Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 15:40
Même si les substances ne sont pas nouvelles, la propagation des drogues s'étend. Toutefois, il est intéressant de faire une distinction entre les "drogués". Drogues dures ou drogues douces, telle n'est pas la question!

La véritable question est de savoir quelles sont les raisons de la prise de drogue? Avant de s'attaquer à un problème, autant en connaître les causes, non? Pour résumer, j'en vois trois: le plaisir, la détresse, la curiosité.

La consommation de drogue n'a pas commencé au XXe siècle. Qu'il s'agisse du tabac, de l'alcool ou de l'herbe, la prise régulière de substances -parfois illicites- correspond au départ à un moment de détente, un passe-temps traditionnel: le verre de vin entre amis, la cigarette après le café (lui aussi une drogue d'ailleurs!) ou le haschich pour libérer les langues. Toutefois, si le plaisir est le premier motif de consommation, on constate que la dépendance vient rapidement et que, pris trop régulièrement ou en trop grosses quantités, le sur-plaisir devient le signe d'un mal-être!

Sans vouloir faire de sociologie ou de psychanalise à deux euros (je n'en ai pas les compétences), je pense effectivement que la prise régulière de drogues (quelles qu'elles soient) démontre la détresse et l'ennui qui grinote notre société. C'est sur cette base de "rejettés", de "suicidaires", de "marginaux" ou de "malheureux" que prospère l'économie de la drogue! Un bizness géopolitique tellement fructueux que l'on peut même aller jusqu'à dire qu'il n'a pas vocation à être résolu! Les pays émetteurs gagnent plus d'argent en cultivant du kif ou du pavot plutôt que de la nourriture ce qui arrange finalement assez les pays récepteurs!

Le problème de la drogue est principalement développé dans les pays dits "riches" et on peut donc en conclure que notre société de l'abondance fabrique des "perdus"! Les médias ont beau faire miroiter une société du rêve, les citoyens ne sont pas dupes! En consommant la drogue, c'est ce monde qu'ils quittent... au lieu de construire une nouvelle société, le désespoir, la non-confiance en l'avenir les pousse à se réfugier dans un autre monde (Les Paradis Artificiels!). Cocaïne, Télévision ou Adrénaline = monde qui s'ennuie (voir ici)!  Dans un sens, il en va de même des religieux qui croient en un monde meilleur (ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit: certains croyants s'occupent de ce monde-ci!).

Enfin, la troisième cause de la consommation est plus rare et jamais abordée par nos autorités bornées: la découverte! Les sociétés anciennes utilisaient la drogue comme "outil" pour "libérer" leurs esprits. Même si cela peut faire rire, la Science actuelle a démontré que notre cerveau ne fonctionnait pas à 100% de son potentiel. Certaines zones sont fermées et les drogues constituaient des clefs pour y entrer (Ça y est, je sens que je vais passer pour un illuminé ou pire, pour un naïf!). Les Civilisations sud-américaines, par exemple, n'étaient-elles pas savantes avant la Science Moderne? La consommation de drogue ne pourrait-elle pas être abordée dans une démarche scientifique dont le principal cobaye est l'Homme? L'enjeu est de savoir la doser et d'en connaitre les risques pour mieux les éviter, non? Pour moi, le problème à l'heure actuelle est donc de voir que les substances s'artificialisent en vue de "créer" des dépendances... plus de contrôle possible mène à des dérapages!

Moralité: au lieu de s'attaquer aux conséquences de la drogue, peut-être faudrait-il mieux écouter les causes! Je ne suis pas sûr que l'Etat en prenne le chemin puisque la société de consommation sans projet n'est pas remise en cause, qu'une seule voie prime: la répression, et que les sciences humaines sont de plus en plus délaissées au profit de la Science "Dure" (qui, sans théories concurrentes, en devient despotique). La drogue est avant tout un rapport avec soi-même, mais le bien-être a-t-il véritablement sa place dans une société où l'on crie que l'argent fait le Bonheur?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PAS IMPORTANT 06/02/2008 18:28

Oui ça répond à peu près, celà dit plus que combattre, c'est éduquer son utilisateur pour qu'il trouve le bon contexte comme tu dis. Un peu comme il faudrait éduquer l'utilisateur d'internet qui peut trouver en cherchant des infos (sur la politique, et même le cannabis) tout et son contraire.

PAS IMPORTANT 05/02/2008 18:47

Salutj'ai lu et apparemment ce n'est pas trop mal développé. Une chose : tu semble tout de même te placer en détracteur des drogues, car tu te proposes d'étudier les causes. Ce qui est tout à fait honorable car une surconsommation n'est pas bénéfique c'est sûr.Simplement penses tu qu'une société sans drogue (quelle qu'elle soit) puisse exister ? Moi je te répondrais juste que se droguer est humain. En des milliers d'années d'évolutions les sources de plaisir de l'humain sont se trémousser sur des musiques sous vides dans une société asseptisée (qui excuse moi mais ne colle pas trop au terme d'humain) et regarder la télé. Les drogues ont au moins ça : elles ouvrent à de nouvelles sensations et à des notions de plaisir que l'homme à toujours recherché, si tu regardes bien, à part le cul et l'instruction (ce dernier n'étant que très peu surtout en France ou l'on freine la progression de la culture ...), ils sont tous des paradis artificiels créés de toutes pièces. Pour moi se droguer ce n'est pas seulement humain mais c'est aussi légitime. L'introduction de l'alcool chez les amérindiens a causé de grands ravages, alors qu'elle était une coutume chez les peuples occidentaux, on peut donc dire qu'en définitive la dangerosité d'une drogue vient de la capacité d'une population à en gérer la consommation. Ce que je veux dire, c'est qu'on ne doit pas priver certains de ce plaisir sous prétextes que certaines exceptions à la règles viennent mettre en cause la dangerosité du produit. On doit donc dans ce cas étudier les causes de la consommation, non pas pour empêcher les gens de consommer (parce que de toute façon la recherche de plaisir ne tarira jamais) mais pour améliorer notre société, afin que les consommations deviennent exclusivement récréative et ne deviennent pas comme tu l'as dit le symptome d'un malaise.Je me suis peut être un peu embrouillé mais j'espère que tu m'auras compris.

Chacalito 05/02/2008 20:28

Un ancien article, mais je me souviens grosso-modo de ce que j'ai dit. Je partage à peu près ton avis!Oui, les drogues ont toujours existé et ont toujours été recherchées pour les sensations qu'elles généraient. Le sport extrêmes, c'est la même chose! Mais je reste persuadé que la plupart des gens ne prennent pas de drogues (quelqu'elle soit) par choix. Disons que c'est souvent une fuite et que, dans ce cas, c'est TRES malsain.J'ai connu des amis qui ont testé pour découvrir, par curiosité! Mais il faut un contexte et ils s'étaient préparés. Bref, le fond de ma pensée: interdire les drogues, c'est se voiler la face! Ne pas lutter contre elles, c'est être irresponsable. Je pense que la psychologie peut beaucoup et que le manque de communication (réelle) de notre société rend malheureux. Et sans jouer les philosophes à 2 sous, être malheureux pousse l'Homme à vouloir une autre vie!On pourrait dire de même des "drogués de Dieu" qui espèrent une vie meilleur au ciel alors qu'ils pourraient essayer d'en trouver une bien en ce monde!ça répond à ta question? Moi aussi je m'embrouille.Au plaisirGael.

Kao 30/06/2007 21:03

Faux : la drogue est tout aussi répendue dans les pays "pauvres" que dans les pays riches. Ce ne sont pas les même drogues, on verra plus souvent de la colle, des solvants, du crack... qui sont beaucoup moins chers. allez faire un tour en Amérique du Sud, au Cambodge, en Inde, en Afrique...

Chacalito 01/07/2007 12:43

Certes, la drogue est universelle, mais je ne me plaçais pas de ce point de vue! Je disais simplement que si elle était fabriquée de façon industrielle, c'était pour répondre à la détresse des pays riches! Mais évidemment, j'ai pu voir au Mexique ou au Sénégal que la drogue est utilisée là-bas aussi...Cordialement.Gael.