Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 15:00
De même que l'on fabrique des bolides en interdisant de dépasser les 110 km/h, on autorise les graveurs mais pas le gravage! L'arrivée du téléchargement a de nouveau créée la polémique puisque chacun peut se procurer des titres de musique gratuitement. J'aimerais donner mon avis sur le sujet même si je ne le maitrise pas bien ne gravant, ni ne téléchargeant moi-même! J'ai ouie dire que les artistes ne touchaient que très peu d'argent sur les ventes de leur CD. D'autres artistes parviennent à devenir célèbres en mettant leurs titres sur le net. N'est-ce donc pas avant tout un problème de producteurs plus que d'artistes? Les artistes téléchargés sont reconnus et respectés puisque leur travail est écouté! Il arrive même que le téléchargement ne soit qu'une première écoute. Ces "pirates" sont les premiers à se rendre aux concerts de ces mêmes artistes (des concerts qui ne sont pas gratuits!). Y aurait-il autant de monde aux festivals ou en concert s'il n'y avait cette publicité? Loin de moi l'idée d'appeler au téléchargement, mais je pense que celui-ci fabrique les "fans" et les pousse à acheter des places de concert. Et puis, si les prix des CD étaient raisonnables, peut-être qu'ils seraient plus achetés, non?
Repost 0
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 14:26
"La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part" (M. Rocard, 1990). Comment briser un homme en ne citant qu'un morceau de phrase?

Ce qui m'étonne, c'est que l'on ne s'offusquent pas davantage contre l'"immigration choisie" prônée par N. Sarkozy! La France se permet donc de faire ses commissions parmi les immigrés! On chasse "la mauvaise demande"! Résultat: on ne choisit que les "bons" immigrés, ceux qui ont du talent et qui peuvent élever la France, et on renvoit les "rebuts" chez eux! Est-ce cela l'idée que l'on se fait de l'hospitalité? La France est-elle encore une terre d'asile? Discutable si l'on en croit les récentes déclaration de l'office français de protection des réfugiés et apatrides.

Pour aller plus loin, est-ce un cadeau que l'on fait aux pays dit "sous-développés" en leur pillant leurs richesses? Aboulaye Wade, le président du Sénégal, se révoltait encore, il y peu, du pillage des intellectuels africains par l'Europe et l'Amérique! Une véritable transfusion des pays du tiers-monde (comment ça, cela n'existe plus?) vers les pays en bonne santé! L'image prend à contre-pied les idées reçues!

Est-ce en leur imposant notre modèle de société que leurs problèmes particuliers disparaîtront? Une politique de l'immigration ne va pas sans une aide aux pays d'où viennent ces mêmes immigrés... Nous avons trop tendance à penser que ces immigrés ont le choix! Le choix est un luxe que nous seuls avons. Partir, pour eux, est une nécessité! A nous, Etats riches, de faire en sorte qu'ils puissent choisir un peu plus leur vie...
Repost 0
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 11:36
Suite à mon précédent article, j'ajoute un deuxième sujet de tension! Qu'est-ce qu'une nation? Une nation est un "ensemble de personnes vivant sur un territoire commun, conscient de son unité (historique, culturelle...) et constituant une entité politique"! La dimension politique confère à la France le statut de nation! Mais n'y en a-t-il qu'une dans notre pays? Dans le sens du mot "nation", on trouve deux choses: la langue et le territoire! La langue a seule une valeur d'indice permettant de déterminer pratiquement quand et jusqu'où il y a nation. S'il y a plusieurs langues, ne peut-on pas considérer qu'il y a plusieurs nations? Il y aurait dans ce cas, de petites nations dans de plus grandes! L'important est de vouloir partager le même avenir, non? Dans cette logique, pourquoi refuser le statut de nation en privant les régions de pouvoir politique? N'est-ce pas ce manque de reconnaissance qui peut conduire au nationalisme primaire, au repli sur soi, à la lutte armée? Ne soyons pas esclave de nos langues, mais respectons les...
Repost 0
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 19:48
Paris---a-suffit.jpg"La langue de la République est le français"... cette simple phrase inscrite à l'article 2 de notre constitution condamne du même coup toutes les autres langues parlées sur le sol français.

Pourtant, la langue est fondamentale: elle permet de structurer notre esprit. De plus, chaque langue porte une vision du monde différente. Tenter de les supprimer revient à s'attaquer à la diversité de notre monde qui s'uniformise déjà suffisamment.

En 2100, les Terriens parleront 3 000 langues de moins: devra-t-on attendre de n'avoir plus le choix qu'entre deux visions du monde? Pourquoi déployer un tel archarnement à ne pas reconnaître une Culture? La France a toujours craint le séparatisme, mais en quoi ces "peurs" sont-elles justifiées? Ne pourrait-on pas parler plusieurs langues?

Si vous aussi, vous soutenez les langues régionales, vous pouvez signer cette petite pétition qui demande la modification de l'article 2 de notre constitution (cliquez ici). Quelle meilleure preuve du "vivre-ensemble" dont parle nos politiques?
Repost 0
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 11:51

Je me souviens encore de mes parents m'invitant à ranger ma chambre: "C'est une porcherie, les rats doivent s'y ballader!". J'ai, je dois dire, un peu le même sentiment en voyant le nombres de lois françaises! Peut-être serait-il temps de faire du tri? A quand une brigade du tri? Cette prolification résulte d'un sentiment très français qui veut tout légiférer! Je ne suis absolument pas contre la loi (le révolutionnaire légaliste existe-t-il?), mais je pense qu'une fois votée, peut-être faudrait-il les appliquer! Or, comme c'est souvent le cas, une fois qu'une loi est votée par le Parlement, on estime que le problème est réglé! Du coup, on vote une autre loi portant sur le même sujet deux ans plus tard! Regardez la loi sur le droit au logement opposable! En quelques mois, le problème serait réglé avec cette loi? L'Ecosse, plus pragmatique n'envisage pas un règlement avant plusieurs années! Non, mais franchement, vous voyez un sans-abri porter plainte contre l'Etat? Pour la plupart, n'ayant pas d'adresse, ils ne peuvent déjà pas exercer leurs droits civiques...

Repost 0
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 15:34

Vous excuserez ce titre provocateur, mais il me semble que le racisme est devenu plus pervers de nos jours! Le politiquement correct nous interdit de dire "noirs" mais "black" ce qui, vous l'avouerez ne change absolument rien. Pourquoi pas "negro"? Tout est une question de connotation. Nous avons tous un ami, noir, arabe, caution de nos propos! M. Le Pen ne prétend-t-il pas être le premier homme politique à avoir soutenu des maghrébins aux élections? Bref, cet article épineux n'a pour but que de se soulever contre la discrimination positive qui, bien que bien intentionnée, ne va faire qu'empirer une situation! Laissez moi vous conter une petite anecdote vécue il y a quelques années à un concert: un jeune blanc saoul vient parler à un jeune noir sobre et lui dit qu'il aime les noirs! Sans mauvaise intention, n'est-ce pas une forme de racisme que de dire à quelqu'un qu'on l'apprécie sous prétexte qu'il est noir? N'est-ce pas nier en quelque sorte l'individualité de son interlocuteur et le ranger dans une case "cliché"? N'y aurait-il pas de noirs stupides, d'arabes méchants, comme il existe des abrutis chez "les visages pâles"? Pour ma part, je préconise de suivre la loi. Je rappelle qu'en France, la discrimination est interdite qu'il s'agisse des handicapés dont on parle rarement, des femmes, des minorités linguistiques ou ethniques(...)! Renforçons les contrôles dans un premier temps. Si j'étais chef d'entreprise ou même politique, je ne m'attarderais pas à la forme, mais au fond de l'individu qui me fait face, à sa compétence ... c'est, me semble-t-il, la meilleure façon de faire gagner son équipe (de pensée cela va s'en dire)!

 

 

 

 

 

Dessin de Bado.

Repost 0
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 12:37
J'écoutais ce matin, dans un bus, une interview de notre ancien Premier Ministre, M. Raffarin. Voila un homme qui, à la question "faut-il supprimer le département?" répond "assurément non, tous les pays ont un département ou quelque chose de semblable". Et voila qu'il nous prend comme exemple les kreis allemand et les régions autonomes d'Espagne. Bref, en régionaliste convaincu, je bondis! De quoi parle-t-il? Le département est une exception française! Il ne correspond à rien. Ces collectivités n'ont, pour la majorité, aucune identité! Le Kreis allemand correspond à nos "arrondissements", voir nos "pays". Le mot "kreis" veut d'ailleurs dire "cercle", "circonscription", "district". Quant à l'exemple espagnol, M. Raffarin ne comprend pas que des régions puissent avoir différents statuts! Tout à fait l'esprit d'un gaulliste français (quoique, peut-on réellement être qualifié de gaulliste quand on "prête serment" à Nicolas Sarkozy?)! Le département n'est conservé que parce qu'il permet à l'Etat de contrôler les régions! C'est la structure de base de notre République centralisée. La preuve, la décentralisation de M. Raffarin n'est jamais arrivée à terme! Elle était destinée à faire des économies, non à rendre plus efficace! Car pour rendre notre pays plus efficace, il aurait fallu remettre en cause un échelon: le département! Ses compétences auraient été redistribuées entre les communautés de communes et les régions... Mais en souhaitant que le pays fonctionne mieux, je porte atteinte à la République! Quel paradoxe!
Repost 0
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 11:41
Monsieur,

Dans une société du chiffre où l'on souhaite tout comptabilisé, qu'il est bon d'entendre parler des mots! Merci donc, M. De Robien, d'avoir proposé hier la leçon de mots à l'école. Le vocabulaire permet, en effet, de clarifier sa pensée et d'être plus précis. C'est nécessaire pour l'épanouissement intellectuel de l'enfant. Chaque mot a son importance! Si les synonymes existent, ils n'en gardent pas moins des nuances! Ainsi donc, M. le Ministre, je me permets de vous soumettre, à vous et à votre gouvernement un certain nombre de mots dont le sens a l'air de vous échapper: culture, liberté, autonomie, indépendance, multiappartenance, identité, fraternité, démocratie, république, laïcité, séparation des pouvoirs...

Cordialement.
Gael.
Repost 0
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 09:49

Un Etat moderne, s'il veut peser politiquement dans le monde ne peut se passer d'une armée! Qui dit "armée" dit "diplomatie". De même que la bombe nucléaire est une arme de dissuasion! La question est de savoir que faire de nos militaires si nous prônons la paix! La France, adepte de l'universalisme (comprenez qu'elle aimerait une Europe et même un Monde à la française), fait pourtant partie des pays qui ont refusé une armée européenne! Nous qui sommes constamment critiques à l'égard des Etats-Unis, gendarmes du monde, nous n'arrivons pas à nous entendre entre voisins pour mutualiser les efforts et ainsi faire entendre la (les) voix de l'Europe! J'entends déjà les détracteurs: qu'aurions-nous fait pour la guerre en Irak? C'est l'ONU qui devrait trancher! Les Etats Unis ont agi sans légitimité! Malheureusement, l'ONU n'a aucun poids politique! En théorie, les casques bleus auraient du s'interposer entre les forces "alliées" et le peuple Irakien. Mais on imagine mal pareille scène! A l'échelle nationale, les militaires deviendraient réserviste d'une armée européenne et stationneraient chez eux. Le président, chef des armées, leur confierait des missions d'intérêt général (environnement, humanitaire, soutien lors d'accident...). Il n'est pas normal, par exemple, que l'Union Européenne ne dispose pas de gardes côtes!


Caza, livre "Titouin au tibet", A.Li.En éd.
Repost 0
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 17:15

On va finir par croire que le projet d'impôt à la source est un serpent de mer! Pourtant, nous aurions tout intérêt à l'adopter. Ses détracteurs parlaient de responsabilisation du citoyen? Cet argument n'est plus valable depuis que les fiches d'impôts sont préremplies! le ministre de l'économie, T. Breton, parle d'"année blanche", je ne vois pas pourquoi: nous serions prélevés sur les revenus de cette année et non sur ceux de l'année dernière, voila tout! Mieux, si l'on veut bien croire les chiffres du gouvernement sur le chômage, on risquerait même d'engranger plus d'impôts puisqu'il y a moins de chômeurs!!! Mais ne soyons pas dupe! Outre le fait que le système actuel soit beaucoup plus compliqué, il dissuade les salariés de changer de métier lorsqu'ils le souhaitent et ne répond donc pas aux objectifs de reconversion professionnelle soutenus par l'Etat. Vu que nous payons des impôts sur nos revenus de l'année précédente, si un salarié réduit son temps de travail, il aura plus de difficulté à payer ses impôts! De même, si son salaire diminue, son pouvoir d'achat sera encore plus pénalisé par ce type de prélèvement! Mais peut-être est-ce une exception culturelle française que de ne jamais prendre les problèmes... à la source!

Repost 0