Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 12:45
Si je rejette l'usage de la violence à des fins politiques, il est toutefois clair que le conflit qui oppose l'armée turque au clandestin PKK est un affaire identitaire. Car la clef de ce conflit réside dans la reconnaissance de cette minorité: le Kurdistan n'a pas d'Etat!

Nul ne peut nier l'existence kurde, ce territoire partagé entre la Turquie, la Syrie, l'Iran et l'Irak (info ici). La guerre du Golfe (Irak) a même débouché sur une certaine autonomie si mes souvenirs sont bons (ce qui n'a pas empêché Saddam, par la suite, de s'en prendre à eux!). Mais pourquoi ne pas avoir profiter de cette désastreuse guerre (celle qui perdure) pour redécouper les frontières et au moins créer un Kurdistan libre?

La situation est loin d'être simple: d'une part, les kurdes sont divisés et d'autre part, l'instauration d'un système Etatique au Moyen-Orient a les conséquences que l'on connait. 30% du territoire kurde est situé en Turquie qui, bien entendu, verrait d'un très mauvais oeil un séparatisme et préfère affronter les "terroristes" plutôt que d'écouter leurs revendications (voir ici).

Comme au bon vieux temps des Seljoukides, l'Etat turc préfère asseoir sa domination. Paradoxalement, c'est le plus illustre kurde, Saladin, le héros musulman des croisades qui annihila les droits de la province kurde créée par... le dernier des grands sultans seljoukides (ceux-là même qui avait installé leur empire) en 1150! Une fois sultan, Saladin fait entrer le kurdistan dans le califat (donc sous tutelle du centre).

Bref, aujourd'hui, les problèmes géopolitiques éclatent en Turquie, Etat sans doute le plus repressif auprès des kurdes (interdiction de parler la langue kurde à la création de la république par exemple). Nier des millions d'individus laissent des traces! Né en 1984, le PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) avait diminué d'intensité depuis l'arrestation et la mise à mort de son leader en 1999.

Aujourd'hui, il semble avoir repris vie, mais parlera-t-on du problème de fond? Des Etats-Nation créés à la sortie de la seconde guerre mondiale? J'en doute...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Xebat 08/10/2008 21:49

La situation du Kurdistan sud (iraquien) est satisfaisante et très encourageante.Il y a bien entendu des ombres au tableau: -une corruption préoccupante;-le népotisme (les deux principaux partis qui ont incarné la lutte armée étant le PDK de Barzani et l'UPK de Talabani);-des incertitudes sur le plan institutionnel car le parlement iraquien tente,de concert avec les Etats voisins (Turquie,Syrien,Iran),de remettre en cause des droits constitutionnellement garantis aux Kurdes (le principe même du fédéralisme,le référendum sur Kirkuk,riche cité pétrolière kurde largement arabisée par Saddam et exclue administrativement du Kurdistan comme le rappelle Bruno dans le premier commentaire...)Bref,des problème typiquement moyen-orientaux :) mais il n'en reste pas moins que c'est la seule des 4 parties du Kurdistan qui jouit d'un tel statut et dans laquelle les Kurdes ne vivent pas sous domination,répression et humiliation.Cette liberté retrouvée sera-t-elle contagieuse pour les autres parties du Kurdistan,nous le souhaitons car les Kurdes iraquiens représentent quelques 5 millions d'âmes sur une population totale de Kurdes estimée à près de 30 millions.Mais le chemin semble long et semé d'embûches.Tant que le problème de fond n'est pas abordé dans les différents Etats qui occupent une partie du Kurdistan,comme vous le dites en conclusion de votre article,on peut effectivement douter que le même vent de liberté souffle sur les autres parties de mon pays.Ou alors faudrait qu'oncle Sam vienne renverser les autres régimes aussi! :-))Xebat

xebat 08/10/2008 00:06

Gael,votre article sur le Kurdistan est intéressant.Il s'agit d'une vue générale mais bien exposée de la situation.Vous avez également mis des liens utiles pour qui veut  approfondir le sujet.Bien sûr qu'on peut toujours y apporter des précisions et des compléments d'informations,difficile d'être exhaustif sur un sujet aussi complexe!Comme vous le dites très bien,les Kurdes sont présents sur un vaste territoire qui a été divisé principalement entre 4 Etats: la Turquie (qui occupe la plus grande partie),l'Iran,l'Irak et la Syrie.Vous avez également mille fois raison de dire,contrairement à ce que beaucoup prétendent ici, que c'est en Turquie,pays prétendument "démocratique" et candidat officiel à l'adhésion,que la situation du peuple Kurde est la plus alarmante."Les Kurdes du nord" (dénomination des Kurdes de Turquie) subissent une réelle répression politico-judiciaro-militaro-médiatique.Il y a eu quelques "avancées démocratiques",en réalité insignifiantes car sans réelle volonté politique (imposées par l'UE dans le cadre de la candidature à l'adhésion) et qui ne se traduisent pas ou très difficilement sur le terrain. http://akbdrk.free.fr/spip.php?article57Quant au "Kurdistan sud" (Kurdistan iraquien),la situation est différente.C'est même la seule partie du Kurdistan où les Kurdes y vivent en LIBERTE!La région est plutôt calme,sûre,économiquement propspère....Les droits des minorités ethniques et religieuses (chrétiens,yézidis,les Chaldéens,les Arabes,les Turcomans) sont respectés et la cohabitation entre ces différentes communautés est plutôt bonne.Bien sûr qu'il y a encore des progrès à faire,mais la situation est prometteuse est inédite dans cet "Orient compliqué"...Quant à son statut,en fait le Kurdistan iraquien jouissait d'une autonomie de fait depuis 1991 et la région était protégée par l'aviation américano-britanique dans le cadre de l'opération "Provide comforte" (la France faisait également partie du dispositif mais elle s'y est retirée sous Chirac en 1995).Ce dispositif a durée de 1991 à la chute du tyran iraquien en 2003.Depuis le renversement du régime baas,la nouvelle Constitution iraquienne prévoit expressément le caractère fédéral de l'Irak.En réalité la situation est plus complexe,le Kurdistan a tous les attributs d'un Etat indépendant: son propre parlement,sa propre armée (les peshmergas),sa propre police,son drapeau,son gouvernement...Le drapeau iraquien était interdit jusqu'à récemment,les forces de sécurité iraquiennes ne peuvent pas entrer au Kurdistan sans l'aval du parlement kurde et les lois applicables à la région sont exclusivement adoptées par le parlement régional.Sur le plan de l'éducation,les enseignements sont dispensés en kurde et dans les langues minoritaires,et le plus sosuvent en anglais dans les universités.Bref,le Kurdistan est ce qu'on appelle "the other Irak"... http://www.theotheriraq.com/press.htmlhttp://www.theotheriraq.com/

Chacalito 08/10/2008 00:26


Passionnant. Je ne savais pas le Kurdistan si avancé politiquement en Iraq!

Gael.


Bruno Le Clainche 05/11/2007 20:35

Juste deux détails pour compléter ce panorama :
- Le Kurdistan irakien est aujourd'hui autonome (en dehors des provinces de Mossoul et Kirkouk que Saddam Hussein avait arabisé)
- Abdullah Ocalan, le leader historique du PKK n'a pas été mis à mort. Il est incarcéré à vie.

A Galon,
Bruno

Chacalito 05/11/2007 20:44

je ne l'avais pas dit que le Kurdistan irakien est autonome? Paradoxalement, ça pête moins là-bas qu'en Turquie!je suis content de te voir ici Bruno!Gael.