la personnalité. Le ou la candidate est vénéré! C'est d'autant plus risible que lorsqu'il sera chef d'Etat, tout le monde le ou la critiquera (attendez 1 an et vous verrez...). Ce nouveau/nouvelle président(e) aura une charge importante sur les épaules puisqu'il ou elle est attendu(e) comme le Messie! De même que cet épouvantail de VIe République: au fond, à part la symbolique, que veut changer Ségolène Royal qui ne puisse se faire en réformant la Ve? Cette campagne, décidément, passionne! Mais elle passionne comme on est passionné par la Star Academy ou une course de chevaux. L'excitation de la compétition... sans réelle prise de conscience des enjeux! La Vérité est ailleurs dit-on! La campagne en est une illustration flagrante: on parle de chiffres qui ne veulent rien dire, de sujets sans les expliquer, de choses que l'on ne connait pas! Tout ça, c'est du vent, c'est du jeu, c'est de l'excitation... on applaudit, on soutient son poulain et on parle avec passion de sujets qu'il faudrait aborder avec raison, avec du sang froid! Les électeurs ne s'inquiètent pas de la pauvreté du fond! Le débat télévisuel a été d'une extrême pauvreté en ce qui concerne les responsabilités du chef de l'Etat (armée, diplomatie, Europe, affaires internationales ou institutions...). Comme l'a dit Le Pen (et je partage cet avis), nous avons assisté à un débat de deux prétendants au statut de chef du gouvernement! On me dira que la démocratie s'en sort... certes, 85% de participation, c'est bien, mais n'est-ce pas la résultante d'une "finale" entre deux personnages médiatiques? Sur ce, bon vote dimanche... et au fait, vu l'avance de Nicolas Sarkozy, qui vote blanc vote pour lui!

(L'illustration est un strip de Xavier Dollo et Eric Sacla. Si vous aimez, allez faire un tour sur le site: ici)
Repost 0
4 mai 2007 5 04 /05 /mai /2007 11:00
Le conflit Israëlo-Palestinien fait fugure de conflits mythologique tant il dure... Encore une fois, je ne crois qu'à moitié aux arguments religieux! On ne me fera pas croire que le conflit qui opposent arabes et juifs en Israel est uniquement Biblique... qui est arrivé le premier? Cette question historique ne doit pas orienter la politique dont le but est de faire vivre ensemble! On ne peut pas revenir sur l'Histoire. Politiquement pourtant, et j'insiste sur le politiquement, l'Etat hébreux "joue" de la Shoah pour transgresser les accords de 1947 sur le partage de la Palestine. La communauté internationale se sent fautive du génocide juif de la seconde guerre mondiale et passe sous silence un mur qui serait vivement critiqué en Europe (Souvenez-vous Berlin!), des incursions armées récurentes, le refus de signer le traité de non-prolifération nucléaire... Il est temps qu'Israel propose la création d'un Etat Palestinien et non plus simplement d'une autorité! Puisque la communauté internationale ne reconnait que les Etats, la branche politique dure (Le Likoud est assimilable à un parti d'extrême droite) continue de vouloir coloniser les terres dites "saintes" de Palestine. Mais ne sont-elles pas saintes pour les trois principales religions monothéistes? Cette terre de paix est toujours aussi instable! Le mot clef pour résoudre ce conflit serait "partage" (des terres, du travail, de l'Histoire, de la richesse). Sans partage, c'est la guerre assurée entre des pauvres et des riches. La politique de l'autruche n'a jamais rien réglé! L'inverse est aussi vrai et les récentes déclarations d'Ahmadinejad (Iran) confortent les dirigeants israeliens sur leur position. Mais que l'on m'explique comment un mur va faire baisser le terrorisme? Que l'on m'explique comment un service militaire obligatoire va créer la paix? Que l'on m'explique comment une politique sécuritaire n'entraîne pas une course à la violence et à la paranoïa? Enfin que l'on m'explique comment une guerre culturelle à Jérusalem va apaiser les tensions? Et que l'on ne traite pas cet article d'antisémitisme (terme qui, en plus, est impropre puisqu'il ne concerne ni tous les juifs ni que les juifs!) car je critique la politique, pas le peuple! Je salue donc toutes les initiatives de paix, même minuscules, qui émanent d'israeliens ou de palestiniens et j'espère que leurs "gouvernements" respectifs prendront exemple sur eux. Pour s'en faire un ami, mieux vaut inviter son voisin à manger que lui crier dessus parce qu'il nous dérange...
Repost 0
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 11:45
Force est de reconnaître que Ségolène Royal s'en est bien tirée! On peut même dire qu'elle a dominé le débat sur la majorité du temps qui leur était imparti! Je doute que cela suffise puisque la plupart des téléspectateurs ne font que se renforcer dans leur conviction après de tels débats. Le basculement est peu probable et le ralliement n'est pas si important que cela. On constate que Nicolas Sarkozy connaît très approximativement ces dossiers, mais il a tout de même une meilleur rhétorique que sa concurrente! En peu de mots, il touche juste alors que Ségolène Royal s'enflamme pour une idée qu'il serait simple d'expliquer en quelques mots! Elle a choisi d'attaquer d'emblée quand NS est resté plutôt calme. Il lui a d'ailleurs fait remarquer qu'il était inutile de "s'énerver".(Je passe sur les remarques cinglantes et sans intérêt pour le débat). Sur le dossier nucléaire, je m'étonne que l'on ne parle jamais du gaspillage d'énergie. Le problème majeur, c'est que nous surproduisons! Nous pourrions économiser une, deux, trois (plus?) centrales nucléaires en chassant le gaspillage, en réduisant nos dépenses énergétiques. L'avenir de l'énergie ne passe pas par le nucléaire, il passe par la meilleure utilisation de toutes les sources d'énergies et par la réduction des gaspillages (donc la rationnalisation). Idem pour le dogme de la croissance! C'est une blague: il n'y a pas besoin de croissance pour créer de l'emploi! Il faut juste penser autrement l'économie locale! De même, le problème des retraites est une farce: tant qu'il n'y a pas de plein emploi, ce problème reste d'actualité! Et il le sera encore en cas de plein emploi! On ne parle d'ailleurs jamais des militaires lorsque l'on évoque les régimes spéciaux: 15 ans de cotisation pour une retraite contre 40! Justice, Justice! Je suis aussi stupéfait que l'on ne parvienne pas à expliquer simplement la différence entre intérêt général et privé. Quand NS dit que les dépenses de santé ne sont pas payées par l'Etat, c'est à couper le souffle! Qui paye le trou de la sécu? Le contribuable. C'est donc de l'argent public qui transite par l'Etat! Enfin, je déplore le fait que l'on pose des questions aux présidents sur ce que fera leur majorité (on anticipe donc les législatives), mais qu'ils répondent évasivement à tout ce qui est de leur compténce: institutions et politique étrangère (le président est le chef des armées). Bref, en matière doctrinale, je me range du côté de SR, mais je doute qu'elle ait expliqué les choses de façon pédagogique! Son coup de colère peut aussi bien lui rapporter que lui porter préjudice! De même que ses incessantes prises de parole lorsque NS tentait "d'en placer une"...

(couverture de Charlie Hebdo).
Repost 0
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 11:27
tps-moderne.jpgToujours plus grand, toujours plus vite, toujours plus loin... à force de chercher la performance, on en oublie les objectifs: le Bien-Être par exemple. L'économie est de plus en plus dé-territorialisée. Des zones d'activités sans aucun contact avec la ville, des ports où les marchandises doivent transiter le plus vite possible (sans passer par des manutentionnaires! Horreur, une rupture de charge!), des supermarchés qui s'émancipent complètement de la ville... tout est fait pour que le citoyen soit de moins intégré à son territoire, mais vive dans un espace uniforme et sans obstacle. Pourquoi se plaint-on du manque de solidarité? Parce qu'il n'y a plus, ou presque, de vie de quartier! Parce que nous sommes incapables de regarder à côté de nous, trop focalisés sur "le lieu où les choses se passent" (comme si nous n'étions pas le centre de NOTRE développement). Ce phénomène de dé-territorialisation résulte sans doute de la volonté qu'à toujours eu l'Homme de dominer la Nature. Pourquoi cet acharnement à ne pas comprendre les rythmes de la Nature? Pourquoi cet acharnement à ne pas vouloir vivre en symbiose avec elle plutôt qu'être dans une constante lutte? La voiture nous affranchit de la distance et du temps, le réfrigérateur et les techniques de conservation des aliments nous affranchissent des saisons... Aujourd'hui, nous voulons des fraises en janvier et des cerises en février, de la mâche en plein mois de juillet! Je pense qu'avec ce système que nous cautionnons, nous nous coupons progressivement de ce qui fait une part de notre Humanité: le territoire! Or, la plupart de nos problèmes résultent de cette dé-territorialisation: le chômage, par exemple, est le fruit de la déshumanisation de l'économie, son affranchissement des contraintes. Passons d'une économie de la grande surface à une économie de proximité, d'une économie jetable à une économie de la réparation et le taux de chômage sera divisé par deux!
Repost 0
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 11:15
D'une manière générale, nous ne parlons jamais de l'Afrique! Pourtant, l'Afrique est une sorte d'indice de santé du monde. Aujourd'hui, ce continent est le premier touché par l'avarice du capitalisme, le réchauffement climatique, la maladie, l'absence de fraternité au sein de l'Humanité. Certains citoyens tentent, à leur échelle, de participer à l'aide humanitaire sur ce continent oublié, mais comment pardonner aux Etats leur manque de solidarité? Comment, dans un monde en pleine croissance économique, pardonner à ceux qui "profitent"? Annuler les dettes au FMI ou à la Banque Mondiale ne sert à rien. Il faut agir en profondeur! Aujourd'hui, seuls les Chinois investissent massivement en Afrique. On se doute que ce n'est pas par humanisme, mais parce qu'il y a matière à faire du profit. Le capitalisme est carnassier, ravageur... il ne laisse pas la possibilité à l'Afrique de se développer sur son propre modèle. Nous, occidentaux, imposons un modèle qui n'est pas compatible avec la situation en Afrique. Selon moi, il est nécessaire par exemple, de développer les villages progressivement, quitte à dépeupler les mégalopoles invivables comme Abidjan, Lagos, Dakar... L'Afrique ne possède pas de villes moyennes! On passe de la case traditionnelle à l'abri de fortune en tôle ondulée! Il faut, plus qu'ailleurs, relocaliser l'économie africaine: revitaliser les villages autour de l'agriculture, le commerce de proximité, le lien social et après, développer internet et la nouvelle technologie! Mais avant ça, il faut oser affronter la réalité et tourner les yeux vers l'Afrique! Nous avons laissé faire au Rwanda et que faisons nous pour le Darfour? L'Histoire devra-t-elle se répéter at vitam eternam? Au lieu de chasser des ombres en Irak ou en Afghanistan, envoyer les troupes internationales empêcher les guerres (afin de discuter) et non les faire! La haine engendre la haine... (cliquez sur l'image pour signer la pétition pour le Darfour)

Je signale également la mise en ligne d'un forum dédié au développement au Sénégal. ICI
Repost 0
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 16:12

smic.png J'entends souvent parler de SMIC européen et je ne comprends pas comment cette idée circule toujours. Je comprends l'idée de garantir un salaire minimum pour l'ensemble des européens, mais sur quelles bases l'effectuer? Doit-on partir du salaire tchèque ou espagnol ou bien français? Cette idée résulte de la croyance que nous sommes tous identiques sur LE territoire européen! Or, la devise européenne n'est-elle pas "unie dans la diversité"? Il y a plusieurs territoires et plusieurs niveaux de vie. La preuve: rares sont les Polonais à se promener sur nos côtes, mais nombreux sont les Allemands dans les Baléares! Garantir un minimum vital à chaque citoyen ne doit pas se faire de façon rigide mais par régions géographiques, en fonction des besoins. Avec le SMIC, il est difficile de se loger à Paris! J'accorde toutefois que des salaires différents posent des problèmes implicites comme la concentration des richesses ou des OPA des régions riches vers les plus pauvres. Le problème du foncier en Bretagne est en partie du à la différence du niveau de vie entre les Bretons et leurs voisins (Parisiens, Britanniques...). Mais cela ne se réglera pas en harmonisant les salaires brutalement. Je persiste donc: l'idée d'un SMIC européen est, selon moi, ridicule!

Illustration de Colcanopa.

Repost 0
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 16:33
De plus en plus, je m'oppose au principe de subventions aux entreprises! Selon moi, une entreprise doit être capable de vivre sans aide et de savoir où elle a intérêt à se positionner (en fonction des savoirs-faire locaux, de l'accessibilité, du capital humain présent sur le territoire en somme). La stratégie de localisation est tronquée par la subvention: de nombreuses entreprises (nécessitant souvent des compétences à faible valeur ajoutée) considèrent qu'un territoire en vaut un autre. Or, selon les travaux du GREMI, un groupe de recherche européen, chaque territoire possède sa propre spécificité et les entreprises s'insérer dans un "milieu". Comment imaginez un avenir pour ces entreprises complètement dé-territorialisées? Ne sont-ce pas elles qui délocalisent? La subvention doit donc être repensée pour ne plus être une aide qui attire, mais une aide qui, comme son nom l'indique, aide, permet à des entreprises d'"être", de "devenir"! Les commerces de proximité ferment souvent car les mises aux normes de sécurité changent constamment et augmentent les coûts d'installation pour les nouveaux propriétaires. De même, les nouveaux agriculteurs ont du mal à commencer leur activité (criblé de dettes). C'est aussi le cas pour les pêcheurs qui doivent acheter une fortune un bateau ancien qu'ils devront changer au bout de 10 ans! L'exemple est aussi parlant pour les caboteurs qui veulent se lancer: une ligne n'est viable qu'au bout de 5, 10 voire 15 ans! Et pourtant, nos objectifs de développement durable préconisent le transport maritime! Pourquoi ne pas réformer notre système d'aide en faisant de "l'aide à l'installation"? Ensuite, si l'activité est viable, elle vivra d'elle même, sinon, elle s'arrêtera (loi du marché). Donne un poisson à un homme, il mangera un jour, apprend lui à pêcher, il mangera toute sa vie (proverbe bientôt obsolète?)...
Repost 0
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 16:14

On le constate chaque jour dans les médias, le sens du mot "Démocratie" est différent selon les régions du monde. La démocratie, au temps de la guerre froide, c'était le capitalisme! Aujourd'hui encore, on peut se poser la question! Quand les armées occidentales (oserai-je dire "du Bien") posent le pied sur un sol étranger, l'avenir de ce pays bascule. L'Irak est aujourd'hui un modèle de démocratie! Pendez Saddam Hussein qui ne nous sert plus (il faut bien un bouc émissaire pour le 11 septembre 2001!) et qui voit-on revenir: les religieux fanatiques se servant de l'intrusion des "hérétiques" chez eux... il faut leur reconnaître qu'ils sont les seuls capables de rétablir de l'ordre (mais à quel prix?)! N'est-ce pas la même chose pour Poutine que l'on cajole parce qu'il est stratégiquement important, mais qui est démocrate comme je suis moine? En Asie, au Maghreb, en Amérique du Sud, quand les paysans sont libres, ils jouent au jeu de l'offre et de la demande: le plus rentable, c'est la drogue consommée par nous, pays occidentaux et riches! Encore une fois, au lieu d'envoyer nos armées, ne vaudrait-il mieux pas envoyer des solutions de financement de projets pour élever progressivement les conditions de vie des "pays sous développés"? Mais nous fonctionnons selon le dogme de la sécurité: un pays sécurisé, c'est un pays dans lequel on peut faire du commerce et donc qui s'élève. j'en conclue qu'il faut quelqu'un "à poigne" pour relever le pays de la crise économique! (Ça ne vous fait penser à personne? Un indice: ça se passe en France!) L'argumentaire ne tient pourtant pas! Pour sécuriser un pays, il faut assurer de bonnes conditions de vie à tous! Inutile d'envoyer la police ou l'armée qui refreinera peut-être la contestation, mais ne s'attaquera jamais aux problèmes de fond!
Repost 0