Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 15:44
La simplification de la pensée poussent les « décideurs » à raisonner en terme d’espace et non de territoire. On parle d’espace pour décrire une certaine distance, une certaine surface ou un certain volume entre deux personnes, objets (...) ce qui nous amène à penser que cette conception mathématique du monde est présente partout! Pourtant, les mathématiques ne généralisent pas!

De même, si l'on souhaite être précis en géographie, il faut s'intéresser aux territoires et non aux espaces. La géographie ne traite pas d’espaces, sorte de lieux vierges et théoriques, mais de territoires ce qui inclue la dimension "Homme" dans l'analyse. Ainsi, dans une réelle logique d’aménagement, l’'espace n'’est pas « zoné », il est appréhendé par le prisme de l'activité humaine, qu'elle soit économique, sociale ou encore culturelle.

La géographie, c'est la prise en compte des identités des territoires comme des hommes. Nous ne sommes pas des Sims! A la poubelle le Grand Ouest technocratique (voir ici), la Banane Bleue de Roger Brunet et vive les "Espace Plus", les Territoires pertinents. Redécoupons nos frontières tracées à la règle par des idéologues conquérants! Arrêtons de considérer la géographie comme une sous-matière!

D'ailleurs, pourquoi n'y a-t-il que des professeurs d'Histoire-Géographie? Pourquoi ne pas séparer les matières et rendre plus intéressante une matière qui a évolué depuis Vidal de la Blache? Pourquoi ne pas découvrir une Culture par sa musique, sa littérature et sa langue plutôt qu'avec les chiffres anonymes de l'INSEE? Pourquoi?
Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 19:44
Doit-on légiférer sur des évênements historiques? Je pense que non! En effet, la Loi ayant pour ambition d'être respectée (et oui!), un chercheur/historien ne pourra pas aller à l'encontre de ce que la Loi énonce sans risquer une amende ou pire, la prison! Légiférer, c'est occulter des pans entiers de l'Histoire et s'interdire de la connaître davantage! Les thésards ne seraient plus autorisés à chercher sur tels ou tels sujets puisque la Vérité est inscrite dans la Loi!

Qu'il s'agisse de colonisation ou d'autre chose, ce n'est pas à la Loi de faire l'Histoire, mais à la Mémoire. On a trop souvent détourné l'Histoire au profit d'un projet politique comme a pu le faire Staline par exemple (irais-je jusqu'à dire l'UMP?). Laissons le soin aux historiens de travailler sur leurs sujets, de remettre en cause des théories! Envisageons les choses sous d'autres angles, multiplions les sources, les points de vues, précisons des points sombres... et l'Histoire continuera à nous en apprendre sur nous-même! L'argumentation comme arme: la joute historienne décidera si l'analyse est pertinente ou non...

Même s'il existe des quasi-consensus sur certains sujets, il me semble inutile de les figer à jamais dans la Loi. Il n'est pas crédible de nier l'existence de la Shoah tant il y a de preuves historiques! Vous me direz que certains ne se gênent pas. Mais si ces discours prolifèrent, c'est sans doute que l'on entend pas assez les véritables historiens agiter les preuves comme réponse...

Illustration de Mix et Remix, un Suisse à l'oeil avisé!
Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 18:23
Un petit coup de gueule après avoir feuilleté un ouvrage d'une rare débilité! Politiquizz, le livre de Jacques Gimard est le symbole d'une politique spectacle! En 100 questions, M. Gimard se figure pouvoir caricaturer notre personnalité et, de ce fait, nous apprendre quel est le candidat qui nous ressemble le plus! La politique en 100 questions ou quand la politique veut ressembler au magazine pour adolescente! Truffé d'anachronismes, M. Gimard nous demande de parler de personnalités qui, j'imagine, ne sont connus que d'une infime partie de la population. Si je vous demande quel souverain vous admirez le plus, parmi les trois réponses, celui qui vous viendra le plus vite à l'esprit sera celui que vous connaissez le plus, non? Autrement dit Louis XIV pour l'immense majorité! L'immense majorité est donc classée à droite! C'est ignorer l'Histoire politique, c'est ignorer l'évolution des lignes politiques. Le paysage politique n'a pas toujours été celui qui se dessine devant nous. Les radicaux ou les communistes avaient une part plus importante des suffrages. On ne peut pas dire que Victor Hugo serait au PS actuellement, ni que Louis XIV était un partisan de l'UMP! Versailles et les grands travaux, c'est un peu du communisme ça, non? Ce qui m'inquiète plus encore, c'est que le journal Le Monde que j'aime tant se met aussi à la politique en questions! Une façon peut-être de nous dire que nous ne sommes plus capables de réfléchir par nous-même...
Repost 0
26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 16:51
Nous autres, français, sommes friants des amalgames et des confusions sémantiques! Est-il possible, en France, de critiquer la République sans se faire traiter de monarchiste ou de tyran? Je crois que les français sont tellement attachés à ce mot, chargé d'Histoire, qu'ils en arrivent à confondre République et Démocratie! Même si je me définis comme républicain, c'est à dire attaché à ce type de gouvernement, c'est un peu inquiétant... car toutes les Républiques ne sont pas démocratiques et la Démocratie n'est pas une chose acquise définitivement!
Repost 0
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 13:22
La théorisation environnementale n'est pas nouvelle! J'aimerais, ici, en rappeler une règle simple: celle des 3 "R"! Réduction, réutilisation, recyclage!

Notre société a commencé à réfléchir au recyclage car c'est la troisième phase de préservation de la planète et, à ce titre, la moins difficile à mettre en place! En effet, notre société capitaliste est basée sur le productivisme et l'exportation. Le recyclage ne remet pas en cause ce modèle: on peut continuer à produire et recycler ce qui part aux ordures! Les efforts peuvent encore être améliorés facilement: la France, par exemple, ne recycle que 4% du béton quand l'Allemagne en recycle 25% et la Grande-Bretagne 18%!

La réutilisation n'arrange pas vraiment les industriels car cela réduit la production! Prenons le verre: auparavant les bouteilles étaient consignées puis réutilisées après avoir été lavées. Aujourd'hui le verre part à la benne et est recyclé! La production d'une nouvelle bouteille coûte toutefois plus cher (à la planète) que la réutilisation d'une ancienne!

Enfin, la réduction n'est pas à l'ordre du jour! Notre société n'est pas assez mûre pour comprendre que nous surproduisons, que nous consommons trop (Pourquoi? Sans doute pour tromper l'ennui!). Sans parler de décroissance, il y a, selon moi, un véritable travail à réaliser individuellement et collectivement sur notre rapport à la consommation. Consommons plus selon nos besoins que selon nos envies!
Repost 0
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 12:54

Qu'est-ce que l'Europe? Un continent? Des peuples? Une Histoire faites de multiples Histoires? Une contruction politique? "Unis dans la diversité", le 25 mai 1957, les six pays fondateurs signaient le traité de Rome! Cet acte (et avant cela, les accords sur la Communauté du Charbon et de l'Acier en 1951) donnait naissance à une Volonté, celle d'assumer pleinement notre développement et de lier nos avenirs pour éviter les guerres! Cette signature, c'était également le moyen de relativiser le plan Marshall. Les Etats-Unis, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, sont les banquiers mondiaux et arrosent leurs alliés de subventions contre des parts de marché! Finalement, les Etats-Unis n'ont jamais quitter l'Europe! Mais, "petit à petit, l'oiseau fait son nid" comme dit le proverbe. La construction politique s'est mise en marche! Certains diront que non, mais le partenariat économique relève aussi d'une volonté politique, car jusqu'à preuve du contraire, c'est le politique qui détient la légitimité! (voir ici) Qu'on le veuille ou non, notre Histoire est métissée, nos ancêtres sont communs! Et même si l'Union Européenne connaît des difficultés, il ne faut pas cesser de la soutenir. A nous d'aller plus loin! Ses orientations dépendront de ses députés et de nos dirigeants! Alors aux urnes... comment se fait-il que les élections européennes soient les moins suivies? En attendant d'en reparler (de l'Europe), je lui souhaite un bon anniversaire et une longue vie...

Repost 0
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 19:14
Avant tout, je tiens à préciser que si je n'ai pas de voiture, c'est par choix! Toutefois, comme il n'est pas possible d'aller partout sans voiture, il me faut bien, de temps à autre, envisager de m'y rendre en stop! Qu'il est agréable, l'été de pouvoir tendre le pouce et attendre, attendre, attendre... C'est sans doute la première règle de l'auto-stoppeur: "de la société qui va vite, tu t'émanciperas"! Vient ensuite la seconde règle: "si tu souhaites voyager, place toi sous des vents favorables". Autrement dit "choisit une place où la voiture peut s'arrêter". On a souvent une mauvaise image de l'autostop: il paraît que c'est dangereux! Mais souvent, on pense aux dangers que court l'automobiliste! L'auto-stoppeur, lui, est un dangereux criminel alors que, bien souvent, il est sous la pluie, à la merci du premier dingue en voiture, qu'il subit les sarcasmes de jeunes cons (fiers d'avoir acheté un bolide) et qu'il n'est armé que de Volonté! Je tiens donc à remercier ceux qui, au péril de leur vie, ramassent ces tueurs sanguinaires car ce sont ces gens-là qui créés du lien social. C'est aussi cela la solidarité! Quand à nous autres, auto-stoppeurs, ayons au moins la politesse d'être présentables.
Repost 0
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 11:31
Suis-je le seul à avoir été choqué par le meeting de Ségolène Royal à Marseille? J'étais déjà étonné d'entendre résonner la Marseillaise à la fin de chaque meeting de la droite, de la gauche et même récemment (sans doute une erreur) à la fin d'un meeting de Marie-George Buffet! Mais là, je crois que l'on parvient au paroxysme du nationalisme! Les larmes aux yeux, Mme Royal chante la Marseillaise à Marseille (quel symbole!) et déclare vouloir que chaque français possède un drapeau chez lui, vouloir faire apprendre la Marseillaise à chaque enfant... rassurez-moi, c'est une blague? C'est elle que la gauche veut comme présidente? Une nationaliste des années 1940 ? Je ne veux pas des Choristes comme modèle de classe! Je ne veux pas d'une société rigide, fermée sur elle-même et donneuse de leçons! Jospin était rentré dans le jeu de l'insécurité en 2002, si Ségolène rentre dans le jeu du nationalisme, peut-être est-ce une façon de contrer Bayrou en donnant des points à Le Pen? Je n'ai aucun problème avec le concept de nation (ma vision est tout de même différente), mais je ne tiens pas à hisser le drapeau tricolore dans mon jardin...
Repost 0
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 10:55
La Tour de Babel (ici tableau de Pieter Bruegel l'Ancien) est, selon la Génèse, une tour que souhaitaient construire les hommes (parlant tous la même langue) pour atteindre le ciel. Dieu anénantit ce projet en multipliant les langues afin que les hommes ne se comprennent plus. Les hommes se dispersèrent donc.

Personne n'est capable aujourd'hui de dresser un arbre généalogique complet de chaque langue! Toujours est-il qu'elles possèdent souvent les mêmes racines. A l'exception du basque qui demeure un mystère, nos langues sont issues de métissages entre les racines romanes, celtiques, germaniques... Un peu comme si les Civilisations laissaient place à un besoin de différenciation individuelle.

L'histoire de la Tour de Babel illustre la nécessité qu'a l'Humanité de se parler pour réaliser de grands projets. Mais pour se comprendre, il y a deux méthodes: l'assimilation ou l'apprentissage. L'assimilation tente de retrouver cette unité originelle en favorisant une langue par rapport à une autre, et en délestant un individu de sa culture pour une autre (plus d'info ici). L'apprentissage, au contraire, est plus fastidieux, mais à mon avis, la réalisation finale sera plus aboutie, la tour plus haute!

Un seul peuple orgueilleux ne parviendra pas jusqu'à Dieu, mais la coopération de tous les peuples, peut-être est-ce cela la divinité?

 

Repost 0
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 18:59
Le mot "frontière" est ambiguë: il désigne à la fois une ligne, un mur, une porte, à la fois ouverture et fermeture! Toutefois, il est intéressant de noter les différentes visions du mot!

D'abord, il y a l'image de la frontière comme "barrière". Cette image symbolise ce que l'on nomme le "nationalisme" (droit à la différence d'un peuple); c'est une vision identitaire qui nécessite une certaine "fermeture" (mais pas un repli sur soi)... c'est une sorte de famille dans laquelle on se reconnait puisque l'on possède un certain nombre de points communs avec elle!

La deuxième vision est celle que l'on nommerait "libérale", celle qui ouvre les frontières, qui ne conçoit cette ligne que comme une création de l'esprit qui n'a pas lieu d'être! D'après E. Morin, "la frontière illustre la capacité génétique d'un système à être à la fois ouvert et fermé sur son environnement". Selon lui, "l'ouverture est la condition de son existence, de son évolution et de sa survie", la fermeture, "la condition de son identité".

Moralité: tout est une question de pourcentage! Etre assez fermé pour préserver son identité, être suffisamment ouvert pour pouvoir échanger sur nos identités respectives avec Autrui. Les frontières "tombent", mais veillons à ne pas diluer notre identité dans un magma sans nom! Ne devenons pas des sans voix! A l'inverse, n'ayons pas peur de l'Autre puisque c'est lui qui nous enrichit! Franchir une frontière, naturelle ou imaginaire, n'est au final qu'une question de volonté! Pour connaître son voisin, rien de tel que d'aller lui dire bonjour, non?

Tout dépend au fond de notre frontière mentale, l'ouverture d'esprit! Pour ma part, je rêve d'un monde avec de multiples frontières, multiscalaires, dans lequel les hommes et les femmes se tendraient la main... l'inverse d'une unité monolithique!
Repost 0