Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 22:47
J'ai parfois l'impression que les médias et les politiques prennent un malin plaisir à entretenir une confusion sémantique entre les mots "autonomie" et "indépendance".

Il est navrant qu'au journal télévisé, quand une bombe saute en Corse, on l'impute aux autonomistes-indépendantistes! Le sens de ces deux mots n'est pourtant pas le même (je pense que les synonymes n'existent pas)! Cet article souhaite revenir sur les définitions de ces termes afin de ne plus entendre les inepties du genre: "ah bon, vous êtes autonomiste! Mais la Bretagne sans la France, c'est impossible"!

Le mot "autonomie" vient du grec autos (soi-même) et nomos (loi). En politique, l'autonomie est la possibilité, pour un territoire, un groupe ou une communauté, de s'administrer librement dans le cadre prédéfini d'une entité plus large régie par un pouvoir central. Ce droit est limité par la tutelle administrative ou constitutionnelle du pouvoir central. Il ne s'agit donc pas de revendiquer l'"indépendance", soit la séparation d'un territoire par rapport à un autre.

Des régions autonomes, en France, équivaudraient à une décentralisation avancée avec pour seule différence la possibilité, dans une certaine mesure, de légiférer, c'est-à-dire avoir une partie des lois propres à la région! Une sorte de mini-Parlement qui serait autorisé à légiférer sur les problèmes qui lui sont confiés par l'Etat. C'est surtout cette délégation d'une infime partie du pouvoir législatif qui pose problème au pouvoir central qui craint le séparatisme et revendique l'unité territoriale.

Tous les pouvoirs sont en réalité concentrés à Paris! Le dogme français clame que les régions sont égales ce qui est archifaux: l'Alsace et la Lorraine n'ont pas de séparation entre l'Eglise et l'Etat, la Corse a des lois particulières et les régions ne sont absolument pas traitées de la même façon. Saviez-vous qu'une partie des bénéfices des contraventions nationales revenait à la RATP! Je me demande au nom de quelle justice territoriale? L'Ile de France n'est-elle pas la région la plus riche?

L'autonomie que je revendique serait accompagnée d'un système de péréquation qui permettrait d'être solidaire sur le territoire français... Suis-je un terroriste? Pensez-vous vraiment que je pose des bombes?

(illustration: drapeau du Trégor)
Repost 0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 14:04
Le grand prix de l'ignorance est décerné à M. Gérard Shivardi, invité ce matin de France Inter. Même M. Le Pen ne va pas aussi loin dans son dicours anti-européen. C'est sans doute que le président du Front National a compris que le coût de retrait de la zone euro est pharaonique et que la France ne peut imaginer en sortir sans une très grave crise! M. Shivardi sort de la zone euro, sors de l'Union Européenne, créé une assemblée constituante française et repars vivre sa vie... de la science-fiction! Il est temps de dire que la France ne joue pas le jeu de l'Europe, que l'Union fait de la France et de ses voisins de grandes puissances économiques à l'abri du besoin. Sortons un peu de notre tour d'ivoire! Ultime argument du candidat soutenu par le parti des travailleurs: "Nous nous dirigeons vers une Europe des régions qui mettent en péril la nation!" Mais où va-t-il chercher tout ça? Moi qui suis favorable à une telle Europe (qui ne remettrait nullement en cause l'Etat contrairement aux idées reçues), je peux vous dire que nous sommes de plus en plus dans une Europe des Etats. Le nationalisme gagne du terrain partout en Europe... Doit-on faire un rappel des institutions européennes? Grosso modo, le Conseil de l'Europe composé d'une cinquantaine d'Etat fixe les grandes orientations. La commission propose des textes de lois; le Parlement donne son avis ou au mieux codécide avec le Conseil de l'Union Européenne qui décide en dernier lieu. Ce Conseil de l'Union Européenne est composé des Premiers ministres ou ministres de chaque Etat en fonction du sujet! Qui dit que la Commission est "méchante"? Ce sont nos ministres nationaux qui libéralisent, pas l'Union Européenne! Rappelons également que les commissaires sont nommés par les Etats membres. A gouvernement libéral, Europe libérale! L'Europe n'est pas parfaite, mais ce n'est pas une raison pour lui imputer tous nos problèmes!
Repost 0
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 15:12
Quand Ségolène Royal empiète sur les thèmes de la droite, Nicolas Sarkozy cite les références historiques de la gauche! Je l'ai déjà dit, il est ridicule de penser que les figures historiques voteraient tel ou tel parti... pure anachronisme! Toutefois, quand je lis dans Le Monde que Patrick Devedjian défend les idées de la droite et tente de la réhabiliter historiquement, je me dis qu'il n'est pas le meilleur porte-parole! J'ai beau prôner le pardon, de telles paroles dans la bouche d'un homme qui a milité dans sa jeunesse chez Occident, groupe d'extrême droite, me font doucement rigoler... Je suis également contre le fait de juger un homme sur les actes de ses parents, idée que Nicolas Sarkozy tend à remettre en cause avec ses déclarations sur la génétique! Non, les thèmes humanistes ne sont pas réservés à la gauche, mais encore faut-il choisir les porte-paroles à droite! Tous ne sont pas crédibles!
Repost 0
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 11:39

Une fois n'est pas coutume, je vais critiquer un peu le train. Vous ne le savez peut-être pas, mais je n'ai pas de voiture! Je prends donc régulièrement le train et j'adore ce mode de transport. Toutefois, je m'inquiète un peu de son évolution. Dans notre société toujours plus rapide, toujours plus pressée, il faut constamment chercher à gagner du temps. Il existe désormais des bureaux des temps dans certaines villes de France (Belfort, Rennes...)! On se demande exactement à quoi ces bureaux servent (élément de réponse ici), mais toujours est-il que le temps est devenu un facteur de compétitivité. Le TGV en est un exemple frappant: 574,8 km/h pour notre fleuron national! Oui, mais à quel prix? En terme d'aménagement, le TGV tue les petites gares car ils ne les dessert quasiment plus. Je préfère donc, de loin un gentil TER ou un Corail qui, en Bretagne est presque aussi rapide et s'arrête dans les campagnes! De même, le conseil régional a fait des projets de lignes rapides Brest-Paris et Quimper-Paris des priorités! Nous avions déjà un réseau étoilé et aujourd'hui que la décentralisation est possible, au lieu de connecter les régions entre elles ou améliorer la desserte interne, on veut se rattacher à la capitale. Dans notre région, on met environ 5h en train pour aller de Lorient à Lannion! Un Nord-Sud pour la Bretagne n'aurait-il pas été plus utile que Paris à 3h de Brest? Ce type de projet exogène nous rendra-t-il plus heureux? Doit-on penser que notre avenir dépend de Paris? Trêve de polémique sur l'organisation jacobine française, le TGV pose d'autres problèmes. On le sait, la SNCF se spécialise de plus en plus dans son trafic passager et délaisse le fret! Fret SNCF plombe les bénéfices du groupe! Progressivement, le trafic de marchandises est abandonné à la route. Les voies ferrées ne sont plus utilisées et coûte à RFF. Au point qu'il est courant de voir des lignes vendues aux villes qui les transforment en pistes cyclables! On croit rêver... n'est-il pas possible pour le conseil régional ou les villes d'envisager un jour de remettre en service ces lignes désaffectées? (illustration Mix et Remix)

Repost 0
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 17:32
Penser que nous arriverons à atteindre nos objectifs en matière environnemental en maintenant une logique capitaliste relève soit de la naïveté, soit de l'imposture intellectuelle. Le capitalisme est fondé sur un modèle de production. Il faut sans cesse consommer plus, produire plus, vivre plus! D'où nos problèmes de retraite d'ailleurs! Nos modèles sociaux sont conçus sur la même logique: toujours plus d'enfants! Nous sommes condamnés à croître sans prendre le temps de nous améliorer! Vous trouvez normal que l'on achète les biens de consommation pour les jeter? Vous trouvez normal qu'une machine à laver dure trois ans quand celles de nos grand-mères sont toujours dans certains foyers? Je pense que Marx avait raison sur ce point: le capitalisme va s'effondrer! Pas demain, mais c'est inéluctable... un peu comme un homme qui se prend les pieds dans ses lacets! Quelles sont les réponses politiques? Et si on fabriquait des portes avions pour relancer l'économie! Et les Shadoks pompaient disait Piéplu... Keynes proposait ironiquement d'employer les hommes à creuser des trous et les reboucher. Nous n'avons plus aucun projet! Aujourd'hui, la croissance mondiale est basée sur la dette, mais nous continuons! J'espère au moins, que chez vous, vous tentez de modifier vos comportements! En France, comme ailleurs, on tente de réduire la dette en menant des politiques de rigueur. La vie devenant plus chère, ce sont les ménages qui contractent aujourd'hui les crédits (plus d'info ici). Passer d'une dette publique à une dette privée fait, il est vrai, avancer le smilblick...
Repost 0
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 12:58
J'écoutais hier soir (encore) l'émission "C dans l'air" présenté par Yves Calvi où il était question de réchauffement climatique. Eric Joly se posait la question de l'alternative au pétrole et lui opposait l'énergie nucléaire. Cette vision binaire est ridicule et je me demande où M. Joly est allé pêché son qualificatif de "spécialiste"! Les politiques ont beau se gargariser de Nicolas Hulot, d'écologie, de développement durable, j'ai pas la sensation qu'ils ne comprennent aucunement la philosophie de vie que cela implique (voir ici)! Nicolas Sarkozy expliquait à Nicolas Hulot il y a quelques semaines que l'écologie était certes prioritaire, mais que l'on ne pouvait pas dire aux gens, demain, qu'ils perdraient leurs emplois, qu'ils cesseraient de se chauffer ou je ne sais quels arguments abracadabrantesques! Le jeu, c'est de mettre dos à dos l'écologie et le développement. Pour la plupart des candidats, l'écologie, c'est marketing, ça a un petit côté rétro! Le nucléaire est la solution française pour lutter contre l'effet de serre, quelle blague! Il est donc impossible pour eux d'imaginer un autre système? Les économies d'énergie, ce n'est pas simplement l'innovation technologique, c'est aussi la relocalisation de l'économie notamment alimentaire, c'est revoir nos modes d'habitat consommateurs d'espace, de déplacement, c'est pousser au report modal de la route vers le train ou la mer et évidemment, c'est baisser notre consommation! On pourrait faire cette révolution sous forme de jeu: des boites à idées municipales ou au sein des entreprises où l'on proposerait des solutions pour réduire notre consommation énergétique! Mais non, nos politiques préfèrent trafiquer les chiffres du chômage et saliver devant les taux de croissance prévisonnels... quelle pauvreté d'esprit! (en illustration, vous aurez reconnu Tintin d'Hergé).
Repost 0
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 11:56
shadok6.gifHier soir, sur la chaine parlementaire, j'ai eu l'occasion d'écouter M. Le Pen et, encore une fois, j'ai été plus qu'impressionné par le personnage. Proche, dans l'attitude, d'un ancien militaire serein, sûr de lui et de ses convictions; habile en paroles et sachant faire feu de tout bois devant les journalistes souvent agressifs. Rhétorique classique: patriotisme, fermeture des frontières, retour à une éducation ferme, morale... des arguments qui font recettes chez d'autres candidats! Elu ou pas élu, Le Pen a déjà gagné puisque l'on ne parle plus de l'Europe dans la campagne, que les candidats vibrent à la simple évocation de la France, qu'il s'opère un retour aux symboles de la patrie, de la République (comme si on avait besoin de porter une coiffe pour se sentir bretonne!), que la tradition d'accueil des réfugiés politiques est révolue et que le thème de l'insécurité est ancré dans la campagne... C'est oublier que l'insécurité est une conséquence de la détresse économique. L'ennemi, c'est le chômage, la pauvreté, pas le terrorisme! Maintenir des millions de chômeurs en France, n'est-ce pas aussi une violence? Elle ne serait pas comparable au motif que c'est l'Etat qui l'exerce? Pourquoi l'Etat ne fait actuellement qu'accompagner les décisions économiques, bonnes ou mauvaises? Donc inutile de dire "d'abord on stabilise, ensuite on négocie!" puisque pour stabiliser, il faut négocier! Le responsable de cette dérive n'est pas Le Pen, ni son électorat, ce sont ses adversaires qui sont incapables de démontrer que l'on peut relocaliser une économie et créer de l'emploi sans pour autant fermer les frontières!
Repost 0
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 09:59
Un petit article sans prétention pour revenir sur un sujet qui m'amuse beaucoup: le recyclage! Sur la plupart de nos produits alimentaires est tamponné le symbole des produits recyclables... vous savez, ces deux flèches imbriquées vertes et blanches! En consommateurs responsables, nous vérifions donc si ce logo est présent et, hop, notre conscience est sauve! C'est oublier que si nous ne trions pas, les produits recyclables ne sont pas recyclés! Le recyclage est durable, mais il ne faut pas oublier que c'est avant tout une filière industrielle et que dans l'esprit collectif, l'industrie, ça pollue! Les collectivités préfèrent investir dans le tourisme qui, je le crains, risque d'empiéter sur l'industrie! Certaines cohabitions ne sont pas pleinement compatibles. Tout est question d'image dans notre monde! Le phénomène NIMBY (abréviation anglaise traduite par "pas dans mon jardin") exprime la puissance des lobbies: nous préférons laisser les industries aux pays "pauvres" et garder ce qui est "propre"! Mais de la même façon que ce qui paraît sale peut être propre, ce qui paraît propre peut ne pas l'être...
Repost 0
4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 21:58
Je constate avec effroi qu'à trois semaines du premier tour, aucun candidat n'a fourni un programme solide et que le débat se situe au niveau de la forme plus que du fond! Je me propose ici de décrire ce qui, selon moi, caractérise les quatres candidats dit "majeurs". Je ne m'abaisserai pas à dire tout et n'importe quoi sur les candidats, chacun vote pour le programme qui lui correspond. Commençons par les deux challengers: Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal. NS accuse, il pointe du doigt. Il désigne les communautés, les groupes, les personnes et les élève ou les rabaisse. J'ai le sentiment qu'il nous monte les uns contre les autres... en tout cas, son jeu de stigmatisation ne me plait pas! "Les prof ceci, les policiers cela". Hier, à Lanester, ce sont les bretons qu'il a qualifié de "travailleurs" ou je ne sais quoi! Bref, une caricature... il paraît que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute! SR n'est pas en reste. Pour contrer Bayrou, elle n'hésite pas à revenir à un duel droite/gauche stérile, voire à draguer les électeurs de droite comme lors de sa larmoyante intervention à Marseille. SR joue un jeu dangereux en donnant la première des billes à Le Pen. La nation n'est pas réservée à la droite, mais c'est un terrain glissant pour la gauche, comme l'insécurité! Je suis persuadé qu'elle reviendra en fin de campagne sur le chômage et les classes moyennes pour ne pas perdre son électorat face à Bayrou. Ce dernier est condamné à faire parler de lui dans les médias s'il veut sortir la tête de l'eau. Il lance de nombreuses idées en vol et attend la polémique pour avoir à s'expliquer. Le problème, c'est qu'il fait des phrases trop longues! Les intellectuels, ça ne plait pas! Rocard et la présidentielle... Il y a des choses justes dans ce qu'il dit (c'est le seul des quatre à avoir une politique européenne!), mais je crois que cette élection ne sera pas la sienne. 2012, peut-être? Reste JM Le Pen qui n'a rien besoin de dire pour monter! Son pire ennemi, c'est lui-même en 2002: c'est le vote utile, vote pourtant si antidémocratique! Le Pen dit la vérité... mais pas l'entière vérité! Ce procédé a un nom: le mensonge par omission! Et c'est bien pire que de ne pas savoir! Comme si la situation n'était pas assez minable, il a fallu qu'un "resquilleur" noir, le pauvre (!), se fasse interpeller et lance ce qu'on appelle aujourd'hui l' "émeute de la Gare du Nord"... un petit côté effet banlieue qui n'est pas pour lui déplaire!
Repost 0
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 19:01
"Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera!" prophétisait Napoléon. La Chine est, à mon avis, le nouvel épouvantail de l'économie capitaliste. Un bon moyen de nous faire gober les choix économiques et les licenciements en France et en Europe. On voudrait nous faire croire que tout est délocalisable! Une spécialité très française consiste à rejetter la faute sur autrui: quand ce n'est pas l'Europe, c'est la Chine! On ne peut pas nier que l'économie chinoise évolue, mais je soutiens que cette croissance est fragile. Nous sommes tellement admiratifs devant ce pays hors norme (démographiquement parlant) que nous nous sommes rendus dépendants de la Chine tout seul! Les américains leur sont reconnaissants de soutenir leur monnaie, les africains se font spolier comme ils l'ont été (et le sont toujours) par les entreprises occidentales et, aujourd'hui, le chinois fait son entrée dans les salles de classe françaises. Pour cette langue "économiquement utile" (mandarin? cantonnais? autre? Je ne sais pas), il y a, c'est surprenant, des postes quand d'autres postes de langues sont refusés au prétexte d'économies budgétaires! Plus étrange encore est notre attitude envers nos "amis" chinois, non respectueux des droits de l'Homme d'un côté, mais tellement désireux de nos produits de l'autre. Un Airbus = des milliards de chemises! On peut bien leur laisser les Jeux Olympiques après tout; le régime n'exécute qu'une dizaine de milliers de personnes par an! Je tire mon chapeau aux magazines qui, de temps à autre, parlent de la Chine, la vraie, celle de plus d'un milliard d'individus qui sont exclus des richesses, de leurs terres, qui peinent à survivre, qui contractent le virus du SIDA... Courrier International dont est extrait cette caricature est l'un des rares journaux à parler des révoltes paysannes en Chine! Pour ma part, je suis persuadé que la Chine ne se développera que lorsqu'elle se tournera un peu plus vers l'intérieur de ses terres! Taïwan, les tibétains, les ouïgours (...): les problèmes géopolitiques ne manquent pas... être membre permanent de l'ONU n'excuse pas tout!
Repost 0