Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 11:58
croisee-des-chemins.jpgLes grosses huiles politiques qui se passent de la paumade m'insupportent! Nous vivons une époque moderne paraît-il! Notre société de consommation, soi-disant "libre", ne convient à personne sauf à une poignée de nantis qui n'a aucune légitimité. La richesse mondiale est répartie on ne peut plus inéquitablement et les être humains sont condamnés à perdre leurs vies à la gagner. La planète elle-même est menacée par un développement inhumain et irraisonné qui génère des déchets que nous ne préféront pas voir, qui écrase le dissident, celui qui a un projet de vie, celui qui refuse une vie de con, qui se dit qu'il n'est pas sur Terre pour souffrir! Et l'inertie du système fait dire aux gens (ces satanés "gens") que ce n'est pas leur faute, que nous sommes obligés! Ceci n'est pas un film de SF, c'est la réalité! Le Bien-Etre contraint, je ne sais pas pour vous, mais moi, je ne connais pas!

Les paumés se cament pour se calmer, se calment pour canner. Ils descendent parfois de leur nuage et marchent dans la rue en tournant la tête de droite à gauche, de gauche à droite, qu’importe le côté, du moment que leurs têtes tournent. Autour d'eux, des zombis aux yeux bandés trimballent à leur cheville des cercueils pour se reposer, ils courent, mais ne parviennent pas à les distancer: les cercueils sont toujours là, dans l’ombre… alors certains boivent au lieu de tenir les murs et d’autres oublient en travaillant pour de petits roquets qui les lacèrent de coups de fouet. Le temps passe, passe, passe-passe et les zombis font des mômes qu’ils mettent dès leur naissance devant un poste de télévision où la société leur fait miroiter l’élévation, le nirvana, le pied, là-haut, loin... ON (le terrible "On") leur fait voir des colonies d'enfants aux yeux cousus venu d'ailleurs et n'allant nulle part. Sur les épaules de ces chérubins marchant au rythme des battements de tambour, des fusils à bouchon. Les enfants zombis applaudissent devant leur poste lorsque ces petits pantins tombent au combat, explosent en bulles de savon et redeviennent poussière avant de renaître pantins... AMEN et que Dieu préserve notre modèle économique!

Et puis un jour, les zombis prennent conscience d'eux-mêmes! Le constat est là: ils sont bel et bien drogués (de téléphone ou de télévision, de jeux vidéo ou de consommation). Ils s'en prennent à ces coqs médiatiques qui se déchirent dans une lutte à mort pour le pouvoir, mais oublient de parler des requins aux sourires d’anges qui leur demandent gentiment s’ils peuvent les bouffer, de ces vieux crabes qui prétendent que si l’eau est polluée, c’est que le peuple y trempe les pieds. Les zombis aux yeux bandés jugent et se gargarisent de grands mots qui n’existent pas, mais subissent les pressions des requins qui leur proposent des "hypopothèques", des coqs qui hurlent au danger ou des roquets qui menacent de les affamer.

Pris en étau entre le boeuf et l'âne, ils ne voient pas la fleur qui pousse au milieu du lisier et qui ne demande qu'à grandir. Oui, j'aimerais être une fleur ou à défaut d'être une fleur, un mouton qui mange des fleurs à épines comme dans le Petit Prince de St Exupéry! Nous vivons en Absurdie, mais un autre monde est possible... encore faut-il le vouloir!

Film satirique (Surplus : Terrorized Into Being Consumers, de Erik Gandini et Johan Söderberg, sorti en 2003) à voir absolument: ici
illustration: Olivox. Merci à lui. Voir site ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires