Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Klask

Archives

12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 17:50
bandeau-EEB.jpg

Militant d'arrache-pied hors de mes activités professionnelles pour le Peuple breton, la dynamique jeune d'EEB, la communication, la mise en réseau ou quelques points du programme, je n'ai même pas eu l'occasion d'annoncer que je suis candidat sur la liste du Morbihan d'EEB (voir ici). A noter d'ailleurs que deux de mes co-listiers ont fait la même formation que moi en géographie.

Cet article se veut un petit aperçu de mon avis à un mois du premier tour et un rappel du pourquoi s'engager dans cette dynamique.

Pour ceux qui n'ont pas suivi le feuilleton, cela a commencé par un bon score aux européennes d'Europe Ecologie auquel l'UDB a participé. Puis, par une division chez les Verts et le choix d'une stratégie différentes par quelques uns d'entre eux (dont beaucoup de personnes que j'apprécie). Cette division a déposé le nom de "Bretagne écologie" et entendait négocier avec JY Le Drian dès le premier tour. Puis, l'UDB a fait le choix de poursuivre le rassemblement Europe Ecologie au premier tour estimant que cela ne desservait pas la gauche vu le mode de scrutin et que les idées du parti étaient idéologiquement plus proches des Verts que du Parti socialiste et du Parti communiste. Ensuite, il y a eu une scission chez les communistes qui entendaient relancer le "front de gauche" et la constitution des listes du PS. Christian Troadec, de son côté, avait lancé sa liste dans l'espoir de faire pression et d'obtenir une place éligible sur une des listes (EE ou PS). Stratégie foirée qui, au grand bonheur des "purs et durs" qui allaient enfin montrer au monde la puissance du milieu breton, a débouché sur la constitution d'une liste autonome! Sauf que Breizhistance (Emgann mod-nevez), dénonçant une dérive droitière, (comme c'est étonnant) s'est retiré des négociations et soutient aujourd'hui Europe Ecologie Bretagne, "seule liste plaçant au coeur de sa campagne un travail d'information sur l'évolution institutionnelle de la Bretagne" (dixit Gael Roblin). L'UMP s'est déchirée trop longtemps entre gaullistes et libéraux pour que les séquelles cessent sans souffrance et le Modem... honnêtement, je ne les entends pas!

oiseau-seul.gifPourquoi donc ai-je défendu la poursuite du rassemblement EE au congrès de l'UDB? Premièrement par idéologie. En 2004, les Verts et l'UDB atteignent 9,7% et gagnent leur siège par une fusion réussie avec le PS et le PC qui permet de faire gagner la gauche. Aujourd'hui, la donne est différente. Le bilan régional est bon (et nous en assumons une part faut-il le rappeler!) et Le Drian a bonne presse, surtout dans les médias. La droite, c'est un secret de polichinelle, n'imagine même pas gagner! Cela dit, il ne suffit pas d'aller dans la bonne direction, il faut aussi y changer de vitesse au regard des urgences (écologiques, mais aussi sociales, culturelles et économiques). Dès lors, le choix était simple:

Troadec? Je refuse de rentrer dans la danse de l'Emsav pré-pubère qui, par dogmatisme (anti partis français), se cherche des leader capables de mener une certaine idée de la Bretagne au pouvoir sans partage. Donc, pas de Troadec. Comme a dit Stivell, "bon courage", c'est tout ce que je souhaite aux militants sincères que je connais là dedans. Mais qu'on ne me parle pas d'idéologie ou de sincérité de la part du baron du Poher. D'ailleurs, il est le meilleur allié de Le Drian dans ce jeu de billard à trois bandes (PS-EE-Troadec). Et croyez-moi ou pas, le "pur et dur" a eu 6 ans pour parler d'autonomie, il n'a guère fait mieux qu'un gentil régionalisme.

Le PS? Oui, ça aurait pu être un choix. Un bon choix même puisque Le Drian entendait mettre son parti sous silence pour incarner, lui, la Région. Un choix pragmatique donc qui nous aurait permis d'écrire ensemble le programme. Mais jusqu'à quel point? Et c'est là que ma décision s'est prise. JY Le Drian, tout bon président qu'il est, n'est pas assez ambitieux pour moi. Se contenter de quelques compétences quand l'autonomie pourrait permettre de répondre plus efficacement à la plupart des problèmes que nous connaissons, cela se résume à une acceptation des règles du jeu dictée par l'Etat. Je veux un bras de fer avec cet Etat jacobin! Car quoi, pourquoi devrais-je avoir honte d'être autonomiste? L'Etat central a-t-il un si bon bilan qu'il puisse me juger ainsi? Regardons le Pays de Galles qui va d'ailleurs bientôt se prononcer pour augmenter son pouvoir législatif. En 10 ans, quel boom culturel! Quel boom économique! Quel rempart contre le libéralisme! Qu'on nous donne ces dix ans à nous aussi. Nous n'avons jamais eu notre chance de prouver quoi que ce soit car les électeurs sont frileux et conservateurs.

affiches-ben.jpgEurope Ecologie Bretagne n'est pas une alliance parfaite, mais elle propose une véritable conversion écologique de l'économie. C'est une révolution digne des urgences actuelles et pas un simple coup de peinture vert à un programme productiviste ou équimentier. C'est une liste qui  a accepté les exigences de l'UDB en matière de promotion d'un modèle de gouvernance, mais s'appuie aussi sur son expertise en matière culturelle et sociale.

Les sondages hexagonaux au moment où je parle sont assez bas pour Europe Ecologie. Il n'est même pas certain que nous ayons des élus! Disons-le clairement, les gens sont blousés par le syndrome 2002 (Jospin) qui ne peut en aucun cas arriver pour des régionales, élections à deux tours qui permettent à ceux qui ont fait 10% de se maintenir. Croyez-vous vraiment que JY Le Drian ne fera pas ces 10%? Avec la presse dans la poche? Quand en Une du Ouest-France, on titre que le TER est une réussite, c'est un appel à voter pour lui même si UDB et Verts étaient membres de la majorité. Nous disons simplement: voter Le Drian bien entendu, mais avec nous au second tour!

Je sais que les socialistes craignent Europe-Ecologie. A tel point que mes copains de Bretagne écologie sont médiatiquement plus importants que les militants PS ou PC de la liste. On ne vote pas le PS, on vote Le Drian! Comme si un homme seul changeait le monde! En arriver à une telle extrêmité, n'est-ce pas l'aveu d'un échec du PS au niveau hexagonal? Faire ce constat ne veut pourtant pas dire qu'il faille cracher sur la gauche (nous en sommes clairement), ni sur le PS qui n'est pas homogène. La présence d'Europe Ecologie en autonome aura permis la mise en avant des thèmes écologiques dans tous les partis et  - sans doute aussi du fait que l'UDB soit présent dans cette alliance - le choix d'un régionalisme plutôt qu'un départementalisme. Et la réunification est devenu un thème de campagne! Plutôt encourageant...

Je ne regrette pas mon choix et même si nous nous plantons, j'estime que nous aurons joué notre partition. C'est aussi ça la démocratie! Faire entendre ses idées et ne pas céder au bipartisme. La gauche plurielle, c'est parfois un bon moyen de contrer la droite, mais c'est un peu comme les langues. Il y a toujours une majeure et une mineure. Dix bretonnants parlent entre eux à une table. Un non-bretonnant arrive et tout le monde se met à parler français!

Nos documents de campagne laisse la place au breton, cinq de nos candidats potentiellement éligibles sont bretonnants, l'exigence de réunification n'a pas posé de problème et a même débouché sur un accord avec EE PdL (malgré la difficulté), l'autonomie est promue et un gallois nommé Ned Thomas a même fait une série de conférences en Bretagne sur le thème de "10 ans d'autonomie au Pays de Galles" (excellentissime), la thématique sociale a largement trouvé sa place dans le projet de reconversion écologique de l'économie, René Louail est une pointure qui vaut tous les José Bové de la planète; que des membres influents de réseaux tels que "les Enfants de Don Quicotte" ou "Jeudi noir" s'engagent dans cette démarche prouve que le social est loin d'être la cinquième roue du carosse. Il y a 1001 raisons de choisir EE et la première, c'est sans doute que nous sommes capables de gouverner.

fresque-nantes.jpgQuant à moi, j'ai l'occasion de militer comme d'habitude un peu partout en Bretagne. Comme le week-end dernier à Carhaix avec mes camarades jeunes de l'UDB (voir ici) ou à Brest, Gourin, Lorient evel just, Rennes ou St Malo, St Brieuc et bientôt Paris, Bruxelles et Nantes pour la fresque humaine du 27 février. Et j'apprends plus que jamais avec Ronan Leprohon chaque mois pour faire le Peuple breton.

Voilà quelques bribes dans un long post. Mon pronostic? Ça ne se fait pas, mais au diable le politiquement correct. Je dirai 30-32% pour Le Drian, 13% pour EE. Peut mieux faire pour nous, mais la politique, c'est comme le tennis! Tant que la fin n'est pas sifflée, tout est possible... Neuze, votomp!



* L'artiste Ben fait partie des soutiens d'Europe-Ecologie ou plutôt de R&Ps (voir ici). Il n'est pas le seul bien sûr, mais certains n'ont pas encore appelé officiellement et la déontologie fait qu'on ne parle pas au nom d'Autrui.

* La première synthèse du programme est téléchargeable ici.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pauline 22/02/2010 19:05


"Sans doute aussi grace à l'UDB"

Faut pas exagérer. Les scores des verts en Bretagne est dans la moyenne et l'effet UDB n'est pas à surestimer avec un tel taux d'abstention. Les verts ont ils pas fait leur meilleur score en IDF
(20,6%) et là il n'y a pas d'UDB et ont un discours social bien avant l'alliance avec l'UDB en Bretagne.


Chacalito 26/02/2010 19:13


Donc selon vous, l'UDB n'apporte rien en Bretagne? C'est certain, comparer la capitale française hyper-urbaine avec la principale région agricole de France et dont la multi-identité n'est plus à
démontrer donne un regard de politologue averti!

L'UDB existe depuis 1964 donc pas certain que le "bien avant" soit pertinent. Quoi qu'il en soit, UDB ou pas, je souhaite que les listes EE fassent de bons scores.


medoc 19/02/2010 21:27


13% pour Europe Ecologie ? C'est être bien optimiste. Dépasser les 10% ne serait déjà pas si mal, vu la concurrence à gauche.

Vous savez, le marketing politique des Verts a un côté parfois lourdingue, qui passe très mal dans l'opinion en ce moment. Le côté "winner" des nouveaux députés EE est particulièrement exaspérant.
Et puis un programme axé sur l'environnement, c'est légèrement décalé dans une France qui vient de prendre 430000 chômeurs de plus en 1 an.


Chacalito 20/02/2010 13:23


La concurrence à gauche? Dans une élection à deux tours, il n'y a pas de concurrence, il y a des projets de société différents. Mais je maintiens mon pronostic. Nous dépasserons les 10% (en 2004,
nous faisions déjà 9,7%).

Je suis assez d'accord avec votre vision des verts et l'assurance de Cohn Bendit m'agace parfois, mais je ne suis pas vert, je suis membre de l'UDB. Et vu votre commentaire, j'affirme que vous
n'avez pas jeté un seul coup d'oeil sur le programme d'EE. Sans cela, vous sauriez que l'époque environnementaliste des Verts est passée. Sans doute aussi grace à l'UDB que l'on voit dans
toutes les manifs sociales (sans doute autant voir plus proportionnellement au nombre d'adhérents que le PS).

Gael.


P. Lamonière 19/02/2010 15:48


Vous avez raison. Quand on demande au gens s'ils veulent plus de pouvoir local, ils disent oui. Le paradoxe est que dans les rares sondages réalisés ils demandent aussi plus d'Etat. Un sondage en
bretagne allait dans ce sens. C'est paradoxal mais pas tant que cela. En effet, les gens souhaite un service public équivalent partout (poste, éducation, transport, etc.).

A côté de cela ils save que pour des choses comme l'urbanisme, l'écologie, les aides économiques etc. il y a un besoin d'une gestion plus locale.

Les régions doivent-elles gérer plus de choses? Les départements? Les communes? Je ne suis pas sure que la multiplication des niveaux soit pertinent. L'exemple de la Belgique montre l'extrème à ne
pas suivre en la matière. Je pense que la nouvelle réforme en introduisant la notion de Métropole est intéressante. C'est un peu équivalent aux villes districts de Chine qui montrent leur
dynamisme. Le point noir est l'absence de suppression des départements. Quant à les garder, ils auraient pu au moins les fusionner par 2 ou 3. Pour les régions, on peut se baser sur l'Histoire qui
n'a pas toujours de sens et qui elle aussi a produit des provinces de France tout aussi artificielles par les jeu des luttes entre le roi et les grands féodaux. Ne vous en déplaise la Bretagne est
dans ses limites de 1480 tout aussi artificielle que la région Bretagne de 2010. La base culturelle n'est pas non plus toujours à suivre. Doit-on créer une région Pays-Basque à la population très
réduite? Une région Corse? Quelle sera le poids de ces régions face aux autres régions françaises/européennes?

Personnellement je pense qu'une région a du poids à cause de multiples facteurs (géographique, économique, population, etc.). Il n'y a pas de consensus permettant de dire que telle
taille/organisation est mieux qu'une autre comme le laisse croire Olivro dans ses publications.

Quoiqu'il en soit, vous avez entièrement raison, il faudrait au moins en débattre démocratiquement avec toutes les options possibles, car un sondage d'il y a quelques mois tant
critiqué sur l'ABP avait au moins l'intérêt de montrer qu'une majorité des habitants du 44 souhaitaient non pas B5 mais une région bien plus vaste (le fameux Grand ouest voire
normandie-PDL-Bretagne).

Le discours Autonomie = Indépendance = Terroriste je ne sais pas trop où vous voyez que l'Etat le dit à longueur de journée. Ceci est plus le fait des indépendantistes qui se sont discrédités eux
mêmes (Pays-Basque, Corse pour ne citer que la France).






Chacalito 20/02/2010 13:20


1. Ne pas confondre Etat et service public!

2. Je suis contre le département, contre la métropolisation qui n'est autre que la mise en concurrence des villes entre elles et donc un tapis rouge pour le libéralisme, je suis pour un
renforcement des pays (voir agglo) et des régions.

3. Je ne vous suis absolument pas sur le rapport taille-pertinence. Les petits Etats ne sont pas forcément les plus à plaindre. Les petites régions non plus! C'est raisonner du haut vers le bas de
penser comme cela et je pense que c'est un des gros problèmes de la France. Je suis au contraire peruadé que des régions Ipparalde (Pays nord) et Corse seraient plus pertinentes.

4. Pour les amalgames, j'essayerai de vous montrer ça plus tard (je suis à Paris en ce moment). Idem pour le "Grand Ouest".

Gael.


Kev 18/02/2010 12:47


"Dix bretonnants parlent entre eux à une table. Un non-bretonnant arrive et tout le monde se met à parler
français!"

Cela n'a rien à voir avec une hiérarchie des langues. Quand je vais a un congrès au USA, si nous parlons en français entre nous et qu'un américain se pointe on passe en anglais. C'est une question
de politesse. 

Pour ce qui est de ton découragement vis à vis des bretons, il faut s'interroger  sur le fait que l'idée d'autonomie n'est pas souhaitée par une très large majorité des gens et que ceux qui
votent pour EE ne le font pas pour des questions de rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne ou de plus d'autonomie mais avant tout pour du social et de l'écologie.

Il ne faut pas non plus croire que les gens sont des idiots et ne comprennent rien. D'ailleurs je note certaines ambiguités entre le programme d'EE en Bretagne et dans les PDL. Notamment sur la
notion de régions fortes, sur le démentellement des PDL, etc. Tout cela reste très flou et en PDL cela ressemble franchement à allez vous faire foutre les Vendéens, Angevin, etc. Pourtant on y
parle aussi gallo ;) La culture ça compte, non?


Chacalito 19/02/2010 14:01


Merci pour ce message plein de... politesse!

Quelques réflexions: oui, c'est de la politesse bien légitime, mais cela veut donc dire qu'il y a une langue forte et une langue dite 'faible". Je n'ai rien dit d'autres et je n'ai pas dit qu'il
n'était pas normal de ne pas passer au français.

Quand au reste, vouloir nous faire passer pour des lobbyistes, c'est bien mal connaître notre parti et le caricaturer. Nous sommes écologistes et l'étions bien avant que les Verts n'existent. Pour
rappel.

Dire que les Bretons ne sont pas autonomistes soit. Puisque l'Etat leur serine qu'autonomie = indépendance = terrorisme. Or, quand tu demandes aux gens s'ils veulent plus de pouvoir local, ils te
disent oui, s'ils veulent plus de décision aux pays ils te disent oui. Décision = pouvoir législatif donc je doute que sur le fond, les Bretons soient contre l'autonomie. C'est juste qu'ils ne
comprennent pas le mot et qu'ils leur fait peur.

Méprisés les angevins, vendéens... nous avons il y a deux ans proposer une carte de réorganisation de l'ouest français. Qui méprise qui? Personne ne veut débattre! C'est ça la démocratie à la
vendéenne? Ne pas débattre et étouffer les idées? Je ne crois pas qu'il s'agisse d'un conflit breton/angevin/vendéen ou je ne sais quoi, mais plutôt un conflit de technocrates qui refusent de
perdre leur pré-carré.

Gael.


Jakez CASTREC 14/02/2010 01:47


Le ton et même le pronostic de fin me paraissent pessimistes.
On sent un moral en baisse. Un peu de fatigue ?
Il faut ménager ses forces camarade.

Et au final la belle, la très belle envolée !

Nous sommes en Bretagne, pas dans l'hexagone.


Chacalito 15/02/2010 10:20


Ah non, la Bretagne n'est pas l'hexagone... mais je connais pas mal de journalistes ici et on ne peut pas dire que la campagne batte son plein dans les journaux! Pourquoi? Parce que Le Drian a
décidé de faire la campagne mini et de valoriser son bilan (le passé) plutôt que ses projets...

Alors oui, tu as raison Jakez! Il faudrait sans doute que je mette mon optimisme au service de la cause, mais bien qu'autonomiste convaincu, je désespère parfois des Bretons, incapables de voir
qu'ils sont assis sur une mine d'or (culture, économie...).

Me zo ket re skuizh c'hoazh!

Gael.