Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 13:52
Difficile d'illustrer un article sur les prisonniers politiques sans tomber dans la logorrhé des groupes de lobbistes identitaires pour qui toute personne mis en examen est un prisonnier politique. Je déteste être manipulé que ce soit par l'Etat ou par les soi-disant martyres de la cause bretonne (j'ai grandi dans ce mythe de la persécution et je trouve ça malsain).

Cet article se veut ma vision du procès de Gael Roblin, Pascal Laize et Kristian Georgeault. Lisez attentivement ces lignes avant de me jeter des pierres et peut-être vous rendrez-vous compte de ce qu'est la manipulation politique, d'un côté comme de l'autre!

Commençons par le départ (je résume). Suite à un attentat visant le Mac Donald de Quévert en avril 2000, une femme trouve la mort. La police s'oriente tout de suite vers l'Armée Révolutionnaire Bretonne (ARB). Il faut se souvenir (moi, ce sont les archives qui me le rappellent) qu'entre 1993 et 2000, 40 attentats sont commis en Bretagne. En 2002, le juge d'instruction met en lien trois d'entre eux: Quévert, l'attentat raté du Mac Do de Pornic et l'attentat contre une Poste de Rennes. Une marche pacifique est organisée à l'initiative du Conseil Culturel de Bretagne à laquelle l'UDB, qui a toujours dénoncé la lutte armée comme moyen de reconnaître les droits des bretons, participe.

Quoiqu'il en soit, l'UDB dénonce avec d'autres la lenteur de la Justice car il faudra attendre mars 2004 pour que le verdict tombe: acquittement! Une détention provisoire qui dépasse l'entendement pour officiellement aucun coupable dans cet attentat de Quévert! Cela dit, les auto-proclamés "prisonniers politiques bretons" n'en sont pas. Sur les onze accusés poursuivis pour certains des dix-sept attentats attribués à l'ARB, quatre sont acquittés et indemnisés, sept sont condamnés, tous pour "association de malfaiteurs" (lien avec l'ARB établi j'imagine), et, pour cinq d'entre eux, pour "attentats" matériels. Je crois tout de même que l'Etat doit un an de détention à Gael Roblin, le plus jeune des accusés.

Bref, l'Etat n'a donc pas de coupable. Gael Roblin sort de prison et se réinsere dans le milieu professionnel. Depuis cette année, j'ai eu l'occasion de le croiser régulièrement à Rennes et je dois avouer que c'est un chic type, mais que l'on me comprenne bien: je fais de la politique, pas du sentiment. La procédure d'appel est normale dans la Justice Française (à ceci près que l'appel est partiel car il ne concerne que trois personnes) et même si je ne suis pas dupe de la manipulation d'Etat (violence d'Etat), je ne marcherai pas dans la tentative de récupération politique de ce procès par Emgann et cie.

Soutenir financièrement Skoazell Vreizh est une autre affaire car ce genre de procès coûte cher et je sais que les accusés ne doivent pas rouler sur l'or. Quelques militants UDB ont donné de l'argent pour que les accusés puissent se défendre convenablement. Mais point de soutien politique. Pourquoi? Parce qu'on ne dispose d'aucune information sur ce procès et qu'on ne communique pas sur l'intime conviction. Personne n'a été capable de me donner les actes d'accusation. C'est la raison pour laquelle je me rendrai lundi à Paris pour la première journée du procès (en espérant pouvoir y assister pour en apprendre davantage).

Tout ce que je sais, c'est qu'il serait bon de mesurer ses propos quand on parle de prisonniers politiques. Nous ne vivons pas dans un Etat très porté sur la Liberté, mais nous ne sommes ni à Cuba où les homosexuels sont enfermés, ni en Chine où les dissidents internautes sont mis en cage. Une bombe tue et quand on se mouille avec un groupe armé, il ne faut pas se plaindre de faire de la prison.

La manipulation politique est claire dans cette affaire où l'information est opaque (des deux côtés de la barrière). J'attends donc le déroulement du procès. S'ils sont condamnés pour le simple fait qu'ils sont indépendantistes, c'est lamentable, si le parquet prouve qu'ils sont coupables (ce qui m'étonnerait un peu), alors que dire? Nous  dénoncerons par contre le verdict s'il est infondé et qu'il repose sur des éléments douteux. Pour ma part, je pense que sans élément nouveau, ils seront acquittés car le dossier est vide. Dans l'immédiat, il n'y a pas "d'acharnement" (on verra la suite), juste un Etat qui cherche un coupable.

Que le comité de soutien cesse donc d'harceler les membres de l'UDB à ce sujet.  Si Jean-Marie Goater et Stivell ou Naig ont donné leur soutien, tant mieux, mais Dieu lui-même la donnerait, nous n'aimons pas beaucoup le suivisme et nous vérifions nos sources avant de nous engager! Nous ne communiquons pas sur du vent! Mais nous avons été capable de faire des communiqués sur Denez Riou (que la presse a mal retranscrit bien évidemment) ou Colonna. Si nécessaire, nous ferons de même pour les incupés.

Oui à un procès équitable!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kerrain 22/11/2008 11:34

Salut Gael
Je serai bref. Je ne te visais pas particulièrement.1) je t'ai reproché le début de ton texte : prisonnier politique auto-proclamé, lobbistes identitaires etc.. Ma critique principale portait sur ce point.
2) Ma critique portait aussi sur ton a priori. Je reconnais évidemment que le Parquet était en droit de porter plainte. C'est indéniable. Mais, bien que je ne connaisse pas plus que toi le fond du dossier, tu pars du principe que la justice cherche, à travers ce procès, à connaître la vérité. Tu es parfaitement en droit de le penser. Mais ma position est diamétralement opposée. Pour moi, il s'agit d'hommes qui ont été jugés et  condamnés. Il s'agit donc à mes yeux de harcèlement moral dans le but de détruire des personnalités, notamment celle de Gael Roblin. Lorsqu'on sait que le parquet est l'expression du pouvoir exécutif et que ce pouvoir exécutif - sans doute parce qu'il mesure plus que jamais la fragilité de son système- s'acharne à cherche à étouffer dans l'oeuf toute volonté de résistance et de contestation. (cf le dernier procès de Corse), il n'y a pas lieu de s'étonner que je privilégie cette hypothèse. En aucun cas je n'ai dit que tu les tenais pour coupables. Projetterais-tu sur moi quelques uns de tes fantasmes ?
3) Ce n'est pas tant le milieu breton qui m'intéresse, quoique je sois bien inséré dans le milieu culturel breton, que l'ensemble de la population bretonne. Je trouverais dommage que l'UDB, qui a déployé tant d'énergie depuis de décennies et fait preuve de tant de persévérance, soit entravé dans son essor par son incapacité à comprendre la psychologie collective du Peuple Breton. Tud a galon, ai-je dit. Ne jamais oublier cette dimension. Pour sauver John, il faut connaître John.
4 C'est d'ailleurs ce que j'ai voulu dire en me référant à cette phrase inscrite sur une toile de Goya. Il n'y a pas de contradiction logique. Le rationalisme est un dévoiement de la raison. Une raison déliée du coeur reste une raison ensommeillée. Ou déréglée, si tu veux.
5 le dernier point en découle. Je ne souscrit pas à la violence. Je suis à mille lieues de l'idéologie d'Emgann. Mais ces hommes ont purgé leur peine. L'attitude qui, à mes yeux, paraît être la plus raisonnable est l'attitude compassionnelle. Et c'est sur ce point que mon désaccord avec toi est le plus profond. Je ne doute pas que voua ayez débattu entre vous sur ce sujet durant votre dernier Congrès. Mais c'est un débat interne, où l'unanimité se dégage assez vite. On invoque dans la logique classique le principe du tiers-exclu . Je souhaite que l'on introduise le principe du tiers inclus dans les débats politiques, ie que les militants soient capables de s'ouvrir à l'altérité. Ce n'est pas une chose facile !
6 Je ne saisis pas ta dernière remarque. Ou je ne saisis que trop qu'aveuglé par la passion, tu t'égares complètement. Il va de soi que les droits de l'homme sont universels. Mais si ces droits universels sont bafoués en Bretagne ou en tel ou tel pays, il est parfaitement légitime que se forme une ligue pour défendre ces principes universels et lutter contre leur violation. Une ligue bretonne des droits de l'homme ne doit pas être confondue avec une ligue des droits bretons.
Je pense que ma position a été clarifiée. Il faut en tout cas éviter de la caricaturer. Tu sembles lire mes propos à travers le prisme d'une sensibilité exacerbée.  Et me prêter des idées qui ne relèvent que de la pure projection affective.
a galon
FK

Chacalito 22/11/2008 14:15


Je te ferai les mêmes critiques et conclurai par le fait que j'exprime bien mal ce que je pense par écrit dans cette affaire. Non, nous n'avons pas parlé de cela pendant notre congrès. Il y a une
vie à côté de ce sujet. Concernant la Ligue Bretonne des Droits de l'Homme, même critique que pour ABP: combien sont-ils? (réponse: 1). Quelle légitimité pour parler? leurs communiqués sont
toujours passionnels et rarement objectif.


Gael 21/11/2008 22:52

Deux trois éléments en plus pour Fanch qui, décidément m'a démonté injustement (toi qui est sensible à la justice).

1. A partir du moment où j'ai osé insinué que le procès était une chose normale, on en a déduit que je pensais que les trois inculpés étaient coupables ce qui est faux (je n'ai jamais dit cela).

2. je constate que ce sujet est tabou dans le milieu breton et suis bien aise de remuer un peu les certitudes! Quitte à me faire des ennemis...

3. Ta dernière citation, es-tu persuadé de l'avoir bien retranscrite? "le sommeil de la raison engendre des monstres". Tu me dis plus haut que je raisonne trop donc ma raison n'est pas en sommeil, si?

4. Jésus a dit: "aimez-vous les uns des autres" et "j'étais un étranger et vous m'avez accueilli". La compassion, je veux bien, mais la violence n'est pas compassionnel car elle engendre la mort d'innocents et repose sur la haine de l'étranger (haine du français dans le cas présent). Etrange conception du message du Christ qui est la tienne aujourd'hui! Tu es partial dans cette affaire.

5. La Ligue Bretonne des Droits de l'Homme??? Tu rigoles j'espère! Pour moi, les Droits de l'Homme sont universels (je n'ai pas dit "français"). Il n'existe pas de "bretonnitude" dans ce sujet. Un homme est un homme qu'il soit breton, basque, chinois ou français. La Ligue Bretonne des Droits de l'Homme est le fruit d'un seul homme de Lannion qui oeuvre comme un lobbyste à Bruxelles.

Kerrain 21/11/2008 11:44

 Bonjour
Je savais déjà que tu possédais un grand pouvoir, mais je n'imaginais pas que tu pouvais accéder à l'omnipotence. Cela m'impressionne beaucoup que tu puisses établir la signification des mots. Les militants basques, kurdes, corses etc.., qui ont participé à des actions violentes, sont donc disqualifiés de cette dénomination de prisonniers politiques. Ne seront appelés ainsi que les personnes qui défendent des idées politiques considérées comme nuisibles par le pouvoir. L'archétype du prisonnier politique serait le dissident soviétique ou chinois. Par une décision de M Gael Briand, on pourrait procéder à une refonte complète du dictionnaire. Seraient appelés singes les chimpanzés et les gorilles, mais non les ouistitis. Seraient appelés êtres humains les blancs et les jaunes mais non les nègres. Tu m'apparais comme un véritable démiurge, mon cher Gael. Entre nous soit dit, il ya quelqu'un que tu ne convaincrais pas : c'est Platon. Relis le chapitre X de la République, à partir des lignes 596. A son interlocuteur Glaucon (Graucon pour un certain nombre de potaches), Socrate a cette réponse "il y a un aspect pur (eidos), chaque fois unique, pour chaque ensemble des éléments multiples auxquels nous donnons le même nom. Tu ne comprends pas ? "Bref le sens des mots n'est pas généralement à géométrie variable.
Mais là nous nous situons seulement au plan de la connaissance. Le plus important, à mes yeux, n'est pas la connaissance mais l'action. Je pense au texte de l'Evangile intitulé le Jugement dernier dans Matthieu 25,31-46. Tu connais sans doute ce texte où le "Fils de l'homme "séparera les brebis des boucs. On peut en faire une lecture chrétienne. C'est la façon habituelle de le traiter. On peut en faire aussi une lecture philosophique : je partage avec Spinoza l'idée que Jésus est le plus grand philosophe de tous les temps.  Et, pris sous cet angle, que signifie ce texte : il nous indique quelle est la voie de l'humanisation. Comment devenir plus humain ? Comment progresser en humanité ? La réponse est la suivante : adopte une attitude compassionnelle. Prends en compte la souffrance, la détresse, l'accablement des êtres, l'injustice qui les frappe, le harcèlement dont il sont l'objet. Inversement comment régresser en humanité ? Comment suit-on la voie de la déshumanisation ? En devenant  indifférent à la misère humaine, à la détresse humaine, à l'injustice, à l'humiliation, à la solitude, au harcèlement des hommes. Une indifférence dont les raisons peuvent être très variées. Raisons idéologico-politiques par exemple : ces gens-là ont choisi la violence, nous sommes contre la violence donc... Raisons religieuses, pourquoi pas. J'ai connu une personne qui se trouvait à Calcutta en compagnie d'un bouddhiste. C'était à la tombée de la nuit. Ils rencontraient des centaines de miséreux, certains au bord de l'agonie. La personne que je connais veut signifier au bouddhiste en question que toutes ces personnes vont bientôt crever, et l'autre de lui répondre en toute quiétude : ils subissent leur karma".
Voilà ma position. Elle n'est pas particulièrement polémique. Mais aussi bien au plan de la connaissance que de l'action, je suis en désaccord profond avec toi sur ce problème. J'ai préféré les propos -pourtant très modérés - du Conseil Culturel et surtout l'argumentation développée par la Ligue bretonne des droits de l'homme.
  Autre chose qu'il ne faut pas perdre de vue : en raison d'une longue tradition pétrie de christianisme, les Bretons en général sont sensibles à l'injustice. On dit souvent que les Bretons sont "tud a galon". Ils privilégient le coeur, les sentiments sur la raison. Le rationalisme de l'UDB la dessert. Je ne serais pas étonné qu'à certaines élections prochaines, le Parti Breton fasse de meilleurs scores, justement parce qu'il n'y a pas chez eux ce rationalisme à tout crin , cette glaciation de l'âme. Cela me fait penser à une phrase de Goya qui est souvent invoquée : le sommeil de la raison engendre des monstres". Je l'interprète à ma façon : une raison déliée du coeur déshumanise.
a wir galon.
FK
 
l
 
 

Chacalito 21/11/2008 14:30



Tout dépend si le droit de créer un parti politique est légal. Que je sache il existe des partis légaux au pays basque et en corse. Pas chez les kurdes! Choisir ETA plutôt qu'EA ou le PNV
ou AB, c'est un choix que je ne comprends pas. Choisir le FLNC (ces mafieux) plutôt que le PNC ou un des partis indépendantistes, c'est également un choix que je ne comprends pas. C'est vrai, je
préfère ne pas rentrer dans la passion ambiante pour plusieurs raisons:


1. Nous ne sommes pas neutres! Je connais Gael, mais je ne connais pas les Turbec. Or, dans cette affaire, le mort, c'est quand même de l'autre côté qu'il se trouve. Or, il n'y a toujours pas de
vérité dans cette affaire. Je ne dis pas pour autant que nos trois accusés que je suis allés voir ne souffrent pas. Que tu me prennes pour une machine est ton droit, mais c'est mal écouter les
gens à mon sens.


2. Nous vivons dans une société qui dit n'importe quoi et qui préfère le populisme à la recherche de vérité. Non, tu as raison, je n'ai pas la vérité absolue, mais je crois que toi non plus, ni
Platon d'ailleurs. Donc, j'essaye d'être le plus objectif possible même si mon coeur me dit que je préférerai que Gael soit libre (enplus, il a déjà fait trois ans de prison). Les autres, je ne
les connais même pas...


3. ça me fait de la peine que tu trouves que je n'ai pas de coeur. Mais désolé, je maintiens mes propos qui tentent de me mettre des deux côtés de la barrière. Le parti breton a la part belle
dans l'histoire: personne ne le connaît donc il n'a eu qu'à faire un petit communiqué de merde pour qu'on lui foute la paix. Notre communiqué n'a pas suffit... et les autres? Emgann, Skoazell
Vreizh et autre ne comptent pas, ils sont partie prenantes du procès! Deviens-tu toi aussi un lobbiste breton qui se soucie peu du projet qui va avec?


Comme tu veux Fanch. Pour ma part, je te trouve très crispé aussi sur cette affaire. Le seul dogme que j'ai dans cette histoire, c'est que la violence est une impasse, le reste, je suis
ouvert et je n'ai jamais dit qu'ils avaient fait le coup. Donc, interprête mes propos comme tu veux, je crois que la passion te fait dire des choses que tu ne penses pas forcément.



Jakez Castrec 20/11/2008 16:35

 
Et oui cher Gaël, IL A OSE !

Au nom de « l'intérêt juridique de la question posée » (?), le parquet général se pourvoit en cassation. (France info vers 14h)
Etonnant non?
Il ne faut bien sûr pas y voir d'acharnement, et ça n'a rien à voir avec le camouflet infligé hier.
Non, le parquet général se moque du Droit en général et de la justice en particulier: il poursuit dans sa logique par la voie de la cassation.Si ce n'est pas une forme de procédure spéciale recherchée, c'est quoi ?
Si ce n'est pas l'officialisation d'une justice d'exception, c'est quoi ?

Il paraît que les « deux parties » sont d'accord pour dire que ce pourvoi n'a aucune chance d'aboutir.
Mouais... En l'état actuel du droit, sans doute, mais sous Sarko ???

Je pense qu'il est temps de remplacer « Oui à un procès équitable! » par  "Oui à une justice équitable"!

Chacalito 21/11/2008 00:23



Pourquoi tout le monde se crispe dans cette affaire! Il n'y a pas eu de procès et l'Etat cherche un coupable, l'ai-je nié? Maintenant, si tout le monde sait pertinemment la fin de cette histoire,
pourquoi s'en inquiéter?


Honnêtement, j'aurai préféré un vrai procès et un acquittement. Les photos du Ouest-France ne font pas vraiment de bien au mouvement breton dans son ensemble. En gros, voici ce que vont retenir
les gens:


trois inculpés dans une affaire d'attentat s'en sorte parce que le procès n'a pas eu lieu! C'est effectivement une victoire!



Kerrain François 19/11/2008 22:44

Salut GaelJe suis quelque peu surpris et même peiné par le début de ton article. "logorrhée des groupes de lobbistes identitaires pour qui toute personne mise en examen est un prisonnier politique.. soi-disant martyrs de la cause bretonne etc."  Beaucoup d'insultes en peu de mots. Ne t'étonne pas, après cela, que l'UDB se fasse détester par un certain nombre de militants bretons. C'est déjà un vieux conflit qui a laissé des traces dans les esprits. Je n'ai pas une mémoire précise, mais je sais qu'à l'occasion de l'un des procès FLB, un article du Peuple Breton avait été exploité par les juges pour accabler les prévenus.  Le rédacteur de cet article, un excellent homme au demeurant, faisant figure d'intello à la botte, se moulant dans le rôle du procureur, endossant ce rôle. Quel que soit le jugment que tu portes sur le mouvement politique Emgann et les personnes incriminées, il s'agit de militants politiques qui ont agi pour des raisons politiques. Le terme de prisonnier politique me paraît, de ce fait même, tout à fait approprié. Parler de lobbistes identitaires me semble également un dérapage sémantique bien regrettable. Il est heureux que ces trois militants aient pu bénéficier du soutien de ce que tu qualifies de lobby identitaire ! Des formules assassines qui plairont sans doute au choeur vertueux des contempteurs de la Bretagne, mais qui ne contribueront pas à la réconciliation de l'UDB avec l'ensemble des militants bretons épris de justice.Je ne trouve rien à redire au reste de l'article, mais cette introduction a tout l'air d'un discours d'apparatchik, alors que tu sais pertinemment que ce procès n'avait d'autre but que d'écraser des hommes et, indirectement, de nuire à la cause bretonne en ranimant dans les esprits la tragédie de Quévert.awir galonFK

Chacalito 20/11/2008 09:53



Je ne pensais pas à Emgann, même si leurs membres sont dans le même délire de persécution. je ne retire pas mes propos, ces gens ont fait de la prison pour des faits précis. Et on ne rappelle
quand même rarement que dans l'affaire, il y a eu un mort. Que l'Etat cherche un coupable est bien normal. Qu'il le cherche à tout prix parmi ces trois hommes l'est moins j'en conviens. Reste
qu'ils n'ont jamais été prisonniers politiques à mes yeux.

Un prisonnier politique bretonne serait quelqu'un qui fait de la prison parce qu'il est indépendantiste, pas parce qu'il se mouille avec l'ARB (et ces trois personnes ont été mouillées, par choix
ou par maladresse). Je me fous de savoir que l'UDB se fait détester par le genre de personne qui écrit un message plus haut, je dis ce que beaucoup pensent tout bas. Nous sommes ridicules à nous
complaire dans la persécution. Cela enlève-t-il mon engagement?

Je ne suis pas juge et je ne suis pas non plus dupe des pressions de l'Etat. Je suis donc ravi que la plaidoirie de Yann Chouq ait réussi, mais admet que pour une "justice d'exception", l'issue
du procès est étrange! L'Etat, dans ce genre d'affaire, fait toujours appel. Et ce verdict sera sans doute amené en pourvoi en cassation.

Ken ar c'hentañ

Gael.