Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Klask

Archives

23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 12:06

I-love-breizh.jpgChristian Le Meut m'a fait passer récemment un article du Télégramme dont le titre posait la question de savoir si la culture bretonne était "vieillotte" (lire ici)? J'aimerai aller plus loin que cet article qui a le mérite de poser un vrai débat, mais qui ne fait qu'effleurer le sujet et caricaturer un peu le propos.

 

La Bretagne est à la mode, c'est évident. Mais quelle Bretagne? Cet été encore, j'ai vu moult touristes, bretons ou non, arborer des T-shirts "I love BZH", "En Bretagne, il ne pleut que sur les cons" ou bien encore "Che Guevarrec"... ouais ouais! Pour être breton, il faut donc porter un T-Shirt qui le dise?

 

Je ne suis pas contre que la Bretagne se distingue de façon vestimentaire. Moi-même, j'achète de temps à autre les T-shirts Stered d'un de mes potes qui fait un réel effort pour la langue bretonne, mais je désteste les gardiens du temple qui utilisent l'image de la Bretagne, mais sans rien rendre à sa culture. L'exploitation pure et simple! L'exemple flagrant, c'est la marque A l'aise Breizh qui a popularisé l'image joyeuse de la Bretagne, mais dont le site n'est même pas bilingue! ça leur coûterait quoi? Des clopinettes! Mais pour la langue bretonne, ce serait ça de gagné.

 

Voilà donc notre pays aujourd'hui: revendiqué comme une marque de fromage ou un gadget à la mode! C'est certes un marche-pied, mais ça peut vite s'arrêter. Quand je vois certains arborer fièrement le Gwenn-ha-du, mais être contre la réunification, je me demande combien de bandes a leur drapeau! 5 bandes noires et 4 bandes blanches, ça a une signification! La Haute Bretagne ne se limite pas à l'Ille et Vilaine n'en déplaise à Jean-Louis Tourenne!

 

Alors, oui, je vous l'accorde, danses et musiques traditionnelles sont folkloriques. Et alors? On peut les apprécier comme telles et les faire évoluer comme le font certains bagadoù (je pense à Locoal ou Cap Caval). Certains aiment, d'autres non. Il ne suffit pas de jouer de la bombarde pour être breton et l'inverse n'est pas vrai non plus. Personnellement, je suis plutôt éclectique niveau musical, je ne suis pas catholique, je n'ai pas de costume trad'. Ce qui m'importe dans la culture bretonne, c'est l'immatériel: la langue, l'esprit, le regard sur le monde. Et ça ne se mesure pas à la taille du drapeau, ni à sa tenue vestimentaire.

 

gwenn-ha-du-geant.jpgAujourd'hui, comme dans les années 70 ("où les francophones chantaient Stivell et les bretonnants Dalida" comme dit toujours Herri Gourmelen), l'habit ne fait pas le moine et les millions de personnes qui portent A l'aise Breizh ou dont le coffre arbore une bigoudène (comme si les bigoudènes représentaient l'ensemble de la Bretagne!) ne sont pas toujours les plus fervents partisans de la culture bretonne. Cela étant, soyons positifs, il y a encore quelques décennies, on était verbalisé pour un Gwenn-ha-du sur l'arrière de sa voiture... La Bretagne n'est plus ringarde, mais l'avenir de sa culture et donc de son âme, de sa richesse, est encore entre les mains des bretons!

Repost 0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 18:58

banner_venetie_website.gif
Que de noms d'oiseaux j'ai reçu quand j'ai annoncé que je partais à Venise pour l'Assemblée Générale de l'Alliance Libre Européenne (et ALE jeunes). A vrai dire, l'imaginaire qui enveloppe cette ville est hallucinante eut égard à la réalité. Je ne vais pas cracher dans la soupe, mais je donne néanmoins un conseil aux amoureux qui désirent partir en voyage romantique: préférez Brugges ou Gand à Venise, à moins que vous n'aimiez les ballades nocturnes et dans ce cas, vous serez ravis.

Car cette ville mythique est pire qu'Albion! Le pont des soupirs et une partie de la place St Marc étaient couverts de publicité (Lacoste ou Belgarius), que de grands magasins Dolce & Gabbana, Prada ou autres grands marques vestimentaires  et la moindre pause dans un café vous coûte un bras! Les vaporetto quant à eux sont hors de prix (6,5€ la traversée) quand nos gentils bateaux-bus lorientais ne valent que le prix d'un ticket soit 1,20€ (il me semble). Maintenant, je dis ça car je suis un bourgeois qui peut voyager et pour celui qui n'a pas de point de comparaison, il est indéniable que les ruelles et canaux sont jolis.

Côté politique, nous tombions la semaine du vote aux régionales si bien que les panneaux électoraux fleurissaient. Un peu compliqué à comprendre car il semble y avoir plusieurs élections à la fois si bien que les panneaux n'étaient pas les mêmes selon les endroits de la ville.
La Liga Veneta Republica (à ne pas confondre avec la Liga veneta tout court, membre de la Ligue du Nord), membre de l'ALE, préparait elle aussi son élection ce qui me fait d'ailleurs penser que j'ai entendu hier à la radio que je ne sais plus qui du clergé italien avait appelé les fidèles, pendant le sermon, à battre la gauche! Il n'y a que l'Italie où il existe encore ça...

Un nouveau bureau de l'ALE jeunes a vu le jour. J'ai laissé ma place, ne sachant pas le temps que me prendra à l'avenir le Peuple breton, ici, en Bretagne. Mais je ne perds pas de vue les relations internationales. D'ailleurs, la nouvelle présidente,
Irati Aizpurua Alquezar, membre de Gazte Abertzaleak et moi nous sommes très bien entendu. J'ai d'ailleurs passé la majeure partie de mon séjour avec la délégation Basque d'Eusko Alkartasuna (parti mère) ainsi que la délégation catalane du PSM (Majorque). En témoigne cette photo souvenir sur la place Saint Marc avec Pello Urizar, le porte parole d'EA ainsi que mes amis Antoni (JEN-PSM) et Aitziber (EA). Une amitié qui dure avec ce parti basque puisqu'outre le fait que la section d'Ipparalde est membre de R&Ps, on se souvient que Gwennoline (responsable adjointe de l'UDBy) avait répondu présente à l'invitation au congrès de GA.

Irati-et-moi.jpggwenn-ha-du-a-Venise.jpg

Repost 0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 16:45

De retour en stop du Trégor où se déroulait l'université d'été de Régions et Peuples Solidaires, je peux enfin revenir vous faire mon compte-rendu. Pas complet puisque je ne veux pas redire ce que j'ai dit pour le Peuple breton du mois à venir, mais en donnant d'autres infos, plus conviviales.

Je ne peux que commencer mon petit article qu'en m'apitoyant sur le sort que réserve la presse à une université où trois députés se sont déplacés! Alors que s'ouvre dans quelques jours l'université d'été des socialistes que les journalistes chroniquent tel un match de football (Ségolène a dit ça, la balle est dans le camp de Martine qui fait un dégagement vers Vincent...), certains travaillent pour de vrai.

Le programme (cliquez ici) était copieux de même que la bouffe. A ce propos, comment sait-on qu'une université est préparée par des hommes? Il y a beaucoup de charcuterie au menu! Rassurez-vous toutefois, les femmes étaient aussi au rendez-vous et des jolies en plus...

250 congressistes, ça commence à chiffrer pas mal. Surtout quand on sait qu'ils viennent d'un peu partout en France pendant quatre jours. J'ai choisi la photo ci-dessous (sans convive) pour illustrer (paradoxalement) le monde qui a participé au repas convivial à Plougrescant: 175 assiettes, verres, couteaux, fourchettes et cuillères que j'ai aidé à installer avec quelques camarades. Impossible de décrire cette soirée où Gwendal, le magicien, a mis le feu sous le regard ébloui de nos amis! C'est aussi ça la Bretagne que l'on aime: l'amitié et le partage.


Côté fond, pas trop de déception.

La conférence sur le changement climatique était animée par Christian Guyonvarc'h qui sera bientôt au sommet de Copenhague au nom de la Région Bretagne (Christian s'occupe des affaires internationales). Alain Retière, après être venu au congrès de Plérin, nous a fait le plaisir de revenir. Mais on pouvait également écouter Vincent Mariette et Guy Jourden au sujet des énergies marines, porteuses d'espoir en Bretagne (rappelons que la Bretagne importe la majorité de son énergie). A cette occasion, le Nouveau Plan Alter Breton de l'UDB a été présenté.

La question de la réforme territoriale a été débattue à partir d'un exposé de Romain Pasquier. Fort intéressant même si, ayant lu le rapport, je n'ai pas appris grand chose. On reste dans le flou côté réunification. Puis, débat sur l'avenir d'Europe-Ecologie où Yannick Jadot et Nicole Kiil-Nielsen ont pu constater que l'UDB était loin d'être inféodé à qui que ce soit et qu'elle entendait ne rien entamer avant la convention du 26 septembre, celle où les militants de l'UDB, démocratiquement, choisiront leur préférence quant aux scénarii qui leur seront proposés.

Il était question lors du dernier débat de l'Europe e
t des réponses régionales à la crise. Bref, une valorisation du couple Régions-Europe. Je tiens ici à remercier René Louail, paysan breton dont la fougue a été vivement saluée par la salle. Merde, il y a des personnalités bretonnes qui valent leur pesant de cacahuètes!

Un grand merci aux camarades qui ont organisé et animé cette université d'été. Je pense à Jef, Gwenael, Annie, Jean-Paul, Philippe, Gwendal en particulier, mais aussi Gwennoline qui a convoyé deux "ravagés" une nuit, Nono, Julien, Tristan, "M." Bruno et Pèire, Nicole et tous les amis amazight, sans compter Jacques le britto-belge encarté et j'en passe (notamment mes amis de l'ALE). L'UDB, c'est avant tout une belle histoire d'amitié...

Je rajoute que l'UDB exploite les filles de militants pour la buvette! Excuse moi Charlotte pour t'avoir oublié... j'espère que tu t'es bien amusée malgré la charge de travail que l'on t'a imposé!
Repost 0
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 18:00

Dia da Patria Galega - Hymne de la Galice
envoyé par Jeunes-UDB.


Invitée à St Jacques de Compostelle par le BNG (parti politique galicien de gauche), l'UDB m'a envoyé comme représentant officiel du parti à la fête nationale de la Galice. Je n'en dis pas trop puisque je suis chargé d'écrire un article pour le Peuple breton à ce sujet. Je vous laisse tout de même juge de l'importance de la manifestation: 20000 personnes dans les rues et 2000 devant la scène. Quand tout le monde chante l'hymne galicien, ça fait tout drôle!

Bref, j'ai à nouveau rencontré des gens charmants et revus des amis de l'ALE. A chacun de mes voyages, je me rends compte à quel point notre situation institutionnelle et surtout culturelle est problématique en Bretagne.

Je doute qu'il lise ceci un jour, mais je remercie Yannig Laporte pour nos quelques échanges avant mon départ. Sachez que ce militant breton animera une conférence durant le festival interceltique de Lorient dont l'invitée cette année est: la Galice! Je lui dédicace cette photo. Il comprendra...

Repost 0
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 16:50
Haute (en rose) et Basse-Silésie (en bleue).
Source: eurominority




J'ai l'habitude de dire que l'autonomie est le quotidien de millions d'européens, mais il est vrai que tous les européens ne vivent pas dans des Etats très avancés question subsidiarité. C'est le cas de la Silésie dont le territoire s'étend de l'Allemagne à la Pologne en passant par la république Tchèque. L'histoire de la Silésie est assez édifiante et nous renvoie à des périodes sombres de l'histoire contemporaine (voir ici).

Samedi dernier, RAŚ, the "Silesia Autonomy Movement", organisait une marche pour l'autonomie pour la troisième fois. C'est un de mes copains silésiens qui m'a donné les informations qui suivent. Katowice, la capitale de l'actuelle haute-Silésie, était en Allemagne comme d'ailleurs la totalité du pays jusqu'à la fin de la première guerre mondiale. En 1920, une part de la haute-Silésie (incluant Katowice) rejoignit la Pologne. Cette petite portion de la Silésie eut une autonomie au sein de l'Etat polonais. Après la seconde guerre mondiale, la totalité de la Silésie rejoignit la Pologne ne laissant qu'une minuscule morceau à la République Tchèque.

la marche pour l'autonomie organisée samedi l'était pour rappeler et regagner l'autonomie que la Haute-Silésie avait dans les années 1920. Car aujourd'hui, la Pologne semble aussi centralisée que la France. Elle ignore la Silésie et tente même de ruiner la culture du pays ("pas simplement économiquement" me dit mon pote).

D'après un recensement fait au début des années 2000 en Pologne, à peu près 175 000 personnes se déclaraient silésiennes et 150 000 allemandes. 10 000 personnes se déclaraient silésiennes en République Tchèque.
Repost 0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 00:25
Voici trois vidéos de l'Alliance Libre Européenne, le groupe dans lequel François Alfonsi (PNC) siégera si la liste Europe-Ecologie parvient à obtenir deux élus dans le Sud-Est.  Ce groupe siège actuellement en compagnie des Verts et notamment de Dany Cohn-Bendit et Gérard Onesta, l'excellent invité du mois du Peuple breton.

Au terme de trois mois de campagne, une chose est certaine: nous, que beaucoup traitent encore de "repliés sur nos cultures", menons une réelle campagne européenne et pas franco-française. "Unis dans la diversité", devise européenne, est nôtre et jamais nous n'opposons une culture à une autre.

L'Union démocratique bretonne a un projet politique. J'ai un projet politique et je refuse le 100% breton que certains militants bretons voudraient nous voir adopter.  Cette stratégie conduira le mouvement breton droit dans le mur et le condamne à ne pas démocratiser les combats que nous menons.

Nous sommes de gauche, refusons ce système économique capitaliste destructeur des territoires et des sociétés qui les composent. Nous sommes écologistes et nous pensons sincèrement que l'avenir de la planète ne sera pas possible dans une Europe dont la gestion n'est pas assurée par les échelons pertinents, autrement dit les régions. L'ONU le dit et Europe-Ecologie défend cette vision fédéraliste.

Je vote Europe-Ecologie sans état d'âme car je sais qu'un José Bové se battra pour une politique agricole commune plus juste et plus respectueuse de l'environnement, car je sais qu'une Eva Joly se battra contre le système monnétaire pourri, que Yannick Jadot luttera contre le nucléaire que Nicolas Sarkozy entend vendre à nos voisins, que François Alfonsi défendra l'autonomie pour nos régions et la diversité aussi bien culturelle que naturelle.

Profitez bien, vous entendrez ici plus de langues que dans tout autre clip que vous aurez pu voir pour ces européennes. Tous ces partis sont partenaires de l'UDB au niveau européen. Sur le fond, nous partageons bon nombre des constats avec ces partis, mais nos moyens ne sont pas forcément les mêmes. Si le SNP ou ERC demandent un référendum pour l'indépendance, ce n'est pas notre cas.





Le 7 juin, votons pour une liste de long terme,
votons pour une vision européenne qui sait allier le local au global,
votons Europe-Ecologie!


Repost 0
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 20:30

Je ne suis pas un fana des hymnes. Et pourtant, j'ai été, comme des milliers de bretons aujourd'hui, ravi de constater à quel point une chanson pouvait enthousiasmer les foules. La Une de l'Equipe est en breton, on ne parle que du match Guingamp-Rennes dans les rues et on s'attend à voir un stade de France pavoisé aux couleurs du Gwen-ha-du!

Qui aurait dit, il y a quelques mois, que l'UDB aurait réussi l'exploit de rentrer dans le monde du sport? C'est pourtant suite à une lettre de Mona Bras (voir ici), notre porte-parole que l'hymne breton va être joué sur la pelouse du stade, en plein Paris! Une belle revanche sur cet Etat centralisé et intolérant. Car c'est bien la Fédération Française de Football qui a accepté de faire jouer le "Bro-Gozh ma zadoù" (vieux pays de mes ancêtres) et pas l'Etat.

Alors certes, certains croiront sans doute que l'hymne, c'est Tri-Martelod que sonneront les bagadoù, certes l'hymne ne sera pas joué dans le temps protocolaire et nous le regrettons (mais c'est avant tout la faute de l'Etat qui refuse d'officialiser les langues régionales), mais réjouissons-nous car aujourd'hui, beaucoup de bretons ont appris l'existence de leur hymne.

Le voici d'ailleurs. Bonne soirée à tous! Sans Sarkozy si j'ai bien compris?


BRO GOZH MA ZADOU


Ni Breizhiz a galon karomp hon gwir Vro!
Brudet eo an Arvor dre ar Bed tro-dro!
Dispont e kreiz ar brezel, hon tadoù ken mad
A skuilhas eviti o gwad

O Breizh! Ma Bro me'gar ma Bro
Tra mar vo'r mor'vel mur'n he zro
Ra vezo digabestr ma Bro!


Ar Vretoned a zo tud kalet ha krenv
N'eus pobl kan kalonek a zindan an nenv
Gwerz trist, son didius a ziwan eno
O Pegen kaer ez out, ma bro

Breizh, douar a Sent kozh, douar ar Varzhed
N'eus Bro-all a garan kerment' barzh ar Bed
Pep menez pep traonienn d'am c'halon
Enno'krousk meur a Vreizhad ter!

Repost 0
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 17:52
En leur annonçant ma destination, la plupart de mes interlocuteurs m'ont posé la même question: "l'île de Man? C'est où?". Pour certains paradis fiscal, pour d'autres paradis de la course de moto (la fameuse "TT race"), pour d'autres encore une des nations celtes, finalement cette île n'est connue que de ses habitants qui sont fort peu nombreux (80 000).

L'île de Man a un petit goût d'Irlande avec ses champs verts à perte de vue, ses murets de pierre, ces lapins, ces moutons. Mais aussi un peu de l'île d'Arz tant les faisans pullulent et de la Bretagne aussi quand les ajoncs sont en fleur.

C'est surtout une incongruïté politique! Nation assurément, cette île n'est ni un Etat, ni rattaché au Royaume Uni. La reine y exerce un pouvoir puisque l'île possède un gouverneur, mais elle a aussi un gouvernement (on dit d'ailleurs que c'est le plus ancien parlement au monde). L'île de Man n'appartient pas à l'Union Européenne, mais suit certaines de ses directives néanmoins (ne serait-ce que pour composer avec le RU). Elle possède (si j'ai bien compris) deux chambres: la House of keys qui serait plus ou moins notre assemblée nationale sauf que les membres sont "ministres" et une autre chambre dont les membres ne sont pas élus au suffrage universel direct, mais nommé par la house of keys et qui s'apparenterait à notre sénat (sauf qu'elle a le dernier mot). En gros, un pouvoir législatif, mais un pouvoir exécutif situé on ne sait où car partagé entre la Reine et les chambres. En réalité, c'est un peu plus compliqué que cela, mais je ne vais pas faire un cours de science politique ici (d'ailleurs, j'en serai incapable).

Un voyage extra réalisé grace à un ami qui préfère rester anonyme (sic) qui m'a fait découvrir son pays du nord au sud, de l'est à l'ouest:
- Douglas, "capitale" et sa promenade, son musée super, ses collines, le Gaiety theater... 
- Peel et son château, son port, ses phoques, sa colline (encore), sa plage, son musée (moins bon que celui de Douglas cependant).
- Laxey et sa roue (mineurs).
- Cregneish et son village typique (chaumière) qui servit d'environnement au film "Waking Ned" (comédie tournée à l'île de Man dans laquelle deux amis usurpent l'identité d'un de leur ami mort de stupeur en apprenant qu'il était le gagnant de la loterie nationale).
- L'école par immersion de St John's,
Bunscoill Ghaelgagh (Diwan, mais en Manx). Un article devrait y être consacré prochainement dans le Peuple breton. Et Tynwald, en face, une butte symbolisant le Parlement que d'aucuns qualifient de plus ancien au monde.  
- Castletown et l'ancienne House of keys
- Ramsey, , Ballasalla, Port Erin, Calf of Man (voir photo)...

Je suis persuadé de toute façon que j'en oublie. On a souvent l'impression de dominer sur cette île contrairement à l'impression que j'avais ressentie au Mexique. Car s'il n'est pas plat, le pays ne possède quasiment pas d'immeuble si bien que déambuler dans des rues avec vue sur le ciel est étrange pour un citadin comme moi. Sans compter qu'ils sont si peu que tout le monde finit par se connaître ou connaître quelqu'un qui connaît quelqu'un.

Que retenir de cette île? Pff... des chats sans queue, mais pas tant que ça? Des bancs publics tous construits en hommage à des morts (sympa je trouve comme concept)? du fromage à différents goûts? Les steack pie (tourtes à la viande)? Claire Danes (Juliette de Roméo + Juliette) que j'ai croisé en allant manger dans une taverne et que j'ai pris pour une copine (une fille qui vous sourit et que l'on voit à la TV, c'est comme si on la connaissait, non?)? Phil Gawne, le ministre de l'agriculture et sa femme avec lesquels j'ai mangé et qui partageait mon sentiment sur tellement de sujets?

Je ne saurai choisir et conclurai en disant que c'est une petite île qui vaut le coup d'oeil...
Repost 0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 18:33


20 avril 1980 - 20 avril 2009. (29 ans donc, l'illustration de Hic datant de l'année dernière).

Une dizaine de milliers de personnes ont répondu hier à l'appel du Mouvement pour l'Autonomie de la Kabylie pour commémorer "le printemps berbère". Journée d'abord placée sous le signe de la lutte contre des répressions en souvenir d'avril 1980, mais aussi du printemps noir (émeutes suite à la mort d'un lycéen kabyle réprimée dans le sang par le pouvoir algérien en 2001), elle fut aussi l'occasion pour les kabyles de revendiquer leur identité que l'Etat algérien, soucieux de copier son modèle français, refuse d'accorder à ces berbères qui ne sont pas arabes.

Les manifestants ont scandé les slogans du MAK "pouvoir assassin", "autonomie pour la Kabylie" (assa azekka, timanit thella thella ce qui veut dire aujourd’hui ou demain, l’autonomie, il y aura). D'après le journal
El Watan  l'un des symboles fort de cette manifestation, c'est la décision du MAK de sortir de l'anonymat en dévoilant les cadres de l'organisation.

Tout mon soutien au peuple amazigh et à ceux qui les défendent ici en Bretagne comme ma camarade Nicole ou là-bas comme mon non moins camarade kabyle Salah qui lutte chaque jour pour le droits des kabyles et de leur territoire. 

Repost 0
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 15:50

Retour de Barcelone où l'UDBy était invitée à participer à l'Assemblée Générale de l'Alliance Libre Européenne jeunes (EFAy) ainsi qu'à celle de l'Alliance Libre Européenne tout court (EFA). Cela se passait jeudi 26 et vendredi 27 mars 2009 à Barcelone, en el païs catalan.

Je ne ferai pas ici un compte-rendu puisque je l'ai déjà réalisé pour le blog des Jeunes de l'UDB qui m'y déléguait (voir ici). Simplement remercier nos partenaires politiques d'Esquerra Republicana de Catalunya de nous avoir accueilli. Et remercier tous les autres d'être venus car de telles rencontres sont formidables. D'autant que je sais pertinemment que je risque de revoir la plupart d'entre eux au fil des mois. ça, c'est l'Europe concrète!

Pour vous donner une idée de la diversité culturelle en Europe, voici une petite liste des nations (ou régions) représentées à Barcelone outre la Bretagne: Ecosse, Pays de Galles, Cornouailles, Galice, Asturies, Frise, Sardaigne, Andalousie, Catalogne, Pays Basque, Aragon, Sicile, Sud-Tirol, Bavière, Flandres, Occitanie, Alsace, Corse, Silésie,  ... plus des Sorabes, des Roms de Hongrie, des Hongrois de Slovaquie et j'en oublie certainement.

Le nouveau bureau des Jeunes de l'ALE est composé ainsi:

Président: Jezz Anbledh (Kernow X)
Bureau: Arseni Armengou (JERC), Antoni Trobat (JEN), Gudrun Kofler (Junge Südtiroler Freiheit), Meilyr Hedd (Plaid Cymru) et moi-même pour l'UDBy.
Secrétaire Général: Lucy Collyer.

Illustration: durant la conférence avec Bram (Flandres) et Hannah (Ecosse).

Voir les photos.
Repost 0